Quel est le meilleur vélo électrique ? Comparatif VAE 2022

05 mai 2022 à 15h51
18

Dans le marché croissant des vélos, il y a le bon vieux biclou, mais il y a aussi les VAE. Ces vélos à assistance électrique sont tendance et ne cessent de grignoter des parts de marché en France. Du vélo électrique tout simple, « juste » fait pour ne pas transpirer avant d'arriver au travail, au modèle ultra-connecté, les constructeurs ont multiplié les références pour séduire une clientèle de plus en plus grande.

Le top du top

iWeech

Le top du top

  • Conduite ultra-simplifiée
  • Grande batterie
  • Données/Tracking
Le frenchy

Mad L'Urbain 2

Le frenchy

  • Très bonne autonomie
  • Prix contenu
  • Petit écran mais complet
Le moins cher

Décathlon Elops 120E

Le moins cher

  • Prix mini
  • Look agréable
  • Mode 3 assez puissant

Nous avons choisi d’essayer des vélos électriques urbains et polyvalents, le cœur du marché. Affichant des prix qui vont de moins de 900 € à plus de 3 500 €, ces modèles proposent tous un usage différent et ont chacun leur petit « truc en plus ». Pour chaque VAE, nous avons reproduit le même parcours afin de comparer les nuances de confort, de maniabilité, et d'autonomie. Nous avons systématiquement analysé l’écran, les batteries, la recharge, puis testé la partie application ou connectivité. Objectif : déterminer quel est le meilleur vélo électrique du moment !

1. iWeech

iWeech
Le meilleur vélo électrique de notre sélection
iWeech 2950€ Voir l'offre
Les plus
  • Conduite ultra-simplifiée
  • Grande batterie
  • Données/Tracking
Les moins
  • Prix élevé
  • Taille unique
  • Application à parfaire

Typé sport et puissant malgré une vocation d’urbain branché aux petites roues, l’iWeech joue sur plusieurs tableaux. Sa réussite est d’associer application, alarme avec suivi et pas d'écran ni ne boutons sur le guidon. On démarre, on s’assoie, on pédale, et c’est tout. L'utilisateur pourra trouver ses infos de conduite sur l’application, bilan de trajet, ou le périmètre d’action permis par la grande autonomie. Le VAE est ainsi onéreux, mais comment lui reprocher ? Et made in France, peuchère !

Urbain à position sportive, moderne venant de la vieille cité phocéenne, ultra-connecté mais à conduite simple comme un vélo classique, l’iWeech joue les contradictions. Et on aime ! Ce VAE mise sur la praticité avec son unique potence rotative et un poids léger, et se révèle donc très maniable. Il ne lésine pas non plus sur la puissance avec un moteur 90 Nm et une batterie frôlant 500 Wh, tout en jouant la vitesse unique et un pédalage adaptatif en temps réel. Sa force réside ainsi clairement dans l'électronique, où l’iWeech adapte le pédalage en fonction de vous et de son environnement.

Résultat : un prix haut de gamme normal pour une marque naissante, à assemblage français et toutes ses qualités. En plus, le constructeur propose parfois des réductions (assez conséquentes, jusqu'à 500 € !) à l'occasion d'événements. Que demande le peuple ?

2. Vélo Mad L’Urbain 2

Mad L'Urbain 2
Le meilleur vélo électrique made in france
Darty 1999,99€ Voir l'offre
Les plus
  • Très bonne autonomie
  • Prix contenu
  • Petit écran mais complet
  • Fabriqué en France
Les moins
  • Manque de couple
  • Confort moyen
  • Cadre pas totalement ouvert

Cette seconde mouture du vélo Mad vient corriger les défauts de la précédente version. Il conserve son aspect à cadre hésitant entre ouvert et VTC, son poids léger et ses touches vintage. Sa batterie autorisant 70 km est à peine visible, son moteur plus petit mais puissant avec moins d’effort, et l’écran est bien plus sympa. Fabriqué en France et sous la barre des 2 000€, on lui cède encore son dérailleur moyen et un porte-bagage manquant pour un vélo électrique supposément citadin.

