Comparatif des meilleurs casques gamer filaires (2021)

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
07 décembre 2020 à 14h19
4

Quel est le meilleur casque gamer filaire ? Au fil des années, le son est devenu l'une des composantes fondamentales dans les jeux vidéo, pratiquement au même titre que les graphismes, et influence plus ou moins fortement le gameplay. Qu'il s'agisse du visionnage contemplatif d'une cinématique, d'entendre avec précision les déplacements de vos adversaires et ainsi d'avoir une meilleure vision de leur positionnement, ou simplement de communiquer avec vos camarades de jeux, le casque gaming est aujourd'hui l'un des éléments phares pour profiter pleinement de vos titres préférés, mais également pour accroître vos performances.

Choix de la rédac

Logitech G Pro X

Choix de la rédac

  • Design et ergonomie
  • Confort absolu
  • Micro détachable et très convaincant avec Blue Voice
La Rolls des casques

HyperX Cloud Orbit S

La Rolls des casques

  • Technologie planaire d'Audeze
  • Performances sonores au-dessus du lot
  • Réalisme de la spatialisation
Le sans-faute

HyperX Cloud Alpha

Le sans-faute

  • Excellent rendu audio
  • Construction solide et confortable
  • Système de double chambre réussi

Si ce dernier constat est incontestable pour la totalité des jeux de tirs (FPS), il ne fait aucun doute qu'un casque gaming de qualité saura aussi améliorer votre expérience dans toutes sortes de jeux vidéo. Par ailleurs, les casques destinés aux gamers sont aujourd'hui de plus en plus polyvalents et tentent de répondre à de nombreuses exigences. S'ils sont efficaces pour correctement s'isoler et vivre une excellente expérience immersive, ils sont également capables d'offrir un très bon rendu audio pour un usage multimédia (musique et films) et même parfois pour une utilisation nomade.

C'est donc sans surprise que l'on retrouve aussi bien des fabricants déjà spécialisés depuis un certain temps dans l'univers gaming, comme Logitech et SteelSeries pour ne citer qu'eux, ainsi que d'autres en provenance du monde professionnel de l'audio comme c'est le cas avec Audeze, Audio-Technica, ou encore Beyerdynamics et Sennheiser.

Vous l'aurez sans doute saisi : le casque est un périphérique qui influe sur votre compétitivité et est à ce titre aussi important que le clavier, la souris, ou bien l'écran ; il doit être choisi avec soin selon vos besoins et vos exigences. Nous avons sélectionné ici les modèles qui nous ont semblé les plus intéressants en entrée comme en haut de gamme.

Enfin, pour plus de clarté, les casques présents dans notre sélection ont été classés par tarif en ordre croissant, vous retrouverez donc d'abord les produits les moins onéreux pour terminer sur des casques qui flirtent avec le très haut de gamme. Les casques les moins chers ont été sélectionnés pour leur rapport qualité / prix, tandis que les modèles haut de gamme l'ont été pour leurs excellentes performances et finitions.

Si votre choix ne porte pas sur un casque filaire, nous avons également mis au point un comparatif des meilleurs casques gamer sans fil où vous trouverez notre sélection des meilleurs modèles pour 2020.

1. Corsair HS35

Corsair HS35 Rapport qualité / prix
  • Très bon rapport qualité / prix
  • Léger et confortable
  • Captation et rendu sonore décents
Très bonnes performances pour son prix

Le Corsair HS35 est une belle surprise car nous ne nous attendions pas à ce qu'il offre de si bonnes performances compte tenu de son prix. Léger et confortable même après plusieurs heures de jeu, il bénéficie d'une qualité de construction fort raisonnable et devrait jouir d'une bonne durabilité à partir du moment où il n'est pas malmené. Ses points faibles sont à mettre du côté de l'isolation phonique, les coussinets en tissu en offre peu, ainsi qu'à un rendu sonore légèrement déséquilibré faute à des basses trop présentes.

Très bonnes performances pour son prix

Le Corsair HS35 est une belle surprise car nous ne nous attendions pas à ce qu'il offre de si bonnes performances compte tenu de son prix. Léger et confortable même après plusieurs heures de jeu, il bénéficie d'une qualité de construction fort raisonnable et devrait jouir d'une bonne durabilité à partir du moment où il n'est pas malmené. Ses points faibles sont à mettre du côté de l'isolation phonique, les coussinets en tissu en offre peu, ainsi qu'à un rendu sonore légèrement déséquilibré faute à des basses trop présentes.

Nous débutons notre sélection avec ce HS35 signé Corsair, un casque présenté en juin dernier et qui tente de préserver votre tirelire avec un tarif particulièrement attractif

Multipliant les nouveautés cette année, notamment au rayon des souris, Corsair en a également profité pour renouveler son catalogue de casques en entrée de gamme avec le HS35. S'il est somme toute très classique et bon marché, ce micro-casque réunit de très bons arguments, des qualités qui font de lui un excellent choix pour les petits budgets.

Les casques gaming à petit prix ne jouissent généralement pas d'une très bonne réputation : rendu sonore médiocre, qualité de micro insuffisante, fragile et inconfortable, manque de fonctionnalités, ces carences font que, bien souvent, on n'hésite pas à mettre le budget nécessaire

Corsair HS35 : légèreté et polyvalence

Seulement, le HS35 est là pour nous rappeler qu'il ne faut pas parler trop vite ! Évidemment compte tenu de son prix doux, il ne faut pas s'attendre à monts et merveilles, mais force est de constater que ce micro-casque dispose de solides arguments pour se voir attribuer la palme du meilleur rapport qualité/prix.

Ici, pas de RGB et autres effets lumineux, pas de wireless ou de DAC et encore moins de spatialisation. Le HS35 va à l'essentiel sans pour autant omettre les critères qui font qu'un casque gaming peut être recommandable ou non. S'il parait fragile par rapport à des casques plus onéreux, le Corsair HS35 bénéficie néanmoins d'un niveau de finitions raisonnable. Ses oreillettes ajustables sont protégées par des coques en plastique et embarquent des coussinets à mémoire de forme recouverts d'un tissu proposé en différents coloris ; l'arceau apporte une certaine robustesse à l'ensemble puisqu'il est en métal. Le choix des matériaux joue certes un rôle sur le tarif affiché, mais il permet aussi à ce HS35 d'être le plus léger de la gamme, son poids ne dépassant pas les 250g.

Choisir Corsair, même en entrée de gamme, parait ici comme un gage de qualité. Le HS35 est en effet équipé des mêmes transducteurs dynamiques de 50mm que le HS50, ils offrent une reproduction sonore satisfaisante, avec cependant des basses un peu trop prononcées à notre goût. Le micro unidirectionnel en col de cygne est lui aussi similaire, il est détachable pour accentuer le caractère nomade de ce casque qui ne manque pas de polyvalence puisqu'il pourra aussi bien être utilisé sur smartphone, PC, Switch, ainsi qu'avec les manettes de consoles de PlayStation et de Xbox grâce à sa connectivité jack 3.5 mm.

La captation du micro est quant à elle une réelle surprise, elle permet de communiquer de façon intelligible et filtre efficacement les bruits environnants. Enfin, deux commandes sont intégrées sur les oreillettes afin de contrôler le volume et mettre le micro en sourdine.

