Comparatif des meilleurs NAS (2021)

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
07 décembre 2020 à 14h12
0

Quel est le meilleur NAS ? À l'heure des data centers et du stockage dans le cloud, on pouvait le croire obsolète, passé de mode. Pourtant, le NAS - pour Network Attached Storage - est plus en forme que jamais et son marché connaît années après années une croissance à deux chiffres. Le périphérique n'en finit plus de séduire les entreprises comme les particuliers, aussi, nous nous proposons de jouer les guides.

La Rolls des NAS

Synology DiskStation DS1819+

La Rolls des NAS

  • 8 baies pour une capacité monstrueuse
  • DiskStation Manager : un soft remarquable
  • Des performances de premier plan
Premier prix

Buffalo LinkStation 220

Premier prix

  • Prix plancher
  • Performances correctes
  • Simplicité d'installation
Simple et efficace

Western Digital MyCloud EX2 Ultra

Simple et efficace

  • Le pari de la simplicité
  • Positionnement tarifaire intéressant
  • De bonnes performances

Durant de nombreuses années, le marché du NAS est resté « somnolent ». Nous forçons un peu le trait, mais jusqu'au début des année 2010, ce type de produits avait une diffusion assez confidentielle. L'émergence de constructeurs comme QNAP ou Synology a permis de dynamiser ce segment avec des produits toujours plus attractifs capables de remplir des fonctions sans cesse plus nombreuses. De simple unité de stockage réseau, le NAS s'est mué en centrale multimédia, en unité de sauvegarde / synchronisation très avancée et même en serveur de « tout et n'importe quoi ».

Aujourd'hui, un NAS est ainsi capable d'héberger un serveur Plex afin de gérer très efficacement votre bibliothèque vidéo... et sa diffusion. Un NAS est également capable de faire office de serveur de mails très complet. Certains NAS peuvent exploiter des caméras connectées au réseau afin de se muer en véritable centre de vidéosurveillance. La gestion du cloud ne pose plus aucun problème aux NAS modernes qui peuvent ainsi constituer une passerelle vers un outil de sauvegarde sécurisé. Serveur FTP, serveur Web ou serveur d'impression constituent d'autres fonctionnalités qui sont accessibles aux NAS et les plus évolués disposent même de véritables bibliothèques d'applications comme on en trouve sur les smartphones.

Les constructeurs les plus en vue se nomment Synology ou QNAP, mais de nombreuses entreprises existent à côté de ces leaders. On retrouve des spécialistes du stockage comme Buffalo Technology, Seagate ou Western Digital, des filiales de géants de l'électronique comme Asustor et encore beaucoup, beaucoup d'autres acteurs. Notre sélection n'a évidemment pas pour objectif l'exhaustivité. Nous avons essayé de dresser différents profils et de trouver le NAS qui conviendrait au mieux depuis le moins coûteux jusqu'au modèle le plus ambitieux.

Notez bien que notre sélection ne contient que des modèles capables d'accueillir au moins deux disques durs. Un NAS peut très bien se limiter à un seul disque, mais nous considérons qu'une part de son intérêt s'envole alors.

1. Buffalo LinkStation 220

Buffalo LinkStation 220 Premier prix
  • Prix plancher
  • Performances correctes
  • Simplicité d'installation
Un super rapport prix / performance

Particulièrement bon marché et doté de performances tout à fait honorables (environ 80 Mo/s), le LinkStation 220 est un NAS domestique et simple d'accès. Il ne vous demandera pas d'hypothéquer votre logement, mais impose évidemment d'avoir des ambitions limitées quant à son utilisation. C'est avant tout un périphérique de stockage de données en réseau. Il répond à cette tâche de manière tout à fait satisfaisante et on ne lui en demande finalement pas plus.

Un super rapport prix / performance

Particulièrement bon marché et doté de performances tout à fait honorables (environ 80 Mo/s), le LinkStation 220 est un NAS domestique et simple d'accès. Il ne vous demandera pas d'hypothéquer votre logement, mais impose évidemment d'avoir des ambitions limitées quant à son utilisation. C'est avant tout un périphérique de stockage de données en réseau. Il répond à cette tâche de manière tout à fait satisfaisante et on ne lui en demande finalement pas plus.

Buffalo Technology est l'une des rares sociétés japonaises du monde du stockage à œuvrer dans son pays aussi bien qu'en Occident. Spécialisée dans les solutions de stockage, elle a même été le numéro 1 du NAS de 2005 à 2010... avant que le marché ne prenne son véritable essor. Aujourd'hui, les produits Buffalo se retrouvent assez rarement dans les divers tops. Ils ont pourtant des qualités à faire valoir en premier lieu desquelles, leur remarquable positionnement tarifaire.

