Comparatif 2019 : quelle est la meilleure souris gamer ?

le 06 mai 2019 à 15h26
0
S'il n'est pas toujours aisé de choisir un écran pour jouer, une carte graphique, ou encore un clavier digne de ce nom, c'est aussi le cas en ce qui concerne les souris. Capteur optique ou laser, DPI, Polling Rate, notre guide lève le voile sur ces termes et vous offre la meilleure sélection de souris gamer du moment !



Il est bien loin le temps des souris « trackball », à boule de commande en bon français, et nombreux sont les gamers qui n'ont pas connu cette merveilleuse époque et ses jeux appartenant maintenant au monde « rétro » ! Inutile de vous le conter, le secteur du jeu vidéo à évolué de pair avec celui de l'informatique au fil des années, l'innovation comme principal levier. C'est sans surprise que l'on retrouve aujourd'hui des périphériques et des configurations de plus en plus aboutis, aussi bien destinés aux amateurs et autres joueurs du dimanche qu'aux professionnels de l'eSport à la recherche des meilleures performances possible.

Évidemment il aurait été déraisonnable de n'aborder cette sélection de périphériques qu'avec des critères restreints. C'est pourquoi nous avons tenu à diviser cette sélection en deux : souris gamer filaire / souris gamer wireless avec en fin d'article des éléments de choix pour répondre à l'éternelle question : devrait-on opter pour une souris gamer sans fil ?

Enfin, pour plus de clarté, les souris présentes dans notre sélection ont été classées par tarif en ordre croissant. Vous retrouverez donc pour chacune des deux catégories les souris les moins onéreuses en premier, pour terminer sur des souris qui flirtent avec le très haut de gamme. Les souris les moins chères ont été sélectionnées pour leur rapport qualité / prix, tandis que les modèles haut de gamme l'ont été pour leurs excellentes performances.

Les meilleures souris gamer filaires

1. Corsair Ironclaw RGB


corsair-souris-gaming-ironclaw-rgb-ch-9307011-e.jpg


Les plus
+ Ergonomie pensée pour les grandes mains
+ Légère malgré sa taille imposante
+ Capteur ultra-précis
+ Programmable à l'envie avec iCUE
Les moins
- Pour droitier uniquement
- Molette crantée perfectible
- Pas de système de poids

Annoncée lors du CES 2019 avec la Harpoon RGB Wireless et la M65 RGB Elite (que vous retrouverez dans notre sélection), l'Ironclaw RGB est une souris gamer filaire qui fait le pari de la polyvalence et de la performance en se plaçant avec un tarif tout à fait raisonnable de 59 €.

Arrivant sur le marché avec la prétention de réunir le meilleur des deux mondes des souris FPS et MOBA, Corsair propose ici un matériel à la fois précis, maniable et confortable, qui s'adaptera à la plupart des mains, mais dont l'ergonomie a plutôt été pensée pour les grandes mains.

Ironclaw RGB : une souris adaptée aux grandes mains


Si l'Ironclaw RGB peut tout à fait être manipulée indépendamment de la taille de la main, il faut bien dire que seule la prise en palm grip sera efficace pour ceux qui n'ont pas des mains de bucherons, contrairement à ce que peut donc laisser penser son nom Ironclaw. Pour ces derniers, l'Ironclaw RGB s'avère tout à fait pratique puisqu'ils parviendront aisément à l'utiliser aussi bien en palm qu'en claw grip. Avec son poids de 105 g, cette souris est plutôt à placer dans la catégorie des poids moyens, voir lourd, et on regrettera peut-être le manque d'un système de poids qui aurait autorisé encore une plus grande polyvalence en l'allégeant de quelques grammes.

Malgré tout, avec son dos bombé l'Ironclaw à tout l'air d'être une souris assez imposante, mais cette forme particulière apporte un confort irréprochable à l'utilisation, d'autant plus qu'elle fait preuve d'une très bonne maniabilité avec une sensation de glisse plus que correcte.

À l'instar de la M65 RGB Elite, l'Ironclaw dispose de switch Omron et d'un capteur optique ultra-précis puisqu'il s'agit du Pixart PMW3391 que nous décrivons justement dans notre paragraphe dédié à la M65. Largement modulable avec ses 7 boutons programmables via l'excellent logiciel iCUE, l'Ironclaw RGB dispose également de trois profils de DPI qu'il est possible de changer à la volée, la sélection du profil est facilement identifiée grâce aux trois bandes lumineuses situées sur la tranche de la souris.

Si l'Ironclaw souffre cependant d'un petit défaut, il est à mettre sur le compte de la molette crantée, celle-ci s'avère trop peu marquée entre chaque palier et laisse un sentiment d'imprécision. En outre, pour 10 € de plus la M65 RGB Elite possède des atouts supplémentaires comme son squelette en aluminium et son bouton Sniper, toutefois, on ne retrouvera pas une forme haute et un confort similaire à l'Ironclaw.

Corsair Ironclaw RGB : l'avis de Clubic


Pour seulement 59 €, Corsair est parvenu à concevoir une souris performante et surtout très confortable, particulièrement pour les grandes mains. Polyvalente, elle sera parfaite pour ceux qui recherchent une souris aux dimensions un peu plus grandes que la plupart des modèles courants, tout en restant exigeants sur la maniabilité ainsi que sur la précision du capteur. En somme une souris qui réunit de très bons arguments pour les gamers, sans grand défaut.

Retour au menu

2. Roccat Kova AIMO


LD0005244821_2.jpg


Les plus
+ Souris ambidextre
+ Design et éclairage AIMO
+ Logiciel Roccat Swarm intuitif
+ Excellente prise en main
Les moins
- Pas de revêtement antidérapant sur les tranches
- Une molette "Titan 4D" sur la prochaine ?