De retour avec de multiples nouveautés, le Vélo Mad garde un rapport prix/prestations très satisfaisant. Armé d’un style peaufiné, il campe sur les mêmes roues 26 pouces aux pneus (encore trop fins) WTB, mais garde son poids sous la barre des 19 kg. Sa batterie parfaitement intégrée et toujours amovible est de plus grande capacité, ce qui permet au Mad L'Urbain 2 de dépasser 70 kilomètres sans problème. Son moteur lui offre aussi plus de polyvalence, avec 60 Nm, mais son dérailleur 10 vitesses et boutons poussoirs sont peu pratiques. Heureusement, l’écran couleur est à larges commandes, guidant 4 modes bien étagés.

Disponible à 1 990 € avec son cousin Le Sport, le Mad L’Urbain 2 n’a pas un équipement dingue mais propose de nombreuses options. Il est livrable gratuitement à domicile ou via le réseau Fnac-Darty.

3. Décathlon Elops 120E

Décathlon Elops 120E
Le meilleur vélo électrique pas cher
Decathlon 899€ Voir l'offre
Les plus
  • Prix mini
  • Look agréable
  • Mode 3 assez puissant
  • Poids contenu
Les moins
  • Faible autonomie
  • Modes 1 et 2 trop justes
  • Maniabilité moyenne
  • Dérailleur à 6e vitesse trop courte

Destiné à de courts trajets et uniquement citadins, le Décathlon Elops 120E se plait essentiellement sur le plat. Si sa prise en mains n'est pas des plus intuitives et l'autonomie un peu juste, ce vélo électrique est une bonne solution d'entrée de gamme et sera idéal pour se familiariser avec les VAE.

Le Décathlon Elops est l’entrée de gamme des vélos électriques de Décathlon. Il est l’évolution du modèle antérieur 500E et partage ses composants avec les autres modèles. Malgré un prix très bas, il ne parait pas low-cost grâce à quelques éléments comme l’intégration de l’éclairage, le carter de chaîne ou la finition du cadre.

Confortable sur plat et bitume seulement, son centre de gravité haut et son poids important amputent ses performances, déjà peu élevées. Suffisant en mode maximal 3 pour effacer les pentes, il se destine surtout à de courts trajets, du fait d’une batterie autorisant entre 20 et 55 km. Il est disponible à 899 €.

4. Gazelle Medeo T9 HMB

Gazelle Medeo T9 HMB
Le VTC électrique tout confort
Les plus
  • Un moteur qui répond très bien
  • Une batterie compacte et amovible
  • Une autonomie correcte
Les moins
  • Un dérailleur moyen
  • Un grand format peu maniable
  • Une clé unique antivol/batterie

Sorte d’hybride entre l’urbain et le VTC, le Medeo T9 hésite sur le style mais ne lésine pas sur la qualité ni les équipements Bosch de référence : moteur répond immédiatement, écran basique et petite batterie pratique à manipuler. Malgré son confort excellent, ce vélo électrique pèche par son dérailleur classique peu adapté à la ville - mais il offre une bonne autonomie et est abordable financièrement.

Vélo électrique hésitant entre VTC et urbain, ce Medeo T9 est polyvalent grâce à sa fourche suspendue, lui conférant un excellent confort. Bien construit et au bon écran, le style reste un peu quelconque dans cette version cadre haut, car mieux réussi en cadre bas. Cependant, ce dernier donne une batterie arrière, alors que celle de ce modèle est centrale et pratique à manipuler.

Bosch signe aussi l’excellent moteur, de couple suffisant et au répondant exceptionnel. Il réduit l’écart entre modes, et surtout fait oublier en partie le dérailleur classique. Malgré l’absence d’aspect connecté, le prix de du Gazelle à 2 499 € n’est pas trop élevé, sachant qu’il propose une plus grande batterie en option et que la gamme possède de nombreux modèles.

5. Harley-Davidson Serial 1

Harley-Davidson Serial 1
Une solide entrée en matière pour les vélos électriques de Harley-Davidson
Les plus
  • Conception très qualitative
  • Autonomie impressionnante
  • Gros couple
Les moins
  • Pas d'option et peu de coloris
  • Poids important du Rush/CTY
  • Ecran et boutons basiques

Les premiers modèles de la branche vélo électrique de Harley Davidson sont réussis grâce à leur construction solide, leur moteur très vif et une autonomie monstre. Le Rush/CTY brille encore plus avec une transmission auto, le Mosh joue le single speed. Le prix élevé est justifié, même si on regrette la selle trop fine, l'absence d'application et le manque de choix dans les coloris et les options.