Buffalo LinkStation 220 : un tarif imbattable

S'il est présent dans notre sélection, le LinkStation 220, également connu sous la référence LS220D, n'est pas un nouveau produit. Loin s'en faut même. Il est apparu sur le marché en début d'année 2016 et remplaçait alors un produit vieillissant, le LinkStation Duo de 2009. Entre les deux, pas loin de sept ans donc, mais une philosophie inchangée : proposer un produit simple et surtout très accessible de sorte que tout un chacun soit en mesure de s'offrir une véritable unité de stockage réseau deux baies. Et force est de constater qu'à son tarif - sans disque - il est difficile de faire aussi bien que Buffalo Technology.

Commercialisé avec ou sans disque - à vous de voir - le LinkStation 220 n'est pas un produit très élaboré, mais ce n'est pas forcément un défaut. Ainsi, le montage des disques durs se fait le plus simplement du monde en les glissant / vissant dans deux petits berceaux qui trouvent ensuite place dans la structure du NAS. Cette étape réalisée, il suffit d'installer le logiciel Buffalo pour que le NAS soit recherché sur le réseau et l'applicatif mis en place. Les choses sont là encore très simples avec seulement quelques interventions de l'utilisateur afin, par exemple, de définir un mot de passe et son mode de fonctionnement. Si le RAID est au menu, les deux disques durs impliquent une limitation aux RAID 0 / RAID 1.

Une fois le NAS entièrement configuré, on peut y accéder... et se rendre vite compte que le prix plancher a un impact. L'interface logicielle, quoique très claire, est minimaliste. Les réglages utilisateurs ou de dossiers partagés sont présents, mais les fonctionnalités sont réduites à leur plus simple expression avec quelques options multimédias (DLNA, iTunes), une gestion du cloud, un client Bittorrent et un module de sauvegarde, mais c'est à peu près tout. Le LinkStation 220 n'est pas de ces NAS « couteaux suisses » qui font presque tout et n'importe quoi, mais ce n'est pas pour cela qu'on en fait l'acquisition.

2. Asustor AS1004T v2

Asustor AS1004T v2 Un bon compromis
  • 4 baies et jusqu'au RAID6
  • Richesse et accessibilité logicielle
  • Consommation et nuisances sonores contenues
Le stockage 4 baies sans se ruiner

S'il n'est pas le plus original des NAS à être passé entre nos mains, l'AS1004T v2 est un produit qui vaut toutefois le détour. Asustor est effectivement parvenu à réduire considérablement les coûts afin que la très grande majorité des utilisateurs soit en mesure de faire l'acquisition d'un véritable NAS 4 baies capable de gérer des piles RAID5 ou RAID6 pour une fiabilité maximale. La présence de quatre baies peut aussi être perçue comme un gage d'évolutivité sachant qu'il n'est absolument pas nécessaire, à l'achat, de toutes les peupler : on commence avec deux disques et on complète progressivement son installation.

Le stockage 4 baies sans se ruiner

S'il n'est pas le plus original des NAS à être passé entre nos mains, l'AS1004T v2 est un produit qui vaut toutefois le détour. Asustor est effectivement parvenu à réduire considérablement les coûts afin que la très grande majorité des utilisateurs soit en mesure de faire l'acquisition d'un véritable NAS 4 baies capable de gérer des piles RAID5 ou RAID6 pour une fiabilité maximale. La présence de quatre baies peut aussi être perçue comme un gage d'évolutivité sachant qu'il n'est absolument pas nécessaire, à l'achat, de toutes les peupler : on commence avec deux disques et on complète progressivement son installation.

Asustor est un mot-valise associant le nom de sa maison-mère - le célèbre fabricant d'électronique Asus - et le terme anglais pour stockage, storage. Fondé en 2011, Asustor est rapidement parvenu à se faire une jolie place sur le marché des NAS. Il faut dire que très vite, le constructeur a misé sur des produits de qualité, fiables et diablement bon marché. Des caractéristiques que l'on retrouve évidemment sur l'AS1004T v2, mais toute médaille ayant son revers, il ne faut pas trop lui en demander côté performances. Vous risqueriez d'être déçus.

Asustor AS1004T v2 : du gros stockage à petit prix

En toute logique cet AS1004T v2 est la seconde version de l'AS1004T qui avait déjà connu un joli succès. Il faut dire qu'Asustor est parvenu à proposer un véritable NAS doté de 4 baies et de nombreuses fonctionnalités pour la modique somme - nu - dà un prix plus que correct. Pensez-donc que pour de nombreux constructeurs, un tel tarif convient pour un modèle deux baies ! L'intérêt d'un NAS à quatre baies est évident en matière de stockage : plus de disques étant synonyme de plus d'espace. Ce n'est toutefois pas tout. En effet, à partir de trois baies, il est possible d'envisager la création d'une pile RAID 5 qui autorise la panne d'un des disques sans risque de perdre la moindre donnée. Mieux, avec quatre baies, ce sont les portes du RAID 6 qui s'ouvrent : là, on peut envisager la panne simultanée de deux disques sans risque immédiat !