Depuis sa création en 2007, l'entreprise allemande Roccat a su se faire une place de choix sur le marché des périphériques gamer, en s'appuyant notamment sur la Team Roccat lors d'évènements eSport d'envergure.

Nous aurions pu choisir de faire entrer dans notre sélection de nombreux autres modèles Roccat que cette Kova AIMO, la Roccat Kone AIMO par exemple aurait pu y figurer sans vergogne au vu de sa qualité même si elle a été lancée il y a déjà 2 ans. Toutefois, les souris ambidextres ne se bousculent pas sur le marché et il nous paraissait important de proposer à nos amis gauchers une souris gamer performante, même s'il s'agit d'une entrée de gamme.

Roccat Kova AIMO : ambidextre et polyvalente


Une souris symétrique, aussi bien utilisable par les droitiers que par les gauchers et offrant de très bonnes performances en jeu avec un caractère polyvalent, c'est le pari que Roccat à déjà réalisé en 2015 avec son premier modèle Kova. Si cette nouvelle Kova AIMO ne vient pas révolutionner ce qui a déjà été fait, elle porte tout de même l'intérêt d'être une souris ambidextre, ce qui malheureusement reste assez rare dans l'univers du gamer.

Le changement apporté ici c'est bien entendu la compatibilité avec le système d'éclairage intelligent AIMO de Roccat, personnalisable à l'envie via l'intuitif logiciel Roccat Swarm.

Du côté des performances et fonctionnalités, on retrouve le capteur Pro-Optic R6 (qui n'est autre qu'un Pixart PMW3320DB) avec une sensibilité qui peut atteindre les 7 000 DPI, un polling rate et un temps de réponse de 1000 Hz / 1ms, et supporte des accélérations de 20 G. Sa polyvalence pour différent type de jeu lui provient surtout de ses boutons programmables puisqu'elle en possède pas moins de 11, un chiffre qu'il est possible de doubler grâce à la fonction "Easy-Shift[+]" qui permet de dupliquer et d'assigner une commande alternative pour chaque interrupteur !

S'il est bien sûr possible de suspecter la difficulté d'utilisation de ses 6 boutons latéraux, la prise en main impeccable de la souris que ce soit en palm, claw, ou finger tip grip, assure une bonne préhension qui facilite leur accès sans pour autant cliquer dessus par inadvertance lors de session de jeu un peu plus intense.

Si ses zones RGB sont bien moins « tape à l'œil » que celles de la Kone AIMO ou de la Kone EMP, cette Kova AIMO fait surtout preuve d'une bien meilleure maniabilité grâce à son poids relativement léger de 99g. Toutefois, certains pourront regretter l'absence d'un revêtement antidérapant sur les tranches, mais ceux qui sont habitués aux souris de la marque savent qu'elles ont sont rarement équipées, ce qui n'enlève pas grand-chose à leur qualité une fois que l'on est habitué.

Roccat Kova AIMO : l'avis de Clubic


Avec ses 11 commandes et son logiciel Roccat Swarm très intuitif, sa molette "Titan 2D" précise, et sa prise en main impeccable, la Kova AIMO a de beaux jours devant elle. Son capteur reste correct malgré qu'il ne soit pas des plus récents et offrira de bonnes performances en jeu avec un suivi largement réactif.

En somme une souris filaire ambidextre qui est parvenue à allier ergonomie, performances et fonctionnalités, ce qui est assez rare pour être souligné. La Kova AIMO se place en entrée de gamme chez Roccat et vaut, selon nous, largement son tarif de 59 €.

Retour au menu

3. Corsair M65 RGB Elite : le choix de la rédaction


M65 RGB Elite.jpg.png


Les plus
+ Précision chirurgicale du capteur
+ Finition exemplaire
+ Prix doux (pour du haut de gamme)
+ Maniabilité
+ Large possibilité avec iCUE
Les moins
- Bundle inexistant
- Quelques bugs avec iCUE
- Pas de wireless
- Pas d'options pour la distance lift-off

Avec Razer, Corsair est peut-être l'un des fabricants phares de périphériques destinés aux gamers. Après avoir fait ses gammes dans la production de mémoire vive, le constructeur américain a aussi maintenant une solide réputation notamment grâce à ses systèmes watercooling et ses périphériques.

Basée sur la souris Vengeance M60 qui a connu un large succès à sa sortie en 2012, cette M65 RGB Elite ne révolutionne rien mais est d'une efficacité redoutable et est proposée à un prix défiant toute concurrence.

Corsair M65 RGB Elite : la souris FPS par excellence


Avec son design déjà fortement éprouvé, Corsair n'a pas pris beaucoup de risque avec la sortie de cette souris début 2019, accompagnée par la Harpoon, ainsi que la Ironclaw RGB que vous pouvez retrouver un peu plus haut dans notre sélection. Le constructeur s'est en effet ici contenté de reprendre les éléments qui ont fait le succès de la Vengeance M60 il y a de ça bientôt 10 ans ! Aux premiers coups d'œil rien de concret ne la différencie vraiment de la M65 Pro sortie il y a 3 ans, toujours dotée de son système de poids incorporé dans un squelette en aluminium qui lui confère une grande robustesse et une très bonne glisse avec ses larges patins, seules quelques légères modifications visuelles sont à dénoter.

Équipée de 8 boutons programmables via l'excellent logiciel iCUE, la M65 RGB Elite devrait ravir les amateurs de FPS grâce à son bouton Sniper qui permet de passer temporairement à un profil différent de DPI, paramétré par défaut à 400 DPI.