Harley-Davidson fait une entrée remarquée sur le marché du vélo électrique avec des premiers modèles « Rush » et « Mosh ». Bénéficiant d'une construction solide et d'un moteur particulièrement vif, ils peuvent se targuer de proposer une autonomie impressionnante jusqu'à 190 km pour le Rush ! En revanche, les amateurs de vélos connectés passeront leur chemin (Harley ne propose aucune application) et le choix dans les coloris et les options reste assez limité.

On ne peut trouver les vélos Serial 1 que dans les points de vente Harley-Davidson, le constructeur ne proposant pas de vente en ligne. Si vous cherchez du made in France il faudra vous rabattre sur un autre modèle, ceux-ci étant fabriqués à Taïwan.

6. O2feel iSwan City Boost 8.1

O2feel iSwan City Boost 8.1
Un vélo électrique alliant puissance et confort
Les plus
  • Très grande autonomie
  • Confort royal
  • Puissance satisfaisante
Les moins
  • Prix très élevé
  • Ecran peu intuitif
  • Recharge longue

Haut du panier de la marque O2feel, cet iSwan City Boost 8.1 est un vélo électrique brillant par son confort, que ce soit via suspension amortie ou la transmission automatique (ou manuelle). Puissant ce qu’il faut et à deux batteries au choix de grande autonomie, le VAE est cher mais mérite son tarif, faisant oublier quelques défauts de son écran ou des passages de vitesses.

Au sein d’une gamme de vélos électriques urbains, l’iSwan City Boost 8.1 figure en tête de proue de la marque O2feel. Son style hollandais avec quelques touches de modernité est très plaisant et offre un bon équipement, un bon choix de tailles et réglages, mais malheureusement pas de choix de coloris.

Il repose sur des composants Shimano rôdés et de qualité, même si le passage des vitesses est perfectible. Au guidon, ce VAE offre un confort de haut rang permis par la suspension avant et des pneus Schwalbe généreux. Sa puissance est suffisante, la transmission auto simplifiant la conduite avec possibilité de vitesses manuelle. Son autonomie de base est déjà large et une plus grande batterie est proposée en option, avec une recharge longue de 7 heures cependant. Tout ceci a un prix, 3 799 €, que tout le monde ne pourra pas sortir.

7. Shiftbikes

Shiftbikes
Un vélo électrique efficace et abordable
Shiftbikes 1890€ Voir l'offre
Les plus
  • Grande autonomie
  • Écran simple mais complet
  • Made in France
Les moins
  • Dérailleur moyen
  • Recharge longue
  • Boutons de l’écran trop petits

Apportant une bonne autonomie et un confort très correct, le Shiftbikes est un vélo électrique très polyvalent. S’il comporte quelques défauts inhérents à toute jeune marque, il sait les faire oublier avec son équipement complet pour un prix très contenu. Reste à déployer un réseau plus large de boutiques, mais ce n’est que le début de leur aventure.

Fraichement débarqué dans le milieu de gamme des VAE, Shiftbikes est une marque française voulant « mettre des gens sur des vélos ». Pour un premier essai c’est assez concluant, à peaufiner côté pratique. On apprécie la grande autonomie qui permet de parcourir 70 km sans problème. Il offre en plus un bon confort, couplé à un capteur de rotation.

On lui pardonne ses défauts, d’autant que le prix est très raisonnable avec un assemblage en France. A 1 899 €, ce vélo électrique offre beaucoup comme les freins hydrauliques, un porte-bagages ou un anti-vol de roue. Dommage qu’il n’ait qu’une version, une taille et deux couleurs.

8. Voltaire

Voltaire (2021)
Un beau vélo électrique rétro qui paye quelques erreurs de jeunesse
Les plus
  • Souplesse de conduite
  • Format compact
  • Charge rapide
Les moins
  • Autonomie moyenne
  • Confort des petites roues
  • Ecran incomplet et sans bouton

Peu confortable et à l'autonomie moyenne, le Voltaire est à réserver aux petits trajets. Dommage, car ce vélo dispose d’un charme à part, d’une conduite très souple et d’équipement soigné. Ce VAE français est aussi un peu cher, mais la qualité est là, en plus de la sécurité via alarme et position GPS sans faille.

