Comparatif 2019 : quel est le meilleur écran pc ?

le 04 février 2019 à 12h51
0

Comment choisir le meilleur écran pc ?


ecran pc

Si choisir un ordinateur requiert évidemment une attention particulière, il en va de même de son compagnon le plus essentiel qu'est l'écran. Bien que les différents formats, tailles et définitions soient les critères les plus classiques à comprendre et à évaluer, il ne faut pas cependant mettre de côté d'autres éléments primordiaux dans le choix d'un écran.



1. Asus ROG Swift PG27UQ, l'écran ultime des gamers


Asus ROG Swift PG27UQ


Les plus
+ La G-Sync HDR
+ Excellente colorimétrie
+ Bonne rémanence et réactivité pour une dalle IPS
Les moins
- 27" est une taille limite pour réellement profiter de la 4K
- Fuite de lumière
- Ventilateur un peu bruyant (36 dB)


Si la télévision fut le premier bénéficiaire de la HDR, les PC ont pu obtenir à leur tour le droit de profiter de cette technologie avec l'apparition de nouveaux moniteurs spécialement conçus pour cela. Et le Asus ROG Swift PG27UQ est l'un des pionniers du genre. Mais arrive-t-il à la hauteur de ses prétentions ?

Une ergonomie racée et sportive


Côté design et ergonomie, le Asus ROG Swift PG27UQ présente un look agréable à regarder et plutôt bien pensé, bien que perfectible.
Sur le design, aucun doute possible : Asus s'adresse avant tout aux gamers. En témoigne à ce titre le dos de l'écran qui laisse place à une gravure futuriste, une illumination du logo ROG et un système de projection affichant ce dernier sur le mur situé derrière.

Sur l'ergonomie, pas mal de choses appréciables sont à souligner, même si quelques imperfections se nichent ici ou là. En outre le pied, peut-être un peu trop imposant, supporte une tête réglable en hauteur et pouvant incliner ou faire pivoter l'écran. Notons aussi la présence d'une grille d'aération sur le dessus de celui-ci, accompagnée d'un ventilateur, qui n'est certes pas inutile, mais reste exceptionnel et provoque une légère nuisance sonore.
Enfin la connectique est bien positionnée et propose, conformément au moniteur G-Sync qu'il est, un DisplayPort 1.4, une entrée HDMI et deux ports USB 3.0.

La réactivité élevée de la dalle IPS


Il ne fait aucun doute qu'un écran de ce type, bien que clairement classé parmi le très haut de gamme, ne saura jamais être aussi réactif que les moniteurs dotés d'une dalle TN.
Mais il serait injuste cependant de penser que la réactivité est son point faible. Avec un temps de réponse évalué à 8,5 ms il se classe parmi les meilleurs écrans gaming avec une dalle IPS. Par ailleurs, il évite certains écueils particulièrement fatigants, notamment la présence de scintillements potentiellement gênants, et propose un taux de rafraîchissement maximum à 120 Hz et overclockable à 144 Hz. Combiné à la technologie G-Sync de Nvidia avec lequel il est compatible, le déchirement de l'image et le stuttering sont enfin évités, et la fluidité est assurée en toutes circonstances.

Notre avis sur le ROG Swift PG27UQ


L'HDR arrive sur PC après une entrée remarquée sur les téléviseurs. Bien qu'encore peu exploitée, il est probable que le HDR améliorant subtilement, mais efficacement, la qualité de l'image finisse par s'imposer. En attendant, le Asus ROG Swift PG27UQ propose de s'initier à cette technologie séduisante encore peu exploitée sur PC, mais pas à n'importe quel prix et avec quelques imperfections. Outre une consommation électrique élevée et la présence d'un ventilateur dans l'écran, le tarif de ce modèle se négocie aux alentours de la coquette somme de 2 500 euros. De quoi inviter beaucoup de joueurs à être patients, le temps que la technologie devienne un peu plus mature et surtout plus accessible. Seuls les plus fortunés et les plus impatients peuvent donc goûter aux joies du HDR dans les jeux pour l'instant.
Retour au menu

2. Alienware AW2518H, l'écran gamer haut de gamme


Alienware AW2518H


Les plus
+ Excellente rémanence
+ Taux de rafraichissement
+ Connectique
Les moins
- Faible angle de vision
- Paramétrage du gamma impossible
- Pas de balayage du rétroéclairage


Le fabricant américain Alienware propose deux moniteurs gaming : l'Alienware AW2518H équipé de la G-Sync de Nvidia, et le AW2818HF davantage conçu pour le FreeSync de chez AMD. C'est ici le premier qui nous intéresse et, disons-le, le résultat est plutôt séduisant. Explications.

Une ergonomie élégante et efficace


Côté design et ergonomie, l'Alienware AW2518H présente un look élégant et épuré qui rappelle celui de son grand frère le AW3418DW, ce qui est peu commun pour le fabricant à la tête d'extra-terrestre. Seul signe distinctif : le logo permettant de reconnaître la marque et signifiant alors son orientation gaming.

Son ergonomie est d'ailleurs très bien pensée. Outre un réglage en hauteur sur 13 cm, l'écran peut s'incliner jusqu'à 25° vers l'avant et propose une rotule pour le pivoter de 20° maximum de chaque côté. Bien que le moniteur puisse être positionné à la verticale, ce n'est ici que d'un faible intérêt, en raison d'une dalle TN qui limite l'angle de vue.

Conformément à sa dénomination G-Sync, la connectique vidéo proposée inclut un DisplayPort permettant d'atteindre la fréquence promise de 240 Hz avec une résolution de 1920 x 1080 pixels. Si le HDMI 1.4 présente bien un affichage en Full HD également, la fréquence est limitée à 120 Hz avec cette connectique, ce qui est tout de même beaucoup. Reste enfin à souligner la présence d'une prise mini-jack et de quatre ports USB 3.0 dont une moitié se trouve sur le côté droit, et l'autre sur la tranche inférieure du moniteur.

La réactivité fulgurante de la dalle TN


Assez conforme aux standards des écrans destinés aux gamers, l'Alienware AW2518H se dote d'une dalle TN qui lui autorise une réactivité fulgurante de 3 ms. De quoi assurer l'absence de ghosting avec un paramétrage adéquat et offrir une expérience idéale sur des jeux rapides.

