Test LG UltraFine Ergo 32UN880 : une autre définition de l'ergonomie

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
29 mars 2021 à 11h43
13
LG UltraFine 32UN880 - ErgoSeries © LG
© LG

Trouver un grand moniteur PC polyvalent qui conjugue ergonomie et qualité d’image est généralement une affaire qui revient assez cher ! D’abord car la taille et la qualité se paient, mais également parce qu'il faut généralement passer par l’achat d’un bras articulé. LG réunit cependant tous ces éléments en une seule offre avec sa gamme ErgoSeries, et tire les tarifs vers le bas sur ce segment des moniteurs pensés pour les professionnels.

LG UltraFine 32UN880
  • Possibilités de réglages et ergonomie impeccable
  • Bras articulé solide et montage facile
  • Connectique USB-C et charge jusqu'à 60 W
  • Excellente couverture DCI-P3
  • Tarif raisonnable
  • Charge limitée à 60 W avec l'USB-C
  • Pas de 5K ni de fonctionnalités pour Mac
  • Le support ne s'adapte pas à tous types de bureaux
  • Rendu HDR anecdotique

Le télétravail est devenu la norme pour beaucoup d’entre nous en cette période. L’équipement du poste de travail, tout comme son ergonomie, sont des facteurs importants pour conserver confort et productivité.

LG répond à cette problématique avec cette gamme Ergo Series, composée de moniteurs équipés d’un bras articulé qui autorise une grande souplesse pour adapter son poste de travail selon ses besoins et exigences.

Le LG UltraFine 32UN880, modèle utilisé pour ce test, avance également d’autres arguments qui ciblent les professionnels, notamment les créateurs de contenus : outre son bras articulé, il bénéficie d'une dalle IPS 4K UHD de 32" censée couvrir 95 % de l'espace DCI-P3, le support de l’HDR10, et une connectique bien fournie qui inclut de l’USB-C et un support du Display Alt Mode permettant d’alimenter un équipement jusqu’à 60 W.

Toutes les mesures réalisées dans le cadre de ce test ont été enregistrées avec le logiciel CalMAN Ultimate, une sonde X-Rite i1 Display Pro Plus et un boîtier de mesure d'Input Lag Leo Bodnar.

Prix et disponibilité

Disponibles depuis septembre dernier, les LG 32UN880-B et LG 32UN88A-W sont actuellement vendus entre 650 et 700 €. Précisons que la différence entre les deux modèles réside simplement dans le coloris du châssis à l’arrière, noir dans le premier cas et blanc dans le second.

Dans la même catégorie, seul le Samsung Space Monitor fait vraiment office de concurrent à LG - mais bien que son système de fixation permette de libérer de l’espace, il n’offre pas la même amplitude de réglages. Enfin, LG a lancé deux autres écrans équipés de ce support novateur : le LG UltraWide 34WN780 avec un format d’image 21:9, et l’UltraGear 27GN88A qui se destine aux joueurs.

LG UltraFine 32UN880 : la fiche technique

Le LG UltraFine 32UN880, c'est :

  • Référénce : LG 32UN880-B
  • Type de dalle : Nano-IPS
  • Format, taille et définition d'écran : 16:9 / 31,5" (80 cm) / 4K UHD (3840 x 2160)
  • Fréquence de rafraichissement : 60 Hz
  • Technologie de synchronisation : AMD FreeSync
  • Traitement HDR : oui, HDR10
  • Connectiques : 1 x DisplayPort 1.4 / 2 x HDMI 2.0b / 1 x USB-C / 2 x USB 3.0 / 1 prise casque
  • Haut-parleurs : 2 x 5 Watt
  • Alimentation : bloc externe (200 W)
  • Dimensions : 714,3 x 420,1 x 45,7 mm (sans pied)
  • Support Vesa : 100 x 100 mm
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_9 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Design et ergonomie

Flexibilité et zéro contrainte sont les maîtres mots qui guident ce moniteur et son support de fixation. Le moniteur en lui-même dispose d’un design assez standard, notamment avec un cadre qui présente des bordures très fines sur trois côtés, des plastiques noirs très sobres et globalement d’excellentes finitions comme LG nous y a déjà habitués par le passé.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_13 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

La véritable nouveauté n’est donc pas le moniteur en lui-même, mais bel et bien sont bras articulé - un support qu’il faut habituellement acheter séparément pour retrouver des options de réglages similaires.