Esthétiquement en revanche, on ne peut pas dire qu'Asustor impressionne outre mesure. Il reste ici fidèle à sa marque de fabrique : un cube uniformément noir et aux arêtes relativement saillantes. On notera tout de même un petit effet de relief sur le devant pour aboutir, au final, à un produit certes sobre, mais assez élégant. L'installation des disques se fait de manière assez directe et il faut ensuite se lancer dans l'installation d'Asustor Data Master, l'interface logicielle de la marque. La simplicité d'un Western Digital n'est pas ici de mise, mais on reste dans les normes imposées notamment par Synology. On apprécie qu'ADM soit doté de multiples fonctionnalités comme la gestion des snapshots pour des restaurations simplifiées, un gestionnaire cloud et toute une bibliothèque d'applications pour moduler le NAS en fonction de ses besoins.

Attention en revanche, si les performances de l'AS1004T v2 restent très correctes, il ne faut pas trop lui en demander. C'est ainsi que l'on peut pratiquement saturer la bande passante du port Gigabit avec un seul usager, mais que le processeur est à la traîne dès lors que plusieurs utilisateurs travaillent de concert. Attention également si vous souhaitez utiliser des plateformes multimédias comme Plex, la diffusion de vidéos 4K n'est pas le point fort de l'AS1004T v2. Le NAS paie ici les sacrifices consentis par Asustor pour abaisser au maximum son tarif : son processeur n'est qu'un Marvell ARMADA-385 cadencé à 1,6 GHz et épaulé par seulement 512 Mo de mémoire vive, qui plus est non extensibles.

3. Western Digital MyCloud EX2 Ultra

Western Digital MyCloud EX2 Ultra Simple et efficace
  • Le pari de la simplicité
  • Positionnement tarifaire intéressant
  • De bonnes performances
La tranquilité d'un kit tout compris

Bien pensé et doté de performances très correctes, le MyCloud EX2 Ultra est avant toute chose un NAS pensé pour le néophyte. L'idée est bien de simplifier au maximum le déploiement et l'utilisation de ce genre de périphériques. Ainsi, face à la myriade de modules que l'on retrouve chez QNAP ou Synology, Western Digital joue la carte de l'accessibilité... et ça marche plutôt bien. L'interface est claire et le débutant n'a pas l'impression d'être constamment noyé. En revanche, il faut faire avec quelques manques majeures comme le serveur d'impression. On ne peut pas tout avoir.

La tranquilité d'un kit tout compris

Bien pensé et doté de performances très correctes, le MyCloud EX2 Ultra est avant toute chose un NAS pensé pour le néophyte. L'idée est bien de simplifier au maximum le déploiement et l'utilisation de ce genre de périphériques. Ainsi, face à la myriade de modules que l'on retrouve chez QNAP ou Synology, Western Digital joue la carte de l'accessibilité... et ça marche plutôt bien. L'interface est claire et le débutant n'a pas l'impression d'être constamment noyé. En revanche, il faut faire avec quelques manques majeures comme le serveur d'impression. On ne peut pas tout avoir.

Depuis maintenant des années, Western Digital a marqué de son empreinte le monde du stockage. Vétéran de l'industrie du disque dur, le constructeur américain est aussi très actif sur le marché des SSD, preuve qu'il n'a pas loupé ce virage majeur. Il est donc tout à fait logique de le retrouver sur un autre secteur très porteur du monde du stockage : celui des NAS. Western Digital trouve ici matière à se démarquer en étant l'un des rares à proposer des solutions véritablement clés en main.

Western Digital MyCloud EX2 Ultra : idéal pour débuter

En effet, Western Digital profite de sa position de fabricant de disques durs pour distribuer des NAS directement prêts à l'emploi. Ses MyCloud EX2 Ultra peuvent être achetés « nus » comme l'immense majorité des autres NAS, mais également déjà garnis de disques de diverses capacités. Pour notre test, nous avons ainsi pu découvrir deux WD RED de 8 To chacun, soit une capacité totale de 16 To maximum, mais les revendeurs disposent de bien d'autres configurations de sorte que les utilisateurs puissent aisément trouver chaussure à leur pied... avec, toujours, des disques certifiés pour une utilisation NAS. C'est bien le minimum !

« Aisément » est bien le mot le plus important ici car en dehors de la capacité de stockage, pratiquement rien ne sera jamais demandé à l'utilisateur d'un MyCloud EX2 Ultra. Ce produit n'est évidemment pas fait pour ceux qui aiment à mettre les mains « dans le cambouis » mais pour ceux qui cherchent une solution de stockage et de partage aussi simple à déployer que facile à utiliser, il est difficile de faire mieux que la proposition de Western Digital. De fait, le constructeur n'a pas choisi de suivre la voie tracée par QNAP ou Synology et reste fidèle à une interface prenant la forme d'un simple « tableau de bord ». Quelques onglets permettent de gérer les comptes utilisateurs ou les dossiers partagés alors que l'unité de stockage est d'entrée partagée en plusieurs catégories dédiées aux films, aux photos, aux musiques... et à tout le reste (autres).