Son autre atout - en plus de sa réactivité - est le choix d'une technologie WLED, combinant des cristaux liquides à un rétroéclairage par des LED. Présentant l'avantage d'être assez économe, elle permet également de compenser en partie les défauts de la dalle TN, sans cependant faire des miracles. Bref, la qualité d'image est plutôt très bonne, mais pas exceptionnelle, et sa densité 89 ppp (pixels par pouce) est une moyenne très satisfaisante.

Enfin, il est adapté à la technologie G-Sync de Nvidia, lui autorisant une synchronisation allant jusqu'à 240 Hz avec la carte graphique. Théoriquement atteignable avec les cartes les plus performantes proposées par Nvidia et sur des jeux pas trop gourmands, cela reste néanmoins assez peu utile, tant un écran capable d'aller jusqu'à 120 ou même 144 Hz est largement suffisant.

Notre avis sur l'Alienware AW2518H


L'Alienware AW2518H est un excellent moniteur pour tout joueur en quête de réactivité. Avec une dalle proposant un rafraîchissement de 240 Hz bien conçu, cela reste exceptionnel et peu de jeux seront concernés par de telles performances. L'ergonomie est particulièrement bien pensée, le design est plaisant et impeccablement fini, et les défauts de la dalle TN, bien que perceptibles, sont peu handicapants. Bref, il y a très peu à redire pour ce modèle de moniteur taillé pour du jeu intensif.
Retour au menu

3. Eizo ColorEdge CS2730, l'écran arts graphiques de référence


Eizo ColorEdge CS2730

Les plus
+ Excellent calibrage matériel
+ Excellente colorimétrie
+ Ergonomie
Les moins
- Un très léger manque de contraste
- Sonde de calibrage non fournie à l'achat
- Une visière accompagnant cet écran aurait été un véritable plus


La marque Eizo est réputée pour la grande qualité de ses écrans, destinés aux professionnels de l'image. Et son modèle le ColorEdge CS2730 semble ne pas faire exception, tout en présentant un tarif qui est certes élevé dans ce segment, mais paraît justifié au regard de la qualité proposée. Respecte-t-il ses promesses ? Une petite analyse s'impose.

Une ergonomie très nettement améliorée


Au niveau du design, le Eizo ColorEdge CS2730 présente un look élégant et épuré qui est typique de la marque. Respectant un cadre aux proportions parfaites, rien ne dénote dans son allure.
Son ergonomie est par ailleurs nettement améliorée par rapport à son semblable, le CS270, et propose à ce titre un réglage en hauteur, une poignée, la rotation de l'écran, et des boutons aussi discrets qu'efficaces. D'une taille de 27 pouces, il correspond au minimum standard pour les professionnels de l'image et se combinera donc efficacement avec d'autres moniteurs pour concevoir un environnement de travail multiécran.
Reste enfin la connectique. Ici, aucune innovation n'est à attendre puisqu'inutile, l'écran proposant un connecteur DVI-D, un HDMI, un DisplayPort, et une prise USB 3.0. De quoi suffire pour répondre à la plupart des besoins.

Une dalle IPS antireflet et aisément paramétrable


Au niveau de la qualité de l'image, la résolution de 2560 x 1440 pixels repose sur une dalle IPS parfaitement adaptée aux travaux graphiques. Au regard de sa taille de 27 pouces, sa densité de pixels est de quasiment 94 ppp, ce qui lui assure une excellente place en matière de précision de l'image. Il faut aussi noter la présence d'un traitement antireflet, permettant de fortement réduire les nuisances visuelles et conférant au rendu général de l'image une netteté non négligeable.

Mais la cerise sur le gâteau, c'est bel et bien la possibilité de calibrer l'écran grâce au logiciel fourni par le constructeur, le ColorNavigator. Permettant un calibrage d'une redoutable précision, et ce très facilement, l'écran n'est cependant pas doté de sonde, ce qui obligera son propriétaire à faire un investissement supplémentaire en en acquérant une qui est compatible. Sans quoi, le calibrage sera plus difficile.

Notre avis sur le Eizo ColorEdge CS2730


C'est un examen réussi pour ce Eizo ColorEdge CS2730. Respectant la réputation d'un matériel de qualité, cet écran de 27 pouces demeure efficace et plaisant à utiliser. Outre une dalle IPS aussi performante que belle, une ergonomie parfaitement conçue et son format relativement compact en font un instrument de travail presque parfait. Presque, car cette excellence a cependant un prix : aux alentours de 1 050 euros. Si c'est certes plus cher par rapport à l'ensemble de la concurrence, ce tarif est toutefois justifié au regard de la qualité quasiment parfaite de ce moniteur.
Retour au menu

4. Dell S2419H, un écran d'entrée de gamme très bien calibré


Dell S2419H

Les plus
+ Dalle IPS mate
+ Excellente luminosité
+ Colorimétrie
Les moins
- Ergonomie
- Contraste
- Connectique



Le moniteur Dell S2419HM se positionne comme un écran polyvalent et surtout efficace pour du multimédia. Son principal argument : une luminosité telle qu'elle favoriserait un visionnage de grande qualité de films, séries et vidéos amateurs. Tient-il ses promesses ? Peut-il se montrer aussi performant dans d'autres situations ? Examinons cela de plus près.

Une ergonomie élégante et efficace


Au niveau du design, le Dell S2419H présente un look épuré d'une élégance remarquable. Le contour de l'écran est d'ailleurs quasiment absent, ne faisant que 6 mm d'épaisseur ! La seule exception logique est le bas du moniteur, qui réceptionne le logo de la marque et les boutons de paramétrage, et ce très discrètement.

Mais un style aussi beau se fait au prix d'une ergonomie simplifiée, ce qui est inhabituel pour Dell. Seul un ajustement de l'inclinaison de l'écran est possible, interdisant par la même occasion un réglage de la hauteur ou toute rotation.