L'évolution majeure initiée avec cette Vengeance revisitée se situe bien entendu au niveau du capteur. Elle est en effet équipée d'un capteur optique Pixart PMW3391, qui est une évolution directe de celui qui équipait la M65 Pro. Il supporte des accélérations jusqu'à 50g et des vitesses de capture de 10.16 m/s, avec une sensibilité max atteignant les 18 000 DPI, configurable par pallier de 1 DPI ! Concernant la vitesse de transmission, on a également le droit à ce qu'il se fait de mieux ! Avec ses 1000 Hz / 1 ms, la M65 Pro RGB Elite assure une réactivité parfaite. Couplé à un capteur d'une précision chirurgicale, on a définitivement affaire à une souris de haute volée taillée pour les FPS mais qui fera tout aussi bien l'affaire dans toutes sortes de jeux qui ne requièrent pas une ribambelle de boutons.

Corsair M65 RGB Elite : l'avis de Clubic


Si Corsair n'invente rien ici, le constructeur nous livre une souris gamer qui joue sans conteste dans la cour des grands. Avec son design sobre et élégant, ses DPI ajustables à la volée, ses boutons programmables et son fameux bouton Sniper, la M65 RGB Elite est sans conteste une souris qui permet de parfaire son skill et d'être compétitif même au plus haut niveau.

Un sans-faute d'autant plus que sa prise en main est très aisée en claw grip comme en palm grip. Difficile de faire mieux sur cette plage de prix - 69,99€. Le choix de la rédaction en filaire, tout simplement.



Retour au menu

4. Razer Naga Trinity : la souris caméléon "polyvalente"


php2i3FbS


Les plus
+ Façades interchangeables
+ Bonnes finitions
+ Logiciel Synapse complet
Les moins
- Un peu lourde pour les FPS
- Uniquement pour droitiers
- Molette perfectible

On ne présente plus Razer qui dès son entrée sur le marché des périphériques gamers en 1999 avait surpris avec sa souris Boomslang atteignant les 2 000 dpi ! Depuis, si Razer a tenté une incursion sur le secteur des smartphones gamer avec son Razer Phone, le fabricant américain n'a surtout pas cessé d'innover en ce qui concerne les claviers, casques, gamepads, et bien sûr les souris avec des modèles comme l'Ouroboros, la Mamba Chroma ou encore la récente Basilisk.

Ici nous avons sélectionné pour vous une souris qui tient plus du caméléon que du petit mammifère rongeur ! La Razer Naga Trinity est en effet une souris un peu particulière : si elle vise avant tout les joueurs de MMORPG, elle ne fait pas pour autant l'impasse sur la polyvalence, puisqu'elle dispose de façades interchangeables pour passer d'un mode de jeu FPS, MOBA ou MMO !

Razer Naga Trinity : la métamorphose au bout des doigts


Si ce n'est pas la première souris à proposer un système de façade latérale interchangeable - Roccat avait déjà réalisé un modèle profitant d'une modularité exemplaire avec sa Nyth en 2014 - Razer peut tout de même se vanter d'avoir mis au point une souris dite « MMO » polyvalente, ce qui était rarement le cas jusqu'ici.

Des modèles similaires comme la Scimitar de Corsair ou la Logitech G600 sont effectivement de très bonnes souris, mais leur configuration à 12 boutons latéraux et leur ergonomie les limiteront la plupart du temps pour une utilisation quasi exclusive en MMORPG. Avec sa Naga Trinity, Razer propose une souris "3 en 1" qui s'inspire de ses modèles Naga et Naga Hex. Elle embarque en effet trois grilles amovibles et remplaçables très facilement, en quelques secondes grâce à un système magnétique très soigné. On retrouve ainsi une grille Classique composée de 2 boutons, une grille MOBA avec 7 boutons circulaires, ainsi qu'une autre « MMO » avec 12 boutons disposés en pavé.

Sa prise en main est assez confortable, même si on trouve mieux Razer a déjà fait mieux sur ce point. Les façades MMO et MOBA demandent un certain temps d'apprentissage, mais sont d'une grande utilité sur des titres comme WoW ou Dota. En ce qui concerne les FPS, la Naga Trinity se fait largement surclasser par des souris plus légères (elle pèse 120 g), un troisième bouton faisant office de Sniper aurait d'ailleurs été intéressant. Toutefois, pour une utilisation occasionnelle, sans réel « try hard », la Naga Trinity peut tout à fait convenir sur des titres nerveux comme Quake par exemple.

Son capteur optique 5G (5e génération) - encore une fois un Pixart, le PMW3389 - frise l'excellence, on le retrouve par ailleurs sur des souris comme la DeathAdder Elite ou la Basilisk. Il peut atteindre une sensibilité max de 16 000 DPI configurable par pallier de 50, supporte des vitesses de 11,43 m/s et des accélérations de 50 g. On retrouve bien évidemment un polling rate et un temps de réponse de 1000 Hz / 1ms.

Ses interrupteurs sont précis, tout autant que l'est sa molette crantée (que certains pourront trouver un peu trop dure), et la Naga Trinity possède jusqu'à 19 boutons lorsqu'elle est équipée de la grille MMO. Notons aussi que cette molette autorise le défilement horizontal, une qualité que l'on est loin de retrouver sur toutes les souris gamer. Tout est configurable avec le logiciel maison Razer Synapse 3, un outil qui rend la création de macros et la personnalisation complète de la souris très agréable.

Notre avis sur la Razer Naga Trinity


Avec la Roccat Nyth, qui a poussé le concept de la modularité à son paroxysme pour une souris, la Razer Naga Trinity est très certainement ce qui se fait de mieux pour les joueurs assidus de MMO qui ne désirent pas forcément devoir changer de souris lorsqu'ils s'aventurent sur un autre terrain de jeu.

