Quels sont les meilleurs processeurs ? Comparatif 2021

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
02 juin 2021 à 16h20
25

Le marché du processeur compte parmi les plus dynamiques dans le monde de la tech, mais aussi parmi les plus touffus. Les références AMD et Intel sont nombreuses, avec une actualisation annuelle ou biannuelle. Difficile par conséquent de se tenir à jour pour savoir quelle référence s'offrir lorsqu'il est temps de changer de CPU.

Le choix de la Rédaction

AMD Ryzen 5 5600X

Le choix de la Rédaction

  • Performances « applicatives »
  • Performances en jeu vidéo
  • Tarif intéressant
Petit budget polyvalent

Intel Core i5-11400F

Petit budget polyvalent

  • Bonnes perf. globales
  • Tarif intéressant pour du 6c/12t
  • Suffisant pour le jeu vidéo
Un monstre de puissance

AMD Threadripper 3970X

Un monstre de puissance

  • Niveau de performances en applicatifs renversant
  • Efficacité énergétique plus que convenable, excellente gestion des 32 cœurs
  • De bonnes performances ludiques

Face au nombre de références, il n'est pas toujours simple de s'y retrouver, c'est pourquoi nous vous proposons une sélection que nous partageons en plusieurs grandes catégories avec, à chaque fois dans la mesure du possible, des candidats signés AMD et Intel.

Notre première catégorie, dite « petit budget », a pour vocation d'aboutir à des machines peu coûteuses. Nous avons opté pour des processeurs intégrant une solution graphique. Vous pourrez faire un peu de jeu vidéo, mais la bureautique et un usage multimédia sont plus indiqués.

Nous sélectionnons ensuite des processeurs dans l'idée de concevoir une machine destinée au jeu vidéo. Ils sont capables de bien d'autres choses, mais la sélection a été effectuée en pensant au rapport qualité / prix ludique. Ils devront être associés à une carte graphique musclée.

Enfin, notre troisième catégorie se focalise sur « l'applicatif lourd ». Là, le nombre de cœurs / threads est un argument décisif pour ces monstres de calcul qui risquent fort de faire exploser votre budget. Le jeu vidéo reste évidemment une possibilité, mais ce n'est pas l'usage premier de ces CPU.

Quel CPU pour une machine « petit budget » ?

AMD Ryzen 3 3200G

AMD Ryzen 3 3200G Un bon compromis
  • Un bon rapport performances / prix dans l'ensemble
  • L'apport de l'iGPU Radeon Vega 8
  • Ventirad Wraith Stealth inclus
L'alternative aux Core i3

Le Ryzen 3 3200G prend avec brio la relève du Ryzen 3 2200G en apportant des performances en hausse pour un tarif inchangé. Un joli tour de passe passe de la part d'AMD qui maintient néanmoins sa gamme d'APU un cran technologique en retrait des autres Ryzen.

L'alternative aux Core i3

Le Ryzen 3 3200G prend avec brio la relève du Ryzen 3 2200G en apportant des performances en hausse pour un tarif inchangé. Un joli tour de passe passe de la part d'AMD qui maintient néanmoins sa gamme d'APU un cran technologique en retrait des autres Ryzen.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

De prime abord, le Ryzen 3 3200G est une déception à cause d'un petit abus de la part d'AMD : en le nommant 3xxx, l'Américain laisse à penser qu'il fait partie de la grande famille Zen 2. Ce n'est pas le cas. Au sein de ce processeur, il n'est question « que » de cœurs Zen +, sensiblement moins performants. On reste aussi sur un processus de gravure en 12 nm et le PCI Express 4.0 n'est pas au menu.

Reste que pour moins de 150 euros, il permet de s'offrir une APU tout à fait fonctionnelle capable d'éviter l'achat immédiat d'une carte graphique. Vous pourrez réaliser toutes les tâches usuelles d'un PC desktop et même lancer quelques jeux pour vous divertir. Par la suite, vous pourrez toujours investir dans une vraie carte graphique, les 4 cœurs / 4 threads (pas de SMT ici) du Ryzen 3 3200G seront encore très corrects.