Autre sacrifice en faveur du design, la connectique. Le service minimum est garanti, mais on aurait pu espérer mieux que deux prises HDMI, confirmant ici l'orientation multimédia du moniteur. Théoriquement, un connecteur DisplayPort n'aurait pas été de trop, mais on va vite comprendre que ce sacrifice est acceptable.

Une dalle IPS très lumineuse, mais sans plus



On se rend rapidement compte qu'un DisplayPort aurait été certes un ajout intéressant, mais pas indispensable, au regard de la résolution en 1920 x 1080 pixels pour un écran de 23,8 pouces. Avec une densité de 93 ppp, la netteté de l'image est indiscutable et le moniteur se montre peu gourmand vis-à-vis de n'importe quelle carte graphique actuelle.

Mais son argument principal, c'est sa luminosité. Et effectivement, il est difficile d'être déçu avec ses 600 cd/m², dépassant ici la concurrence des écrans d'entrée de gamme. Il en va de même de la colorimétrie qui propose un très bon rendu. En revanche, et même si c'est attendu sur une dalle IPS, le contraste est vraiment faible comparé aux autres moniteurs de ce segment.

Reste enfin sa réactivité. Et ici, d'après les données du constructeur, il faut s'attendre à un temps de réponse de 5 ms au mieux. De quoi susciter un peu de méfiance, mais qui ne devrait pas être handicapant pour du gaming occasionnel.

Notre avis sur le Dell S2419H


Il ne fait aucun doute que cet écran se distingue par son style d'une élégance impeccable, sa luminosité remarquable et sa colorimétrie plutôt bien équilibrée. Mais sa dalle IPS trahit une grande faiblesse au niveau du contraste et son ergonomie assez rudimentaire dénote des habitudes du constructeur américain. Résolument orienté pour du multimédia, cet écran peut servir également à de la bureautique sans la moindre difficulté. Mais il est cependant à éviter pour du gaming régulier ou soutenu, ou pour des réalisations graphiques comme de la retouche photo.
Retour au menu

5. Iiyama B2483HSU-B1DP, un écran d'entrée de gamme qui ravira toute la famille


Iiyama B2483HSU-B1DP

Les plus
+ FreeSync
+ Rémanence et réactivité
+ Ergonomie
Les moins
- Pas de port HDMI
- Contraste et luminosité
- Son


Le moniteur Iiyama B2483HSU-B1DP se propose comme un écran polyvalent et réactif, aussi bien à l'aise dans les jeux vidéo que pour de la retouche photo ou encore du visionnage de films. Autant de promesses qui peuvent laisser un brin songeur et inciter à pousser la bête dans ses retranchements pour voir si tout cela est bien vrai. Regardons cela de plus près.

Une ergonomie optimale, un design quelconque


Côté design, le Iiyama B2483HSU-B1DP présente un look sobre et plutôt quelconque. Le constructeur ne semble visiblement pas très intéressé à l'idée d'innover dans ce domaine, tant ses écrans se ressemblent les uns aux autres. Qu'importe, car même si la carrosserie n'est pas extra, reste à savoir si tout fonctionne très bien.

Sur l'ergonomie, c'est une autre histoire. L'écran repose ici sur un pied très stable permettant de l'orienter à loisir. Il est non seulement possible de régler la dalle en hauteur, de passer en mode portrait, de l'incliner verticalement ou de le faire pivoter de chaque côté. Bref, il dispose de la panoplie nécessaire à tout bon ajustement pour un angle de vision optimal. Pour un modèle d'entrée de gamme, c'est appréciable.

Côté connectique, le B2483HSU-B1DP se démarque par sa polyvalence, le rendant apte à être utilisé avec presque n'importe quelle carte graphique. En outre, il propose un connecteur DisplayPort, du DVI, du VGA, une entrée et une sortie mini-jack, et 2 ports USB 2.0. Dommage que ce ne soit pas du 3.0, mais pas de quoi se sentir lésé non plus.

Une dalle TN efficace et équilibrée


Présenté comme polyvalent, ce moniteur doit donc prouver qu'il offre une prestation aussi bonne en retouche photo que dans les jeux vidéo ou des missions de bureautique. Et le résultat est tout à fait satisfaisant.
D'abord, sa résolution en 1920 x 1080 pixels pour une taille de 24 pouces lui permet d'atteindre une densité de 91,8 ppp. Pas de quoi rougir donc. Par ailleurs, sa colorimétrie s'avère étonnamment bonne pour une dalle TN d'entrée de gamme. Sans être excellente, elle permet un travail occasionnel de retouche photo.

Enfin, sa réactivité s'avère plutôt satisfaisante si les paramétrages sont bien effectués, avec un temps de réponse de 6 ms, ce qui est suffisant pour la plupart des jeux, y compris pour les plus rapides.

Notre avis sur le Iiyama B2483HSU-B1DP


Certes, le Iiyama B2483HSU-B1DP n'est pas une machine de guerre capable de tout faire à la perfection, et ce n'est de toute façon pas ce qu'on lui demande. Apte aussi bien à donner une image suffisamment propre lors de retouches photo, de visionnage de films, ou encore durant des parties de jeux vidéo, il saura satisfaire tous les besoins, y compris pour de la bureautique ou de la navigation sur le web. Reste enfin son prix, situé autour de 160 euros, ce qui en fait un écran ayant un bon rapport qualité/prix.
Retour au menu

6. ViewSonic VA2407H, un écran full HD à l'excellent rapport qualité/ prix


ViewSonic VA2407H

Les plus
+ Colorimétrie
+ Consommation électrique
+ Polyvalent
Les moins
- Ghosting et rémanence
- Ergonomie
- Connectique



Le moniteur ViewSonic VA2407H se place comme un modèle d'entrée de gamme au prix très attractif de 100 euros. Un tarif qui est certes intéressant, mais faisant craindre de nombreuses concessions sur la qualité de l'image et laissant planer le doute quant au domaine où son usage serait optimal. Examinons cela attentivement.