Arrivé sur le marché au printemps 2021, le Voltaire met l’accent sur le style et la sécurité. Fabriqué en France, il joue le côté rétro à fond sans oublier de limiter le poids et ses dimensions. Aisé à conduire avec son moteur puissant et un vecteur de couple, il est toutefois un peu inconfortable et manque d’autonomie : on a eu du mal à dépasser 40 km par charge…

Un peu cher avec ses 2 390 €, le Voltaire apporte tout de même un charme unique sur le marché des VAE et rompt avec les habitudes avec un écran intégré et un lot alarme/GPS appréciable. Si le passage des modes forcé sur application vous est égal et que vous cherchez un bon VAE urbain sur petites distances, ce modèle est fait pour vous !

9. Reine Bike

Reine Bike
Un vélo électrique poids lourd complet
Reine Bike 3490€ Voir l'offre
Les plus
  • Équipement complet
  • Moteur puissant
  • Grande autonomie
  • Fabriqué (essentiellement) en France
Les moins
  • Poids élevé
  • Prix injustifié de la version connectée
  • Latences au démarrage

Le Reine Bike est un vélo à assistance électrique complet proposant un positionnement assez haut de gamme, en contrepartie d'un prix que certains trouveront probablement élevé, surtout pour la version connectée. Son style et ses grandes roues en font un sympathique compagnon du quotidien. Dommage que son poids soit trop important, ce qui pénalise son confort sur chaussées dégradées et sa maniabilité en ville.

Reine Bike est une nouvelle marque française apparue en 2021 avec un vélo électrique haut de gamme. Clubic ne pouvait pas l’éviter dans ce comparatif, car il a plein de qualités. On apprécie son look atypique, façon chopper ou fat-bike, et ses couleurs osées, même si les équipements ne se fondent pas aussi bien que sur certains concurrents. Le Reine Bike est très agréable à conduire, avec le confort de ses grands pneus et de la selle rembourrée.

Son moteur puissant de 80 Nm apporte une excellente souplesse, vives accélérations, et efface l’effort en pente. L’autonomie minimale de 70 km est permise par une grande batterie de 504 Wh, mais ajoute un poids au vélo, qui est déjà très lourd avec près de 27 kg du la balance. L’aspect connecté est bienvenu avec la géolocalisation, le blocage et l'alarme, mais ne justifie pas le prix élitiste du Reine Bike en version Connecté à 3 790 €.

Vélo électrique : les réponses à toutes vos questions

Comment choisir son vélo électrique ?

Les vélos électriques citadins sont les plus répandus, et sont suffisants pour évoluer en ville. Outre les cadres classiques ouverts, les vélos type hollandais sont conseillés pour une posture plus droite et un meilleur confort. Les tailles de roues 24 et 26 pouces sont aussi à privilégier si vous préférez davantage de confort. Certains modèles à cadre haut ou à fourche suspendue viennent brouiller la frontière avec les VTC.

Les vélos cargo ou "longtails" sont parfaits pour transporter des objets ou gambader en famille

Les fatbikes électriques sont très appréciés dans les lieux touristiques du fait de leur position confortable passive et des gros pneus.

Les VAE pliables sont à l'aise pour se faufiler dans les transports en commun ou se loger facilement près de votre bureau.

Les vélos de route électriques sont très légers, parfois en carbone. Ils sont cependant réservés à un public sportif car ils sont difficilement praticables en ville du fait de leur conception, de leur confort sommaire et des roues fines.

Si vous aimez les balades, privilégiez des modèles polyvalents ou des VTC, à l’aise autant sur routes que sur chemins. Pour la pratique sportive sur terrains plus accidentés et dénivelés importants, il faudra passer au VTT électrique (VTTAE), avec de meilleures suspensions ainsi qu’une garde au sol supérieure. Attention, ces modèles sont plus lourds, donc moins maniables en ville, et offrent une autonomie plus réduite.

Quel vélo électrique a le meilleur rapport qualité/prix ?