AMD Ryzen 5 3400G

AMD Ryzen 5 3400G
  • De bonnes performances pour un prix mesuré
  • On peut décemment jouer avec cette APU
  • Consommation et température contenus
Une solution graphique plus musclée

Le Ryzen 5 3400G prend brillamment la relève du 2400G et signe une belle montée en puissance par rapport au Ryzen 3 3200G. S'il reste limité, le jeu vidéo est encore un peu plus envisageable avec cette APU Vega 8.

Une solution graphique plus musclée

Le Ryzen 5 3400G prend brillamment la relève du 2400G et signe une belle montée en puissance par rapport au Ryzen 3 3200G. S'il reste limité, le jeu vidéo est encore un peu plus envisageable avec cette APU Vega 8.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

Le Ryzen 5 3400G souffre de la même « tromperie » que son petit frère puisque, là non plus, nous n'avons pas de cœurs Zen 2 au sein de ce CPU. Pour cette génération, AMD s'est contenté de cœurs Zen + et si c'est très regrettable, cela n'empêche pas le Ryzen 5 3400G d'être une solution tout-en-un très intéressante.

Évidemment, vous n'achèterez pas ce processeur si vous avez déjà en tête de lui associer une carte graphique : la partie CPU serait alors trop chère et pas assez moderne. En revanche, avec le 3400G, vous profiterez d'un Vega 11 capable de bien meilleures performances ludiques que sur le 3200G, un surcroît de l'ordre de 10 à 20%, et la présence du SMT permet - toujours avec 4 cœurs - de bénéficier de 8 threads. Un très bon produit pour veut monter une machine tout-en-un relativement polyvalente.

Quel CPU pour jouer ?

AMD Ryzen 5 3600XT

AMD Ryzen 5 3600XT
  • De bonnes performances sur les applications
  • Très efficace en utilisation ludique
  • Compatible PCI Express 4.0
Une valeur sûre

Basé sur une architecture vieillissante, le Ryzen 5 3600XT a encore de nombreux atouts à faire valoir… à commencer par sa disponibilité chez les revendeurs, ce qui n'est pas rien. Doté de bonnes performances en présence d'applications multithreadées, il brille aussi dans le jeu vidéo autrefois chasse gardée des solutions Intel.

Une valeur sûre

Basé sur une architecture vieillissante, le Ryzen 5 3600XT a encore de nombreux atouts à faire valoir… à commencer par sa disponibilité chez les revendeurs, ce qui n'est pas rien. Doté de bonnes performances en présence d'applications multithreadées, il brille aussi dans le jeu vidéo autrefois chasse gardée des solutions Intel.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

À sa sortie, le Ryzen 5 3600X a été comme un coup de massue dans le monde du CPU. Bientôt deux ans après sa commercialisation, il a été remplacé par le modèle XT, un bon choix de joueur qui a l'avantage d'être largement disponible et qui fait l'objet de promotions intéressantes. Le Ryzen 5 3600XT constitue le plus puissant représentant de la gamme Ryzen 5 à base de cœurs Zen 2.

Employant une gravure 7 nm FinFET - en nets progrès par rapport au 12 nm de la génération précédente - AMD propose une puce dotée de 6 cœurs / 12 threads cadencée à un maximum de 4,5 GHz et épaulée par 32 Mo de cache L3. Sur des applications capables d'exploiter pleinement le multithreading, le Ryzen 5 3600XT n'a guère de concurrent à ce niveau de prix que ce soit chez AMD ou chez Intel. S'il est un peu moins performant en jeu vidéo, il reste un compagnon ludique de premier plan.

Intel Core i5-11400F

Intel Core i5-11400F
  • Bonnes perf. globales
  • Tarif intéressant pour du 6c/12t
  • Suffisant pour le jeu vidéo
La puce à tout faire selon Intel

Il y a de bonnes chances que le Core i5-11400F suive la même trajectoire que le Core i5-10400F et devienne l'un des best-sellers d'Intel : les performances globales sont intéressantes, celles en jeu vidéo plus que suffisantes et son tarif le rend très attractif alors que le PCIe 4.0 arrive enfin chez Intel.