Une ergonomie optimale, un design quelconque


Au niveau du design, le ViewSonic VA2407H présente un look sobre, mais élégant, qui le rend à première vue désirable. Un bon point, même si la coque semble un tantinet fragile et donc à ne surtout pas brusquer.
Si le design paraît réussi, regardons maintenant l'ergonomie. L'écran repose ici sur un pied très stable en forme de losange qui autorise une inclination verticale de 21 à -6°, mais interdit tout réglage en hauteur ou toute rotation latérale. Bref, la conception est plutôt sommaire et nécessite quelques précautions, à commencer par un positionnement en hauteur adéquat.

Côté connectique, une prise VGA est disponible accompagné d'un câble, ainsi qu'une HDMI et une sortie audio mini-jack (qui n'a d'intérêt que si l'écran est branché en HDMI). Bref, pas de connecteur DVI, de DisplayPort ou encore de port USB, ce qui en fait un modèle proposant le strict minimum sans trop effacer sa polyvalence.

Une dalle TN efficace et équilibrée


Conçu pour un usage polyvalent, ce moniteur de 24 pouces se doit alors d'être un minimum compétent en jeu, pour du multimédia ou de la bureautique. Et pour son prix d'entrée de gamme, il ne faut pas se montrer trop exigeant.
Sa résolution en 1920 x 1080 pixels reposant sur une dalle Full HD propose une densité de 91,8 ppp. Une précision qui est donc réussie et rend agréable à première vue n'importe quelle tâche de bureautique. Pour du multimédia, la présence d'un port HDMI et sa résolution en font un moniteur adapté pour du Full HD sans le moindre effort. Mais sa luminosité par défaut s'avère un peu faible et nécessite un paramétrage préalable pour rendre le confort de visionnage plus agréable.

Enfin, la réactivité du moniteur propose, d'après les données du constructeur, un temps de réponse de 5 ms au mieux. On est donc loin des standards des écrans orientés gaming, mais cela devrait néanmoins suffire pour des joueurs occasionnels ne souhaitant pas investir trop d'argent dans un moniteur.

Notre avis sur le ViewSonic VA2407H


Le ViewSonic VA2407H est un écran premier prix, ce qui implique qu'il n'excelle nulle part. Cela ne signifie pas pour autant qu'il est incapable d'une quelconque tâche. Très à l'aise avec de la bureautique, sa faible luminosité et son temps de réponse estimé n'en font pas un moniteur optimal pour du multimédia ou du jeu vidéo intensif, bien qu'il assure un service minimum acceptable. Sa connectique est enfin très limitée, éliminant notamment le connecteur DVI de l'équation, ce qui est tout de même assez handicapant pour un écran qui se veut polyvalent. Mais difficile à ce prix de faire la fine bouche et d'exiger des résultats équivalents à des modèles coûtant une cinquantaine d'euros supplémentaires.
Retour au menu

7. Iiyama G-MASTER G2730HSU-B1, un écran gamer à l'excellent rapport qualité/ prix


Iiyama G-MASTER G2730HSU-B1

Les plus
+ Rémanence et réactivité
+ FreeSync
+ Connectique riche
Les moins
- Présence d'une bande noir épaississant la bordure de l'écran
- Pied fragile
- Connectique difficile d'accès


Le Iiyama G-MASTER G2730HSU-B1 est un écran PC calibré pour du jeu vidéo. Entre autres choses, le constructeur propose un écran avant tout réactif et surtout calibré pour fonctionner avec des cartes graphiques AMD.

Une conception presque borderless


Côté design, le Iiyama G-MASTER G2730HSU-B1 Black Hawk propose un écran de 27 pouces au format 16/9 et avec une résolution Full HD. Comme cela est courant parmi les écrans PC destinés à du gaming, c'est donc une dalle TN qui s'offre à nous.

Bien qu'il souffre des aléas classiques d'une telle technologie, notamment un angle de vision plutôt passable ou encore d'un taux de contraste plutôt correct, ce modèle propose en contrepartie quelques petites réussites. Il faut notamment remarquer que l'écran dispose de bords quasiment absents. Une conception borderless qui autorise une occupation de l'écran très importante et accroit le confort en jeu.

Il s'autorise aussi une connectique suffisamment variée pour répondre à la plupart des attentes, en proposant notamment un port analogique VGA, un port HDMI et un DisplayPort. On aurait préféré la présence d'un port DVI au VGA, mais ce n'est là qu'un défaut facilement contournable. Notez aussi la présence d'une prise jack 3,5 mm pour un casque audio.

Des performances honorables


Côté performances, l'écran s'en sort haut la main concernant son temps de réponse. Cela n'est pas surprenant pour une dalle TN, dont l'intérêt est d'être réactive, avec ici un temps de réponse estimé à 1 milliseconde selon le constructeur. Conséquence logique, un tel écran sera adapté aux jeux les plus vifs, que ce soit les FPS ou certains RTS.

Par ailleurs, il propose le FreeSync, qui permet une harmonisation du taux de rafraichissement de l'écran avec les cartes graphiques AMD. Une option qui permettra d'éviter davantage toute latence, déchirure d'image et saccades pour les adeptes des cartes graphiques Radeon.

Notre avis sur le Iiyama G-MASTER G2730HSU-B1


Le Iiyama G-MASTER G2730HSU-B1 fait son office sans broncher pour des besoins en gaming nécessitant de la rapidité. Plutôt confortable, il n'est cependant pas d'une conception idéale pour un usage multimédia, graphique ou bureautique. Du reste, sa réduction de la lumière bleue lui autorise un usage prolongé, ce qui est d'autant plus rassurant quand on sait que sa classe énergétique (+A) le rend économe. Reste son prix, un poil élevé pour une technologie déjà éprouvée.
Retour au menu

8. Asus Designo MX25AQ, un écran multimédia très design


Asus Designo MX25AQ

Les plus
+ Bonne rémanence et réactivité pour une dalle IPS
+ Colorimétrie et contraste
+ FreeSync
Les moins
- Absence de support VESA
- Ergonomie
- Connectique difficile d'accès


L'Asus Designo MX25AQ est un écran PC de taille moyenne et calibré pour une utilisation multimédia ou pour de la conception graphique. Il peut même s'autoriser à une utilisation pour du jeu vidéo, à l'expresse condition de ne pas rechercher une grande célérité. Explications.