Pour figurer dans les meilleures notes, un VAE doit cocher la case la plus importante : celle d’un tarif de vente adapté à de bonnes prestations.

Concernant le prix, on peut globalement considérer qu’un vélo abordable se situe sous la barre des 2 000 €. Au-delà, on entre dans le haut de gamme, et un modèle qui dépasse les 3 500 € peut raisonnablement être qualifié de « cher ».

Les vélos d’entrée de gamme ou de marque distributeur proposent des tarifs entre 700 et 1 500 €, mais proposent souvent une puissance ou une autonomie faibles et une qualité basique. Les produits polyvalents et bien équipés débutent autour de 2 000 €, car ils offrent souvent un moteur plus puissant ou une batterie de grande capacité, et sont fabriqués en France ou à petite échelle.

À plus de 2 500 €, on trouve les modèles connectés type Cowboy ou les vélos électriques composés d'éléments de haute qualité comme un Gazelle ou un Riese & Muller. A titre d'exemple, un vélo type VanMoof associant conception solide, bonne puissance et connectivité à moins de 2 200 € est un excellent rapport qualité/prix.

Quel est le vélo électrique le plus puissant ?

Un vélo électrique n’a pas besoin d’un moteur démentiel pour propulser un cycliste, quel que soit son poids. En France, les VAE sont d’ailleurs limités par la réglementation à 250 W. En revanche, ils sont entièrement libres sur le couple. C’est là que les différents modèles peuvent être comparés.

À ce jeu, les vélos les plus puissants atteignent environ 90 Nm. Avec une telle poussée, la vitesse maximale autorisée par l’assistance de 25 km/h (loi européenne) est rapidement atteinte, et les fortes montées sont avalées sans nécessiter d’intervention humaine.

Des vélos encore plus puissants, appelés speedbikes, existent. Cette catégorie s’affranchit de la règle des 250 W avec des vitesses max de 45 km/h (là aussi la loi impose une limite). Leur puissance varie entre 350 et 500 W pour le cœur de gamme, mais certains atteignent 850 voire 1 000 W.

En contrepartie, ces vélos puissants doivent être immatriculés et assurés comme un cyclomoteur, car homologués en classe L1e. Ils ne peuvent emprunter les pistes cyclables et doivent impérativement être équipés d'un rétroviseur, d'un feu stop et d'un éclairage. Le port du casque et de gants est également obligatoire en les utilisant.

Quelle est la bonne puissance pour un vélo électrique ?

Si la puissance règlementaire de 250 watts est identique pour tous, le couple varie énormément, car il est sans limite. Entre les produits les plus modestes et les costauds, on peut passer tout simplement du simple au triple.

Des vélos d’entrée de gamme autour de 1 000 € vous donneront entre 30 et 40 Nm, idéal pour du roulage sur plat ou en ville. Mais n’envisagez pas de grimper facilement les montées, même en mode maximal. Autour de 2 000 €, les vélos adoptent des valeurs autour de 60 Nm, permettant une plus grande polyvalence et d’affronter les dénivelés sans trop pédaler. Pour des VAE puissants, à 70 Nm ou plus, vous pourrez faire des départs canon, franchir des pentes supérieures à 15 % et profiter de longues distances sans effort notable.

Autre distinction : le capteur de rotation donne une latence au démarrage et aux reprises, tandis que le capteur de couple lance l’assistance électrique dès la pression du pied sur la pédale.

Sachez que le couple maximal n’est pas nécessaire en permanence. Tous les vélos à assistance électrique possèdent des modes limitant le couple, généralement entre 3 et 5 selon les modèles. Par exemple, sur un VAE à 4 modes, les deux premiers sont idéaux pour se balader tranquillement ou sur le plat, le troisième donnera de meilleures accélérations et le dernier livrera toute la puissance disponible.

Quel est le meilleur moment pour acheter un vélo électrique ?

