Rétrospective 2021 : les voitures électriques sous les feux des projecteurs

Arnaud Marchal
Spécialiste automobile
31 décembre 2021 à 19h00
11
Voiture electrique

La fin de la commercialisation du moteur thermique , essence et diesel, est annoncée pour 2035 en France. Cette annonce du gouvernement suit la tendance mondiale : de nombreux pays ont déjà annoncé la mort du diesel et de l’essence.

Les constructeurs automobiles ont dû se renouveler rapidement pour proposer une gamme élargie de voitures électriques. Pour assurer cette transition, l’offre doit pouvoir répondre à tous les besoins, de la citadine au véhicule familial en passant par les berlines compactes et les breaks. Le marché a été très dynamique cette année , toujours soutenu en France par le bonus écologique et la prime à la conversion .

Il est également nécessaire de développer le réseau de charge afin que les nouveaux véhicules électriques soient opérationnels pour les déplacements quotidiens comme pour les déplacements longue distance. Le nombre de bornes de recharge a progressé au cours de l'année, mais il y a encore beaucoup à faire pour combler les usages à venir.

Voiture electrique en charge

Des aides de l’Etat maintenues cette année

Entre bonus pour l’achat d’une voiture électrique et prime à la conversion, le gouvernement continue de soutenir l’achat de véhicules plus respectueux de l’environnement. Le super bonus a été maintenu jusqu’en juin dernier avec une aide de 7 000 € pour l’achat d’une voiture émettant moins de 20 g/km de CO2. Depuis juillet, il est redescendu à 6 000 €.

La prime à la conversion permet également de bénéficier d’un coup de pouce de l’Etat pour l’achat d’une voiture émettant moins de 137 g/km de CO2 lorsque l’on envoie un ancien véhicule à la casse. Les modèles éligibles sont les diesels mis en circulation avant 2011 et les modèles essence immatriculés avant 2006. Le montant de la prime peut atteindre jusqu’à 5 000 € suivant le véhicule acheté et les revenus du foyer.

Enfin, la prime pour l’achat d’un véhicule électrique d’occasion est toujours d’actualité. Lors de l’achat d’une voiture électrique de plus de 2 ans, il est possible de bénéficier de cette aide d’un montant de 1 000 €. Elle permet d’accéder à des modèles d’occasion maintenant disponibles à petit prix comme les premières générations de Renault Zoé qui se trouvent à moins de 6 000 € avec un kilométrage inférieur à 100 000 km.

La « Renaulution » de la voiture électrique à tout prix

Après le succès de la Renault Zoé , Renault avait lancé l’année dernière la Twingo ZE . C’est au tour de sa filiale roumaine, Dacia, d’investir le marché de l’électrique avec un modèle premier prix . Si les performances restent limitées du point de vue dynamique et autonomie, son prix est lui aussi limité : 16 800 € avant l’application du bonus ou de la prime à la conversion. La voiture électrique n’est plus réservée aux personnes fortunées. Reste la question de l’autonomie.

Renault 5 Prototype
© Renault

2021, c'est aussi l'année où Renault a annoncé sa « Renaulution » : une révolution interne qui oriente la marque au losange vers un avenir plus respectueux de l’environnement. Entre la conversion d’anciens modèles à l’électrique , le retour de modèles mythiques sauce électrique et une électrification de plusieurs modèles de la gamme, le constructeur innove et rénove son image.

Avec la 4L et la Renault 5 électrique , Renault veut frapper un grand coup. La marque s’apprête également à lancer de nouveaux modèles. La Renault Megane électrique ouvre le bal avant de voir arriver les modèles électriques chez Alpine dont une Alpine R5 en préparation.

Les modèles qui ont débarqué sur les routes en 2021

De la Dacia Spring à la Mercedes EQS en passant par les autres marques européennes, chinoises ou coréennes, il existe maintenant un vaste choix en matière de voiture électrique. Les constructeurs européens ont décliné leur gamme électrique, les marques allemandes étant particulièrement actives. Mercedes ajoute régulièrement de nouveaux modèles à la gamme EQ, du petit SUV EQB à la grande berline luxueuse EQS. BMW aura de son côté lancé sa berline i4 et ses SUV iX et iX3. Audi étend sa gamme avec un Q4 e-tron et sa RS e-tron .