Un design borderless élégant


Côté design, l'Asus Designo MX25AQ propose un écran borderless présentant un raffinement certain dans sa conception. Outre un cadre gris quasiment inexistant — les rebords n'excédant pas le millimètre — et arborant fièrement un logo Asus, l'écran de 25 pouces au format 16/9 se propose avec une résolution WQHD en 2 560 × 1 440 pixels. Une conception qui lui autorise une image certes très précise et qui est suffisante pour une large variété de besoins, même si on reste encore un peu loin de la 4K.

Il propose par ailleurs une connectique qui s'avère assez sobre, mais suffisante pour répondre aux besoins multimédias ou aux adeptes de créations graphiques. Vous pourrez compter sur DisplayPort, 2 ports HDMI, une entrée et une sortie audio jack 3,5 mm. Difficile de ne pas relever ici l'absence de DVI ou VGA, ce qui peut être handicapant sur les PC dotés de vieilles cartes graphiques.

De très bonnes performances


Côté performances, l'Asus Designo MX25AQ s'en sort très bien. Concernant son temps de réponse, la dalle AH-IPS propose une prestation honorable d'un maximum de 5 ms : suffisant pour de la vidéo, de la création graphique et même du jeu vidéo n'exigeant pas un temps de réponse immédiat.
Par ailleurs, il offre un angle de vision confortable, un taux de contraste suffisant pour des besoins graphiques et une luminosité honorable, bien qu'un poil limité. Mais attention, il n'est pas conçu pour fonctionner de façon parfaitement synchronisée avec une carte graphique, ce qui lui exclut tout usage pour du gaming exigeant une qualité d'image impeccable, sans déchirure ou latence.

Comme sa conception le pousse à en faire un équipement fortement sollicité, Asus y incorpore la technologie Eye Care. Outre une réduction du scintillement, la lumière bleue émise est fortement réduite, évitant une fatigue oculaire prématurée.

Notre avis sur l'Asus Designo MX25AQ


L'Asus Designo MX25AQ présente un profil séduisant pour les adeptes du multimédia un minimum exigeants ou pour des réalisations graphiques. Calibré pour être confortable et précis dans sa restitution des couleurs, il n'est cependant pas d'une conception idéale pour un usage gaming exigeant une grande réactivité.
Retour au menu

9. MSI Optix MAG24C, l'écran gamer de milieu de gamme


MSI Optix MAG24C

Les plus
+ FreeSync
+ Colorimétrie et contraste
+ Colorimétrie et rémanence
Les moins
- 1080p pour du 27"
- Fuite de lumière
- Pas de hub USB


Le MSI Optix MAG24C est un écran de taille intermédiaire qui se présente pour une utilisation en jeu avant toute chose. Cependant, sa technologie embarquée laisse suggérer une utilisation un brin plus variée qu'on ne peut l'imaginer, avec quelques limites.

Un design sportif borderless


Concernant sa conception, le MSI Optix MAG24C propose un écran quasiment borderless et au look sportif, nous plongeant sans attendre dans l'univers du gaming. Arborant un châssis noir et rouge agressif, les rebords de l'écran sont très fins et l'ensemble de la construction inspire une certaine robustesse, tout en proposant des finitions léchées. Une conception qui lui permet d'embarquer au passage une dalle incurvée VA de 24 pouces au format 16/9 et à la résolution Full HD.

Il propose par ailleurs une connectique standard, mais suffisante pour répondre aux besoins concernant les jeux vidéo et le multimédia, avec la présence d'un DisplayPort, d'un port HDMI, d'un port DVI d'une sortie audio jack 3,5 mm pour le casque. Un sans-faute assurément.

Des performances honorables


Côté performances, c'est bien évidemment la présence d'une dalle VA qui interpelle. En temps normal, ce type de dalle n'est guère conçu pour une utilisation en jeu, au regard d'une réactivité souvent à la traine. Ce type de dalle correspond davantage à des besoins multimédias et notamment le visionnage de films avec une qualité d'image optimale.

Pourtant, cet écran de chez MSI propose non seulement une qualité d'image très convaincante, mais aussi plutôt réactive. Avec un temps de réponse proche des dalles TN sans pour autant y parvenir, l'écran s'autorise donc une utilisation pour les jeux vidéo, y compris ceux exigeant une réactivité importante de l'écran.

Par ailleurs, il offre un angle de vision confortable induit à la fois par la forme incurvée et la technologie proposée par la dalle : une qualité que l'on peut associer à un taux de contraste remarquable, proposant une profondeur des noirs fort bien restituée. Mais le prix à payer est une luminosité un brin réduite, bien que cela ne représente pas en réalité une grande perte ici.
Proposant enfin une fréquence maximale de 144 Hz, l'écran embarque l'Adaptive-Sync, qui permet un affichage synchronisé avec les cartes graphiques AMD.

Notre avis sur le MSI Optix MAG24C


On ne peut qu'être séduit par la qualité de l'image que propose le MSI Optix MAG24C. Bien que la luminosité soit en retrait, le contraste et la réactivité de l'écran en font un très bon moniteur gaming, du moins si on est prêt à perdre quelques millisecondes au profit d'une image plus séduisante. Les adeptes du visionnage de films et séries ne sont par ailleurs pas mis de côté et le tout est proposé à un prix relativement intéressant.
Retour au menu

10. BenQ 23.8" LED - GW2480, un écran d'entrée de gamme avec une excellente uniformité


BenQ 23.8 LED - GW2480

Les plus
+ Contraste
+ Angle de vision
+ Capteur de luminosité
Les moins
- Ergonomie
- Rémanence
- Pas de hub USB


Le BenQ GW2480 incarne l'écran à l'usage polyvalent. D'un format moyen, il s'autorise une utilisation pratique pour la plupart des besoins, que ce soit de la bureautique, du multimédia et, dans une moindre mesure, du jeu vidéo. Mais il ne faut pas en attendre trop. Explications.