Mises à part les limites de ce support par rapport à un bras articulé sur fixation murale, il est possible de faire à peu près ce que l’on veut de ce moniteur, pourtant imposant avec sa diagonale de 81 cm. « A peu près », car il subsiste une limite : celle de disposer d’une configuration de bureau qui puisse accueillir ce support, c'est-à-dire un bureau à plateau plat ou muni d’une ouverture passe câble.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_17 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Équipé d’une pince en C, le support se fixe très simplement lorsque la configuration de bureau le permet. Dans notre cas, pour notre bureau avec une grande planche horizontale qui soutient le plateau, il a fallu nous adapter en démontant le voile de fond mélaminé pour les besoins du test.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_10 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

L’espace requis pour le support est très raisonnable et le montage se fait en un claquement de doigts. Il suffit en effet d’ajuster et serrer le serre-joint par rapport à l’épaisseur du plateau, puis de venir simplement clipser l’écran au bout du bras articulé et le tour est joué ! Si la simplicité est au rendez-vous, il faut bien dire que l’installation est parfaitement stable : nous n’avons rencontré aucun problème après avoir manipulé le moniteur dans tous les sens durant nos 15 jours de tests.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_4 © Matthieu Legouge
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_3 © Matthieu Legouge

La grande force de ce bras articulé est d’offrir des possibilités de réglages qui s’adaptent à toutes les situations. On remarque d’abord la position désaxée du pied, qui fait gagner en profondeur et laisse le champ libre sur le bureau, et sa grande amplitude lorsqu'on souhaite tirer l’écran vers soi avec ce bras d'une longueur maximale d'environ 18 cm.

LG UltraFine 32UN880 - ErgoSeries © LG
© LG

Le réglage de la position est à l’image du montage : très simple. Nous disposons d’ajustements sur la hauteur, de 13 cm de bas en haut, l’inclinaison, de -25° à l’avant à +25° vers l’arrière, d’un basculement en un clin d’œil en mode portrait (90°), mais également d’une rotation quasi intégrale avec une fonction pivot sur pour ou moins 280°.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_11 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Connectiques

L’autre point fort de ce moniteur sur le plan ergonomique, c’est sa gestion des câbles. En effet, toutes les connectiques étant placées à la perpendiculaire du moniteur, comme nous l’avions déjà constaté avec notre test du LG 27GN750-B, mais il est en outre possible de faire passer quelques câbles à l’intérieur du pied.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_8 © Matthieu Legouge
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_7 © Matthieu Legouge

Ce dernier embarque ainsi un système de gestion de câble, accessible en enlevant les deux petits caches en plastique pour en profiter. Notons toutefois que le pied est un peu trop étroit pour faire passer l’intégralité des câbles raccordés au moniteur : en l’état, difficile de faire passer plus de deux ou trois câbles au maximum.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_1 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

La connectique est bien fournie. On y trouve deux connecteurs HDMI 2.0b, qui prennent en charge l’HDR et l’HDCP 2.2, un DisplayPort 1.4, deux ports USB 3.0, une sortie casque, et bien sûr un port USB-C qui gère la charge jusqu’à 60 W et le Display Alt Mode. Le moniteur constitue donc un bon compagnon de travail pour un laptop, si ce dernier ne nécessite pas de plus de 60 W pour son alimentation. Une valeur un peu plus basse qu’avec d’autres moniteurs de cette catégorie, qui autorisent parfois jusqu’à 90 / 100 W avec l’USB-C.

Le LG UltraFine 32UN880 ne prend donc pas vraiment la place d’une station d’accueil. Il ne propose d’ailleurs pas de connecteurs RJ45, ni d’emplacements pour carte SD. LG fournit toutefois un câble USB-C vers USB-C, et il vous sera possible de connecter souris et clavier à l’écran pour contrôler votre ordinateur portable.

Ergonomie logicielle et paramétrages

Comme de nombreux moniteurs à l’heure actuelle, notre modèle est muni d’un joystick situé au centre sur la partie inférieure de l’écran. Pratique et précis, il permet de naviguer facilement dans les menus. Lors d’une première pression, on accède à 4 raccourcis : pour l’extinction de l’écran, vers les paramètres, pour choisir la source d’entrée, et enfin le mode d’image.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_12 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Les paramètres accessibles sont nombreux, mais disons d’emblée que nous avons regretté l’absence d’un mode PIB/PIP, que nous trouvons très utile pour diviser et afficher des flux provenant de plusieurs sources à l’écran.