Profitant d'une bonne prise en main, d'un capteur ultra-précis et de finitions résolument haut de gamme que l'on remarque au premier coup d'œil avec son système ingénieux de façades amovibles, la Naga Trinity brille par sa qualité et sa polyvalence. Il faudra tout de même débourser 110 € pour l'acquérir, une somme justifiée même pour une souris filaire compte tenu de son excellence.


Retour au menu

5. SteelSeries Rival 710


SteelSeries Rival 710


Les plus
+ Excellent capteur TrueMove 3
+ Retour haptique agréable même si "gadget"
+ Distance de soulèvement (lift-off) de 0.5 à 2 mm
+ Logiciel SteelSeries Engine 3 au top
+ Finitions haut de gamme
Les moins
- Écran OLED pas vraiment utile
- Câble amovible ... mais connectique propriétaire
- Un peu trop lourde, dommage

Difficile de passer à côté de SteelSeries dans l'univers gamer et pour cause : le fabricant danois se targue de créer « des produits novateurs, spécialement conçus pour l'eSport & pour les gamers passionnés ».

Si cela se traduit par des produits au design un tantinet agressif, ils n'en demeurent pas moins qu'ils disposent surtout de l'un des meilleurs niveaux de finitions sur le marché, ce qui peut allègrement faire la différence lorsque l'on opte pour du matériel haut de gamme !

Rival 710 : le mulot filaire haut de gamme


Son prédécesseur, la Rival 700, avait déjà fortement impressionné en 2016 en proposant une souris ultra performante qui intégrait deux éléments alors encore inédits dans le monde des mulots : un écran Oled qui donne des informations en temps réel sur la tranche gauche de la souris, ainsi qu'un système de retour haptique qui permet d'associer des vibrations à certaines actions de jeu. Si la Rival 700 a pu être vue un peu comme un gadget à sa sortie, la Rival 710 débarque maintenant pour tenter de gommer ses petits défauts, un pari plutôt réussi selon nous.

Les fonctionnalités « gadget » sont toujours là, mais si elles semblent inutiles à certaines, elles peuvent être un argument de choix pour d'autres. On retrouve ainsi le système de retour haptique assez sympa sur une souris et l'écran Oled qui permet de diffuser, par exemple, des informations sur le profil sélectionné ou des notifications en temps réel sur certains jeux ou avec Discord. Plusieurs éléments de la coque sont amovibles et interchangeables, il faudra cependant disposer d'accessoires compatibles (ou simplement utiliser une imprimante 3D) et donc débourser encore quelques euros supplémentaires pour une personnalisation plus poussée.

Là où SteelSeries frappe fort c'est au niveau de son capteur. Tout d'abord, à l'instar de la coque il est lui aussi interchangeable et la Rival 710 est d'ailleurs livrée avec un capteur (laser) de remplacement. Seulement, le point fort de cette conception modulaire c'est surtout d'être « paré pour le futur » comme l'annonce le fabricant. En effet, vu sa grande qualité et ses finitions exemplaires, l'idée de passer à un capteur plus performant d'ici quelques mois ou années, tout en gardant la même souris, nous semble être assez bonne.

Cependant, son capteur optique a pour le moment tout de l'excellence ! Le TrueMove 3 assure un suivi 1 :1, sans accélération (jusqu'à 3 200 dpi). Il peut atteindre 12 000 dpi, par incréments de 100, supporte des accélérations de 50 g et offre un temps de réponse de 1 ms. Enfin, il est renforcé par un second capteur qui permet de profiter d'une précision largement améliorée, il s'agit du TrueMove3+ qui détecte la distance de soulèvement (lift-off), à partir de seulement 0.5 mm et jusqu'à 2 mm. Un argument de poids pour de nombreux joueurs, notamment sur les FPS.

SteelSeries Rival 710 : l'avis de Clubic


La Rival 710 vient clairement supplanter sa petite sœur, la Rival 700. Seulement, si un défaut demeure c'est bien celui du poids. Avec 136 g sur la balance, cette souris est en effet un peu lourde et cela pourra poser problème à certains. Cependant, si vous n'aimez pas les souris trop légères et que vous avez tendance à très souvent la soulever pour vous replacer en jeu, cette Rival 710 est faite pour vous !

Enfin, si le niveau de finition est exemplaire, la prise en main et la précision excellente, on pourra reprocher à SteelSeries d'avoir mis au point une connectique propriétaire pour ses deux câbles détachables. Avec son tarif de 110 €, cette Rival 710 est certes un peu chère pour une souris filaire, mais reste un produit innovant, performant et conçu pour durer.

Retour au menu

Les meilleures souris gamer Wireless

6. Razer Mamba Wireless


Razer Mamba Wireless


Les plus
+ Grosse autonomie (50h)
+ Capteur optique 5g
+ Connectivité sans fil fiable
+ Conception ergonomique
Les moins
- Plus de socle de rechargement
- Quelques fonctionnalités manquent à l'appel

Avec sa nouvelle Mamba Wireless, Razer vient mettre à jour un modèle qui avait largement séduit le public avec sa première itération en 2015.

Si elle n'est pas si différente d'une Mamba Elite ou d'une DeathAdder (deux souris filaires), la Mamba Wireless fait beaucoup de promesses. En effet, comparé à sa première version, Razer annonce une autonomie doublée et a également remplacé son capteur laser par un capteur optique 5g.

Razer Mamba Wireless : une souris qui a du jus


On a ici affaire à une souris ergonomique de 7 boutons qui profite d'une prise en main agréable et d'une glisse parfaite, sans doute grâce à une conception bien pensée, mais aussi à une petite cure d'amaigrissement.

