Essai Renault Clio E-Tech 145 : on a testé la seule citadine française hybride

Camille Pinet
Spécialiste automobile
26 août 2021 à 09h09
50
Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

Alors que le Japonais Toyota remporte un succès inégalé avec sa Yaris hybride produite en France depuis dix ans, Renault lui a enfin lancé dans les roues une rivale hexagonale grâce à sa Clio dotée de l’originale motorisation E-Tech.

La motorisation hybride apparaît proche de la solution idéale pour celui qui ne veut pas ou ne peut pas investir dans une citadine électrique. Elle offre le double avantage de la transmission automatique, particulièrement reposante en ville, et d’une consommation réduite dans cet environnement où le moteur thermique seul se montre particulièrement peu efficient.

Pourtant, les constructeurs japonais furent longtemps les seuls à en proposer, avec la Honda Jazz et surtout la Toyota Yaris hybride, véritable carton commercial pour son constructeur. Pour les Français, spécialistes des petites voitures, ce succès avait un goût d’autant plus amer que la petite Toyota est produite en France.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

Un lancement attendu

Le lancement d’une version hybride de celle qui fut longtemps la voiture la plus vendue du pays apparaît donc comme particulièrement bienvenu, surtout à une époque où le diesel n’est plus en odeur de sainteté. Commercialisée depuis le courant de l’année 2020, la Clio E-Tech a déjà fait l’objet d’ajustements, à la fois pour améliorer le fonctionnement et la fiabilité de son système hybride E-Tech. Rappelons que celui-ci est totalement original et entièrement conçu en interne par la marque, qui déploie un véritable storytelling à son sujet. Elle a ainsi diffusé plusieurs communiqués expliquant comment l’un de ses ingénieurs, Nicolas Fremau, a conçu le tout premier prototype de cette motorisation en… LEGO !

Basée sur une boîte de vitesse à crabots à seulement quatre rapports, elle intègre deux moteurs électriques, un gros qui assure l’essentiel de la propulsion et un petit qui permet à la fois de démarrer le moteur thermique et de synchroniser le passage des des vitesses. La voiture démarre toujours sur le gros moteur électrique, ce qui permet de se passer d’embrayage. Un système qui présente à la fois l’avantage d’un coût de fabrication réduit, d’un faible encombrement et d’un potentiel de fiabilité important grâce au faible nombre de pièces en mouvement.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

Dans l’habitacle, une Clio presque comme les autres

La Clio n’est plus tout à fait une nouveauté, même si la cinquième génération actuellement en vente a été lancée en 2019. Par rapport à la Toyota Yaris hybride, conçue avant tout comme une citadine pure et dure, elle propose une vision typiquement française : celle de l’urbaine polyvalente, qui doit être capable de réaliser les tâches quotidiennes sans avoir peur des longs trajets. C’est pourquoi elle est un peu plus grande, avec 11 cm de plus. C’est particulièrement perceptible à l’arrière, où l’espace à la tête et aux jambes apparaît nettement plus généreux et lui permet d’accueillir deux adultes sans difficulté.

Le coffre de 254 litres doit abandonner tout de même 63 litres aux batteries par rapport aux thermiques mais reste de taille convenable. On regrette cependant qu’il ne soit plus possible de le configurer en plancher plat et que le seuil de chargement reste aussi élevé. L’emplacement du bouton très bas au niveau de la plaque d’immatriculation n’est pas aussi idéal et risque d’être sali très facilement. En matière d’habitabilité et de volume de coffre, la Clio ne fait donc pas le poids face à la Honda Jazz, qui profite de son format de monospace.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic

Du côté des équipements, la Clio n’échappe par à la tourmente de la crise des semi-conducteurs. Ainsi, notre modèle d’essai Initiale Paris a été retiré du catalogue faute de pouvoir produire certains de ses équipements. Heureusement, la version RS Line (qui devrait être bientôt rebaptisée Alpine Line), qui la remplace momentanément, reçoit toujours bien en série la version la plus évoluée à écran 9,3 pouces du système multimédia Easy Link. Il s’agit là d’un véritable avantage comparatif par rapport à ses rivales japonaises équipées toutes deux de systèmes moins évolués et très vieillot dans le cas de la Yaris.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