On retrouve donc des paramètres basiques pour ajuster luminosité, contraste, température de couleurs, pour activer le FreeSync et choisir un overdrive qui pourra être utile en jeu, ou encore pour paramétrer la veille automatique ou l’économie d’énergie « Smart Energy Saving ».

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_16 © Matthieu Legouge
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_15 © Matthieu Legouge

Les modes d’images sont nombreux, chose appréciable sur un écran destiné aux professionnels, puisque chacun devrait y trouver chaussure à son pied. Il est en effet possible de choisir entre 12 modes d’images différents, du mode Perso en passant par Vive, Effet HDR, Lecture, Cinéma, FPS et RTS, et naturellement deux modes destinés à fixer l’espace colorimétrique, l’un qui cible l’espace sRGB, l’autre le DCI-P3.

Pour effectuer nos mesures, nous avons désactivé le « Smart Energy Saving » afin que l’intensité lumineuse ne varie pas, puis nous avons testé plusieurs modes d’images pour établir les capacités colorimétriques de ce moniteur.

Qualité d’image

La dalle IPS de ce moniteur a de très bons arguments à faire valoir, à commencer par son contraste, au-dessus de la moyenne avec ce type de dalle. Dans le meilleur des cas, avec des paramètres de luminosité ajustés sur 50 et de niveau de noir sur « élevé », nous obtenons un contraste de 1246:1, la meilleure valeur que nous ayons relevée à l’heure actuelle avec une dalle IPS. Il reste bien entendu loin derrière les dalles VA et les rares écrans OLED, et les noirs manquent clairement de profondeur face à ces derniers.

Poussée au maximum, la luminosité de ce moniteur est plutôt bonne pour un usage standard, avec 390 cd/m², mais reste insuffisante pour lui accorder une certification DisplayHDR. La luminosité est toutefois gérée avec homogénéité puisque sur nos mires de test le pic lumineux ne descend pas en dessous de 370 cd/m², et ce peu importe la taille de la fenêtre affichée (de 1 à 100 %).

Le mode « Cinéma » est celui qui offre les meilleurs résultats d’après nos tests. Hélas, pour un moniteur qui cible les professionnels de l’image, la calibration de ce moniteur manque de justesse. Ceux qui dépendent de cette précision colorimétrique n’hésiteront pas à réaliser un étalonnage à l’aide d’une sonde et, éventuellement, du logiciel LG Calibration Studio, mis à disposition sur la page produit du moniteur. Si vous ne disposez pas du matériel adéquat, vous pouvez toujours télécharger le profil icc que nous avons créé après calibration à l’aide de ce même logiciel.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_RGB_cinema
Pré-calibration / Post-calibration

Avec les réglages par défaut, seul le mode « Cinéma » présente une température de couleur moyenne relativement juste, avec 6 579 K.

Le mode « sRGB » est au-dessus, avec une mesure à 6 742 K, tandis que les modes « Perso » et « DCI-P3 » demanderont quelques ajustements avec une température trop froide, au-delà des 7 000 K. Après calibration, nous obtenons une température moyenne de 6 504 K et une courbe RGB stable.

La courbe Gamma manque de stabilité malgré une valeur moyenne de 2,17 proche de la valeur de référence. Par défaut, les gris clairs comme foncés ne sont pas restitués avec fidélité.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_Gamma_cinema
Pré-calibration / Post-calibration
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_DE_perso
Pré-calibration / Post-calibration

Avec un delta E moyen mesuré à 2,85, ce moniteur ne s’en sort pas si mal. On constate malgré tout quelques dérives, comme c’est le cas avec la couleur bleue et son delta E de 5,13. Il ne s’agit que de légères imprécisions, mais qui peuvent être dérangeante sur un écran qui vise les professionnels.

La fidélité de l’écran est néanmoins idéale après calibration, avec un delta E moyen de 0,97 et un delta E max de 1,79, qui reste en-dessous de la valeur à partir de laquelle l’œil humain peut percevoir les dérives colorimétriques. L’espace sRGB est couvert à 100 % avec une précision infaillible.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_sRGB_postcal
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_gamunt_dcip3

La promesse annoncée concernant la couverture DCI-P3 est quant à elle bien tenue : le LG 32UN880 affiche 97 % de cet espace. Il se contente toutefois de couvrir 71,5 % de l’espace Rec. 2020.