Certains modèles de vélos évoluent d’année en année. Lorsque le nouveau millésime arrive, c’est le moment des affaires : les VAE de l’ancienne gamme doivent écouler leurs stocks, et affichent ainsi des réductions significatives, parfois de plusieurs centaines d’euros.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
18
11
Nymoi
Sont tous vendus hors la loi ? Il est obligatoire de posséder une lumière avant / une arrière et une sonnette ! Pourtant à ces prix de fou, il n’y en a pas…
Steph29
J’ai pas regardé sur tous les vélos présenté mais ils ont bien de l’éclairage, l’avertisseur lui peut être électronique mais aucun vélo ne sera vendu sans être aux normes de toute façon.<br /> Pour le prix ma foi il y a de tout et le ressenti est assez subjectif
Jissou06
Surprenant quand même qu’il n’y ait dans cet article aucune référence à un velo de la marque Moustache qui est un fleuron français du vélo électrique dont les qualités sont reconnus partout dans le monde
taist
j’aime bien le premier avantage du iWeech : Conduite ultra-simplifiée !<br /> pour un vélo, à part bien tenir le guidon, je ne vois pas ce qui pourrait être plus simple, non ?
Benoche
Il manque le Cowboy et Van Moof…
Guillaume1972
Je vais peut-être paraître vieux jeu mais en ce qui me concerne, nul besoin de VAE, mes jambes et les transports en commun sont plus que suffisants, ça ne fait que du bien, non seulement à ma santé mais également à la planète. Et également moins de contraintes si bien organisé. Nul besoin de trouver un lieu pour recharger.Et cela fait également du bien au portefeuille,bref, que des avantages.Eff3ctuer 10 kilomètres à pied ne me dérange Après chacun ses choix, mais les miens sont principalement dictés par le monde que je désire laisser aux générations futures. Mais peut-être qu’être un peu moins égoïste n’est pas vraiment dans l’air du temps.
philumax
Je plussoie.<br /> À l’intention des fabricants de VAE : je vais être poli, mais ma pensée doit être perceptible.<br /> Sous le seul prétexte que ces vélos ont une batterie, ils coûtent une fortune et se périment très vite, la preuve : il suffit d’aller sur les sites de vente d’occasion, sur lesquels, on trouve plus de VAE, sans batterie, qu’avec, au motif, que celle-ci, a rendu l’âme et que pour en trouver une de rechange, c’est la croix et la bannière (sans compter les branchements propriétaires et le prix…). Pourtant, ces vélos, ont été « fabriqués », bien après l’époque de Poulidor…<br /> Donc, le prix du vélo « normal », de nos jours, devrait être bien bas, ce qui malheureusement n’est pas le cas !<br /> Un biclou, sans lumière, sans selle, sans rien, quoi, coûte plus cher qu’un velo de course d’autrefois !<br /> Cherchez l’erreur.<br /> Et qu’on ne vienne pas me parler d’innovation : je n’ai jamais eu d’automobile et j’ai passé une dizaine d’année sur les circuits de vitesse Français, comme mécanicien de course, moto…<br /> Aujourd’hui, sur la fin de ma vie, je voudrais m’acheter un simple vélo (donc un VAE) et pour ça, il faut mobiliser la REPUBLIQUE !<br /> Ça ne va pas non !
MattS32
As-tu bien regardé les tests ?<br /> Même pas besoin de les lire, rien qu’en regardant les photos on peut constater qu’ils sont bien TOUS équipés d’éclairages avant et arrière et d’une sonnette… Ils ont également tous bien des réflecteurs latéraux, des réflecteurs orange sur les pédales. Et j’ai pas non plus l’impression qu’il manque les réflecteurs blanc devant et rouge derrière.<br /> À la limite, ce qui peut leur être reproché, c’est que sur certains les réflecteurs latéraux ne sont pas orange, comme l’exige le code de la route (R313-19), mais blancs (peinture réfléchissante sur le flanc des pneus). Mais en pratique, ces flancs réfléchissants sur les pneus offrent tellement plus de visibilité tout en permettant d’identifier clairement qu’il s’agit d’un vélo, que leur reprocher ça serait un peu ridicule (et de toute façon, même si le constructeur n’a pas mis de réflecteurs orange, c’est pas impossible que le vendeur pense à en ajouter… c’est lui qui est responsable de la conformité du vélo qu’il met en vente, pas le fabricant).