La Mamba se rapproche en effet du seuil fatidique des 100 g alors que son prédécesseur pouvait être considéré comme lourd avec ses 125 g. Maintenant dotée d'un capteur optique alliant réactivité et précision - le Pixart PWM3389 (16 000 dpi, 450 IPS, 1000 Hz) - la Mamba Wireless possède surtout l'avantage d'une autonomie doublé qui atteint les 50 heures ! Pour parvenir à cette durée de vie de la batterie, Razer a légèrement modifié le capteur afin d'augmenter son rendement énergétique, mais a surtout supprimé les deux grandes zones RGB animées (pour indiquer le niveau de la batterie) qui apportaient certes un peu d'esthétisme au modèle précédent, mais consommer certainement pas mal d'énergie. La connectivité sans fil est quant à elle bonne et fiable, il s'agit ici d'ondes radio (RF) de 2.4 GHz et il est réellement difficile de ressentir une différence avec une connexion filaire.

Pour réduire son poids (ainsi que son tarif) et augmenter la durée de vie de la batterie, Razer a tout de même dû faire quelques concessions. Ainsi, on ne retrouvera pas la technologie Click Force qui permettait d'ajuster la pression nécessaire pour actionner les clics droit et gauche sur 14 paliers différents. Idem, si la Mamba 2015 était livrée avec un socle de recharge assez utile, ce n'est plus le cas aujourd'hui, il faudra se contenter de la recharge via micro-USB. Pour terminer cette liste de fonctionnalités absentes, la molette crantée n'autorise plus le défilement horizontal, elle demeure cependant de très bonne facture.

Notre avis sur la Razer Mamba Wireless


Oui, la Mamba Wireless a perdu quelques fonctionnalités qui étaient pourtant assez sympathiques, mais elle a surtout gagné en autonomie, en réactivité et en précision !

Son tarif de 99 € est quant à lui plutôt doux pour une souris sans fil de cette qualité, certainement le meilleur rapport autonomie/prix sur le marché actuellement.

Retour au menu

7. Asus ROG Gladius II Wireless


Asus ROG Gladius II Wireless


Les plus
+ Très bon capteur
+ Excellentes performances
+ Interrupteurs remplaçables
Les moins
- Un peu trop lourde avec ses 125g
- Connecteur propriétaire
- Autonomie passable

Asus jouit d'une très bonne réputation dans l'univers gamer grâce à sa gamme ROG - Republic Of Gamers - qui comprend aussi bien des cartes mères et graphiques que des PC, des écrans, souris et autres périphériques

Déclinaison de la souris filaire du même nom, la ROG Gladius II Wireless tente de se faire une place dans la jungle des souris sans fil, ce qu'elle fait avec brio selon nous.

Une souris qui sort du lot


Avec une version filaire qui est en tout point séduisante, Asus se devait de ne pas se tromper ici avec cette ROG Gladius II Wireless. Force est de constater que même si le fabricant taiwanais a dû faire quelques concessions, il est parvenu à nous offrir ici un produit performant, avec des matériaux robustes et de grandes qualités.

La ROG Gladius II Wireless autorise en effet la plupart des positions de mains grâce à son gabarit plutôt universel, qui conviendra aux petites comme aux grandes mains. Sa batterie lui fait cependant prendre un peu de poids, elle affiche 125g sur la balance et est l'un des modèles les plus lourds de notre sélection wireless avec la Razer Mamba. Son capteur optique est d'ailleurs identique à cette dernière (Pixart PMW3389 contre le PMW3360 sur sa version filaire), nous ne reviendrons donc pas sur ses caractéristiques qui sont franchement excellentes, un exemple de vitesse et de précision !

Si cette itération wireless gagne un capteur plus alerte, elle perd cependant son bouton Sniper, pourtant bien utile dans les jeux de tirs, ce qui porte son nombre de boutons à 6. Son principal atout est cependant exclusif à la gamme ROG Gladius II : ses interrupteurs Omron sont interchangeables et peuvent être facilement remplacés par d'autres variantes Omron D2F de votre choix afin de modifier la pression ou autre.

Le système de connectique propriétaire est cependant un mauvais point qu'Asus devrait corriger pour que sa souris se rapproche de l'excellence. La batterie est elle aussi perfectible, même si son autonomie de 24 h assure une assez bonne endurance pour jouer plusieurs jours, les concurrents font généralement un peu mieux sur ce point. Il faut dire que pour une souris wireless il s'agit ici de l'un des principaux arguments de vente, avec la précision du capteur et la fiabilité de la connexion sans fil. Enfin, seulement deux profils de dpi sont réglables à la volée, c'est peu pour des joueurs exigeants qui passe de titre en titre avec des configurations et gameplay bien différents.

En parlant de connectivité, Asus propose un mode wireless en Bluetooth, et un autre en RF 2.4 GHz. Si le second est préférable en jeu pour des raisons évidentes de latence, la connexion Bluetooth est un bon atout pour préserver la batterie lors d'une utilisation bureautique.

Notre avis sur la Asus ROG Gladius II Wireless


Asus propose ici une souris qui sort du lot avec ses interrupteurs Omron interchangeables, son ergonomie « universelle » et son capteur véloce. Si on peut lui reprocher d'être un peu trop lourde ainsi que quelques défauts comme son connecteur propriétaire, elle reste un modèle wireless qui frise avec la perfection. Les joueurs plus exigeants se tourneront cependant certainement vers des modèles plus aboutis et offrant une personnalisation plus poussée.

La ROG Gladius II Wireless a été lancée avec un tarif de 110 €.