HDR : un rendu insuffisant

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_EOTF
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_Lum

Comme avec beaucoup d’écrans qui affichent le logo HDR comme étendard, le LG 32UN880 ne permet pas vraiment de profiter d’une expérience HDR convaincante. Le signal HDR s’est même montré moins lumineux qu’en SDR, avec un pic à 370 cd/m² au maximum.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_DE_HDR

Il en va de même concernant la précision colorimétrique. Puisqu’il n’est pas possible de sélectionner un mode d’image une fois l’HDR activé, nous devons faire avec un delta E moyen de 4,14 dans l’espace DCI-P3 en HDR, avec des dérives relativement importantes, notamment sur le blanc.

Comme nous pouvons l’observer ci-dessous, la dalle montre une homogénéité correcte, meilleure avec les tons foncés que clairs. On remarque cependant des valeurs un peu trop élevées aux quatre coins de l’écran. Le modèle prêté ici par LG ne présente pas d’IPS Glow ou de fuites de lumières perceptibles, un bon point puisque ce ne sont pas des phénomènes rares avec une dalle IPS.

Test LG UltraFine Ergo 32UN880_Uniformity_1
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_Uniformity_2
Test LG UltraFine Ergo 32UN880_Uniformity_3

Cliquez sur une image pour l'agrandir

LG Calibration Studio

Le logiciel LG Calibration Studio se montre simple à utiliser et particulièrement efficace. Disponible gratuitement, il demande seulement d’avoir une sonde colorimétrique compatible sous la main. Pour que le logiciel prenne le contrôle de l’écran, il est nécessaire que celui-ci soit connecté à un PC via le port USB-C de l'écran. L’étalonnage demande entre 30 et 40 minutes pour réaliser ses différentes étapes, et ensuite en vérifier la concordance par rapport à la palette de couleurs ciblée. Par défaut, LG Calibration Studio ne donne accès qu’à 5 palettes de couleurs prédéfinies, mais il est possible d’en ajouter d’autres manuellement.

LG Calibration Studio_1

Réactivité et usage en bureautique et en jeu

La définition 4K Ultra HD offre un excellent niveau de détails, que l’on perçoit aisément en utilisant un moniteur QHD à côté. Avec une résolution de 138 ppp, il oblige cependant à utiliser la fonction zoom (à 150 %) du système d’exploitation. La définition native est exploitable, mais il faudra se rapprocher de l’écran. Heureusement, les réglages ergonomiques de ce moniteur facilitent la chose. Au final, la diagonale de 32" s’exploite parfaitement avec cette définition.

Le LG 32UN880 se montre également à l’aise pour une utilisation gaming en UHD. Inutile de préciser qu’il est malgré tout nécessaire de disposer d’une carte graphique suffisamment puissante pour faire tourner vos jeux en 4K. Le FreeSync permet de profiter d’une expérience de jeu fluide, avec une plage de rafraichissement comprise entre 48 et 60 fps. Précisons que l’écran est bien détecté comme étant compatible G-Sync avec une carte graphique Nvidia.

Enfin, l’input lag est suffisamment bas sur notre modèle pour autoriser une expérience de jeu sans aucune gêne. Nous l’avons mesuré une première fois à 8.8 ms avec FreeSync désactivé, et à 9.1 ms une fois cette fonctionnalité active. Pour terminer, le test de Lagom nous montre que cet écran n’est pas spécialement des plus réactifs face aux moniteurs gaming que nous testons habituellement. Le résultat est malgré tout très correct pour profiter de la grande majorité des jeux, un tel moniteur ne devrait toutefois pas convenir aux amateurs de jeux compétitifs.

Consommation électrique

Le LG 32UN880 n’est pas trop gourmand en énergie compte tenu de sa fréquence de rafraichissement. Nous mesurons une consommation de 29 W en diffusant une mire blanche calibrée à 150 cd/m² sur une fenêtre de 10 %, ce qui équivaut à une consommation relative d’environ 103 W/m².