<br /> Steph29:<br /> l’avertisseur lui peut être électronique<br /> Non. Ça doit être une « sonnette » mécanique (sans doute pour que rien qu’au son ça soit clairement identifié comme un vélo). Article R313-33 du code de la route : « Tout engin de déplacement personnel motorisé ou cycle doit être muni d’un appareil avertisseur constitué par un timbre ou un grelot dont le son peut être entendu à 50 mètres au moins. L’emploi de tout autre signal sonore est interdit. »<br /> philumax:<br /> Donc, le prix du vélo « normal », de nos jours, devrait être bien bas, ce qui malheureusement n’est pas le cas !<br /> Un biclou, sans lumière, sans selle, sans rien, quoi, coûte plus cher qu’un velo de course d’autrefois !<br /> Cherchez l’erreur.<br /> L’erreur, c’est peut-être que tu n’as pas bien cherché ? Pour 170€ tu as un vélo « normal » complet, avec les lumières (obligatoires), la selle (indispensable…) et tout ce qu’il faut.<br /> philumax:<br /> je voudrais m’acheter un simple vélo (donc un VAE)<br /> Un VAE n’est justement pas un simple vélo. Un simple vélo, c’est un vélo sans assistance.
Steph29
Je suis d’accord avec ton post, pas de souci mais je suis certain d’avoir déjà lu des tests de vélo ou l’avertisseur n’était pas mécanique (Angell bike il me semble)<br /> Mais dans le texte de loi que tu cites ils parlent de Timbre OU de Grelot, pas vraiment explicite que ce soit mécanique !<br /> Bon je pinaille, pour le reste je suis d’accord avec toi
MattS32
Steph29:<br /> Mais dans le texte de loi que tu cites ils parlent de Timbre OU de Grelot, pas vraiment explicite que ce soit mécanique !<br /> Si si, c’est explicite : le timbre et le grelot sont deux instruments de musique mécaniques… Si c’est électronique, ça n’est plus un timbre ou un grelot, c’est un haut-parleur ou un buzzer.<br /> Steph29:<br /> je suis certain d’avoir déjà lu des tests de vélo ou l’avertisseur n’était pas mécanique (Angell bike il me semble)<br /> Oui, c’est bien le cas de l’Angel Bike. Il n’est tout simplement pas conforme. On voit d’ailleurs sur certaines images de leur vidéo de présentation ici que parfois ils ont bel et bien ajouté un timbre sur le guidon, donc ils ont parfaitement conscience du fait que leur avertisseur sonore électronique n’est pas légal en France. Il manque aussi les réflecteurs rouge et blanc devant et derrière.<br /> Après, faut aussi avoir un minimum de bon sens : je doute fort qu’un policier verbalise pour ça (tant que c’est pas une sonnerie délirante), comme pour l’utilisation de réflecteurs latéraux blancs plutôt qu’orange. Déjà qu’en pratique ils verbalisent déjà beaucoup trop peu l’absence totale des équipements de sécurité…<br /> Par contre je ne sais pas quel est le son produit par leur avertisseur sonore, mais perso je n’aimerai pas rouler avec un vélo dont l’avertisseur ne fait pas un bruit classique de vélo. Ça contribue à la sécurité en prévenant les autres usagers que c’est un vélo qui arrive. Un autre son pourrait par exemple être interprété comme une sonnerie de notification de téléphone, ou n’importe quoi d’autre et ne pas éveiller l’attention.
Steph29
T’inquiète, tu n’est pas vieux, tu as mon age ! Par contre concernant les transports en commun, entre chez moi et mon lieux de travail il y a 17km, pas de transport collectif, à pieds ça commence à être chaud, surtout en campagne donc oui le VAE est une alternative à la voiture et là oui il peut faire du bien aussi à la planète. Tu me diras pourquoi pas un vélo physique et bien si tu voyais les côtes à franchir, pas à la portée de tout le monde.<br /> Après chacun ses choix et tu as bien raison te préoccuper du l’état du monde que tu vas laisser aux générations futures.
Steph29
Juste une remarque, si tu achètes un VAE d’occasion de marque, oui effectivement les plus chers à l’achat, avec un moteur/batterie Bosch, shimano, Panasonic, Samsung je suis persuadé que tu dois pouvoir changer les pièces que tu as besoin, à l’inverse de marques inconnues dans nos contrées, des vélos 1er prix en fait.
philumax