Retour au menu

8. Logitech G903 Lightspeed


AR201708020011_g2.jpg


Les plus
+ Pas de latence avec Lightspeed
+ Recharge sans fil
+ Superbement conçue, confortable et ambidextre
Les moins
- Prix élevé du combo souris / tapis powerplay
- Requiert le tapis Powerplay pour profiter de la recharge sans fil

Logitech n'en est pas à son premier coup d'essai, le fabricant suisse de périphériques informatiques nous a effectivement habitué à l'excellence, du moins sur ses produits hauts de gamme.

Innover, c'est le maître mot du fabricant en ce qui concerne les périphériques destinés au gamer ! Avec sa G903 Lightspeed, Logitech fait ici le pari de réunir le meilleur des deux mondes filaire / sans-fil. Pour autant, pour en profiter pleinement il faudra investir une certaine somme afin de mettre la main sous un tapis Powerplay.

Rien ne peut la perturber


Digne successeur de la G900, la G903 reprend les principales caractéristiques de cette dernière. Forme et ergonomie n'ont donc que très peu changé et elle bénéficie toujours d'un design ambidextre, qui ravira les gauchers.

La Logitech G903 présente de nombreux arguments en sa faveur qui pourraient bien faire pencher la balance pour ceux qui ne se sont pas encore décidés à passer aux souris sans fil. On retrouve tout d'abord un très bon capteur optique, le PixArt PMW366, qui lui apporte une précision et réactivité avec une accélération max de 40 g et une vitesse de suivi max de 400 IPS, le tout sur une plage de 200 à 12 000 dpi. Si la désignation du capteur est la même que sur la G900, celui de la G903 profite toutefois de quelques améliorations, Logitech annonce ainsi qu'il ne génère « ni lissage, ni filtrage, ni accélération » et fonctionne sur de nombreux types de surface.

En parlant de surface, Logitech a profité du lancement de cette G903 pour sortir le tapis de souris Powerplay qui permet aux souris compatibles d'être alimentées sans fil ! Une belle innovation puisque la G903 se recharge (par résonance électromagnétique) ainsi pendant les périodes d'activités comme celles d'inactivités grâce au récepteur PowerCore en forme de disque qui vient se loger sous la souris (un poids de 10g peut également s'y loger). Le tapis Powerplay est bien entendu relié à l'ordinateur via un câble USB grâce à un module qui permet en outre d'assurer la connexion de la souris avec le PC, pas besoin de dongle supplémentaire ici. Si le tapis PowerPlay s'avère relativement utile et très confortable, il faudra tout de même compter une centaine d'euros supplémentaires pour l'acquérir.

Enfin, comme sa grande sœur, la G903 profite de l'efficacité absolue de la technologie Lightspeed. Contrairement à de nombreuses souris wireless qui peuvent être perturbées par les perturbations électromagnétiques d'autres appareils à proximité (Bluetooth, Wi-Fi, micro-ondes, communication mobile, etc.), la G903 y est tout simplement indifférente ! Ainsi, Logitech nous propose ici une souris wireless qui promet une connectivité similaire à une souris filaire, sans pertes de signal, sans latence, et profitant du taux de rapport de 1 ms.

Notre avis sur la Logitech G903 Lightspeed


Même sans le tapis Powerplay, la G903 est une souris qui vaut le détour, pour son design ambidextre, sa modularité (avec un système de bouton amovible), sa molette multidirectionnelle, sa légèreté pour du sans-fil (110g) et la fameuse technologie Lightspeed. En outre, son autonomie est tout à fait correcte en atteignant les 32 h d'utilisation pour peu que l'on désactive l'éclairage du logo (24 h avec).

Lancée au tarif de 179 €, il n'est pas rare aujourd'hui de pouvoir l'acheter pour quelques dizaines d'euros de moins. Un investissement certes, surtout si l'on rajoute le tapis Powerplay, c'est le prix pour un produit innovant qui laisse entrevoir le futur des souris wireless.

Retour au menu

9. SteelSeries Rival 650 Wireless


LD0005037070_2.jpg


Les plus
+ Doiuble capteur précis
+ Charge rapide
+ Système de poids ingénieux
Les moins
- Troisième bouton latérale difficile d'accès
- Un peu trop lourde

SteelSeries nous fait encore de belles promesses avec la Rival 650 Wireless, une concurrente directe qui vient faire de l'ombre à Logitech ?

La Rival 650 Wireless n'est ni plus ni moins qu'une Rival 600, un modèle qui avait déjà séduit lors de son lancement. Ici, SteelSeries tente de montrer ce qu'il est capable de faire face à la démocratisation des souris sans fil, et force est de constater que le fabricant est loin d'avoir loupé la marche.

SteelSeries passe au sans-fil


Si le fabricant propose des solutions sans fil convaincantes pour ses casques gamers, il était encore resté assez timoré en ce qui concerne les souris sans fil avec une Sensei Wireless à capteur laser certes performante mais avec une autonomie trop faible.

SteelSeries revoit ici entièrement sa copie en proposant une souris sans fil qui possède bien des arguments pour venir concurrencer des marques comme Logitech et Razer. Nous sommes donc face à une souris copie conforme de la Rival 600, on retrouve donc son système de poids composé de 8 lests de 4g, 7 boutons programmables, ainsi que le capteur TrueMove3 + (double capteur avec détection du lift-off) que nous avons détaillé plus tôt avec la Rival 710.

Le point fort de la Rival 650 est sans conteste son système de charge rapide. Si SteelSeries à largement évolué sur l'autonomie de la batterie, qui atteint ici les 24 h avec l'éclairage (8 zones RGB) contre 16 h seulement pour la Sensei Wireless, la charge rapide est quant à elle un pur bonheur. En effet, connectée en USB la Rival 650 est en mesure d'emmagasiner de quoi tenir 10 h en seulement 15 minutes de recharge !