2. HyperX Cloud Alpha

HyperX Cloud Alpha Le sans-faute
  • Excellent rendu audio
  • Construction solide et confortable
  • Système de double chambre réussi
Une référence sur le marché

L'HyperX Cloud Alpha reste une référence dans le secteur des casques gaming grâce à ses excellentes finitions, sa durabilité, son confort, mais aussi et surtout pour son rendu sonore précis, naturel et détaillé. Son micro semble perfectible, mais remplit son office, il devrait sans doute se voir améliorer (tout comme la spatialisation) avec l'arrivée du Cloud Alpha S.

Une référence sur le marché

L'HyperX Cloud Alpha reste une référence dans le secteur des casques gaming grâce à ses excellentes finitions, sa durabilité, son confort, mais aussi et surtout pour son rendu sonore précis, naturel et détaillé. Son micro semble perfectible, mais remplit son office, il devrait sans doute se voir améliorer (tout comme la spatialisation) avec l'arrivée du Cloud Alpha S.

Commercialisé début 2018, le HyperX Cloud Alpha a repris le flambeau 4 ans après son prédécesseur avec des arguments toujours aussi convaincants. Une réussite de plus pour la marque gaming de Kingston !

En attendant la sortie du Cloud Alpha S en septembre qui apporte dans sa besace la virtualisation 7.1, il reste l'un des meilleurs casques gaming en milieu de gamme avec un rapport qualité / prix qui semble tout bonnement imbattable encore à l'heure actuelle.

HyperX Cloud Alpha : synonyme d'efficacité

Difficile d'être déçu lorsque l'on opte pour le Cloud Alpha d'HyperX. Hormis un premier essai wireless mitigé avec le Cloud Flight, ainsi qu'un Cloud Stinger pas des plus convaincant en entrée de gamme, HyperX tient la bonne recette avec son Cloud Alpha qui reprend en grande partie les lignes de son prédécesseur.

On retrouve ainsi un casque à l'esthétique quasi similaire au premier Cloud, il arbore un look sobre et professionnel, quoiqu'un peu agressif en reprenant la couleur rouge de la marque. Les fourches, l'arceau et les disques extérieurs des oreillettes sont constitués d'aluminium, ce qui donne une sérieux sentiment de solidité une fois le casque en main. L'arceau et les coussinets sont aussi généreusement rembourrés avec une mousse à mémoire de forme, ils revêtent un similicuir qui vient allègrement procurer un excellent confort et une isolation passive tout à fait convenable, bien qu'elle montre ses limites dans des environnements trop bruyants. Le poids total du casque atteint les 336 g, ce qui est plutôt léger pour un casque de ce type. La pression exercée sur les oreilles est homogène et le Cloud Alpha reste confortable même durant une session de jeu qui s'éternise.

S'il est synonyme d'efficacité, c'est avant tout pour ses performances sonores d'une redoutable précision, et ce malgré l'absence de la prise en charge du son surround 7.1. Si la scène sonore est légèrement en retrait par rapport à un casque comme le Logitech G Pro X, elle n'en demeure pas moins convaincante et offre une immersion tout à fait convenable même sur les titres FPS les plus explosifs. Le Cloud Alpha bénéficie d'un son parfaitement équilibré et neutre qui ne met pas spécialement l'accent sur les basses comme le font bien d'autres casques gaming. Cette qualité en fait un casque aussi bien à l'aise pour vos jeux préférés que pour écouter de la musique. Les transducteurs de 50 mm et leur système de double chambre apportent un réel atout au Cloud Alpha avec un son bien détaillé. Elles permettent en effet de séparer efficacement les basses des médiums et des aigus pour un résultat bluffant !

Le micro amovible à réduction de bruit est quant à lui certifié Discord. Sa captation est claire et correcte, mais il a tout de même tendance à capter trop de bruits environnants en raison d'une sensibilité un peu trop faible. Les fonctions d'ajustement du micro offerte par les différents chats vocaux devrait en parti aider à gommer cette imperfection.

3. Roccat Khan AIMO

Roccat Khan AIMO Le plus léger
  • Qualité de son HD / micro fidèle
  • Léger et confortable
  • Logiciel complet
Un son HD compatible surround

Le Roccat Khan AIMO brille de bien des manières avec de nombreux arguments en sa faveur. Sa très bonne stéréophonie ainsi que sa gamme de fréquences élargie (de 10 Hz à 40 kHz) sauront apporter satisfaction, aussi bien en jeu que pour écouter de la musique aux formats Lossless. Le micro est selon nous son principal atout tant sa captation est fidèle et bien supérieure à d'autres modèles sur cette plage de prix. Sa gestion du surround virtuel est cependant un peu en retrait, sans que cela soit pour autant rédhibitoire. Certains joueurs trouveront certainement avantage à l'activer tandis que d'autres préféreront se contenter des très bonnes performances en stéréo de ce casque.

Un son HD compatible surround

Le Roccat Khan AIMO brille de bien des manières avec de nombreux arguments en sa faveur. Sa très bonne stéréophonie ainsi que sa gamme de fréquences élargie (de 10 Hz à 40 kHz) sauront apporter satisfaction, aussi bien en jeu que pour écouter de la musique aux formats Lossless. Le micro est selon nous son principal atout tant sa captation est fidèle et bien supérieure à d'autres modèles sur cette plage de prix. Sa gestion du surround virtuel est cependant un peu en retrait, sans que cela soit pour autant rédhibitoire. Certains joueurs trouveront certainement avantage à l'activer tandis que d'autres préféreront se contenter des très bonnes performances en stéréo de ce casque.

Avec le Roccat Khan AIMO, nous commençons à découvrir des casques un peu moins accessibles au niveau du tarif, mais qui embarque des fonctionnalités supplémentaires tel que le surround virtuel 7.1. Ce casque s'affiche en outre comme le premier à proposer un son HD compatible surround.

Un très bon successeur au Khan Pro qui s'affichait déjà comme étant le premier casque à obtenir la certification « Hi-Res Audio », mais sans compatibilité avec le son surround.

Roccat Khan AIMO : le renouveau de la gamme Khan

À première vue, on pourrait croire que rien n'a réellement changé depuis le Khan Pro puisque leur design est quasiment identique. Seulement, le Khan AIMO n'a pas uniquement gagné un rétroéclairage RGB élégant sur ses oreillettes, de réelles évolutions ont vu le jour et le place comme un très bon challenger sur cette plage de prix.

Tout d'abord, précisons bien qu'il s'agit ici d'un casque proposant uniquement une connexion USB et donc utilisable principalement sur PC. S'il peut aussi se connecter sur une PS4, il faudra malheureusement se passer du son surround 7.1, ainsi que du très complet logiciel Swarm qui permet de gérer de nombreux paramètres.