L'idée est bien que l'utilisateur lambda puisse rapidement maîtriser son nouveau périphérique et copier très simplement toutes les données qu'il souhaite. Forcément, ce que l'on gagne en accessibilité, on le perd en polyvalence, en potentiel. L'interface Western Digital dispose d'outils de synchronisation ou de gestion multimédia, mais alors que l'on dénombre plus de 100 modules chez Synology, on arrive ici péniblement à la vingtaine. Des fonctionnalités avancées comme la virtualisation passent logiquement à la trappe, mais plus gênant, des outils pourtant bien pratiques comme le serveur d'impression sont également aux abonnés absents.

4. QNAP TS-251B

QNAP TS-251B-4G Le top du top
  • Des fonctionnalités par dizaines
  • Transcodage hardware à la volée
  • Un port PCIe disponible
Des fonctionnalités au top

Nous le disions en introduction, QNAP est un des grands noms du NAS. Avec le TS-251B, le constructeur taïwanais ne ternit pas le moins du monde sa réputation... Plus coûteuse encore, la version 4 Go garantit des performances de haut vol, et ce, même lorsque les utilisateurs connectés simultanément se multiplient. De fait, on comprend la volonté de QNAP de faire de son NAS une véritable station multimédia avec - ce n'est pas négligeable - la possibilité de transcoder à la volée les vidéos stockées. Pour ne rien gâcher, la présence d'un connecteur HDMI et de nombreuses applications dédiées audio / vidéo viennent apporter un confort et une richesse fonctionnelle presque sans équivalents.

Des fonctionnalités au top

Nous le disions en introduction, QNAP est un des grands noms du NAS. Avec le TS-251B, le constructeur taïwanais ne ternit pas le moins du monde sa réputation... Plus coûteuse encore, la version 4 Go garantit des performances de haut vol, et ce, même lorsque les utilisateurs connectés simultanément se multiplient. De fait, on comprend la volonté de QNAP de faire de son NAS une véritable station multimédia avec - ce n'est pas négligeable - la possibilité de transcoder à la volée les vidéos stockées. Pour ne rien gâcher, la présence d'un connecteur HDMI et de nombreuses applications dédiées audio / vidéo viennent apporter un confort et une richesse fonctionnelle presque sans équivalents.

À lire :
Test QNAP TS-251B

Aux côtés de Synology, s'il est un constructeur qu'il n'est plus vraiment utile de présenter, c'est bien QNAP. Le Taïwanais concurrence « depuis toujours » son compatriote prenant parfois l'avantage côté innovation tout en étant souvent un peu en retrait sur les plans esthétique et ergonomique. Le TS-251B est l'occasion pour QNAP de revenir sur le devant de la scène avec des fonctionnalités en nombre et un périphérique somme toute particulièrement convaincant.

QNAP TS-251B : le boss du multimédia

Entre QNAP et Synology ça a toujours été un peu la course aux fonctionnalités. Les deux sociétés ont ainsi été parmi les premières à proposer des interfaces logicielles particulièrement ergonomiques avec usage intensif des icônes et des fenêtres. Disponible en deux versions - 2 Go ou 4 Go de mémoire vive - le TS-251B perpétue bien sûr cette tradition et pousse même encore plus loin le concept QNAP. Lister l'intégralité des fonctionnalités offertes aux utilisateurs est impossible ici, mais retenons qu'il est capable de lire / diffuser des vidéos 4K et surtout d'en assurer le transcodage à la volée et qu'il dispose même de sa propre connectique HDMI. La gestion de serveurs de type Plex ne lui pose d'ailleurs aucun problème et cela en fait un allié de poids pour mettre au point une station multimédia complète.

Le TS-251B ne se limite toutefois pas aux médias et QNAP propose un outil complet de synchronisation des données que l'on peut faire fonctionner de pair avec myQNAPcloud pour gérer et partager efficacement quantités de fichiers. Le NAS autorise la création de snapshots pour conserver une « photo » d'un système et revenir sur une manipulation malheureuse. Un agent IFTTT est également de la partie et les options de virtualisation sont parmi les plus complètes du marché. Notez à ce sujet que la puissance offerte par le processeur Intel Celeron J3355 double-cœur devrait être largement suffisante pour l'immense majorité de ces tâches, et ce, malgré une fréquence relativement faible de 1,6 GHz.