On regrettera peut-être le poids du mulot, 121g, soit 25 de plus que la Rival 600, ce qui s'explique bien entendu par la présence de la batterie et du système sans fil. L'ajout de lests sera donc clairement optionnel pour modifier le centre de gravité de la souris ou pour ceux qui aiment les souris lourdes (jusqu'à 153g avec les 8 poids).

Notre avis sur la SteelSeries Rival 650 Wireless


Proposée à un tarif de 129 €, la Rival 650 tient ses promesses en reprenant les grandes qualités de sa grande sœur, notamment son excellent capteur, son système de poids ingénieux qui permet de modifier le centre de gravité, son confort et sa prise en main idéale.

On notera que SteelSeries a fourni de gros efforts sur l'autonomie de sa batterie et nous offre ici un modèle sans fil parfaitement conçu, sans grand défaut, même si nous aurions aimé une souris plus légère. Une réussite pour le fabricant danois !

Retour au menu

10. Logitech G Pro Wireless : le choix de la rédaction


Logitech G Pro - choix de la rédac.png


Les plus
+ Poids trés léger avec batterie (80g)
+ Capteur HERO 16K
+ Autonomie exceptionnelle et compatible PowerPlay
+ Design ambidextre, boutons amovibles, ...
Les moins
- Prise en main délicate qui demande un temps d'adaptation
- Le prix de combo souris / tapis en refroidira plus d'un

La G Pro Wireless de chez Logitech est-elle à ce jour la meilleure souris sans fil du marché ? La réponse est assurément oui, et peut-être encore pour un petit bout de temps !

Développée avec l'aide d'une cinquantaine de joueurs professionnels, la G Pro Wireless vient prendre la succession sur la G Pro sortie il y a près de 3 ans. Ici, Logitech a clairement mis les petits plats dans les grands afin de nous proposer une souris de haute volée.

La souris sans fil des pros de l'eSport


Malgré sa sobriété apparente avec son design minimaliste, la Logitech G Pro Wireless est une véritable arme qui tente de répondre aux besoins des joueurs professionnels. Ergonomique, ambidextre, ultralégère avec ses 80g sur la balance, dotée d'un capteur très sensible avec une latence réduite au maximum, les promesses portées par cette souris sont multiples.

Totalement symétrique, la G Pro Wireless bénéficie d'une prise en main agréable même si la préhension n'est pas parfaite, faute à l'absence de revêtements sur les tranches, sacrifiés ici pour offrir une souris exemple de légèreté. Cette G Pro dispose de 4 boutons programmables amovibles, deux par tranche, qu'il est possible de remplacer par des « cache-boutons » qui permettent de désactiver physiquement ceux qui ne nous seront pas utiles. Si la légèreté à un prix, il se paye aussi sur la molette crantée, solide et précise, elle n'autorise cependant pas le défilement horizontal.

Le point fort de la G Pro, c'est bien sur son capteur optique HERO 16K, Hero pour « High Efficiency Rated Optical » et 16 K pour sa sensibilité max de 16 000 dpi. Conçu par les ingénieurs de Logitech, il représente peut-être ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle en termes de capteur avec sa précision irréprochable, et son suivi de 1 :1.

Concernant la liaison sans fil, on retrouve ici le système Lightspeed que nous avons décrit dans notre paragraphe sur la G903 Lightspeed, encore une fois ce qui ce fait de mieux aujourd'hui pour une connexion sans fil sans latence avec un taux de réponse de 1 ms. À l'instar de la G903, la G Pro est également compatible avec le tapis PowerPlay.

Autre argument de poids (malgré sa légèreté), la batterie de 240 mAh de la G pro permet d'atteindre une autonomie maximale de 60 h (éclairage désactivé) et de 48 h avec la LED RGB activée. Autant dire que couplé au tapis PowerPlay qui permet une recharge par résonnance électromagnétique, fini les ennuis de batterie à court d'énergie.

Logitech G Pro Wireless : le choix de la rédaction


Lancée au tarif de 149 €, la G Pro Wireless se paie au prix fort, surtout si l'on désire profiter de la charge sans fil avec le tapis PowerPlay. Néanmoins, c'est simplement la meilleure souris sans fil sur le marché à l'heure actuelle et vu ce qu'elle propose (légèreté, design ambidextre, capteur chirurgical, charge sans fil, technologie Lightspeed), elle est certainement encore loin de se faire doubler par ses concurrentes !


Retour au menu

Quelques conseils pour choisir votre souris gamer :

    Sur quels critères se baser ?


    Les multiples spécifications d'une souris, que nous allons détailler ci-dessous, sont des critères importants pour choisir une souris. Néanmoins, les périphériques gamer offrent généralement des performances de haute volée, même en entrée de gamme.

    C'est pourquoi la principale exigence devrait logiquement se porter les caractéristiques physiques du mulot, son poids, sa taille, la nature de ses tranches, les possibilités de prise en main (fingertip, palm et claw grip), afin de s'assurer d'opter pour une souris qui correspond à votre main, mais aussi à vos habitudes de jeu.

    À ce titre, une souris c'est un peu comme une paire de chaussures, l'idéal étant de l'essayer pour voir si elle vous convient. Si c'est possible dans certains magasins, ou plus simplement en essayant le matériel de vos amis et connaissances, c'est toutefois assez rare d'avoir la chance de pouvoir essayer une souris avant de l'acheter. C'est pourquoi il convient de connaitre le « standard » qui vous convient le mieux et ainsi vous diriger vers des souris lourdes ou légères, grandes ou petites, autorisant plusieurs types de prise en main ou non, etc.

    En ce qui concerne les souris sans fil, on regardera aussi avec attention la durée de vie de la batterie, ou encore le type et la qualité du signal sans fil.