La puce à tout faire selon Intel

Il y a de bonnes chances que le Core i5-11400F suive la même trajectoire que le Core i5-10400F et devienne l'un des best-sellers d'Intel : les performances globales sont intéressantes, celles en jeu vidéo plus que suffisantes et son tarif le rend très attractif alors que le PCIe 4.0 arrive enfin chez Intel.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

La sortie de la gamme Rocket Lake-S n'a pas permis à Intel de faire de l'ombre aux Ryzen série 5000 d'AMD. Toutefois, le Core i5-11400F fait un peu figure d'exception dans la mesure où AMD n'a pas vraiment de produit à lui opposer. Il s'agit d'une des puces les moins onéreuses pour profiter, au mieux, des derniers jeux vidéo.

Parfois proposé à moins de 200 euros, il signe des performances ludiques supérieures à celles de la plupart du Core i5-10600K et vient même taquiner le Core i7-10700K. Il dispose pour cela de 6 cœurs / 12 threads et profite des optimisations sur les cœurs Cypress Cove fonctionnant de base à 2,6 GHz, mais capable de grimper jusqu'à 4,2 GHz sur tous les cœurs et même 4,4 GHz via l'Intel Turbo Boost 2.0.

AMD Ryzen 5 5600X

AMD Ryzen 5 5600X
  • Performances « applicatives »
  • Performances en jeu vidéo
  • Tarif intéressant
Meilleur rapport qualité/prix pour le jeu

Avec le 5600X, AMD frappe peut-être encore plus fort qu'avec le 5900X. Zen 3 est toujours aussi performant - il devance Intel même dans les jeux vidéo - mais il se montre aussi nettement moins onéreux. Une valeure sûre que nous ne pouvons que recommander.

Meilleur rapport qualité/prix pour le jeu

Avec le 5600X, AMD frappe peut-être encore plus fort qu'avec le 5900X. Zen 3 est toujours aussi performant - il devance Intel même dans les jeux vidéo - mais il se montre aussi nettement moins onéreux. Une valeure sûre que nous ne pouvons que recommander.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

Petit Poucet de la nouvelle gamme AMD Série 5000 à son lancement, le Ryzen 5 5600X avait l'importante mission de démocratiser le nouveau cœur Zen 3. Il est effectivement 30-35% moins cher que le Ryzen 7 5800X pour des performances finalement pas si éloignées… au moins sur de l'applicatif « léger » et du jeu vidéo.

Dans les applications les plus lourdes, sur de l'encodage vidéo ou d'importants calculs, les 2 cœurs / 4 threads supplémentaires du 5800X font pencher la balance en sa faveur. En revanche, pour le reste, le 5600X est au niveau des meilleurs. Mieux, il s'assure de fonctionner sans risque d'échauffement grâce à une efficacité énergétique parmi les meilleures jamais observées.

Intel Core i7-11700K

Intel Core i7-11700K
  • Perfs proches du 11900K
  • Cœur Cypress Cove réussi
  • iGPU en nets progrès
Jouer dans les meilleures conditions

S'il a la même note que son grand frère, le Core i7-11700K nous semble plus intéressant que le Core i9 : il offre des performances très similaires pour un coût moindre. En revanche, il reste moins intéressant que le Core i5-11600K et souffre de la comparaison avec les Ryzen série 5000.

Jouer dans les meilleures conditions

S'il a la même note que son grand frère, le Core i7-11700K nous semble plus intéressant que le Core i9 : il offre des performances très similaires pour un coût moindre. En revanche, il reste moins intéressant que le Core i5-11600K et souffre de la comparaison avec les Ryzen série 5000.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

Inutile de se voiler la face, les performances des puces Rocket Lake-S - la 11e génération d'Intel - ne sont pas aussi renversantes qu'espérées, la faute à des innovations encore trop timides alors que le fondeur reste bloqué sur son processus de gravure en 14 nm. Tout n'est cependant pas à jeter et le niveau de performances atteint reste plus que correct.