Un design sobre et conventionnel


Côté design, le BenQ GW2480 se montre plutôt conventionnel. Outre un cadre plutôt fin, l'ensemble propose un châssis au revêtement légèrement rugueux sous les doigts et arborant un noir mat peu expressif. Une sobriété qui dévoile cependant une construction dans l'ensemble convaincante et aux finitions suffisamment propres pour inspirer confiance. Le tout propose une dalle IPS de 23,8 pouces au format 16/9 et à la résolution Full HD.

Outre cette sobriété dans le design, la connectique proposée est on ne peut plus standard. Ainsi se propose à nous un connecteur VGA, un DisplayPort, un port HDMI et une entrée et sortie audio jack 3,5 mm. Pas de connecteur DVI ? Voilà qui est regrettable, tant il est commun de le rencontrer sur les PC actuels.

Une qualité d'image équilibrée, mais sans plus


Côté performances, le BenQ GW2480 semble suivre la même logique que son look. Destiné avant tout à une utilisation polyvalente, il se montre à l'aise aussi bien pour de la bureautique que du multimédia ou du jeu vidéo occasionnel. En témoigne notamment sa dalle IPS qui propose un taux de contraste juste suffisant, une réactivité proche des standards actuels et une luminosité correcte.

Pas de quoi casser des briques face aux écrans plus élaborés donc. Mais ce n'est pas très grave, tant ce modèle ne se destine pas à se frotter aux concurrents flirtant plutôt entre le moyen et le haut de gamme du marché.

Ne comptez pas par ailleurs sur les enceintes présentes de chaque côté de l'écran. Outre une puissance extrêmement modeste, la qualité de restitution du son est loin d'être convaincante. Il conviendra donc d'associer cet écran à un équipement audio dédié.

Notre avis sur le BenQ GW2480


Certes, il n'y a pas de quoi fanfaronner ou avoir honte avec le BenQ GW2480. Conçu pour satisfaire des besoins courants sans rechercher l'excellence, il se présente comme une alternative proposant un rapport qualité-prix attractif. Il conviendra sans mal aux utilisateurs cherchant un écran répondant à n'importe quel besoin, s'autorisant même un peu de conception graphique, sans pour autant concurrencer les modèles plus performants.
Retour au menu

Les critères de choix



Les écrans cathodiques furent pendant longtemps la seule solution disponible et la technologie ne proposait que bien peu de variantes possibles. Mais cette époque est depuis longtemps révolue avec l'apparition des écrans plats, qui proposent sans cesse une qualité d'image améliorée et différentes technologies pour y parvenir.

Disons-le clairement, c'est parfois la croix et la bannière pour trouver le modèle adéquat, que ce soit pour du gaming, du montage vidéo, de la retouche photo et bien d'autres besoins. Un débroussaillage s'impose pour se retrouver dans cette jungle technologique.
Retour au menu

La taille de l'écran, le format de l'image et la définition


Il est question ici des critères les plus élémentaires dans le choix d'un écran. Rappelons alors à quoi correspond chacun d'entre eux, afin d'éviter toute confusion.

La taille de l'écran est le critère le plus simple mesurant la diagonale de celui-ci en pouces. Les tailles les plus courantes à destination du grand public se trouvent actuellement entre 21 et 27 pouces, permettant de couvrir des besoins allant des jeux vidéo au multimédia et en passant par la bureautique. Les modèles plus petits - de moins de 19 pouces plus exactement - sont davantage indiqués pour des besoins comme la vidéosurveillance, tandis que ceux au-delà de 27 pouces sont privilégiés par les gamers les plus passionnés, les vidéastes, graphistes et photographes professionnels.

Vient ensuite le format, qui correspond à la largeur de l'écran rapporté à sa hauteur. Il joue un rôle essentiel dans la façon dont l'image sera proportionnée sur l'écran. Le format le plus courant est actuellement en 16/9, offrant une image panoramique semblable aux téléviseurs classiques et qui est devenu un standard remplaçant le 4/3. Il existe également un format fréquent assez proche en 16/10, ou encore le 21/9, présentant une largeur plus importante de l'écran et facilitant le multitâche ou le visionnage de certains films.

Reste enfin la définition de l'écran, qui correspond bêtement au nombre de pixels qui seront affichés. Plus ils sont nombreux, plus la qualité et la précision de l'image seront élevées. Le minimum standard actuel est les écrans proposant une définition en 1024x768 pixels au format 4/3. Ils sont cependant condamnés à un usage restreint face à des écrans plus précis et plus adaptés aux besoins du grand public, comme les écrans HD récents en 1920x1080, en 2560x1440, ou bien l'UHD en 3840x2160 au format 16/9.
Retour au menu

La technologie d'affichage


Il existe à ce jour plusieurs technologies qui proposent chacune des avantages et des inconvénients, que ce soit au niveau de l'affichage ou du prix.

La technologie la plus économique et la plus courante est la dalle TN (ou « Twisted Nematic »), qui a la particularité de changer la position des cristaux liquides très vite, réduisant son temps de réponse à la milliseconde. Elle permet d'afficher des mouvements rapides et sans effet de flou, ce qui est très apprécié chez les joueurs. La contrepartie est cependant que son angle de vision est plutôt étroit et propose un contraste de moyenne qualité. Elle est donc réservée à une utilisation pour du jeu vidéo, de la bureautique, ou encore de la navigation sur le web, et son prix situé aux alentours de 100 euros l'écran la rend particulièrement intéressante pour les budgets limités.

Les écrans reposant sur une dalle IPS (ou « In-Plane Switching ») incarnent une évolution à la technologie TN et ne cessent de séduire le grand public. Appréciée par les professionnels tels que les vidéastes, cette technologie propose une meilleure colorimétrie et un angle de vision supérieur, bien que le contraste s'en retrouve vite limité. Elle est cependant un peu moins réactive que les dalles TN, même si d'importantes améliorations ont eu lieu afin de séduire davantage les joueurs. Qui plus est, sa popularité a permis d'en réduire le coût de fabrication, présentant ainsi des écrans IPS bon marché aux alentours de 130 à 150 euros.