Outre sa compatibilité avec l'écosystème d'éclairage AIMO, ce casque signé Roccat a subi une petite cure d'amaigrissement puisqu'il n'affiche plus que 275 g sur la balance. Son aspect semble d'ailleurs tout en plastique, mais l'assemblage et les finitions sont de très bonnes qualités, la solidité semble de mise notamment grâce à l'arceau constitué d'aluminium. Le confort est lui aussi au rendez-vous avec une pression homogène des oreillettes articulées, l'isolation passive est bonne et filtre bien les bruits environnants. Les coussinets en similicuir sont doux et agréables à porter, mais ont tendance à procurer une sensation de chauffe au bout de plusieurs dizaines de minutes.

C'est surtout du côté de l'audio qu'il faut s'attendre à un véritable renouveau. La restitution sonore est précise et équilibrée, les basses sont profondes sans masquer médiums et aigus et en jeu nous distinguons aisément les voix de nos camarades, même dans un tumulte d'explosions et de tirs qui fusent de tous les côtés.

L'expérience avec le son surround 7.1 est cependant en demi-teinte, moins concluante que le rendu sonore stéréo. La spatialisation fonctionne bien sur certains titres et nous parvenons à prendre avantage de la directivité du son, mais le DAC intégré au Khan AIMO nous semble surtout pertinent pour profiter du son HD ... faut-il encore trouver disposer de sources audios en haute définition !

Pour terminer, le micro tient toutes ses promesses en restituant des sons clairs et parfaitement intelligibles. Les streamers soucieux de leur portefeuille et de la qualité de leur micro y verront peut-être un bon compromis tant il est supérieur sur ce point à bien d'autres micros-casques.

4. Logitech G Pro X

Logitech G Pro X Choix de la rédac
  • Design et ergonomie
  • Confort absolu
  • Micro détachable et très convaincant avec Blue Voice
1er casque équipé de la technologie Blue VO!CE

Face aux différents casques passés entre nos mains, le G Pro X possède de sérieux atouts, qui lui permettent d'en surpasser la grande majorité. Sa qualité audio est largement satisfaisante et son micro très convaincant est certainement le meilleur sur cette gamme de prix. Il sera sans nul doute un excellent choix pour les compétiteurs, les streamers et tous ceux qui voudraient profiter d'un matériel de qualité professionnelle, sans avoir à casser leur tirelire pour une configuration de studio bien plus coûteuse.

1er casque équipé de la technologie Blue VO!CE

Face aux différents casques passés entre nos mains, le G Pro X possède de sérieux atouts, qui lui permettent d'en surpasser la grande majorité. Sa qualité audio est largement satisfaisante et son micro très convaincant est certainement le meilleur sur cette gamme de prix. Il sera sans nul doute un excellent choix pour les compétiteurs, les streamers et tous ceux qui voudraient profiter d'un matériel de qualité professionnelle, sans avoir à casser leur tirelire pour une configuration de studio bien plus coûteuse.

Dans les rayons depuis fin juillet, le Logitech G Pro X est le fruit du tout premier partenariat entre le fabricant suisse et Blue Microphones (Logitech ayant fait l'acquisition de ce dernier l'an passé).

Si le leader des micros de qualité studio ne s'est ici occupé que de la partie logicielle du micro, force est de constater que Logitech a mis les bouchées doubles pour nous proposer un casque à l'allure et aux caractéristiques proches du monde professionnel.

Logitech G Pro X : un casque pour les pros, loin des clichés

La première chose qui frappe à la découverte de ce G Pro X, c'est évidemment son design en rupture par rapport aux autres modèles estampillés e-sport du fabricant. Avec ses fourches réglables en aluminium, ses revêtements en similicuir et ses oreillettes ajustables sur l'axe vertical, le G Pro X semble être une belle évolution si on l'on compare au G Pro de 2018. S'il reste sobre, ses disques chromés sur la face extérieure des oreillettes étant la seule « excentricité », c'est avant tout pour reprendre l'allure esthétique de casques de studio résolument professionnels, à l'instar d'un Beyerdynamics ou d'un Audio-Technica.

Son design élégant est clairement réussi, l'assemblage et les finitions sont d'ailleurs exemplaires et le G Pro X devrait profiter d'une belle longévité. Mais, à vrai dire, ces signes extérieurs de qualités ne sont rien si le casque en lui-même ne répond pas à nos espérances en matière de rendu sonore. De ce côté-ci, Logitech a bien soigné sa recette grâce à ses transducteurs Pro-G 50 mm en maillage hybride, qui équipent déjà certains modèles récents de la gamme. De manière générale le son est riche, précis et détaillé, les basses semblent un peu trop percutantes, mais ne perturbent en rien l'écoute tant est que le volume n'est pas poussé trop fort. La réelle surprise vient surtout de l'émulation du son surround 7.1, elle offre une immersion complète, un sentiment rehaussé par la bonne isolation passive offerte par casque ; pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre test complet du Logitech G Pro X.

Cette émulation propre et précise est rendue possible en connectant le casque sur son DAC USB, une sorte de petite carte son externe qui vous permettra d'activer le 7.1, mais aussi de profiter du traitement audio impeccable proposé pour le micro détachable. Le tout se gère depuis l'excellent G Hub, le logiciel le plus intuitif et complet que nous pouvons trouver sur le marché des périphériques gaming à l'heure actuelle. Le micro est finalement l'évolution la plus importante à noter, la restitution vocale est limpide avec Blue Vo!ce et même sans ce traitement la qualité du micro reste très honnête, un cran au-dessus de bien d'autres modèles. G Hub met en outre à disposition des outils « utilisés en radio et dans les studios d'enregistrement pour traiter l'audio », ils vous permettront d'affiner communication et écoute à votre guise.

Enfin, notons qu'un bundle assez fourni arrive avec le G Pro X. On retrouvera par exemple le câble équipé du DAC et de commandes de volume et sourdine, mais aussi un câble jack et son séparateur en Y pour ports micro et casque séparés, une housse de transport, ou encore deux paires de coussinets (similicuir et tissu).

Logitech G Pro X : l'avis de Clubic

Il y a beaucoup de choses à dire sur le G Pro X, mais l'essentiel à retenir ici est qu'il propose le meilleur traitement audio en 7.1, ainsi que le micro le plus convaincant sur cette gamme de prix. Une solution alléchante même pour les streamers bien qu'elle remplace difficilement un microphone dédié.

Le bémol sera peut-être à voir du côté de la compatibilité, le son surround et la technologie Blue Vo!ce ne sont en effet accessible que grâce à G Hub, le 7.1 n'est d'ailleurs à l'heure actuelle pas pris en charge sur macOS. Cependant, pour profiter des très bonnes finitions et du rendu stéréo réussi de ce casque, Logitech a également lancé le G Pro (sans carte son).

5. Audio-Technica ATH-G1

Audio-Technica ATH-G1 Le polyvalent
  • Excellent rendu sonore
  • Conception légère et soignée
  • Polyvalent
Un son de qualité studio signé Audio-Technica

Cette version filaire est relativement polyvalente puisqu'il est possible de la connecter à la plupart de vos appareils grâce à sa simple connectique mini-jack. En outre un adaptateur Y est compris dans le bundle pour ceux sur PC qui souhaitent connecter séparément le micro et les haut-parleurs.

