Western Digital rachète Sandisk : notre décryptage

Vidéo : Western Digital vient d'annoncer le rachat de SanDisk, troisième pourvoyeur de mémoire flash dans le monde. De quoi entrer de plain-pied dans le marché du SSD et de définitivement délaisser le disque dur ?

Western Digital est enfin en passe de mettre les deux pieds sur le marché du SSD. Après différentes acquisitions stratégiques entre 2009 et 2013, le constructeur américain vient de frapper un grand coup en déboursant quelque 19 milliards de dollars.

012c000005478929-photo-western-digital-logo.jpg
En rachetant SanDisk, Western Digital acquiert probablement quelques brevets, mais prend surtout possession du troisième pourvoyeur de NAND flash au monde.

Une très bonne acquisition pour WD ? Attendons de voir. Car si SanDisk a pu bénéficier ces dernières années d'un travail commun avec Toshiba (notamment sur les avancées en termes de finesse de gravure), nul ne sait dans quelles mesures cette collaboration va perdurer.

Car si les deux entreprises partagent les mêmes usines, ces dernières appartiennent bel et bien au géant japonais.

Signe de la séparation possible entre les deux groupes : SanDisk a récemment établi un partenariat avec HP pour sa prochaine génération de mémoire.

Par ailleurs, si SanDisk dispose d'une expertise certaine en matière de NAND flash, elle ne produit pas de contrôleur.

L'avenir nous dira donc si ce rachat était le bon pour Western Digital, et surtout ce que le constructeur en fera : va-t-il produire des SSD grand public ou restera-t-il concentré sur l'entreprise ?

Modifié le 21/10/2015 à 18h54