Celui de la Française profite de menus intuitifs, d’une navigation performante et se montre facile à connecter au téléphone mobile. Elle propose bien évidemment un écran consacré aux flux d’énergie. L’instrumentation de 7" de notre modèle d’essai ne propose pas d’écrans configurables mais la R.S. Line profite bien de la version 10" qui permet par exemple d’afficher la carte de navigation entre les compteurs. Elle offre simplement trois menus configurables permettant de consulter la consommation ou le compteur kilométrique. Du côté de la finition, la Clio fait valoir des matériaux flatteurs, mais notre exemplaire souffrait de bruit de mobilier important au niveau du bloc de commande de climatisation.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic

Citadine accomplie, routière performante

Si la Clio offre le même poste de conduite que ses sœurs thermiques, les sensations de conduite qu’elle distille sont bien différentes. En effet, ses moteurs électriques jouent un rôle bien plus important dans sa propulsion que celui, par exemple, de la Yaris électrique. Ce sont en effet toujours eux qui assurent le démarrage, et leur contribution au couple total de la voiture est majeur. Au feu vert, la Française détale comme une voiture électrique, bien plus fort que le Captur Hybride rechargeable par exemple.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

Corollaire de ce rôle important alloué à l’électrique : la batterie doit conserver en permanence un niveau de charge suffisant pour l’alimenter, ce qui provoque la mise en route régulière du moteur thermique… dont le régime n’a pas de rapport avec la pression exercée sur l’accélérateur. Un fonctionnement qui peut déconcerter au premier abord, mais auquel on s’habitue vite. Autre particularité typique d’une hybride : le mode B, qui offre un niveau élevé de régénération et donc de freinage lorsqu’on lâche la pédale. Seule une petite pression sur le frein suffit pour arrêter la voiture en fin de course.

Attention cependant à ne pas compter sur ce frein moteur lorsque la batterie est pleinement chargée : il faut alors reprendre l’habitude d’utiliser les freins « physiques » et appuyer franchement sur la pédale, une situation qui arrive relativement souvent, notamment à la fin d’une descente. A noter enfin que la Clio ne dispose pas de la commande électrique de changement de rapports du Captur. Pour notre part, on ne s’en plaindra pas, la commande traditionnelle réduisant les erreurs de sélection. Hormis ces particularités de fonctionnement, la Clio E-Tech se révèle particulièrement agréable à conduire en ville, d’autant qu’elle conserve un format de petite voiture, qui permet notamment de se garer facilement, surtout lorsqu’elle est équipée de la caméra à 360°, particulièrement pratique et suffisamment définie.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic

Par rapport à ses rivales japonaises, c’est cependant sur route que la Clio fait la différence. D’abord parce qu’elle bénéficie d’un châssis plus efficace, mieux taillé pour les longs trajets et les échappées sur route sinueuses. Elle y fait valoir une réelle efficacité et un confort très correct, même si les suspensions se montrent nettement plus fermes que celles de la Toyota Yaris. Elle sait aussi faire preuve d’un silence de fonctionnement, même si le déclenchement du moteur thermique surprend toujours celui qui s’est vite habitué au fonctionnement électrique. Là encore il faut tout de même faire avec les particularités de la transmission. A 110 km/h, elle se montre particulièrement lente à réagir lorsque l’on cherche à réaccélérer. En revanche, les à-coups que nous avions relevés lors des premiers essais du système hybrides Renault ont totalement disparu. Logiquement pour un modèle dont le moteur atmosphérique n’est pas un parangon de performance, la Clio se montre moins nerveuse à haute vitesse qu’en ville mais elle reste parfaitement à son aise sur autoroute.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

En termes de consommation, le système hybride de la Clio apparaît efficace. Nous avons relevé 4,0 l/100 km en circulation urbaine et périurbaine et 5 litres sur route à 90 km/h. Sur autoroute, le bilan est logiquement un peu moins favorable avec 6,5 l/100 km à 130 km/h relevés sur le GPS. Reste que su l’ensemble de notre parcours de 300 km, nous avons consommé moins de 5 litres aux 100 km, sans chercher aucunement à rouler selon les lois de l’éco-conduite. Ceux qui se prennent au jeu pourront donc faire baisser encore ces chiffres.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic

Acheter la Renault Clio E-Tech.