LG UltraFine Ergo 32UN880 : l’avis de Clubic

8

La gamme Ergo Display de LG parvient à se dégager de la concurrence grâce à un support qui offre de très nombreuses possibilités de réglages. Ce LG UltraFine Ergo 32UN880 ne manque pas de séduire par ses capacités à s’adapter à (presque) tous les postes de travail et toutes situations avec, en prime, une excellente qualité d’image. On retrouve les forces et faiblesses de la dalle IPS : un contraste limité mais, ici, supérieur à la moyenne pour cette catégorie d’écran, de très bons angles de vision et un bon rendu des couleurs. D’un autre côté, l’étalonnage d’usine n’est pas des plus précis. Pourtant ce moniteur à de grandes capacités à ce niveau, comme le montrent nos résultats après calibration.

Il s'agit là d'un modèle polyvalent qui séduira pour un usage bureautique et, pourquoi pas, pour du jeu vidéo en 4K. Il reste malgré tout derrière les moniteurs UltraFine 4K et 5K conçus pour être utilisés avec les Mac Pro et autres MacBook, en matière de résolution et de fonctionnalités, notamment avec le Thunderbolt et la charge jusqu’à 85 W qui permet d’utiliser ces moniteurs comme des stations de travail polyvalentes pour Mac. Mais le prix n’est vraiment pas le même : à moins de 700 €, le 32UN880 s’adresse à une clientèle peut-être moins spécialisée, qui souhaite s’offrir un compagnon de travail conjuguant ergonomie et productivité, tout en profitant de la définition Ultra HD et d’une image convaincante.

Les plus

  • Possibilités de réglages et ergonomie impeccable
  • Bras articulé solide et montage facile
  • Connectique USB-C et charge jusqu'à 60 W
  • Excellente couverture DCI-P3
  • Tarif raisonnable

Les moins

  • Charge limitée à 60 W avec l'USB-C
  • Pas de 5K ni de fonctionnalités pour Mac
  • Le support ne s'adapte pas à tous types de bureaux
  • Rendu HDR anecdotique