Pour une fraction du prix du grand frère i9, ce Core i7-11700K est ainsi capable de lui faire de l'ombre avec des résultats en applicatif comme en jeu vidéo parfois très proches. Ses 8 cœurs / 16 threads et son total de 16 Mo de cache L3 font le travail et ses fréquences de fonctionnement (3,6 GHz de base / 5 GHz en boost) sont parmi les plus élevées du marché. Attention cependant, la consommation électrique est importante et l'efficacité énergétique déficiente.

Quel CPU pour de l'applicatif lourd ?

AMD Ryzen 9 5900X

AMD Ryzen 9 5900X
  • Perfs en single / multicore
  • Encore moyen d'overclocker
  • Chauffe modérée
La puissance sans se poser de question

Une très belle performance pour AMD que ce Ryzen 9 5900X. Non content d'être un monstre de puissance en multithread, il profite pleinement des améliorations apportées par les ingénieurs pour assurer aussi en singlethread. Capable de s'adapter à toutes les situations et relativement bon en overclocking, il dispose d'un bon, voire très bon rapport qualité / prix.

La puissance sans se poser de question

Une très belle performance pour AMD que ce Ryzen 9 5900X. Non content d'être un monstre de puissance en multithread, il profite pleinement des améliorations apportées par les ingénieurs pour assurer aussi en singlethread. Capable de s'adapter à toutes les situations et relativement bon en overclocking, il dispose d'un bon, voire très bon rapport qualité / prix.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

Pas moins de 12 cœurs Zen 3, technologie SMT pour 24 threads, gravure 7 nm, 32 Mo de cache L3, 3,7 GHz de fréquence de base et jusqu'à 4,8 GHz en boost, le Ryzen 9 5900X est une bête de course… Pourtant, au moment de sélectionner notre CPU pour « de l'applicatif lourd », nous avons hésité. Le Ryzen 9 5950X place effectivement la barre encore un peu plus haut, mais pour un tarif qui gonfle trop rapidement.

Nous avons donc décidé de rester sur le Ryzen 9 5900X et nous ne le regrettons pas. Depuis déjà plusieurs générations, AMD a damé le pion d'Intel côté applicatifs : la puissance de calcul, plus encore dans un environnement largement multithreadé est clairement à l'avantage du Ryzen 9 5900X. Cela dit, même dans le jeu vidéo, autrefois apanage d'Intel, le Ryzen 9 5900X finit par s'imposer, quoique l'écart est minime.

Intel Core i9-10980XE Extreme Edition

Intel Core i9-10980XE Extreme Edition
  • De bonnes performances générales
  • Un excellent potentiel en overclocking
  • Efficacité énergétique intéressante, consommation mesurée
Le meilleur de chez Intel

Après les Core i9-7980XE et Core i9-9980XE, Intel passe au Core i9-10980XE. L'évolution est très légère et si les performances restent de très haut niveau, on assiste à l'agonie d'une architecture qui peine à contenir les assauts des nouveaux Ryzen. Sur le strict plan des performances, Intel ne démérite toutefois pas et profite d'un meilleur positionnement tarifaire avec ce CPU.

Le meilleur de chez Intel

Après les Core i9-7980XE et Core i9-9980XE, Intel passe au Core i9-10980XE. L'évolution est très légère et si les performances restent de très haut niveau, on assiste à l'agonie d'une architecture qui peine à contenir les assauts des nouveaux Ryzen. Sur le strict plan des performances, Intel ne démérite toutefois pas et profite d'un meilleur positionnement tarifaire avec ce CPU.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

Successeur logique des 7980XE et 9980XE, le Core i9-10980XE n'est pas plus une révolution que ne pouvait l'être le Core i9-10900K sur son propre segment de marché, mais alors qu'Intel n'a pour l'heure pas annoncé de Rocket Lake-X pour venir remplacer la génération Cascade Lake-X, nous lui maintenons « notre confiance ».