En somme, nous avons affaire ici à un très bon casque, confortable et solide, avec lequel il est difficile de ne pas ressortir pleinement convaincu après une session de jeu ou l'écoute d'un de vos albums favoris. Malgré tout, les opinions concernant cet ATH-G1 devraient être divisées, d'abord en raison de sa conception un peu trop minimaliste pour le prix, ainsi qu'à son manque de solution logiciel.

Un son de qualité studio signé Audio-Technica

Cette version filaire est relativement polyvalente puisqu'il est possible de la connecter à la plupart de vos appareils grâce à sa simple connectique mini-jack. En outre un adaptateur Y est compris dans le bundle pour ceux sur PC qui souhaitent connecter séparément le micro et les haut-parleurs.

En somme, nous avons affaire ici à un très bon casque, confortable et solide, avec lequel il est difficile de ne pas ressortir pleinement convaincu après une session de jeu ou l'écoute d'un de vos albums favoris. Malgré tout, les opinions concernant cet ATH-G1 devraient être divisées, d'abord en raison de sa conception un peu trop minimaliste pour le prix, ainsi qu'à son manque de solution logiciel.

Quand Audio-Technica dévoile un nouveau casque estampillé gaming, on a souvent tendance à attendre un produit qui se démarque du lot en raison de la longue expérience du fabricant japonais dans les équipements audio professionnels depuis près de six décennies.

Et justement, le ATH-G1 nous promet un son de qualité studio porté par le savoir-faire du fabricant ; cela se traduit aussi et sans surprise par un tarif assez élevé.

Audio-Technica ATH-G1 : la rigueur d'un pro

Audio-Technica fait donc parti de ces fabricants qui s'appuient allègrement sur leur réputation dans le domaine de l'audio professionnel pour tenter une incursion dans l'univers gaming. Le japonais n'en est d'ailleurs pas à son premier coup d'essai et a déjà marqué les esprits avec de très bons modèles par le passé.

Il revient aujourd'hui avec deux nouveaux casques gamer : les ATH-G1 et ATH-G1WL (son homologue sans-fil). La conception de ces casques est toujours aussi classique, tout est dans la sobriété. D'importants efforts ont été réalisés pour accoucher d'un casque très léger (265 g), malheureusement au prix de quelques concessions comme c'est le cas du câble qui relie l'oreillette droite à la gauche qui passe simplement le long de l'arceau sans aucune protection. Malgré tout, les finitions et l'assemblage sont de très bonne facture, l'arceau en acier est robuste, tout comme le système de pivot des écouteurs, et mis à part ces câbles apparents, la durabilité devrait être au rendez-vous en prenant quelques précautions. Audio-Technica a également eu la bonne idée de proposer des coussinets conjuguant tissu et similicuir qui offrent une très bonne isolation phonique tout en gardant nos esgourdes au frais.

Si certains détails de conception sont discutables compte tenu de la somme requise pour acquérir ce casque, le rendu sonore est quant à lui à la hauteur des espérances. Sans pour autant offrir un son que l'on pourrait qualifier de naturel, le ATH-G1 se révèle d'une grande précision, tant dans les basses que dans les médiums et aigus. On ne retrouve pas cette sensation un peu brouillonne lorsque l'on pousse le volume, à l'inverse d'un Logitech G Pro X qui montre ici ses limites. La signature audio est clairement maitrisée, une qualité d'autant plus importante qu'aucune solution logicielle n'est fournie avec le casque, un oubli qui se fait surtout ressentir sur le microphone. S'il excelle par sa musicalité, il propose aussi une très bonne expérience en jeu. Bien qu'il ne s'agisse ici que d'un casque stéréo, la scène sonore offre un bon niveau de détail même si elle ne vous donnera un avantage aussi flagrant qu'avec une virtualisation bien exécutée.

Le micro hyper-cardioïde propose quant à lui une très bonne prestation avec une restitution sonore naturelle. Les voix ainsi enregistrées sont nettement intelligibles, mais le micro a tendance à les déformer et donc être beaucoup moins fidèle lorsque les décibels montent, un détail qui peut donc avoir son importance.

6. Sennheiser GSP 600

Sennheiser GSP 600 Le top du top
  • Rendu sonore irréprochable
  • Assemblage et qualité des matériaux
  • Une des meilleure isolation passive
Un casque gaming en provenance d'un autre monde

Il n'y a aucun doute, le GSP 600 est un casque gaming en provenance d'un autre monde, celui des professionnels de l'audio. Cela se remarque bien entendu sur le rendu sonore, mais aussi au niveau du design, qui peut paraître troublant tant il est massif et nous donne un « look de pilote d'avion ». Son poids et son esthétique sont en réelle contradiction par rapport à ce que l'on observe actuellement chez les fabricants « gaming », mais le Sennheiser GSP 600 se démarque clairement grâce à ses grandes qualités sonores.

Un casque gaming en provenance d'un autre monde

Il n'y a aucun doute, le GSP 600 est un casque gaming en provenance d'un autre monde, celui des professionnels de l'audio. Cela se remarque bien entendu sur le rendu sonore, mais aussi au niveau du design, qui peut paraître troublant tant il est massif et nous donne un « look de pilote d'avion ». Son poids et son esthétique sont en réelle contradiction par rapport à ce que l'on observe actuellement chez les fabricants « gaming », mais le Sennheiser GSP 600 se démarque clairement grâce à ses grandes qualités sonores.

À l'instar d'un fabricant comme Audio-Technica, c'est toujours avec une certaine impatience que nous guettons les différentes sorties du côté des Allemands de Sennheiser, une entreprise dont la renommée n'est plus à prouver.

Le GSP 600 vient succéder au désormais éprouvé G4ME Zero, un casque qui avait déjà fait forte impression lors de sa sortie il y a quelques années.

Sennheiser GSP 600 : tout le savoir-faire allemand dans un casque gaming

Que ce soit dit d'entrée : le GSP 600 n'est pas synonyme de légèreté comme cela peut être le cas d'autres casques présents dans ce comparatif. On a affaire ici à un modèle clairement massif puisqu'il affiche 395 g sur la balance (sans câble). Cet embonpoint, Sennheiser a tenté de le compenser en intégrant à l'arceau un dispositif qui permet d'ajuster sa tension et donc de s'adapter à la plupart des morphologies. Si nous devons bien trouver un défaut à ce GSP 600, c'est celui-ci : il agit un peu comme une pince et lorsque nous tentons de desserrer la structure, il a tendance à perdre un peu de sa stabilité. Le bon réglage n'est donc pas évident à trouver et si on ne peut pas dire qu'il soit inconfortable (loin de là), sa présence se fait ressentir et s'avère pesante au bout de plusieurs heures d'utilisation.

Mis à part cette faiblesse qui ne sera vraiment rédhibitoire que pour ceux qui recherche un poids plume, le GSP 600 coche pratiquement toutes les cases et frôle la perfection. Son assemblage et ses finitions nous montre bien que nous avons affaire à un produit haut de gamme et son design, largement revu par rapport aux modèles précédents, est résolument typé gamer malgré sa sobriété. Le choix des matériaux nous en dit également beaucoup sur la marchandise : les mousses à mémoire de forme sont épaisses, les coussinets respirent malgré leur contour en similicuir, les plastiques sont robustes et les éléments métalliques peints en rouge apportent un bel effet esthétique en plus de l'assurance d'un produit durable.