Restent enfin les dalles PVA. Moins répandues que les dalles IPS, elles proposent cependant des avantages non négligeables, notamment un contraste très élevé, un bon angle de vision et un temps de réponse correct. Elles sont donc à privilégier pour les amateurs de graphisme, tout en étant à éviter pour du travail ou visionnage vidéo ou du gaming, bien que l'IPS présente de plus en plus de caractéristiques semblables. Son prix est cependant plus élevé, atteignant en moyenne les 200 euros, et les meilleurs modèles proposés en S-PVA - offrant une colorimétrie bien meilleure - peuvent vite dépasser les 500 euros.
Retour au menu

La connectique


Le dernier paramètre, et non des moindres, est évidemment la connectique de l'écran. Si choisir un bel écran est incontestablement important, encore faut-il opter pour un modèle qui peut être connecté à votre ordinateur sans aucun problème.

Le connecteur le plus courant sur PC est le DVI. Proposé en DVI-D et en Dual Link, la dernière option permet surtout d'exploiter des résolutions en Full HD ou encore la 3D. Soyez prudent cependant, car si la DVI-D Dual Link est d’office présente sur les moniteurs Full HD, il faut néanmoins que la carte graphique puisse supporter ce type de résolution.

Viens ensuite le connecteur VGA, ancêtre analogique du DVI. S'il existe encore pour des raisons de compatibilité avec d'anciennes cartes graphiques qui ne disposent que de cette sortie vidéo, sa disparition n'est qu'une question de temps au profit du DVI.

Mais l'un des connecteurs les plus connus est le HDMI. Largement démocratisé, ce connecteur numérique est capable de transporter audio et vidéo et est proposé presque systématiquement sur les modèles vendus au grand public. Il n'est d'ailleurs pas rare que les écrans en question disposent de plusieurs ports HDMI, ce qui permet de connecter en plus de l'ordinateur des équipements comme une console de jeu vidéo, un lecteur Blu-ray ou encore un décodeur TV. Il se décline par ailleurs en deux versions. La première est le HDMI 1.4/1.4a, qui autorise le 4K, mais à une cadence de 24 images par seconde (24 Hz). La seconde est le HDMI 2.0, qui propose une fréquence d'affichage en 4K à 60 Hz et se montre plus confortable pour les joueurs.

Reste enfin le DisplayPort, dernier connecteur apparu sur le marché. Ce dernier est capable de transporter des informations audio et vidéo à l'instar du HDMI, mais il a pour vocation de remplacer progressivement le DVI grâce à ses performances plus prometteuses. Disponible actuellement en version 1.3 (et bientôt en 1.4), il autorise un débit suffisamment élevé pour prendre en charge la définition 4K UHD à une fréquence de 120 Hz. Aussi bien adapté aux jeux vidéo qu'au visionnage de films, il représente une alternative de plus en plus appréciée au DVI.
Retour au menu

Les écrans PC pour gamers



Maintenant que les principaux critères de choix sont définis et clarifiés, encore faut-il les appliquer correctement pour sélectionner un écran adapté. Et quand il s'agit de jeux vidéo, autant éviter un choix qui pourrait provoquer des frustrations bien inutiles.

Pour bien choisir un écran destiné à du gaming, il faut garder à l'esprit trois critères : confort, immersion et réactivité. Confort avec une image de qualité, immersion avec un écran suffisamment grand, et réactivité avec un temps de réponse réduit au maximum.
Retour au menu

Une bonne immersion avec un grand écran


Les développeurs ne cessent d'améliorer continuellement la qualité graphique des jeux vidéo, au point qu'un petit écran gâcherait le plaisir visuel en ne révélant que trop peu de détails. Si vous disposez d'une bonne carte graphique vous autorisant un visuel en jeu de qualité, il est alors préférable d'opter pour une diagonale de 23 à 24 pouces minimum, offrant déjà une immersion convenable à un prix raisonnable.

Pour les joueurs plus exigeants disposant d'un matériel informatique très performant, il est évidemment possible de choisir un écran plus grand, certains modèles atteignant allègrement les 35 pouces. Il est aussi envisageable de mettre en place du multiécran pour maximiser l'immersion. Mais dans les deux cas, rappelez-vous que ce ne sont pas des solutions indispensables, qu'elles sont toutes les deux potentiellement encombrantes, et qu'elles exigent souvent un équipement informatique performant.
Retour au menu

Une définition Full HD au minimum


Concernant la qualité de l'image, cela nécessite évidemment - mais pas seulement - de se reposer sur un écran ayant une bonne définition. Le minimum syndical accepté à ce jour est le Full HD, proposant 1920x1080 pixels, ce qui est déjà plutôt suffisant pour pas mal de jeux vidéo existants. Mais il existe aussi des écrans avec une définition plus précise, comme le WQHD (2560x1440 pixels) de plus en plus répandu et l'Ultra HD (3840x2160 pixels), encore rare, mais qui pourrait devenir un standard dans le futur du jeu vidéo.

Il faut en revanche garder à l'esprit cette règle essentielle : plus la définition de l'écran est élevée, plus la carte graphique sera sollicitée ! Dans le cas où cette dernière est un modèle d'entrée ou de moyenne gamme destiné aux gamers, il est inutile alors de choisir un écran Ultra HD qui ne sera jamais exploité au maximum de ses capacités.
Retour au menu

Privilégier une dalle TN ou IPS


Ici on trouve deux critères importants dans le choix d'un écran pour le jeu vidéo : le confort et la réactivité. Et dans ce domaine, il est de loin préférable d'opter pour une dalle TN ou IPS.

La dalle TN, bien qu'elle sacrifie une partie de sa colorimétrie et présente un angle de vision réduit, a pour avantage d'être très réactive. Certains modèles flirtent avec un temps de réponse à la milliseconde, ce qui permet une mise à jour de l'image très rapide. Ce type d'écran est particulièrement recommandé pour les jeux rapides, comme ceux de course, d'action ou de combat.

La dalle IPS, bien qu'un peu moins véloce que le modèle TN en se rapprochant d'un temps de réponse inférieur à 5 millisecondes, permet d'offrir un excellent compromis entre une réactivité un minimum suffisante et un confort optimisé. Cela grâce à une meilleure colorimétrie et un angle de vision agrandi. Elle peut être particulièrement intéressante pour les jeux les plus contemplatifs.
Retour au menu

Un taux de rafraîchissement à 60 Hz minimum


Un dernier point à retenir lors de l'achat d'un moniteur de jeu est le taux de rafraîchissement de l'image. Il correspond au nombre d'images par seconde que l'écran peut afficher au maximum, et c'est là un point important. Il arrive parfois que l'écran propose un taux de rafraîchissement trop faible pour la carte graphique, ce qui va provoquer une déchirure de l'image lors de l'affichage.