Une confiance relative cependant tant la pression exercée par AMD est importante : d'un côté, nous avons les Ryzen série 5000 et de l'autre la gamme Threadripper. Reste que les 18 cœurs / 36 threads, les 24,75 Mo de cache L3 et sa fréquence de base de 3 GHz assurent au Core i9-10980XE des performances intéressantes sur de l'applicatif lourd. Sa puissance de calcul conviendra à de nombreux usages, mais gardez à l'esprit que le rapport qualité / prix ne joue plus en sa faveur.

AMD Threadripper 3970X

AMD Threadripper 3970X
  • Niveau de performances en applicatifs renversant
  • Efficacité énergétique plus que convenable, excellente gestion des 32 cœurs
  • De bonnes performances ludiques
Le roi de l'applicatif

À n'en pas douter, le Threadripper 3970X ne sera pas le processeur de M. Tout-le-monde. Reste que même si le prix est « indécent », le niveau de performances l'est tout autant : 32 cœurs pour des résultats défiant toute concurrence.

Le roi de l'applicatif

À n'en pas douter, le Threadripper 3970X ne sera pas le processeur de M. Tout-le-monde. Reste que même si le prix est « indécent », le niveau de performances l'est tout autant : 32 cœurs pour des résultats défiant toute concurrence.

Pourquoi l'aime-t-on chez Clubic ?

Avant tout destiné aux professionnels pouvant budgétiser un tel achat, le Threadripper 3970X est le processeur de tous les superlatifs qui n'est devancé que par le grand frère, le Threadripper 3990X, mais à plus de 4000 euros la puce, il est bien trop cher. Il s'agit pour AMD de LA solution pour le marché HEDT (ou High End DeskTop pour très haut de gamme).

AMD a ici poussé le curseur encore un peu plus loin avec un maximum de 32 cœurs / 64 threads et 128 Mo de cache L3. La montée en puissance par rapport à la génération précédente est stupéfiante : sur de l'encodage x264, on peut diviser les temps de calcul par deux ! Pour ne rien gâcher, la nouvelle génération de Threadripper est liée au chipset TRX40. Une association qui ouvre la voie au PCI Express 4.0 avec un maximum de 72 lignes exploitables : de quoi alimenter d'innombrables périphériques.

Comment choisir votre processeur ?

CPU, APU, SoC, qu'est-ce que c'est ?

CPU, APU et SoC renvoient tout trois à une conception différente du processeur et à des usages distincts. Le CPU (Central Processing Unit) est le processeur classique que l'on trouve sur les ordinateurs de bureau et sur les portables. Véritable cerveau de nos machines, il renferme plusieurs cœurs qui « tournent » à des fréquences variant en fonction des modèles, des marchés auxquels il se destine et de sa conception.

La plupart des CPU récents comprennent une petite puce graphique (iGPU) capable de prendre en charge l'affichage sans faire appel à une carte graphique ou vidéo dédiée, mais il ne faut pas leur en demander plus. C'est là que l'APU entre en scène. L'APU (Accelerated Processing Unit) est, pour faire simple, l'association d'un CPU et d'un circuit graphique dédié. Une manière de dire qu'il s'agit d'un processeur ayant hérité d'un appendice graphique plus costaud que le simple iGPU évoqué plus haut. À cet égard, l'APU se rapproche du SoC qui intègre d'autres composants essentiels, mais nous y reviendrons. Fréquents chez AMD, les APU profitent de performances supérieures à celles des CPU dotés d'iGPU en matière de calcul vidéo. Cela leur permet, sur PC, de lancer certains jeux peu gourmands dans des conditions convenables.

Notons enfin que des APU dits customs (conçus par AMD) sont utilisés sur les consoles de salon actuelles (PlayStation / Xbox). Les joueurs PC leur préfèrent l'alliance d'un CPU et d'un GPU dédié, tandis que Nintendo et sa Switch ont opté pour un SoC Tegra signé NVIDIA, plus adapté à l'orientation nomade de l'appareil. Voilà une transition rêvée pour aborder le cas des SoC (System on a Chip). Cette troisième catégorie de puces concernait jusqu'à présent, et pour l'essentiel, les smartphones ainsi que quelques consoles de jeu portables, mais la sortie des premiers laptops Windows équipés de SoC Snapdragon a changé la donne... au point de faire entrer de plain-pied ce type de systèmes dans le monde mobile.