Qualité d'image 8

Ergonomie 10

Polyvalence 7

Design 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
8
keyplus
pour la position verticale c est gentil mais les fils d’alim et pc ca tire et au bout d’un moment ca doit se debrancher
Sabrewolf
Merci pour le test et aussi d’aborder le sujet de la consommation électrique de la bête.
MattS32
Vue la position du panneau de connectique, il est à peu de choses près à la même hauteur en position horizontale et en position verticale, donc ça tirera pas plus sur les câbles.<br /> Après de toute façon, quelque soit l’écran et la façon de l’installer, il suffit de s’équiper de câbles suffisamment longs par rapport à son besoin pour qu’il n’y ait pas de problème…
Kergariou
Merci pour ce test complet, mais je n’ai pas saisi le «&nbsp;pas de 5k pour Mac&nbsp;» alors qu’il ne s’agit que d’un écran 4k… (3840x2160)…
Matthieu_Legouge
Contrairement à la série UltraFine vendue sur l’Apple Store, LG ne propose pas de version 5K ici avec ses moniteurs ErgoSeries
pocketalex
On va faire simple : 4K c’est la haute résolution adaptée à un moniteur d’ordinateur de … 22’’<br /> Si l’on veut faire du lissage de qualité, appelé « retina » chez Apple, c’est du @2x, soit 4 pixels pour 1 pixel.<br /> Un dalle 4K, avec un lissage « retina », ou @2x, te donnera un espace de travail de … 1920x1080. Un espace de travail adapté à une dalle de 22’’ (20 à 24’’ environ)<br /> Sur un 27’’, l’espace de travail adapté est de 2560x1440 pixels, si tu veux le même en lissé @2x, il te faut une dalle … 5K<br /> C’est simple, et c’est ce que tu retrouves dans les produits Apple, ou fait pour le Mac (ex : LG ultra fine 5K)<br /> Donc déja, une dalle 4K en 27’’, tu auras un lissage que je qualifierai de « batard ». En gros, tu lisses, mais tu lisses moins. En vrai, on va dire que ça passe. C‘ est moins bien, mais ça passe.<br /> Heureusement pour nos amis utilisant un PC, car l’offre en moniteur 27’’ est majoritairement en 4K<br /> Bref<br /> Mais sur 31/32’’, 4K, on dépasse la limite autorisée. On lisse encore, mais moins … enfin bref, avec une dalle 5K en 32" on sait qu’on garderait un bon lissage, c’est tout. Si les fabriquant de moniteurs étaient un minimum sérieux, tous les moniteurs 32’’ devraient proposer une dalle 5K<br /> C’est ce que j’attends du futur moniteur qu’Apple est censé sortir cette année.<br /> Par ailleurs, j’ai du mal à comprendre le propos de l’auteur : « pas de 5K pour le Mac ». Il aurait du dire, en toute logique « pas de 5K pour tout le monde »<br /> Édit : j’ai pas vérifié l’article, je me suis cantonné à répondre, et l’auteur n’a pas écrit « 5K pour Mac » mais « ni 5K, ni fonctionnalités pour Mac » … ce qui n’est pas pareil du coup
pocketalex
Pour info, il existe un moniteur 32’’ actuellement au catalogue chez Apple, et il propose une dalle 6K<br /> Mais je n’en ai volontairement pas parlé dans mon commentaire car c’est un moniteur ultra-spécifique, prévu pour une micro-niche d’utilisateur professionnels de l’image et du cinéma, avec un tarif en conséquence<br /> Ce dont je parle, c’est un nouveau moniteur plus accessible, surement une dalle proche de celle des iMacs (mais j’espère en 32’’ et non 27’’) au niveau des specs techniques, quoiqu’une bonne surprise serait la bienvenue (microled ?) mais en restant dans des tarifs corrects, c’est à dire entre 1000 et 1500€
Matthieu_Legouge
J’ai écrit «&nbsp;Pas de 5K, ni de fonctionnalités pour Mac&nbsp;», ça prend un autre sens comme cela !
pocketalex
« Si les fabriquant de moniteurs étaient un minimum sérieux, tous les moniteurs 32’’ devraient proposer une dalle 5K »<br /> Pour info, le nombre de moniteur 32’’ 5K disponibles sur le marché s’élève à … zéro <br /> On marche sur la tête<br /> Attention, il existe une catégorie de moniteur « ultra wide » qui se présentent comme des écran 4K ou même 5K, mais qui ne sont PAS des moniteurs haute résolution comme on l’entend ici. Ce sont des bêtes moniteurs « non retina », similaire à nos écrans des année 2010, avec de bon gros pixels bien visibles à l’œil nu, mais avec une telle largeur que l’on retrouve bien, au final, 4 ou 5K pixels en largeur … mais ce ne sont pas des moniteurs haute résolution.<br /> (Juste pour préciser)
pocketalex
Tout fait ! Du coup j’ai édité. Et je te présente mes excuses
PPano
Je me suis arrêté à:<br /> Fréquence de rafraichissement : 60 Hz<br /> Pour un écran de travail, c’est juste une honte… bonjour la fatigue oculaire…
Matthieu_Legouge
Aucun souci
c_planet
