Clubic Week 2.0 : du porno partout, surtout sur les smartphones

Vidéo : Bienvenue dans cette nouvelle Clubic Week. Au sommaire, UberPOP se fait rouler dessus, Numericable et la mairie de Paris se mettent sur la tronche et le porno a clairement le vent en croupe sur nos mobiles.

Wikileaks en remet un coup. Le site publie une nouvelle vague de câbles et accuse les Etats-Unis d'espionnage à l'encontre de la France. Les services américains du renseignement auraient surveillé des réseaux d'importance vitale situés sur le territoire et scruté les signatures de contrats importants.

Les grandes oreilles de l'Oncle Sam se seraient mises à surveiller depuis plusieurs années les réseaux de télécommunications et d'informations, les installations nucléaires…


Ah Kick Off ou Sensible Soccer des jeux qui parleront à certains anciens. Pour les amateurs de choses un peu old justement, une équipe de passionnés a fait revivre un ancien titre autour du projet intitulé Kick Off World of Soccer.

Il s'agit en fait d'un jeu de football doté d'une large composante gestion d'équipe à la mode Football Manager. Mais le tout fait clairement référence aux jeux de football de l'époque des Atari ST et autres Amiga…


Du porno oui, mais sur smartphone. Une étude anglaise évoquant la consommation de vidéos pornographiques en ligne prédit un accroissement rapide de la popularité de ce type de contenu d'ici à 2020.

Le développement de la 4G et des hotspots Wi-Fi sont clairement des facteurs permettant de confirmer la tendance. A tel point que d'ici 5 ans, 193 milliards de vidéos seront consultés sur les smartphones…


UberPOP vient de s'en prendre une belle. Après une nouvelle colère des taxis, tout le monde s'est énervé au sujet de l'application permettant à tout un chacun de devenir chauffeur, avec son propre véhicule.

Et bien cette semaine, l'enquête est montée d'un ton. Deux dirigeants de la société ont été gardés à vue par la division de la répression de la délinquance routière, pour avoir permis de mener l'activité de taxi...


Numericable et Paris finissent main dans la main. Pourtant l'histoire entre la capitale et l'opérateur avait bien mal débuté. La municipalité de la ville demandait 8,37 millions d'euros d'impayés à l'opérateur. Numericable est accusé de ne payer un loyer que pour une partie de locaux qu'il occupe à Paris.

Pour résumer, les faits remontent à 2009, année pendant laquelle Numericable a refusé de signer une convention. Cette dernière doit pourtant fixer les augmentations de tarifs pour l'utilisation de locaux de la ville de Paris sur lesquels les opérateurs déploient leurs infrastructures techniques…


Facebook a un nouveau logo. Le changement est tellement drastique que l'on s'interroge encore sur ce qui a été réellement modifié…

Modifié le 03/07/2015 à 19h05