Au niveau du son, c'est simplement un sans-faute que réalise le fabricant allemand ici. Compatible avec la plupart des systèmes grâce à sa connectique mini jack, le GSP 600 dévoile un potentiel qui ravira autant les gamers que les mélomanes et les cinéphiles. Le rendu est détaillé et quasiment neutre, seule une petite accentuation des graves se fait ressentir, une signature qui permet au GSP 600 d'offrir une immersion très réussie en jeu, d'autant que l'isolation phonique est surprenante. La scène sonore est bien définie malgré l'absence d'une quelconque virtualisation. Avec un investissement supplémentaire dans une carte son externe tel que celles proposées par Sennheiser (GSX 1000 et 1200 Pro), ce GSP 600 se transforme en un véritable monstre de compétition, ni plus ni moins.

La qualité du micro est, elle aussi, loin d'être anecdotique. Les bruits environnants sont correctement filtrés et atténués, aucun souffle ne devrait être perceptible par vos camarades. La restitution vocale est nette et sur ce point le GSP 600 n'a rien à envier à la concurrence, pas même, preuve qu'une solution logicielle pour améliorer le traitement du signal n'est pas forcément nécessaire.

7. Beyerdynamic MMX 300

Beyerdynamic MMX 300 Toujours excellent
  • Rendu sonore équilibré et précis
  • Construction inspirée des casques d'aviation
  • Excellent micro
Le casque gaming et audiophile

Le MMX 300 v2 est sans doute le meilleur casque gaming qui nous est passé entre les mains, notamment en raison de son confort absolu, de ses performances audios remarquables, ainsi que de son micro qui nous semble encore aujourd'hui être l'une des meilleures références sur le marché des casques gaming. C'est sans conteste le modèle à posséder pour tout joueur exigeant une véritable expérience audiophile, aussi bien pour les jeux que pour les autres médias.

Le casque gaming et audiophile

Le MMX 300 v2 est sans doute le meilleur casque gaming qui nous est passé entre les mains, notamment en raison de son confort absolu, de ses performances audios remarquables, ainsi que de son micro qui nous semble encore aujourd'hui être l'une des meilleures références sur le marché des casques gaming. C'est sans conteste le modèle à posséder pour tout joueur exigeant une véritable expérience audiophile, aussi bien pour les jeux que pour les autres médias.

Considéré comme étant la référence des casques gaming lors de la sortie de sa première version en 2009, le MMX 300 v2 est aujourd'hui un modèle de premier choix pour les joueurs audiophiles, bien que la concurrence soit plus rude qu'à l'époque sur ce secteur, notamment avec des fabricants comme Audio Technica et Audeze qui ont investi le marché.

Beyerdynamic MMX 300 : le casque gaming et audiophile

Acteur incontestable du monde de l'audio depuis près d'un siècle avec de nombreuses innovations à son actif, le fabricant allemand fait preuve d'un savoir-faire qu'on ne retrouve pas particulièrement avec des marques provenant du monde du gaming. Pour cause, s'il propose des solutions audios pour le grand public, Beyerdynamic se spécialise également dans le domaine de l'audiométrie et de l'aviation, ce dernier a d'ailleurs inspirer la conception de ce MMX 300.

Fabriqué à la main, le MMX 300 se démarque d'abord par son excellente qualité d'assemblage, ainsi que sur le choix de ses matériaux. Sa structure en aluminium maintient les deux oreillettes, celles-ci pivotent sur l'axe horizontal afin de s'adapter à toutes morphologies ; le choix d'un plastique relativement dense et solide a dû s'avérer pertinent afin de réduire le poids de ce casque qui reste très raisonnable : 294 g (sans le câble). L'arceau est rembourré et recouvert d'un épais cuir qu'il est possible d'enlever avec un simple système velcro. Sur ce point, nous aurions préféré retrouver le système à pression présent par exemple sur le DT 880, mais il s'agit ici d'un simple détail. Ceux ont d'ailleurs déjà porté un casque de la série DT ne serons pas perdu ici puisque l'on retrouve un niveau de confort similaire. Le MMX 300 est certainement le casque gaming le plus confortable qui soit, les oreillettes sont spacieuses, le velours des écouteurs est respirant, le casque en lui-même est très stable et la pression sur la tête est contenue malgré de très bonnes performances d'isolation phonique.

Concernant ses performances audios, le MMX 300 se rapproche bien plus d'un casque audiophile que gaming. Il profite d'une réponse en fréquence étendue et d'un rendu audio très équilibré avec des basses riches et profondes et offre une grande clarté et précision dans les médiums et aigus permettant même de distinguer des sons que l'on n'aurait pas remarqués avec d'autres casques. Bien qu'il s'agisse d'un casque stéréo, il restitue à la perfection les détails sonores en arrière-plan et se comporte parfaitement bien sur les jeux de tirs multi-joueurs. Enfin, sa nature plus orientée audiophile rend se casque d'autant plus polyvalent puisqu'il procure de très bonnes sensations sur les films et pratiquement tous les genres musicaux.

Le microphone est également de très bonne facture avec une captation remarquable et sans reproche, bien au-dessus de la plupart des casques gaming aussi bien en milieu qu'en haut de gamme. Il vous permettra en outre de jouer dans des environnements bruyants sans pour autant déranger vos coéquipiers, sa directivité très serrée lui permettant de ne pas être ennuyé par les bruits alentour ou par l'acoustique de la pièce où vous vous trouvez. De ce fait, ce n'est pas seulement un bon micro pour le chat vocal, il sera bon dans tous les domaines et accompagnera aussi bien une session de stream que l'enregistrement de podcast et autres. Seul point de détail : il n'est ni amovible ni rétractable ; la perche sur laquelle il est monté est largement flexible.

8. HyperX Cloud Orbit S

HyperX Cloud Orbit S La Rolls des casques
  • Technologie planaire d'Audeze
  • Performances sonores au-dessus du lot
  • Réalisme de la spatialisation
Un partenariat réussi avec Audeze

Les quelques modifications que l'on recense sur cette version rebadgée du Mobius ne lui enlèvent rien de ses grandes qualités et apportent même de (minimes) améliorations. La signature sonore a tendance à légèrement accentuer basses et aigus, ce qui ne devrait pas poser de problème puisque cela contribue selon nous à un bon équilibre. Certains pourront trouver que l'absence du Bluetooth est regrettable, c'est notre cas. Cependant, pour un casque dont la majorité des points forts se concentrent sur la connexion USB sur PC, ce n'est finalement pas très étonnant de voir la connectivité sans fil disparaitre ici, d'autant plus que cela permet d'alléger la facture.

Un partenariat réussi avec Audeze

Les quelques modifications que l'on recense sur cette version rebadgée du Mobius ne lui enlèvent rien de ses grandes qualités et apportent même de (minimes) améliorations. La signature sonore a tendance à légèrement accentuer basses et aigus, ce qui ne devrait pas poser de problème puisque cela contribue selon nous à un bon équilibre. Certains pourront trouver que l'absence du Bluetooth est regrettable, c'est notre cas. Cependant, pour un casque dont la majorité des points forts se concentrent sur la connexion USB sur PC, ce n'est finalement pas très étonnant de voir la connectivité sans fil disparaitre ici, d'autant plus que cela permet d'alléger la facture.