Mercedes EQS © Camille Pinet pour Clubic
Mercedes EQS © Camille Pinet

Chez Stellantis , le groupe automobile remplaçant l’ancienne entité française PSA Group depuis le début de l’année 2021, de nouveaux modèles électriques ont rejoint le catalogue des différentes marques. La Citroën ë-C4 , au faux air de GS des années 60 et de nouvelles déclinaisons de la Fiat 500 sont apparues sur les routes européennes.

Le groupe Kia s’est particulièrement démarqué cette année. Après avoir longtemps teasé la gamme Ioniq, le premier opus est arrivé au printemps avec la Ioniq 5 suivi du Kia EV6 . Ces deux modèles affichent des caractéristiques intéressantes couplées à un style moderne et séduisant.

Pendant ce temps, MG renouvelle son SUV économique, le ZS qui offre un rapport prix/autonomie pertinent. Tesla continue sur sa lancée avec le lancement en Europe de son SUV compact, le Model Y . Partageant de nombreux points communs avec la Model 3 , le succès est au rendez-vous. Cette dernière est d’ailleurs régulièrement en tête des ventes de voitures électriques en Europe , se partageant le podium avec les Renault Zoé, Peugeot e-208 et la Volkswagen ID.3 .

Le constructeur allemand a lancé la commercialisation de son nouveau SUV : le Volkswagen ID.4 est maintenant disponible à la vente. Une déclinaison plus sportive à 4 roues motrices est proposée sous l’appellation ID.4 GTX . Les autres marques du groupe ont également progressé avec l’arrivée de la Cupra Born et du Skoda Enyaq iV .

L’un des modèles les plus attendus est également arrivé au printemps : le Ford Mustang Mach-e . Inspiré du style de la mythique Muscle Car des années 60, Ford décline ici un SUV électrique performant au style sportif.

Les constructeurs misent tout sur l’électrification

De l’hybride simple à la voiture 100 % électrique en passant par la microhybridation et l’hybride rechargeable, les constructeurs automobiles mondiaux se sont engagés dans un virage à 180°. Même les plus réfractaires, comme Toyota , finissent par rejoindre la course à l’électrification de nos moyens de transport.

Le groupe Volkswagen a déployé sa motorisation hybride rechargeable 1.4 TSI sur de nombreux modèles de sa gamme allant de la Golf à la Passat en passant par la Skoda Octavia , qui dispose d’une version RS survitaminée ou encore sur les modèles Audi et Seat.

Essai-Skoda-Octavia-Combi-iV © Soufyane Benhammouda pour Clubic

Les constructeurs français ont également suivi cette tendance avec la gamme E-Tech chez Renault dont la motorisation hybride équipe la Clio E-Tech , l'Arkana E-Tech et la Mégane E-Tech. Chez Stellantis, les véhicules portant le sigle Peugeot, Citroën ou encore DS, profitent également de motorisation hybride performante sous l’appellation Hybrid4 .

Chez Volvo, la gamme électrique se déploie également avec le XC Recharge . Cependant, la filiale Polestar n’est toujours pas commercialisée en France, sur fond d’un différend avec le groupe Stellantis au sujet du design du logo, jugé trop proche de celui de la marque DS.

Le monde face à la crise des semi-conducteurs

Depuis le début de l’épidémie de la Covid-19, le monde a dû affronter un ennemi invisible. Si nous avons dû faire face dans un premier temps à une crise sanitaire ponctuée de couvre-feu et de confinements à répétition, ses répercussions ont fini par atteindre l’industrie. Le ralentissement économique et la réorganisation de la production pour couvrir les besoins immédiats ont engendré des ruptures de stock.

Une crise du semi-conducteur a émergé rapidement. Les constructeurs automobiles sont confrontés depuis le début de l’année à des difficultés pour se fournir en composants électroniques indispensables à la production des nouveaux modèles. Il en résulte des arrêts des lignes de production dans les usines du monde entier chez la plupart des constructeurs. Ces arrêts engendrent des retards de livraison minant les ventes. Le marché du véhicule neuf a reculé partout en Europe.