Typiquement, et comme leur nom l'indique, les SoC sont des puces regroupant un CPU, une partie graphique, mais aussi d'autres ingrédients (périphériques d'interface, mémoire vive, capteurs divers...) permettant d'accoucher d'un tout complet, très économe en énergie et prêt à être monté sur une carte mère. De nombreux constructeurs se sont au fil des années attachés à produire des SoC, essentiellement en vue de les intégrer à des smartphones. Parmi eux, Huawei, au travers de sa filiale HiSilicon, Samsung avec ses puces Exynos, Apple, Nvidia, Qualcomm ou encore MediaTek. Les SoC constituent une réponse aux enjeux d'autonomie sur plateformes mobiles. Ils deviennent par ailleurs, années après années, de plus en plus performants.

Cœurs / fréquences, un repère à garder en tête

La question des cœurs (ou cores en anglais) et des fréquences aura été centrale tout au long de notre comparatif, et pour cause, il s'agit des deux principaux éléments à prendre en considération pour obtenir une idée générale des performances d'un processeur. La chose mérite toutefois d'être abordée avec mesure : avoir un processeur bardé de cœurs ne rime pas toujours avec des performances de folie. De manière générale, la plupart des processeurs actuels (exception faite des certaines puces entrée de gamme) sont équipés d'au moins quatre cœurs physiques, complétés dans certains cas par l'Hyperthreading ou le SMT pour une démultiplication des cœurs logiques (ou threads). La règle consiste souvent à dire que plus il y a de cœurs dans un processeur, mieux c'est, mais ce n'est pas toujours le cas : il y a quelques années, un processeur Intel quadruple-cœurs valait mieux qu'un CPU AMD octuple-cœurs.

La question de l'architecture (conception interne d'un processeur) et de la finesse de gravure (14 nm, 12 nm, 7 nm...) rentre ainsi plus que jamais en ligne de compte pour estimer l'efficacité d'un processeur et de ses cœurs. Pour faire simple, un processeur doté de deux cœurs fera encore tout à fait l'affaire pour de la bureautique et du multimédia (surtout avec de l'Hyperthreading chez Intel ou du SMT chez AMD), une puce équipée de quatre ou six cœurs sera parfaite pour jouer, tandis que le calcul lourd aura tendance à requérir huit cœurs ou plus. L'important est donc de garder en tête ce que vous souhaitez faire de votre machine, afin d'acquérir un processeur adapté à vos besoins.

Question fréquence, AMD et Intel ont pris l'habitude d'augmenter la cadence de leurs puces au fil des années. Qui dit fréquences élevées, dit performances importantes, certes, mais aussi consommation en hausse. Un facteur à garder à l'œil. Des fréquences élevées sont utiles en jeu et en calcul, mais feront chauffer le processeur pour des clopinettes en usage bureautique et multimédia, par exemple. C'est pour cette raison que les processeurs sont capables d'ajuster leur fréquence aux usages et qu'ils disposent de fréquences dites de boost pour aller encore plus loin que l'usage « de base ». Notons enfin que les laptops misent souvent sur des processeurs dotés de fréquences relativement basses. Un moyen de conserver une consommation raisonnable... pour une meilleure autonomie.

L'overclocking : c'est quoi ?

L'overclocking (ou surcadençage en bon français) n'est autre que l'augmentation de la fréquence de fonctionnement de base d'une puce ou, en réalité, de n'importe quel composant que l'on pousse au-delà des recommandations de son constructeur.

Dans le monde des cartes graphiques, de nombreux constructeurs, partenaires d'AMD ou de NVIDIA, proposent des modèles overclockés en usine afin que l'utilisateur profite d'un GPU un peu plus rapide. Sur les CPU, c'est davantage l'usager lui-même qui s'occupe de booster les fréquences de sa puce pour un gain de performances parfois très intéressant, notamment sur les puces qui prennent de l'âge.