Déjà très convaincants avec ses casques Cloud Alpha S et autres Cloud Flight, HyperX propose depuis peu une version rebadgée du Mobius, en partenariat avec Audeze. Plus accessible et abordable, nous avons décidé de retirer l'excellent Audeze Mobius de notre comparatif et de le remplacer par cette version quasi similaire signée HyperX.

HyperX Cloud Orbit S : l'excellence du Mobius à tarif plus abordable

Si vous recherchez l'excellence d'un casque comme le Mobius, avec une approche audiophile du jeu vidéo, il y a de fortes chances que ce Cloud Orbit S vous séduise.

Cette version retravaillée pour le marché européen est en effet très similaire à l'Audeze Mobius, avec au final assez peu de changements par rapport à l'original. En réalité, HyperX propose deux variantes de ce casque destiné aux joueurs soucieux de la qualité audio : le Cloud Orbit qui fait l'impasse sur la technologie de headtracking Waves Nx et la connectivité Bluetooth, ainsi que ce Cloud Orbit S qui écarte uniquement le Bluetooth.

Parmi les autres modifications apportées à ces deux références, on note aussi une signature sonore quelque peu différente au Mobius, avec une signature en V qui accentue légèrement basses et aigus et semble assez peu prononcée. Enfin, l'esthétique est moins colorée puisque seul le logo blanc d'HyperX apparait sur fond noir.

La force du Cloud Orbit S est évidemment d'avoir recours au même transducteur que ceux du Mobius et de rendre désormais la technologie magnétique planaire encore un peu plus accessible. Si le Mobius faisait figure d'ovni sur le marché gaming, c'est un peu moins le cas maintenant avec ces deux modèles HyperX. Certes, la polyvalence n'est plus vraiment de la partie, mais pour un casque dont les points forts se concentrent sur la liaison USB sur PC, on peut se dire que l'absence de Bluetooth n'est pas si regrettable que cela.

Le Cloud Orbit S est considéré comme l'un des meilleurs casques gaming du moment, offrant une qualité audio remarquable et un son surround clairement au-dessus du lot. Seul point faible hérité du Mobius : le microphone sensiblement en retrait par rapport à la qualité globale de l'audio avec ce casque.

Le casque arrive également avec un logiciel très complet, quoiqu'un peu repoussant à la première utilisation, qui permet de gérer de nombreux paramètres à commencer par la spatialisation.

HyperX Cloud Orbit S : l'avis de Clubic

Le Cloud Orbit S joue dans la cour des grands ! Avec ses transducteurs magnétiques planaires, il parvient à surpasser ses concurrents sur pratiquement tous les tableaux et rejoint l'Audeze Mobius parmi les meilleurs casques du marché, Bluetooth en moins.

9. Asus ROG Theta Electret

Asus ROG Theta Electret Haut de gamme
  • Rendu audio remarquable
  • Clarté, précision sur tout le spectre
  • Oreillettes très confortables
Une formule sans concession sur le rendu audio

Pour reprendre une expression québécoise, qu'il est difficile de ne pas « tomber en amour » pour ce Theta Electret. Asus a certes réalisé des choix qui ne feront pas que des heureux, mais le résultat est largement à la hauteur des ambitions de la marque avec une restitution audio très nettement supérieure à ce que l'on trouve généralement sur des casques-micro gaming, même sur les plus haut de gamme des modèles commercialisés actuellement. En réalité, le Theta Electret n'a pour ainsi dire aucun concurrent et ce ne sont pas ses quelques défauts « techniques » qui nous feront changer d'avis : le câble est un peu court, son tapotement entraîne des bruits parasites, aucune molette de réglage du volume n'est présente... rien qui ne puisse faire oublier la remarquable justesse de son rendu sonore.

Une formule sans concession sur le rendu audio

Pour reprendre une expression québécoise, qu'il est difficile de ne pas « tomber en amour » pour ce Theta Electret. Asus a certes réalisé des choix qui ne feront pas que des heureux, mais le résultat est largement à la hauteur des ambitions de la marque avec une restitution audio très nettement supérieure à ce que l'on trouve généralement sur des casques-micro gaming, même sur les plus haut de gamme des modèles commercialisés actuellement. En réalité, le Theta Electret n'a pour ainsi dire aucun concurrent et ce ne sont pas ses quelques défauts « techniques » qui nous feront changer d'avis : le câble est un peu court, son tapotement entraîne des bruits parasites, aucune molette de réglage du volume n'est présente... rien qui ne puisse faire oublier la remarquable justesse de son rendu sonore.

Plus connu pour ses périphériques gaming, Asus a décidé d'emboîter le pas de constructeurs comme Audeze en proposant un casque filaire ne faisant aucune concession sur le rendu audio. Magnifique.

Asus ROG Theta Electret : réconcilier gamers et audiophiles

Au travers de sa gamme Republic of Gamers - ROG pour les intimes - Asus muliplie les références, mais le Taiwanais n'avait jamais été aussi ambitieux qu'avec le Theta Electret, un produit qu'il a conçu en imaginant marier écoute audiophile et jeu vidéo. Comme son nom l'indique, le Theta Electret se pose pour cela sur des haut-parleurs doubles : un classique transducteur 45 millimètres avec aimants en néodyme sur chaque oreillette, mais aussi un élément reposant sur la technologie électret. De manière très schématique, un tel écouteur se compose d'une membrane chargée électriquement : ce sont les variations du champ électrique qui viennent « animer » cette membrane. En théorie, l'électret est plus réactif et plus léger qu'un écouteur « classique ».

Dans le cas présent, cela permet surtout à Asus de bien partager les tâches. Ainsi, l'électret est principalement utilisé pour les hautes fréquences, au-dessus de 7500 Hz. Le transducteur néodyme peut alors se focaliser sur le reste du spectre, officiellement de 20 à 7500 Hz. Pourvu que vous disposiez du matériel adéquat pour en profiter - Asus recommande un DAC capable de fournir 3Vrms sous 160 Ohms - il en résulte une précision et une sensibilité rare pour un casque gaming. L'ensemble est remarquable d'homogénéité et à aucun moment le son ne paraît dénaturé, forcé. Pour tout vous dire, il y a de bonnes chances que vous redécouvriez vos morceaux favoris avec un tel casque.

Nous parlons musique car Asus a nettement insisté sur l'orientation audiophile de son ROG Theta Electret. Il ne faut toutefois pas oublier son aspect gamer. La redécouverte évoquée précédemment fonctionne ainsi aussi bien avec les compositions de Kenji Kondo, de Gustavo Santaolalla ou de Jesper Kyd par exemple. Notez en outre que sa connectique mini-jack 3,5 millimètres ne limite pas le ROG Theta Electret à nos seuls PC : il est tout à fait capable d'accompagner une console et, même sans DAC, on profite malgré tout d'une excellente expérience.