La gamme de la Clio E-Tech démarre à 23 450 € en finition Zen et il ne faut pas compter sur un bonus pour diminuer ce tarif, le plus élevé de la gamme. A ce niveau de finition, l’équipement intègre tout de même l’instrumentation numérique et le système multimédia avec écran de 7 pouces ainsi que la climatisation manuelle. Une dotation déjà correcte pour une citadine mais il faut accéder au niveau supérieur Intens (25 800 €) pour profiter de la navigation, de l’entrée mains libres et du capteur de stationnement arrière. Nous l’avons dit, c’est bien la version RS Line qui assure désormais le haut de gamme, mais il faut consentir une dépense de 27 900 €, un tarif qui la place au niveau de bien des compactes.

Sans surprise, Renault se situe au niveau des tarifs catalogue de la Toyota Yaris mais fidèle à sa politique, le constructeur japonais offre d’office une remise de 1 500 € appelée « prime à l’hybride ». Voilà qui laisse place à l’hésitation : si la Franco-japonaise est un peu moins habitable et moins douée pour les grands trajets, elle se révèle en revanche encore plus sobre en ville. Honda propose quant à lui sa Jazz à partir de 22 510 €, mais ce montant grimpe à 27 670 € pour la version Crosstar. La Japonaise se montre beaucoup moins à l’aise sur autoroute, mais fait valoir un rapport encombrement habitabilité imbattable.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

Bilan essai Renault Clio E-Tech

L’attente d’une citadine française 100% hybride a été longue mais elle est récompensée. En combinant la polyvalence incontestable de la Clio avec une motorisation hybride efficace, Renault offre une alternative plus que crédible à la référence Toyota Yaris. Si cette dernière reste la plus sobre, la française profite de son plus grand silence sur autoroute, d’un équipement multimédia à jour et d’une habitabilité supérieure. Elle permet à la petite Renault de jouer gagnant dans une cour clairsemée, Peugeot et CItroën faisant pour l’instant l’impasse sur l’hybride simple.

Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
© Camille Pinet pour Clubic

Fiche technique Renault Clio R.S Line

Fiche technique Renault Clio E-Tech 145

Dimensions

Longueur
4,06 m
Largeur
1,80 m
Hauteur
1,44 m
Empattement
2,58 m
Volume de coffre
254 litres (VDA)
Poids à vide
1 238 kg
Nombre de places
5

Motorisation

Moteur thermique
4 cylindres en ligne
Cylindrée
1 598 cm3
Puissance
5 CV
Puissance totale cumulée
140 ch
Couple total cumulé
144 Nm (thermique) + 205 Nm (moteur électrique) + 50 Nm (générateur)
Propulsion
Aux roues avant
Direction
Electrique à crémaillère
Suspension avant
Pseudo McPherson, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs télescopiques.
Suspension arrière
Traverse déformable, amortisseurs télescopiques.

Performances

0 à 100 km/h
9,9 secondes
Vitesse maximale
180 km/h
Consommation essence
< 5 l/100 km
Renault Clio E-Tech 145 © Camille Pinet pour Clubic
Camille Pinet

Prix et équipement

Prix Renault Clio E-Tech 140 R.S. Line : 27 900 €
Bonus écologique : 0 €

Equipement de série

  • Caméra de recul
  • Jantes Alliage 18 pouces
  • Navigation
  • Entrée et démarrage sans clé
  • Phares à LED

Equipement en option

  • Peinture métallisée : 550 €
  • Caméra 360 : 500 €
  • Conduite semi-autonome sur autoroute : 800 €
  • Sellerie cuir : 1 000 €
  • Sièges et volant chauffant : 400 €
  • Vitrage arrière surteinté : 100 €
Modifié le 02/09/2021 à 17h05
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
50
25
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Londres : la plus grande entreprise de taxis privés sera 100 % électrique dès 2023
Pour le P.-D.G. de Toyota, le passage à la voiture électrique doit être progressif
Tesla met fin à son système de parrainage
BYD dévoile son prototype électrique Ocean-X d'une autonomie annoncée de 1 000 km
Cadillac écoule la production 2023 de sa Lyriq Debut Edition en seulement 19 minutes
Zero dévoile les mises à jour 2022 de ses motos électriques
Gen Z : Mike Horn concourra au rallye raid 2023 à bord d'une voiture hydrogène développée avec le CEA
Lucid annonce une meilleure autonomie que les Tesla pour sa Lucid Air Dream Edition
Toyota lève le voile sur son pick-up hybride Toyota Tundra
Waze, Coyote et TomTom n’indiqueront plus certaines présences des forces de l’ordre à partir du 1er novembre
Haut de page