Dans le cas d'une utilisation avec de nombreux clients, nous avons simplement de petits doutes sur la pertinence de la version dotée de 2 Go de mémoire vive. Cette quantité de mémoire est de toute façon extensible, l'ouverture constituant un autre des atouts de ce NAS. QNAP a effectivement eu la bonne idée de lui adjoindre un port PCIe, chose rare dans cette gamme de prix. En fonction des envies - et des besoins - cela permettra d'ajouter une carte SSD ou une carte réseau 10 GbE. Enfin, QNAP propose aussi une petite télécommande afin de parfaite l'orientation multimédia de son produit. Dommage, autrefois livrée en standard, elle est maintenant un accessoire à acheter en plus.

5. Netgear ReadyNAS 422

Netgear ReadyNAS 422 Pour les pros
  • Déploiement très simple
  • Des débits de premier plan
  • Fiabilité et solidité
Notre choix pour l'entreprise

Sur le papier, les NAS Netgear ont moins de sex-appeal que les solutions en provenance de chez QNAP ou Synology. Pourtant et même s'il n'innove pour ainsi dire pas, le ReadyNAS 422 est un produit intéressant. Sobre, il va à l'essentiel et les débits observés le classent dans le peloton de tête. Reste la question du prix, pour un simple modèle deux baies, son cout a bien peu de chance de convaincre les particuliers. En revanche, pourvu que votre entreprise ait surtout besoin d'une solution de partage des données fiable et rapide, il constitue un allié de choix.

Notre choix pour l'entreprise

Sur le papier, les NAS Netgear ont moins de sex-appeal que les solutions en provenance de chez QNAP ou Synology. Pourtant et même s'il n'innove pour ainsi dire pas, le ReadyNAS 422 est un produit intéressant. Sobre, il va à l'essentiel et les débits observés le classent dans le peloton de tête. Reste la question du prix, pour un simple modèle deux baies, son cout a bien peu de chance de convaincre les particuliers. En revanche, pourvu que votre entreprise ait surtout besoin d'une solution de partage des données fiable et rapide, il constitue un allié de choix.

Spécialiste des solutions réseaux, Netgear est évidemment présent sur le stockage réseau et, donc, le marché du NAS. Malgré sa grande simplicité d'utilisation, la gamme ReadyNAS 4xx se destine avant tout au monde de l'entreprise du fait de son coût de revient relativement élevé et de ses performances de tout premier plan. Nous avons retenu la version « seulement » deux baies, sans qu'aucun disque dur.

Netgear ReadyNAS 422 : simple et rapide

Si Netgear n'a jamais été le constructeur le plus créatif côté design, la gamme des ReadyNAS 4xx est un peu plus engageante que les précédents produits de la marque. La robe uniformément noire est élégante et la simplicité de la façade a quelque chose d'attrayant. Notons au passage la présence d'un petit écran LCD sur deux lignes : il ne sera pas très bavard, mais les quelques informations qu'il diffuse sont intéressantes et peuvent éviter d'avoir à se connecter à l'interface utilisateur. En aucun cas, l'écran ne permet cependant d'initialiser ou de régler le NAS directement depuis sa façade : pour ça, une connexion à l'espace d'administration Netgear est indispensable.

Ce dernier se trouve être moins fourni que les écosystèmes d'Asustor, QNAP ou Synology pour ne citer que trois des plus populaires, mais Netgear a réalisé d'importants progrès en la matière. Aujourd'hui, on dénombre plus de 60 modules en plus, à installer en fonction de ses besoins. Si l'essentiel est donc au rendez-vous, on retiendra surtout la grande clarté d'une interface moins fournie et, logiquement, plus lisible. Nous regrettons en revanche que pour retrouver un ReadyNAS sur le réseau, il soit toujours nécessaire de passer par l'application RAIDar. Non que celle-ci soit mauvaise - elle fait même plutôt bien le job - mais elle nécessite l'installation du Java runtime, c'est à dire un autre logiciel et une étape supplémentaire. Dommage.

Pas grand-chose à redire en revanche du côté des performances. L'Intel Atom C3338 double-cœur que l'on trouve au centre du ReadyNAS fait plus que correctement son travail malgré une cadence limitée à 1,5 GHz et 2 Go de mémoire vive. Dans les faits, l'interface réseau Gigabit peut être utilisée à 100% de ses capacités avec des débits flirtant avec les 120 Mo/s. Notons au passage que les deux ports RJ45 peuvent être utilisés de pair : on profite alors d'un débit avoisinant les 190 Mo/s partagés entre au moins deux clients. Un résultat des plus corrects. Attention cependant, la lecture de vidéo 4K semble donner du fil à retordre au processeur Atom : un effet de stuttering se fait régulièrement sentir, mais reconnaissons que l'usage entreprise auquel se destine avant tout le ReadyNAS n'a généralement que faire de ce genre de fichiers vidéo.