    Choisir sa souris selon le type de jeu


    Le deuxième critère qui permettra d'orienter votre recherche se base sur le type de jeu que vous affectionnez. Si aujourd'hui toutes souris gamer qui se respectent possèdent des boutons programmables afin de changer la disposition des actions ou mettre en place des macros, elles ne disposent pas toutes du même nombre de boutons, ni de la même rapidité ou précision au niveau de leur capteur.

    Ainsi, les souris estampillées FPS seront légères, maniables, très rapides et réactives et équipées généralement 2 à 5 boutons en plus des clics droit et gauche.

    Au-dessus de ce chiffre, nous sommes en présence de souris qui sont capables de couvrir un large panel de titres, aussi bien FPS, MOBA que MMO. Certaines souris embarquent ainsi une vingtaine de boutons programmables, ils ne sont cependant pas toujours utiles surtout si vous disposez déjà d'un clavier qui gère les macros, tout dépend encore une fois de vos habitudes et envies.

    Filaire ou Wireless ?


    Si la question ne se posait pas pour un usage gamer il y a encore quelques années, force est de constater qu'aujourd'hui les souris sans fil se sont allègrement installées dans cet univers en proposant des performances tout à fait remarquables. Bien que la plupart des modèles sans fil restent en deçà des performances des meilleures souris filaires, en raison des éventuelles pertes de signal, de la latence (ou d'une batterie qui peut tomber à court d'énergie en plein milieu d'une partie), certains modèles se démarquent toutefois du lot en proposant des performances similaires aux souris filaires et une autonomie monstrueuse.

    Cependant, une souris wireless performante sera largement plus chère que son équivalent filaire. Si le sans-fil permet de ne plus avoir la contrainte du câble avec les éventuelles gênes et la friction qu'il entraine, les modèles sont généralement deux fois plus coûteux.

    Capteur laser ou capteur optique ?


    En théorie, le capteur laser est légèrement plus précis que le capteur optique, la LED étant remplacée par un laser diminuant le temps de latence. Toutefois, cette différence est imperceptible à l'œil nu, mais le capteur laser possède l'avantage de fonctionner sur les surfaces réfléchissantes comme le verre, ce qui n'est pas le cas du capteur optique.

    Aujourd'hui il n'existe pratiquement aucune différence entre les deux technologies, excepté que la souris laser fonctionne sur différentes surfaces, son prix est également plus élevé. Les capteurs optiques sont largement répandus et sont associés au fameux tapis de souris.

    DPI / PPP


    Les DPI (Dots Per Inch) ou PPP (Points Par Pouces) sont représentés par un chiffre indiquant le nombre de pixels que le curseur peut parcourir lorsque que l'on bouge la souris d'un pouce (2.54 cm).

    Les capteurs modernes équipant les souris gamer proposent toutes un chiffre relativement élevé de DPI, jusqu'à 18 000 ou plus. Contrairement à ce que l'on peut lire à droite ou à gauche, ce chiffre élevé n'influe pas sur la précision du capteur mais simplement sur sa sensibilité, autrement dit sur la vitesse à laquelle se déplace le curseur à l'écran !

    Si cette surenchère de DPI montre la capacité des capteurs à traiter un grand nombre d'informations, il n'est que rarement nécessaire de régler une souris sur la valeur maximale. Les joueurs équipés d'une configuration à plusieurs écrans montent rarement cette valeur au-delà de 10 000 dpi.

    La plupart des souris gamer proposent aujourd'hui un réglage à la volée des dpi, ainsi qu'une configuration plus précise via le logiciel propriétaire du fabricant.

    Polling Rate / Fréquence


    Le polling rate nous donne la fréquence, ou le temps de réponse, avec laquelle la souris transmet les informations qu'elle collecte à l'ordinateur. Les souris gamer profitent très souvent d'un polling rate de 1000 Hz, ce qui correspond à 1 ms. Notons que l'œil humain ne fera aucune différence entre un polling de 1 ou de 2 ms.

    Le prix : les souris gamer haut de gamme, du marketing ?


    Il n'est pas rare aujourd'hui de dépenser 100 € ou plus dans une souris, un clavier, ou encore un casque gamer. Si de nombreux critères marketing sont souvent mis en avant par les constructeurs, comme c'est le cas avec la « course » au dpi, des design agressifs, et des éclairages parfois fantaisistes, il n'en demeure pas moins que le tarif affiché est généralement assez juste compte tenu des technologies déployées, ce qui est surtout vrai pour les souris sans fil. .

    Conclusion


    Évidemment ce comparatif n'a pas pour vocation à être exhaustif. Les modèles que nous avons sélectionnés ici l'ont été grâce à leur rapport qualité / prix, leur bonne performance, leur nature et qualité intrinsèque, ou pour les technologies innovantes qu'elles embarquent.

    Nous vous invitons donc à nous parler de vos modèles favoris en commentaires, en listant, si vous le souhaitez, leurs avantages et inconvénients.
Modifié le 06/05/2019 à 15h46
Mots-clés : Souris Comparatif 2019
Cet article vous a été utile ?

Les dernières actualités

Tesla : Elon Musk prévoit des livraisons record ce trimestre
Freebox Delta : notre test complet du Player
Amazon préparerait un bracelet Alexa capable de comprendre les émotions
Élections européennes : des applis veulent vous aider à faire votre choix
NVIDIA sort un teaser
Facebook va lancer sa propre cryptomonnaie, le GlobalCoin, en 2020
Tout ça pour ça ? Huawei pourrait finalement ne plus être banni du territoire américain
Samsung fournirait des dalles OLED pour le futur MacBook Pro 16 pouces d'Apple
Acer met à jour les modèles AMD de ses Nitro 5 et Swift 3
Mission réussie : Space X a lancé 60 mini-satellites Starlink
scroll top