En dehors de l'absence de toute spatialisation, il nous faut toutefois souligner quelques limites qui viennent ternir un peu le bilan du ROG Theta Electret. Rien de très grave, mais Asus ne propose par exemple aucun logiciel pour affiner / ajuster les réglages de son produit. Le câble nous paraît aussi un peu court (1,5 mètre) et malgré une remarquable qualité de fabrication / finition, on regrette forcément qu'Asus n'ait pas opté pour des oreillettes sur charnières rotatives pour encore plus de confort.

Asus ROG Theta Electret : l'avis de Clubic

Pas exactement un concurrent direct de l'Audeze Mobius, le ROG Theta Electret se focalise sur la seule impression stéréophonique en mettant complètement de côté la spatialisation 7.1. Le résultat n'est pas moins enthousiasmant, mais il ne s'adressera de fait pas exactement au même public. Le ROG Theta Electret est une petite merveille de mélomane qui devrait enthousiasmer tous les amateurs de musique et tant pis s'il est moins à son aise en présence d'un film par exemple.

Solution haut de gamme qui se paie le luxe d'intégrer des transducteurs classiques et des écouteurs électret, le ROG Theta Electret n'est pas à la portée de toutes les bourses.

Nous vous invitons à nous parler de vos modèles favoris en commentaires, en listant, si vous le souhaitez, leurs avantages et inconvénients.

Comment bien choisir votre casque gamer ?

Sur quels critères se baser ?

Le casque gaming est devenu l'un des éléments incontournables parmi les différents périphériques et accessoires que l'on retrouve sur PC et consoles, mais il est surtout celui qui est susceptible de vous procurer la plus grande déception s'il n'est pas choisi avec soin. Les critères de sélection peuvent être nombreux selon votre degré d'exigence rendant ainsi le choix d'autant plus difficile que le marché est particulièrement fourni ! Les modèles certes se ressemblent sensiblement, avec leur forme circum-aural, leur conception généralement fermée et leur micro à perche, mais sont loin de tous se valoir, et ce même sur une plage de prix identique.

Malgré tout, il faut savoir que le ressenti et l'expérience sonore peut amplement varier d'un utilisateur à l'autre pour la raison que nous ne sommes pas tous égaux face aux sons, que le ressenti et l'expérience audio peuvent être différent pour des questions de subjectivité, mais aussi car le sentiment de fatigue et le confort varieront en fonction de la morphologie de chacun.

Pour autant, il y a des caractéristiques qui ne trompent pas et qui nous permettent d'orienter notre choix en faveur d'un modèle ou d'un autre. Nous avons mis au point ce comparatif en tentant de les prendre en compte pour chaque produit testé ; vous trouverez ci-dessus nos conseils pour vous y retrouver plus facilement et choisir votre casque gamer filaire en toute sérénité.

Design et ergonomie : place au confort

On pourrait penser que le premier critère à retenir serait le rendu sonore, mais un casque proposant d'excellentes qualités audios serait-il vraiment recommandable si nous ne pouvons pas le garder plus d'une heure sur nos esgourdes ?

La réponse est évidemment négative, dans le cas contraire il serait bien compliqué de justifier ce choix. À l'instar des casques audiophiles et de monitoring, ou encore des casques de broadcasting, le confort devrait toujours être le premier élément à scruter. La fonction de ces différents produits étant de rester sur nos têtes durant plusieurs heures, il est évident que le design global et l'ergonomie de notre casque se doivent d'être exemplaires. Selon nous, étant conçu principalement pour être utilisé assis dans un fauteuil ou dans notre salon devant nos PC et consoles, un bon casque gamer doit avant tout pouvoir se porter sans gêne en limitant la chauffe et en offrant des oreillettes suffisamment spacieuses pour ne pas ressentir d'incommodités durant nos interminables sessions de jeu.

L'esthétique d'un casque gaming est finalement une question de second plan, mais vous pouvez tout de même comptez sur les fabricants pour vous proposer des modèles au look assez improbable (comme l'Alienware AW988), ou encore de effets lumineux parfois réussis, mais toujours dispensables. La stabilité est aussi une question de second plan, nous avons besoin d'un casque qui tient en place sans avoir besoin de l'ajuster toutes les deux minutes, mais nous l'utiliserons rarement pour aller faire du jogging ou autre, une paire d'écouteurs intra-auriculaires sans fil sera bien plus appropriée pour cela.

Enfin, l'isolation passive découle elle aussi directement de la conception et de l'ergonomie du casque. Si vous êtes un compétiteur et que vous participez régulièrement à des événements e-sport, nous vous conseillons alors fortement de choisir parmi les modèles qui offrent la meilleure isolation phonique comme c'est le cas avec le Sennheiser GSP 600. Pour une utilisation à la maison, une isolation modérée devrait être suffisante dans la plupart des cas et participer correctement à une bonne immersion dans vos jeux.

L'expérience audio : une affaire de goût ?

Comme mentionné ci-dessus, il ne fait aucun doute qu'une grande part de subjectivité entre en ligne de compte lorsque l'on évoque l'expérience audio et la signature sonore, quel que soit le type d'équipement. Toutefois, si c'est une affaire de goût, c'est aussi et avant tout une histoire de maîtrise de la part du fabricant.

Dans les faits, les casques gaming tentent de restituer une scène sonore riche et détaillée avec une représentation réaliste en adoptant de larges transducteurs. Bien souvent, ils ont tendance à mettre l'accent sur les basses ce qui a pour effet de renforcer l'immersion dans les jeux d'action. Mais beaucoup de fabricants abusent de ces basses et le résultat peut s'avérer décevant puisqu'il arrive qu'elles déforment et masquent d'autres fréquences, gâchant ainsi le rendu des sons d'ambiance et autres dialogues. Cela ne posera pas forcément de problèmes aux amoureux des basses, mais risque de surprendre ceux qui recherchent un son plus naturel, qui se rapproche de la neutralité. Les jeux multi-joueurs en ligne étant aujourd'hui légion, la communication est dès lors une exigence importante ; or, une signature sonore mal maîtrisée aurait aussi pour effet de cacher certains effets audios du jeu lorsque vos coéquipiers parlent.

Enfin, le jeu n'est pas forcément notre seule occupation et la plupart d'entre nous souhaiteront investir dans un seul et unique casque qui sera donc aussi utilisé pour visionner films et séries ou écouter de la musique. Si c'est votre cas alors il conviendra d'accorder un peu d'importance à la fidélité du son et vous orienter vers un casque à l'aise sur ces différents médias.

Son surround, spatialisation, 7.1 virtuel

Le son surround peut se révéler particulièrement important et efficace si vous jouez sur des titres compétitifs où il est avantageux de pouvoir déterminer la position et mieux appréhender les déplacements de vos ennemies.

Pour cela, certains modèles optent pour un traitement numérique qui reproduit, avec plus ou moins de précision et de détail, un environnement 3D qui permet d'entendre des sons provenant de différentes directions. Cette émulation fonctionne grâce à la présence d'une carte son externe (DAC) ou d'un processeur de signal numérique (DSP) directement intégré au casque. Notons par ailleurs que même un simple casque stéréo peut se voir transformé en casque surround grâce à des solutions logicielles telles que Windows Sonic, Dolby Atmos for headphones, ou encore l'excellent Nahimic qui nécessite néanmoins une carte mère compatible et équipée au minimum d'un processeur Intel de 8e génération.