6. Synology DS620Slim

Synology DS620Slim Compact
  • 6 baies et jusqu'à 30 To en RAID 6
  • Un encombrement minimum
  • Interface logicielle toujours remarquable
La compacité du 2,5 pouces

Par le passé, nous avions particulièrement apprécié les modèles Slim de Synology, alors limités à quatre disques. En passant la vitesse supérieure et en autorisant maintenant un maximum de six unités, le constructeur taïwanais rend son produit plus intéressant encore. Le DS620Slim est effectivement bien plus polyvalent que par le passé sans trop augmenter son encombrement. Il n'est bien sûr pas indispensable de peupler d'entrée les six emplacements et on pourra très bien imaginer son développement dans la durée. L'interface logicielle et les options traditionnelles de Synology feront le reste et achèveront de faire de ce produit un modèle de référence pour qui souhaitent limiter l'encombrement sans (trop) sacrifier la capacité.

La compacité du 2,5 pouces

Par le passé, nous avions particulièrement apprécié les modèles Slim de Synology, alors limités à quatre disques. En passant la vitesse supérieure et en autorisant maintenant un maximum de six unités, le constructeur taïwanais rend son produit plus intéressant encore. Le DS620Slim est effectivement bien plus polyvalent que par le passé sans trop augmenter son encombrement. Il n'est bien sûr pas indispensable de peupler d'entrée les six emplacements et on pourra très bien imaginer son développement dans la durée. L'interface logicielle et les options traditionnelles de Synology feront le reste et achèveront de faire de ce produit un modèle de référence pour qui souhaitent limiter l'encombrement sans (trop) sacrifier la capacité.

Marque référence dans le monde du NAS, Synology est aussi l'un des fabricants les plus innovants comme il le démontre encore aujourd'hui en proposant un périphérique résolument tourné vers la compacité sans toutefois sacrifier quelque fonctionnalité que ce soit. Ainsi, malgré un format minuscule, le DS620 Slim peut embarquer un maximum de six SSD / HDD pour une capacité de stockage très confortable.

DS620 Slim : compacité des 2,5 pouces

Le DS620 Slim est l'un des derniers produits de la gamme - très large - de NAS en provenance de Synology. Il fait en quelque sorte suite aux anciens DS414 Slim et DS416 Slim, mais aussi et surtout au DS619 Slim à la diffusion pour le moins confidentielle. Synology semble cette fois décidé à distribuer à bien plus grande échelle ce NAS d'un genre un peu particulier. Mesurant 151 x 121 x 175 mm et accusant moins de 1,5 kg sur la balance, le DS620 Slim est effectivement un tout petit modèle qui peut cependant se targuer d'embarquer un maximum de six disques durs. Pour réaliser cette prouesse, Synology s'est simplement limité aux disques 2,5 pouces.

Sur le marché des disques durs, les 2,5 pouces sont moins nombreux et de moins grande capacité, ils sont d'abord destinés aux ordinateurs portables, mais souffrent de la concurrence des SSD. On trouve tout de même des produits de 5 To avec les Barracuda de Seagate ce qui autorise une capacité totale très confortable de 30 To. Synology souligne aussi qu'il reste possible de placer des SSD dans son NAS, mais le coût total de la solution pourrait bien exploser avec des SSD de grande capacité. Cette spécificité 2,5 pouces mise à part, le DS620 Slim est un NAS tout à fait conforme aux standards en vogue chez Synology.

Esthétiquement tout d'abord, il adopte la même robe noire que la majorité des NAS du fabricant et, en interne, c'est toujours un CPU Intel qui fait tourner l'ensemble. Dans le cas présent, il est question d'un Celeron J3355, processeur double-cœur cadencé à 2 GHz et épaulé par 2 Go de mémoire vive extensibles à 6 Go. Enfin, la partie logicielle du DS620 Slim repose évidemment sur le DiskStation Manager qui a fait une bonne part de la réputation de Synology. Là encore, rien à redire, tout se met en place très simplement et les fonctionnalités sont remarquablement étendues : depuis le serveur Plex jusqu'au serveur de mail en passant par la virtualisation ou le cloud, rien ne manque à l'appel et l'architecture « en modules » permet de n'installer que ce dont on a besoin.

7. Synology DiskStation DS1819+

Synology DiskStation DS1819+ La Rolls des NAS
  • 8 baies pour une capacité monstrueuse
  • DiskStation Manager : un soft remarquable
  • Des performances de premier plan
Le nec plus ultra

Véritable monstre de stockage capable d'atteindre - dans sa version la plus complète - un maximum de 288 To, le DS1819+ n'est clairement pas destiné au grand-public qui trouvera des produits bien suffisants à des tarifs nettement moindres. En revanche, dans le cas d'une utilisation en entreprise, l'achat d'un tel produit peut se justifier. L'extraordinaire capacité de stockage permet de dormir sur ses deux oreilles, mais la puissance intrinsèque de la machine devrait être suffisante pour de multiples accès simultanés. Dans le cas d'une utilisation chez un indépendant, on peut même envisager une ouverture de l'extérieur pour présenter son activité par exemple.