Nissan Ariya
© Nissan

Parmi les véhicules les plus impactés, de nombreux modèles ont vu leur lancement retardé comme le nouveau SUV haut de gamme de Nissan, le Ariya . Le P.-D.G. de Renault estime que la pénurie impactera l’entreprise jusque mi-2022 .

Entre l’Asie et l’Amérique, une déferlante de nouveaux modèles

La Chine est très active sur le marché du véhicule électrique. De nombreuses start-ups ont vu le jour ces dernières années, filiales de groupes automobiles chinois ou financées à l’aide de fonds d’investissement. Certaines marques viennent à la conquête du marché européen.

L’une des premières fut Aiways , arrivée en France par l’île de beauté via la société de location Hertz. D’autres marques arrivent aussi sur nos routes, comme Lynk&Co ou Xpeng mais aussi Nio qui va bientôt commercialiser sa berline ET7 en Europe. MG, devenue une marque chinoise, commercialise ses modèles avec un réseau de partenaires en France, Seres va suivre la même stratégie.

Lucid Air © Lucid Motors
© Lucid

Du côté des États-Unis, sous le leadership de Tesla, de nombreux véhicules commencent à apparaitre. Issue des grands constructeurs ou bien de nouvelles start-ups, l’offre se développe rapidement. Lucid, qui se positionne en concurrent direct de Tesla, a débuté la commercialisation de sa berline haut de gamme, la Lucid Air . Fisker annonce qu’il va débarquer en Europe et Rivian propose un pick-up électrique séduisant sur le continent américain.

F150PoliceResponder_06
© Ford

Les grands noms de l’automobile américaine sont également très actifs. Cadillac a dévoilé sa première voiture électrique, la Lyriq ; Ford, après son SUV Mach-e, a lancé la version électrique de son pick-up F150 ; pendant que le Hummer renait de ses cendres chez General Motors. Ce dernier, longtemps critiqué pour sa démesure et sa consommation pharaonique, revient en 2023 avec une version électrique performante.

L’Europe intensifie son réseau de bornes de recharge

Depuis l’engouement pour les véhicules électriques en 2020, les bornes de recharge sont régulièrement pointées du doigt. Comment promouvoir des véhicules nécessitant un réseau de recharge dense si ce dernier est inexistant ? Entre un entretien qui laisse à désirer et des zones blanches, la voiture électrique ne s’impose pas toujours aussi simplement que l’on voudrait.

Heureusement, la France est l’un des pays européens les mieux desservis. On recense actuellement près de 50 000 bornes dans l’Hexagone en cette fin d’année, soit une hausse de plus de 30% sur l’année. Mais est-ce suffisant lorsque l’on sait qu’il y a, d’après le récent recensement de l’Avere-France, plus de 700 000 voitures électriques et hybrides rechargeables en circulation ?