C’est toujours trop cher!<br /> On ne va pas engraisser indéfiniment les mêmes : il est temps de baisser les prix !
philumax
« Un VAE n’est justement pas un simple vélo. Un simple vélo, c’est un vélo sans assistance. »<br /> Faux : il faut évoluer ! Depuis le grand BI, le vélo a subi bien des évolutions, qui ont permis son accessibilité au plus grand nombre.<br /> Là, on marque le pas, simplement parce que certains veulent à tout prix s’enrichir !
MattS32
philumax:<br /> Faux : il faut évoluer ! Depuis le grand BI, le vélo a subi bien des évolutions, qui ont permis son accessibilité au plus grand nombre.<br /> Non, c’est un fait. Même légalement, ce sont deux catégories différentes.<br /> Et le dire n’est pas une question de refus de l’évolution, mais faut savoir appeler un chat un chat.<br /> Et quand on veut quelque chose de plus évolué, ben faut aussi accepter d’en mettre le prix. On peut pas toujours tout avoir pour rien hein…<br /> Forcément, un VAE est et restera toujours plus cher qu’un simple vélo équivalent. Il y a des pièces en plus qui ont un coût, l’assemblage et la conception sont plus complexes (en particulier pour ceux avec un moteur au pédalier), etc… C’est loin d’être simplement une question de marge. Je pense pas que Décathlon fasse beaucoup plus de marge sur son VAE premier prix à 900€ que sur son vélo classique premier prix à 170€.
philumax
J’ai un gros doute…Quand il s’agit d’argent, tous les coups sont permis !
pocketalex
« Je vais peut-être paraître vieux jeu mais en ce qui me concerne, nul besoin de VAE, mes jambes et les transports en commun sont plus que suffisants »<br /> Alors je ne vais pas aller à l’encontre du bon sens de ton commentaire, ce serait difficile<br /> Mais … je tiens juste à ajouter/signifier/contribuer que …<br /> …si chaque vélo électrique permet de supprimer une voiture du paysage , alors je suis POUR le vélo électrique, j’applaudis des deux mains, je plussoie comme on dit dans les forums<br /> La majorité des utilisateurs de voiture font moins de 10km et seuls… un VAE remplace sans aucun souci une voiture dans ce cas là. Je vis dans un village de petites maisons collé à Paris (c’est pas dur à trouver, il n’y en a qu’un) et je ne connais aucun parent qui amène ses enfants à l’école en voiture, ni ne va travailler dans Paris en voiture. Tous sont passé au VAE.<br /> Comme quoi c’est possible, mais on ne représente qu’un petit village d’irréductible Gaulois encouré de légions de banlieues avec des romaines voitures
blueamrtini
Est ce que le placement tarifaire des VAE est une arnaque? Assurément. Il n’y a qu’à voir l’augmentation généralisée de plusieurs centaines d’euros suite à la prime de 500€. Quand Citroen vends une AMI à 6k, vendre un vélo à 3k n’a juste pas de sens.<br /> Pour le test, c’est un test se basant avant tout sur la ‹ hype ›, extrêmement subjectif et surfait. Par exemple parler d’un vélo à 3k en ventant son électronique qui s’adapte à l’environnement et la façon de pédaler alors que Giant propose cela depuis 3 ans au moins, pour moins cher.<br /> D’ailleurs où sont dans les tests les marques Giant, Moustache, Nakamura, Specialized, Cube, …?<br /> Comment parler d’un vélo électrique sans parler moteur, sachant qu’ils ont tous leurs forces et faiblesses? Le couple ne fait pas tout, la linéarité et l’attaque sont des histoires de goût et doivent être spécifiés.
philumax
trouvé ici : Vélo électrique : comment recycler une batterie en fin de vie ? (orange.fr)<br /> "Plusieurs grands vendeurs de vélos électriques proposent cette option, tandis que d’autres entreprises en ont fait leur spécialité. Une solution qui peut être intéressante si votre vélo électrique commence à dater et qu’il n’existe plus de batteries neuves correspondant à ce modèle sur le marché.
Voir tous les messages sur le forum
  • Indépendance
  • Transparence
  • Expertise

L'équipe Clubic sélectionne et teste des centaines de produits qui répondent aux usages les plus courants, avec le meilleur rapport qualité / prix possible.

Derniers guides d'achat Mobilité urbaine électrique

Haut de page