Le nec plus ultra

Véritable monstre de stockage capable d'atteindre - dans sa version la plus complète - un maximum de 288 To, le DS1819+ n'est clairement pas destiné au grand-public qui trouvera des produits bien suffisants à des tarifs nettement moindres. En revanche, dans le cas d'une utilisation en entreprise, l'achat d'un tel produit peut se justifier. L'extraordinaire capacité de stockage permet de dormir sur ses deux oreilles, mais la puissance intrinsèque de la machine devrait être suffisante pour de multiples accès simultanés. Dans le cas d'une utilisation chez un indépendant, on peut même envisager une ouverture de l'extérieur pour présenter son activité par exemple.

Le DS1819+ est en quelque sorte l'aboutissement des produits de « petite taille » chez Synology. Il s'agit du second modèle de NAS que le constructeur glisse dans notre guide et il est logiquement très différent du DS620 Slim. Bien plus gros et plus complet, il est aussi beaucoup plus cher alors que ses spécificités le destinent plutôt à un usage en entreprise. Son ouverture et sa puissance constituent des atouts indiscutables qui en font un produit de choix... pour qui en a les moyens.

DS1819+ : 8 baies pour un stockage « illimité »

Imposant, le DS1819+ l'est à n'en pas douter. Il mesure effectivement 343 x 166 x 243 mm pour un peu plus de 6 kg. Un gabarit qui n'a rien de surprenant quand on se penche sur la fiche technique de ce NAS sans équivalent dans notre sélection : il s'agit effectivement du seul modèle capable d'embarquer huit disques durs pour une configuration totale de 128 To si vous lui ajoutez les fameux Seagate Ironwolf NAS de 16 To chacun. Une telle configuration ouvre la voie à une utilisation en entreprise avec quantités de données à stocker et à partager entre différents départements, d'autant que le DS1819+ n'intègre pas moins de 4 ports réseau Gigtabit.

Synology a logiquement doté son NAS d'un processeur relativement puissant - en l'occurrence un Intel Atom C3538 Quad Core cadencé à 2,1GHz - qui garantit un usage confortable en toutes circonstances. Notez toutefois que dans certains scénarios les 4 Go de mémoire vive livrés en standard pourraient être un peu justes : il est heureusement très simple d'augmenter cette RAM qui peut monter jusqu'à 32 Go. Enfin, pour assurer des débits de haut niveau, il est possible d'adjoindre une carte 10 GbE. Celle-ci prend place dans l'unique emplacement PCIe disponible et empêche alors d'installer la carte adaptateur SSD M.2 qui doit permettre d'améliorer encore les opérations d'entrées / sorties (IOPS) : il faudra donc choisir.

Pour le reste, c'est un quasi sans-faute de la part de Synology qui, bien sûr, se repose sur son excellent DiskStation Manager pour gérer le NAS. La réputation de DSM n'est plus à faire. L'outil offre une gestion très complète du NAS à base de modules optionnels, mais conserve une excellente ergonomie qui autorise un déploiement ultra-rapide et une mise en route pratiquement immédiate. Les options de gestion des disques (jusqu'au RAID 6) et les innombrables modules disponibles (virtualisation, sauvegarde, multimédia, cloud...) en font un outil particulièrement polyvalent. Il ne s'agit que d'un avis très personnel, mais DSM constitue pour nous le must sur le marché.

Comment choisir un NAS ?

Qu'est-ce qu'un NAS ?

Au plus anglophones d'entre vous, le seul détail de l'acronyme devrait suffire pour en expliquer l'intérêt principal. NAS est là pour Network Attached Storage ou unité de stockage réseau. Le NAS a donc pour vocation de stocker des données et de les rendre accessibles par le biais d'un réseau informatique. Ces données peuvent aussi bien être les documents de travail d'une entreprise que les fichiers multimédias d'une famille : pour un NAS, qu'il s'agisse d'un mémoire de stage ou des photos de vacances, cela ne fait guère de différence.

De part son raccordement au réseau, le stockage a également la possibilité de simplifier l'accessibilité des données qu'il stocke. Ainsi, en fonction des réglages réalisés par le ou les utilisateurs du NAS, ce dernier peut limiter son accès à une poignée de postes, être accessible en Wi-Fi et diffuser aussi bien sur ordinateur desktop que sur une tablette, un smartphone ou même une télévision. Simple pièce d'un réseau dont la taille n'est - de base - pas limitée, le NAS ne demande qu'à s'adapter aux besoins et aux désirs de ses utilisateurs.

À quoi peut vous servir un NAS ?