Fastned

Les bornes de recharge rapide, indispensables pour voyager avec une voiture électrique sans passer des heures à attendre sur des parkings, se développent également. Après l’arrivée de Fastned et le déploiement de l’offre de TotalEnergies, les utilisateurs vont désormais avoir le choix. De son côté, Ionity veut accélérer son implantation en Europe avec un objectif de 7 000 bornes ultrarapides sur les axes européens d’ici à 2025.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
8
cpicchio
Et il se passe quoi si en 2035 les infrastructures ne suivent pas ?<br /> Je pense notamment à tous ceux qui se garent dans la rue dans des villes comme Paris
xylf
Je n’y crois pas à cette transition dite vertueuse. A part délocaliser la pollution, je ne suis aucunement convaincu. Et vis a vis de la production électrique, si déjà aujourd’hui on est quasi à bloc avec ce qu’on fait déjà, qu’est ce que ça sera quand tout sera électrique? De plus cette production en Europe est loin d’être clean.
SlashDot2k19
Rassure-toi, tout est sous contrôle… Ça va bien se passer, soit confiant
_Dorsoduro
@cpicchio avec ce raisonnement on roulerait encore sur des routes en terres à une voie
taospirit
Sauf erreur la ioniq 5 est un modele hyundai et pas Kia… <br /> Le tout elec j’ai egalement du mal à y croire du moins pour l’instant mais faisons confiance à la recherche pour trouver des solutions puisque de toutes façons les energies fossiles seront «&nbsp;mortes&nbsp;» d’ici qqs temps…<br /> Bonne année à tous tout de même.
melcky
RTE a déjà étudie la question des infrastructure et assure que le réseau tiendra.<br /> Oui aucune production électrique n’est 100% «&nbsp;propre&nbsp;», même un barrage cela doit être construit.<br /> Néanmoins, la production électrique a le potentiel pour être bien moins carboné que le pétrole (et franchement ce n’est pas très difficile vu son bilan)
xylf
En France seulement
melcky
RTE est francais, donc oui pour la distribution.<br /> Rien n’indique que la situation soit differente dans les autres pays europeens.<br /> Quand à la production electrique, sans etre identique, elle restera tout de meme plus vertueuse que le petrole.<br /> En chine par ex, meme a coup d’electricité produite au charbon, le bilan co2 de VE (mediocre) reste meilleur que celui du petrole (catastrophique)
cpicchio
Vous croyez que dans 13 ans il y aura des bornes au niveau de toutes les places de parking dans les rues des grandes villes ?<br /> Redescendez sur terre, quand on voit qu’à Paris on n’arrive pas à nettoyer correctement la ville, je doute que l’on arrive à mettre en place un réseau de recharge à l’échelle d’une agglomération (surtout qu’il faudra revoir le réseau primaire compte-rendu de la puissance nécessaire).<br /> Je ne doute pas une seconde que l’électrique soit l’avenir. Par contre, les politiques oublient qu’il faut des actes pour réaliser une ambition et c’est pour cela que 2035 me semble beaucoup trop tôt.
cpicchio
Oui, surtout dans un pays qui n’avait plus de stock stratégique de masques il y a 18 mois…
Urleur
Le jour ou les personnes qui ont des voitures thermiques ne se gareront plus sur les places réservez à l’électrique, une autonomie décente avec de vraie chiffre, un prix pour tout le monde, rechargez rapidement, rechargez sans contraintes, etc… : OUI !
tfpsly
Apparemment il y aurait un nouveau joueur vainqueur sur le marché des VEs… Plus rapide, confortable, luxueuse, autonome et rapide qu’une Tesla S au même prix.<br />
_Dorsoduro
Je ne connais pas trop Paris. Mais je pense que c’est peine perdu de chercher à y mettre des bornes à toutes les rues.<br /> Sauf s’il y a de bcq d’argent à ce faire et que la législation est bonne et donne son feu vert.<br /> Je vois pas pourquoi un investisseur privé s’en priverait. Ex: voir le marché des trottinettes électriques.
cpicchio
le futur vainqueur sur le marché du VE sera le constructeur qui arrivera à être rentable en vendant des véhicules compacts (type Golf / Megane / 308) performants à moins de 30 000 Euros.<br /> Là, on est dans de la niche où ce seront les premiums Allemands qui de toutes les façons seront les vainqueurs dans quelques années.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Un chercheur en cybersécurité montre comment pirater une Tesla via une faille Bluetooth
Renault Scénic Vision : le Scénic renaît
Pénurie de composants : jusqu'à deux ans d'attente pour recevoir sa Tesla Model X
La Poste accélère sur l'électrique, même chez ses prestataires privés
On connaît la date de la seconde édition de l'événement Tesla AI Day !
Renault va mettre un navigateur dans sa Mégane E-Tech, mais pas celui que vous pensez
Tesla règne toujours en maître sur l’électrique aux États-Unis
Aux États-Unis, les Superchargeurs Tesla se font régulièrement vandaliser (et personne ne comprend pourquoi)
Renault veut monter un pôle consacré à l'électrique en France
La Cadillac Lyriq dévoile ses premières spécifications... et son prix
Haut de page