entre clubic qui zoome à 150% sur un 32" et pocketlatex qui s’ampute de 75% de l’espace bureau, … non, moi, ça va, 27 pouces 4k, tout est normal en natif, juste prendre deux minutes pour régler le clear type … Je regrette juste que l’offre 3840x2400 n’existe pas.<br /> PPano, … bonjour la fatigue oculaire…<br /> T’es un cas particulier. On a travaillé combien de temps avec les lcd 60hz comme unique solution ? 20 ans ?
pocketalex
qui s’ampute 75% de l’espace bureau…<br /> ah bon ? ou ? quand ? rien compris à ton commentaire<br /> et «&nbsp;moi ça va, 27’’ 4K, tout est normal en natif&nbsp;» ça veut dire quoi ? Sais tu ce que signifie «&nbsp;natif&nbsp;» parceque j’ai l’impression que tu parles sans savoir<br /> si vraiment ton ordinateur est configuré en 3840x2160 «&nbsp;natif&nbsp;» sur une dalle 27’’ (alors que l’espace de travail «&nbsp;moyen&nbsp;» pour un tel écran est de 2560x1440), c’est juste n’importe quoi. Personne ne fait ça car tout serait microscopique et totalement illisible, inutilisable<br /> A te lire et relire, je pense juste que tu ne maitrise pas le sujet des haute résolutions, scaling, lissage, tout cela t’es étranger. Tu as tout simplement branché ton écran à ton ordinateur, ça marche, alors tu crois que t’es le centre du monde et tu interviens dans des discussions que tu ne maitrise pas, mais au final tu n’es qu’un utilisateur lambda qui a simplement branché ton écran à ton ordi<br /> Windows t’indique 3840x2160 dans le panneau de config alors tu crois que quand on parle de 2560x1440 pour un 27’’ on est des imbéciles qui sous-exploitent nos écrans.<br /> En vrai, si tu connais un peu le truc : soit tu as vraiment 3840x2160 et c’est un immense espace de travail, c’est sur, mais totalement inutilisable car tout est microscopique. Soit tu nous expliques que non, tout est en taille normale, et donc tu as un espace de travail comme tout le monde, comme on parle ici<br /> Je connais une personne dans mon entourage qui fait du 4K natif. Déja il le fait sur un 32’’ et pas un 27’’, mais même la c’est microscopique et il faut se coller la gueule contre l’écran pour l’utiliser, et plisser les yeux pour lire le moindre bouton ou nom de fichier. Lui ça lui plait, mais cet usage est totalement extraterrestre<br /> Pour rappel, le but des dalles haute résolutions est de faire du lissage, pas d’utiliser 1 pixel pour 1 pixel comme avec les écrans 72dpi (non haute résolution)<br /> 4K natif c’est tout sauf une solution universelle, et s’enorgueillir d’avoir la meilleure solution en utilisant ça … non, juste tu passes pour un zozo
c_planet
non, ça roule bien, distance de recul standard, lisible, fonts non zoomées, réel espace de travail en 4K. le 27 pouces est bien la dimension d’entrée pour en profiter de manière compacte, surtout si on envisage le dual monitor.<br /> Je viens du milieu de l’architecture, j’ai qques notions relatives aux techniques d’affichage, mini lol. J’ai commencé le lcd en 2005 je roulais sur un dell 30 pouces 2560x1600 c’était un des top à l’époque mais très perfectible en dpi et espace de travail/encombrement, heureusement que c’était du 16/10.<br /> tu crois que t’es le centre du monde […] Pour rappel, le but des dalles haute résolutions est de faire du lissage<br /> Les écrans 4k en 19,20,21,22,24,25 pouces n’existent simplement pas (sauf produit de niches), je crois que l’industrie n’est pas au courant de ta vision ou de ton usage que tu nous certifies universel.<br /> Si l’on veut faire du lissage de qualité, appelé « retina » chez Apple<br /> Pas vraiment, le dpi retina a pour but de supprimer le lissage software. D’ailleurs les forums sont remplis d’utilisateurs apple coincés avec une affichage horrible sur écran standard après la suppression du lissage dans les màj os.
pocketalex
«&nbsp;Les écrans 4k en 19,20,21,22,24,25 pouces n’existent simplement pas (sauf produit de niches), je crois que l’industrie n’est pas au courant de ta vision&nbsp;»<br /> ce n’est pas MA vision<br /> C’est juste ce qu’il faudrait faire «&nbsp;idéalement&nbsp;» pour avoir un lissage de qualité, ce qu’Apple a mis en place dès le début.