Compte tenu de ce que nous avons évoqué précédemment, vous commencez forcément à avoir au moins une petite idée de ce que vous pourrez faire avec un NAS. Dans le cas d'une entreprise, l'utilisation principale est bien sûr le stockage de données plus ou moins sensibles afin d'offrir un doublon par rapport au stockage sur les ordinateurs des différents employés. De fait, le NAS permet également de partager très simplement des documents de travail entre les différentes équipes d'une même structure. Notons enfin que le NAS ne constitue PAS à proprement parler une solution de sauvegarde. Cependant, bien réglé, il peut offrir une redondance des données avec ce qui est stocké sur les postes des uns et des autres. Mieux, si l'entreprise est sur plusieurs sites, on peut imaginer une redondance entre les NAS des deux sites pour un peu plus de sécurité.

Pour le particulier, l'usage d'un NAS est finalement assez similaire à celui que peut en faire une entreprise : c'est plutôt la teneur des éléments stockés qui change... encore que. Ainsi, votre NAS est évidemment tout indiqué pour stocker vos milliers de photos et vos films d'autant que de multiples options de visionnage permettent de les consulter sur le grand écran de la télévision ou, loin de chez vous, sur votre smartphone. Le NAS domestique est également en mesure de stocker une copie de votre mémoire / rapport de stage alors que vous travaillez encore dessus depuis votre portable. Enfin et nous entrons là dans les arcanes du NAS, mais il est tout à fait possible d'envisager la mise en place d'un serveur FTP, d'un serveur de mail ou d'un serveur Plex pour offrir à votre NAS des possibilités insoupçonnées : il peut devenir une véritable centrale multimédia ou un outil vous accompagnant dans votre vie de tous les jours.

Combien de baies ?

Dans un NAS, ce que l'on appelle les baies sont les emplacements où nous viendrons connecter un ou plusieurs disques durs / SSD. L'appellation de NAS n'implique aucunement un nombre de baies précis et on trouve des modèles du plus petit - avec une seule baie - au plus gigantesque - doté de 36, 48 voire 72 baies. D'entrée, nous déconseillons vivement les solutions dotées d'une seule baie. Elles restent parfaitement fonctionnelles et peuvent proposer quantités d'outils / options comme c'est le cas chez QNAP ou Synology pour ne citer que deux des spécialistes du genre. En revanche, avec un seul disque, il n'est possible de profiter d'aucune des options de « sécurité » des données qui font pourtant la spécificité des NAS.-89+

Nous ne vous recommanderons donc jamais de modèle à une baie et nos sélections débuteront au minimum avec des modèles 2 baies. Un tel produit permet effectivement d'activer l'option dite RAID 1. Ainsi configurés, les deux disques durs de votre NAS fonctionnent alors de concert et les données sont systématiquement copiées en double sur les deux disques. Évidemment, on perd 50% de l'espace de stockage, mais en contrepartie, la panne d'un des deux disques n'entraîne aucune perte de donnée. Pour un usage domestique, cela nous semble constituer une sage précaution... mais nous préférons malgré tout les options dites de RAID 5 ou RAID 6. Celles-ci nécessitent respectivement au minimum 3 et 4 baies. L'idée - plus complexe - est ici que les données sont copiées sur deux disques à la fois, mais de manière « décalée ». Le principe n'est pas évident à expliquer en deux lignes, mais sachez simplement que le RAID 5 autorise - comme le RAID 1 - la panne d'un disque dur sans que l'on perde la moindre donnée tout en gâchant un espace disque moindre. Le RAID 6 est encore un peu plus tolérant aux pannes : deux disques durs peuvent être défectueux sans qu'aucune donnée ne soit perdue.

Avec ou sans disques durs ?

Il existe quantités d'autres questions que l'on peut se poser avant l'achat d'un NAS et nous aurons très certainement l'occasion d'y revenir au travers d'un guide bien plus complet sur le NAS, ses capacités, son fonctionnement. Avant d'en arriver à notre sélection de NAS, nous voudrions toutefois revenir sur une dernière question que l'on peut se poser : pourquoi et comment choisir entre un NAS commercialisé « nu » et un NAS vendu avec des disques durs. Tout d'abord et vous l'aurez compris avec la phrase précédente, si on vous propose un NAS « nu », c'est qu'il est vendu sans le moindre disque dur : autrement dit, sa capacité de stockage est alors nulle.

Mais pourquoi donc acheter un NAS sans disque dur ? La première raison qui pousse des acheteurs à faire ce choix c'est qu'ils disposent eux-mêmes de quelques disques durs : pour faire simple, un NAS peut effectivement s'accommoder de n'importe quel disque. Autre raison, l'utilisateur souhaite avoir plus de latitude dans le choix de ses disques. Troisième raison possible, le surcoût entraîné par la présence de disques durs dans le NAS. Enfin, certains utilisateurs ne sont pas satisfaits des disques durs vendus avec le NAS qu'ils ont retenu. Soulignons en revanche le fait que disposer d'un NAS avec disques durs simplifie souvent beaucoup sa mise en place : la configuration est la plupart du temps déjà effectuée.

Modifié le 22/12/2020 à 14h44
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0
Haut de page