Ces différentes technologies permettent ainsi de simuler un rendu 5.1 ou 7.1. et même parfois 9.1 canaux avec cependant des casques plus orienté « home cinéma » comme le Sony MD-RHW700DS, un modèle dépourvu de micro mais qui s'avère très convaincant en jeu. En théorie, elles sont aussi efficaces ou presque à un son surround réel qui est obtenu par le biais d'un casque qui est équipé de plusieurs transducteurs dans chaque oreillette, mais permet surtout d'en gommer les défauts. Les casques 5.1 ou 7.1 réel, comme le Asus ROG Centurion, sont plus difficiles à fabriquer et donc plus chers, sujets à davantage de pannes en raison de la présence de nombreux transducteurs, mais aussi beaucoup plus lourds et massifs. À vrai dire, qu'il bénéficie d'un son surround réel ou virtuel, un casque reste un dispositif dont la zone de perception sonore est réduite à deux oreillettes. S'il peut apporter un réel sentiment d'immersion en distinguant correctement les sources sonores avant et arrière, vous n'obtiendrez jamais l'excellente précision des directivités que l'on peut avoir avec un véritable dispositif surround composé d'un ampli home cinéma et d'enceintes réparties dans la pièce.

Plusieurs solutions de traitement surround se bousculent actuellement sur le marché, les deux normes les plus plébiscitées par les fabricants sont le Dolby Surround et le DTS Headphone: X. Peu de différence sont réellement à constater entre ces solutions et le rendu surround sera encore une fois en grande partie une affaire de goûts et d'habitudes. Enfin, il ne faut pas oublier que le résultat du son surround dépendra fortement de la source elle-même, c'est-à-dire dire des sons du jeu. Si certains développeurs conçoivent des jeux qui ont avantage à tirer parti du son surround, ce n'est cependant pas le cas de tous. La spatialisation peut donc s'en retrouver mise à mal sur certains titres, non en raison de la qualité de votre casque, mais plutôt de l'optimisation du jeu au niveau audio.

Le son surround n'est cependant pas toujours nécessaire pour bénéficier d'un bon sentiment de spatialisation qui permettra une immersion complète dans un jeu. À vrai dire, il vaut mieux choisir un casque offrant une très bonne stéréophonie qu'un autre proposant un piètre 7.1 virtuel. En outre, si vous choisissez en casque stéréo, il vous sera toujours possible d'opter pour un traitement logiciel pour profiter du surround lorsque vous en ressentez le besoin. Le conseil à garder en tête ici est donc de ne pas forcément se focaliser sur la norme utilisée (DTS, Dolby), ni sur le nombre de canaux géré (5.1, 7.1) car les différences seront minces, pour ne pas dire imperceptibles. Néanmoins, évitez les casques d'entrées de gamme proposant un son surround et n'affichant pas l'une de ses normes, leur traitement audio multicanal est décevant, pour ne pas dire médiocre, la plupart du temps.

Le micro

Flexible, rétractable et parfois amovible, le micro joue un rôle prépondérant pour coordonner vos actions en équipe ou simplement pour profiter de communications claires même dans un environnement bruyant.

La qualité du micro est trop souvent négligée lorsque l'on choisit un casque gaming, alors qu'il s'agit d'un élément essentiel et indispensable. Vos partenaires de jeux seront les premiers impactés par un microphone de mauvaise qualité, peinant à vous entendre de manière intelligible ou vous implorant d'arrêter de marteler votre clavier mécanique. C'est notamment le cas avec un noise gate trop sensible ou seulement un mot sur deux risques d'être transmis si vous ne parlez pas suffisamment fort, ou avec des micros à la directivité bien trop large qui captent le moindre bruit de votre environnement. Enfin, les casques gaming étant généralement de conception fermée, il est préférable de bénéficier d'un retour son du micro dans le casque, surtout si l'isolation phonique de celui-ci affiche de bonnes performances. Le retour son vous permettra de moins vous sentir coupé du monde, mais surtout de vous entendre parler afin de jauger au mieux votre voix même lors de sessions de jeu où les sons fusent de partout.

La plupart des casques de notre comparatif sont équipés de micro offrant des directivités serrées (cardioïde, hyper-cardioïde) qu'il suffit de correctement placer devant la bouche et ajuster si besoin. Le principal est bien entendu de transmettre votre voix de façon claire tout en filtrant efficacement les bruits de votre environnement.

Ces modèles sont dans la plupart des cas satisfaisants pour un usage standard. Certains casques intègrent cependant des micros de qualité supérieure ou des traitements et supports logiciels augmentant la qualité de la captation, ils peuvent parfois s'imposer comme un compromis bien moins onéreux qu'un microphone dédié pour un streamer.

Mais encore ?

Bien d'autres critères peuvent entrer en compte lors du choix d'un casque. La qualité de construction et d'assemblage du produit donne par exemple une bonne idée sur sa durabilité et les casques les mieux conçus sont en mesure d'avoir une durée de vie relativement longue. La diversité des commandes accessibles le long du câble ou sur les oreillettes, la possibilité d'avoir un micro amovible ou de simplement le désactiver en le relevant, ou encore la présence d'une solution logicielle pour gérer les différents paramètres audios sont aussi autant d'arguments qui joueront peut-être un rôle dans votre choix.

Pour terminer, il convient de souligner que tous les modèles présentés ci-dessous ne sont pas forcément destinés à une utilisation multi-plateformes. La connectique la plus répandue et polyvalente est sans aucun doute le mini jack 3.5 mm. Les casques qui en sont équipés peuvent être utilisés sur une manette de jeu ou un smartphone : ils sont généralement livrés avec un connecteur double destiné à être branché sur les entrées casque et micro de l'ordinateur.

La connexion USB est quant à elle uniquement destinée à être utilisée sur un ordinateur. Elle permet de passer outre le traitement audio réalisé par votre carte mère grâce à un pilote intégré au casque, rendant ainsi possible des fonctionnalités comme le son surround. En milieu de gamme, on trouve souvent des casques qui autorisent les deux types de connexion (jack et USB). Enfin, certains modèles filaires comme le Audeze Mobius autorisent une connexion Bluetooth afin d'être utilisés avec de nombreux appareils. Si vous possédez une carte son externe ou interne telle qu'une Creative Sound Blaster ou un Focusrite Scarlett, ou que vous envisagez son acquisition, votre choix devrait alors plutôt se tourner vers une connectique Jack pour être certain d'en profiter. Enfin, quelques modèles haut de gamme sont équipés d'une connexion optique, gage de qualité. Dans notre comparatif nous la retrouvons par exemple avec l'Astro A50, un casque sans fil dont la station d'accueil peut se connecter via un câble optique.

Modifié le 22/12/2020 à 14h44
Ce qu'il faut savoir sur l'affiliation sur Clubic

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer.  Consultez notre charte pour en savoir plus.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
4
3
Voir tous les messages sur le forum

Pourquoi nous faire confiance ?

Pour vous, Clubic sélectionne puis teste des centaines de produits afin de répondre aux usages les plus courants. De la qualité pour tous et à tous les prix, voilà notre objectif ! En savoir plus

Haut de page