<br /> On peut dire que c’est LA vision d’Apple, juste, moi je suis en accord avec<br /> C’est juste une question d’exigence, rien de plus : 4K en 24" ou 5K en 27", ce que propose Apple sur ses gammes, c’est l’idéal. Mais ce n’est pas parceque c’est l’idéal que c’est commercialisé, et le marché PC est plus un marché où l’essentiel des exigences se situe autour du couple CPU/GPU et le reste … ma bonne dame, on s’en tape complet. Le boitier … en tôle ou kékoulol avec des lumières verte et jaunes partout. La souris, le clavier … du bon plastique et c’est pas cher. Le stockage ? Mieux vaut mettre un HDD de 1To qu’un SSD nVme à 256 Go car le consommateur ne va s’attarder QUE sur la capacité de stockage (ce point a heureusement évolué), etc, etc<br /> Bref, 4K en 27" comme je l’ai dit dans mon premier commentaire, ça marche. Tu auras un dpi vers les 110, au lieu de 200 chez Apple, mais comme c’est mieux que les vieux 72 dpi, tout le monde est content, et ça donne des écrans à 300 balles bien plus accessibles que ceux d’Apple (que l’on ne peut pas acheter vu que l’on parle des dalles des iMacs), et les industriels préfèrent vendre des milliers d’écrans 4K en 27" plutôt que peu d’écran 5K en 27"<br /> Au final, l’utilisateur aura du 120dpi et non 200, mais il sera content quand même. Par ailleurs, de nombreux utilisateurs de Mac achètent des écran 27" 4K et sont très content, seuls les graphistes et les photographes achètent les UltraFine en 24" 4K ou 27" 5K<br /> Bref tout ça n’est pas dramatique, je ne fais que relever ce qu’il faudrait pour avoir un bel affichage avec un beau lissage, mais le mieux est parfois l’ennemi du bien comme on dit<br /> "non, ça roule bien, distance de recul standard, lisible, fonts non zoomées, réel espace de travail en 4K. "<br /> C’est ton point de vue (sans jeu de mot ), mais tu en fais une vérité universelle (cf ton premier commentaire)<br /> Voici une vidéo Youtube qui expose la situation :<br /> https://www.youtube.com/watch?v=zveTEbXCpF0<br /> En 4K natif, tout est microscopique, le site web présenté … tu lis juste les gros titres, la barre des taches fait 5mm de haut, les boutons des fenêtres sont ridiculement minuscules, etc, etc<br /> Le type fini, logiquement, par mettre un scaling à 150% dans les réglages système, ce qui équivaut à offrir un espace de travail moindre (cf mon propos plus haut) mais plus lisible, et magnifiquement lissé … ce qui est le but<br /> Après, on trouvera toujours des warriors qui sont heureux en natif, je t’ai dit, j’en connais un même, mais tout cela ne représente nullement la masse des utilisateurs, et encore moins ceux qui ont quelques problèmes de vue
c_planet
mais tu en fais une vérité universelle (cf ton premier commentaire)<br /> c’est toi qui veut le voir ainsi. j’ai écrit … «&nbsp;(entre deux zoomers) … non, moi, ça va,&nbsp;»<br /> t’es tellement décalé dans l’interprétation que je dois me farcir un «&nbsp;s’enorgueillir d’avoir la meilleure solution&nbsp;»<br /> ce que propose Apple sur ses gammes, c’est l’idéal.<br /> Ça dépend, avec du 5k t’es encore plus mal positionné pour les jeux. Ce qui est un bon choix pour Apple ne l’est pas nécessairement sous windows.<br /> la barre des taches fait 5mm de haut<br /> 7,5 mm en fait, donc on est bons, on a ton zoom à 150 % <br /> … et magnifiquement lissé<br /> vue d’esprit. C’est vrai par rapport à un écran à dpi inférieur mais pas par rapport à un dpi identique natif. Pour l’expliquer en deux mots : je ne connais personne qui baisse la définition de ses jeux pour avoir un meilleur AA …
c_planet
les boutons des fenêtres sont ridiculement minuscules<br /> C’est pas la taille qui compte, lol.<br /> En fait, même en doublant la taille du pointeur souris, le pointeurs peut s’y placer à l’intérieur quasi sans toucher les bords. c’est petit mais pas tant que ça. D’ailleurs, juste doubler la taille du pointeur souris c’est une bonne astuce, on garde un pied (un œil) dans ses habitudes d’affichage standard.<br /> Voici une vidéo Youtube qui expose la situation :<br /> Ecran 4K et affichage à 100% : ppi et vision ? - Ecran - Hardware - Périphériques - FORUM HardWare.fr : petite conversation d’une douzaine de personnes; deux qui s’affirment pour le 100% 4k + l’auteur qui confirme son essai concluant (il a reculé son écran ? lol).
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Devialet Dione : la barre de son haut de gamme qui a avalé un caisson de basse
Test ASUS ProArt X670E Creator WiFi : un modèle haut de gamme AM5 qui ne rime pas avec overclocking
Test Electric Scooter 4 Pro : que vaut la plus performante des trottinettes Xiaomi ?
Test realme 9i 5G : sans maîtrise, la puissance n'est rien
Test Razer Basilisk V3 Pro : une attaque en règle de l'excellente Logitech G502X
Test Dell UltraSharp U2723QE : un écran 4K
Test ASUS Zenbook 17 Fold OLED : PC portable à écran pliant ou tout-en-un transportable ?
Test AMD Ryzen 9 7950X
Test Apple iPhone 14 : un iPhone 13S qui ne dit pas son nom
Test Sennheiser Momentum 4 Wireless : la fin d'une formule, pour mieux perpétuer un héritage
Haut de page