Ce taux s'exprime en hertz (Hz) et il est commun que la plupart des écrans actuels en proposent un de 60 Hz. Si cela est suffisant pour la plupart des besoins et pour des budgets restreints, il est néanmoins possible de disposer d'écrans ayant un meilleur taux de rafraîchissement. Certains vont jusqu'à 144 Hz, et si la sensation de confort est particulièrement notable sur ces modèles il est loin d'être indispensable, et généralement quelques paramétrages suffisent à éviter une déchirure de l'image

Les écrans art graphique pour les professionnels de l'image



S'il est évident que les écrans de gaming sont conçus pour un confort et une immersion via de belles images, il ne faut cependant pas commettre l'impair de penser que le même genre de modèle sera adapté aux arts graphiques.

Pour cela, il existe des écrans spécialement dédiés aux professionnels de l'image, qu'ils soient vidéastes, photographes ou dessinateurs. Ils permettent d'offrir une représentation la plus parfaite possible des images qu'ils traitent.
Retour au menu

Évaluer le Delta E de l'écran


Une des caractéristiques jugées de plus en plus nécessaires à prendre en compte dans la sélection d'un écran de ce type, c'est la présence de sondes Delta E. Ces dernières permettent notamment d'évaluer la qualité d'affichage de l'écran et en particulier des couleurs, qui se doivent d'être les plus fidèles possible à la réalité.

Pour faire simple, le Delta E s'exprime sous la forme d'un nombre qui décrit l'écart entre deux couleurs notées dans le mode CIELAB. Plus cet écart est près de 1, plus il se rapproche de la limite de l'œil humain à discerner une différence entre deux nuances d'une couleur. Il n'est pas rare à ce jour de trouver des écrans proposant un Delta E inférieur à 1, faisant que ces modèles sont tellement précis qu'il n'est guère nécessaire de procéder à un ajustement via un logiciel.
Retour au menu

Une dalle IPS de préférence


Disons-le franchement : si une dalle TN convient très bien à des missions nécessitant une excellente réactivité, elle est en revanche un poids mort inutile pour des travaux graphiques. Il est préférable à ce titre d'opter pour une dalle IPS. Outre une bien meilleure colorimétrie absolument nécessaire, son angle de vision agrandi limite les pertes de contraste et de luminosité selon le point de visionnage adopté.
Retour au menu

Quelle taille choisir en mono ou multiécran ?


Pour les professionnels de l'image souhaitant travailler sur un seul écran, il est de loin préférable de recourir à un modèle suffisamment grand et ayant une définition assez élevée pour offrir une précision de l'image optimale. Il vaut donc mieux s'orienter vers un écran d'au moins 27 pouces en WQHD (2560x1440 pixels) minimum, afin de bénéficier d'une netteté de l'image suffisante.

Si une solution à un seul écran n'est cependant pas satisfaisante, ce qui n'est pas rare dans bien des métiers de l'image, il faut alors procéder à quelques ajustements pour conserver une belle qualité d'affichage, toutefois sans trop s'encombrer. Il est alors souhaitable de s'orienter vers un écran principal plus petit (entre 24 et 27 pouces maximum) tout en conservant une définition élevée, et d'y en associer un second d'une qualité équivalente ou plus faible, destiné à des missions moins exigeantes.
Retour au menu

Les écrans PC pour la bureautique



Les besoins bureautiques peuvent induire deux interprétations possibles. Soit on comprendra des besoins minimalistes et donc des écrans offrant juste un confort minimum. Soit on peut en déduire une utilisation régulière prolongée, susceptible de provoquer de la fatigue, et nécessitant ainsi du matériel adapté. Et selon chacune de ces interprétations, il faudra alors proposer une réponse adéquate.

Une définition Full HD, pas plus, pas moins


Quitte à investir dans un écran pour des missions de bureautique, autant privilégier un modèle offrant une définition suffisamment élevée sans pour autant exagérer. Il n'est guère nécessaire alors de chercher loin, un écran Full HD (1920x1080 pixels) étant un compromis largement suffisant entre confort et besoins professionnels et s'autorisant un brin de polyvalence.
Retour au menu

Une taille suffisante pour du multitâche


Comme il est souvent nécessaire de lire plusieurs documents ou d'en avoir une bonne vue d'ensemble, il est alors préférable - en plus d'une définition d'affichage satisfaisante - de disposer d'un écran suffisamment grand pour ne pas s'y sentir trop à l'étroit. Mais il n'est pas non plus nécessaire d'investir dans un modèle inutilement grand. Un écran de 24 pouces de diagonale suffira donc à la plupart des besoins et, au pire il n'est guère indispensable d'aller au-delà de 27 pouces maximum.

Cependant, il n'est pas rare que du multiécran soit nécessaire. Il convient alors d'ajuster la dimension des écrans en choisissant deux modèles équivalents d'une taille comprise entre 21 et 24 pouces maximum, afin de limiter autant que possible l'encombrement.
Retour au menu

Des prix raisonnables pour des besoins restreints


Les moniteurs destinés à une utilisation bureautique requièrent une technologie plutôt peu exigeante et autorisent alors des coûts de production assez faibles. Ce qui permet à l'acheteur de bénéficier d'un prix assez intéressant à terme. Il n'est donc pas nécessaire de disposer d'un gros budget pour investir dans un moniteur pour des missions de bureautique, les modèles les plus fréquents oscillant entre 100 et 150 euros maximum.
Retour au menu


Les meilleures marques d'écran pc :


Modifié le 08/04/2019 à 18h29
Mots-clés : Écran PC Comparatif 2019
Cet article vous a été utile ?

Les dernières actualités

LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
Le serveur test de PlayerUnknown's Battlegrounds arrive sur consoles
scroll top