Pour overclocker son processeur, il fallait généralement se rendre dans le BIOS pour agir sur le coefficient multiplicateur de son CPU et/ou le FSB (Front Side Bus ou fréquence du bus de données). Il faut souvent également modifier le Vcore du processeur et y aller progressivement pour s'assurer d'un surcadençage réussi et stable. L'idée est de faire progresser ces différentes valeurs pas à pas.

Cela nous amène à évoquer les risques induits par l'overclocking. Bien que ce dernier puisse améliorer sensiblement les performances d'un processeur, avoir les yeux plus gros que le ventre peut avoir de graves conséquences. Aujourd'hui, des sécurités existent, mais en étant particulièrement maladroit, il doit encore être possible de griller son processeur alors… prudence !

De nombreux didacticiels sont disponibles en ligne et nous aurons peut-être l'occasion de revenir plus en détail sur cet intéressant sujet.

La question du TDP : importante pour choisir ses composants

Nous avons abordé la question de la consommation à plusieurs reprises au cours de ce comparatif, souvent en pointant l'importance du TDP (Thermal Design Power). L'enveloppe thermique des processeurs est en effet un point essentiel à prendre en compte dans le choix d'un processeur, notamment parce qu'il contribuera à déterminer quelle alimentation sélectionner (ou si votre alimentation actuelle est suffisante pour accueillir un nouveau processeur, potentiellement plus performant et gourmand en watts). Plus la consommation d'un processeur est grande, plus il dégage de chaleur, chaleur qu'il faudra ensuite dissiper. La question du TDP d'un CPU entre donc également en ligne de compte dans le choix d'un système de dissipation.

Les différents types de refroidissement

Il existe trois principaux types de systèmes de refroidissement pour processeurs de bureau : le ventirad, le watercooling AiO (All-in-One pour tout-en-un) et le watercooling custom. - Le ventirad est parfois livré directement avec le processeur au moment de l'achat. Les ventirads fournis de base sont toutefois loin d'être suffisants pour refroidir correctement un processeur utilisé pour des tâches plus poussées que la bureautique ou le multimédia. Si vous optez pour un Core i5, i7 ou un i9, il est conseillé d'investir dans un ventirad plus volumineux, plus efficace.

Il existe des ventirads de toutes tailles, certains sont conçus pour être installés à l'horizontale dans le boîtier, d'autres à la verticale. Ces solutions sont proposées par de nombreux fabricants, mais Be Quiet, Noctua et CoolerMaster sont probablement les trois constructeurs les plus reconnus sur ce marché et seront donc les marques à privilégier. En matière de prix, on passe facilement du simple au triple entre les produits basiques et les modèles les plus haut de gamme. Dans l'immense majorité des cas, les ventirads sont fournis avec un seul ventilateur (un second sera parfois nécessaire pour améliorer le flux d'air) ainsi que des supports de fixation adaptables aux cartes mères et aux différents sockets du marché.

Les watercooling AiO sont des systèmes de refroidissement liquides de plus en plus populaires, notamment dans le monde des tours Gaming. Il permettent dans certains cas (pas toujours) une dissipation thermique plus efficace que les ventirads, mais ont surtout pour avantage de prendre moins de place dans le boîtier et d'être plus esthétique. Le principal atout des solutions All-in-One (tout-en-un) est de proposer une approche ultra simplifiée du watercooling traditionnel. L'installation se fait donc a peu près aussi facilement que celle d'un ventirad. Autre intérêt : leur prix. Bien que plus coûteux en moyenne que les ventirads, les watercooling AiO sont bien plus abordables que les solutions à concevoir et monter soi-même. Ils se déclinent le plus souvent en versions 120 et 240 mm. Les principaux pourvoyeurs de watercooling AiO sont BeQuiet, Cooler Master, Corsair, Enermax, Fractal Design et Thermaltake NZXT.

Les watercooling customs profitent des même avantages que les modèles AIO, à ceci près qu'ils sont entièrement adaptables aux besoins et envies de l'utilisateur, et ce pour une raison très simple : c'est lui qui se chargera de concevoir le « circuit de refroidissement » de sa tour en achetant une à une les pièces qui le composeront. Le terme « circuit » n'est pas usurpé puisqu'un système de watercooling custom pourra tout à fait englober le GPU afin refroidir à la fois le processeur et la carte graphique.

Cette solution, très efficace, a toutefois deux inconvénients de taille : une certaine complexité avec laquelle il faudra composer et un coût pouvant facilement faire grimper la facture.

Les processeurs pour laptop : que prendre en compte à l'achat ?

De manière assez basique nous répondront en pointant qu'un processeur reste un processeur et que les principaux critères de sélection évoqués plus haut s'appliquent aussi dans le cas des laptops. Cependant, certaines spécificités propres aux processeurs mobiles sont à prendre en compte pour réaliser un achat le plus opportun possible. Sur le marché des ordinateurs portables, plusieurs types de puces cohabitent, pour une variété tout aussi marquée que sur ordinateur de bureau, mais peut-être un peu plus opaque.

Les processeurs pour laptops sont conçus pour conserver un TDP le plus bas possible afin de limiter la chauffe et préserver autant que possible l'autonomie… même s'il existe des exceptions. Chez Intel, l'offre s'articule principalement autour des références H / HK, U et Y (nous ignorons volontairement les CPU entrée de gamme avec suffixe N). Ses processeurs les plus efficaces sur le montage, le jeu vidéo et le calcul seront sans conteste les CPU estampillées H et HK (Core i5, i7 et i9). Ces derniers se montrent (presque) aussi efficaces que leurs homologues dédiés au marché desktop et ne sont pas spécialement économes en énergie. On les trouve surtout sur les grosses machines pensées pour le jeu ou sur des laptops destinés aux professionnels. Les MacBook Pro 15 pouces d'Apple misent aussi sur ces puces, notamment sur les Core i7 et i9 pourvus de 6 et 8 cœurs.

Pour une machine polyvalente, capable de tenir plus longtemps sur batterie, ce sont les puces U d'Intel qu'il faut privilégier. Ces dernières (Core i3, i5 et i7) profitent souvent de 4 cœurs et d'un bon équilibre performances / consommation, grâce à un TDP maintenu entre 15 et 30 watts (45 watts pour les puces H et HK). On les retrouvera sur de nombreux portables milieu / haut de gamme conçus pour la mobilité sans pour autant sacrifier les performances. Notons qu'AMD propose d'honnêtes alternatives. Bien qu'en retrait face à Intel sur le marché du CPU pour laptop, la firme de Lisa Su est revenue en force il y a deux ans avec des Ryzen 5 et Ryzen 7 basse consommation, intégrés à des laptops bureautique et multimédia. HP et Lenovo ont des modèles ainsi équipés. Restent les puces dotées du suffixe Y. Il s'agit chez Intel de CPU ultra-basse consommation, intégrés aux ultraportables plutôt cossus, comme le Swift 7 d'Acer. Déclinées en Core i5 et i7, ces puces se contentent de 2 cœurs et visent l'autonomie ainsi qu'une chauffe la plus réduite possible pour être intégrées à des laptops dépourvus de systèmes de dissipation actifs. Elle se rapprochent en cela du cœur de cible des lignées m3 et m5, également proposées par Intel.

Bouclons notre dossier en revenant sur le cas des processeurs ARM. Comme évoqué précédemment, l'américain Qualcomm a fait une entrée réussie sur le marché des laptops sous Windows 10, avec ses puces Snapdragon 8XX initialement pensées pour les smartphones et tablettes. Elles ont pour elles une consommation réduite, mais leurs performances demeurent faibles en comparaison de ce qu'Intel peut proposer. La chose pourrait toutefois évoluer dans les mois à venir, avec le lancement de nouvelles générations de puces ARM Qualcomm. Avec elles, la suprématie d'Intel et des processeurs x86 sur ce marché pourrait diminuer. Apple lui-même s'est lancé sur ce segment avec la sortie - en novembre 2020 - du M1, une puce ARM qui propulse, avec vigueur, plusieurs MacBook. La généralisation des SoC sur le secteur du PC portable pourrait conduire à une révolution sur ce marché en déclin... et pourtant indispensable.

Modifié le 09/06/2021 à 16h25
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
25
17
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page