Rétroviseur : l'actualité numérique de mai et juin 2007

Par Matthieu Dailly
le 28 décembre 2007 à 17h31
0
Après les mois de mars et avril, poursuivons la rétrospective en plusieurs épisodes chronologiques de l'année 2007 avec les mois de mai et juin.

Consolidation dans le monde du webmarketing

00485106-photo-google-doubleclick.jpg
Evènement majeur cette année, la consolidation de l'univers du webmarketing a cumulé, à elle seule, près de 10 milliards de dollards d'investissement. Entamée par la prise de contrôle de sur Digitas fin 2006, puis de Doubleclick par Google, fin avril, cette tendance s'est confirmée dès le mois de mai avec le rachat d'aQuantive par Microsoft pour la modique somme de 6 milliards de dollards (Pub : Microsoft veut s'offrir aQuantive pour 6 milliards de dollars cash).

Dès mars, Microsoft avait fait part de ses vues sur Doubleclick. Le groupe était prêt à investir quelque 2 milliards de dollars pour s'offrir ce spécialiste du marketing interactif afin d'attirer de nouveaux annonceurs sur son AdCenter, un guichet unique proposant une grande variété de formats publicitaires. Mais après plusieurs semaines de bras de fer avec et TimeWarner, c'est finalement Google qui a racheté DoubleClick pour la somme record de 3,1 milliards de dollars en cash (Google rachète DoubleClick pour 3,1 milliards de dollars). La firme de Redmond a immédiatement déploré ce rachat en le qualifiant "d'opération néfaste à la concurrence" (Microsoft déplore le rachat de DoubleClick par Google). Après la commission américaine du commerce (FTC), l'Union européenne vérifie donc, toujours actuellement, la conformité de cette acquisition. aQuantive, avenue a / razorfish, Atlas, DrivePM, Screentonic et AdECN ... (Microsoft rachète ScreenTonic, spécialiste de la publicité mobile) en quelques mois, Microsoft a ainsi multiplié les acquisitions d'agences, de plates-formes et autres technologies emarketing avec pour objectif de rivaliser avec des groupes médias établis comme Google, Yahoo ou encore AOL.

Les pure players tel que Yahoo ou AOL, manifestaient également leur intérêt pour pénétrer le marché du webmarketing, en particulier celui du marketing mobile. Le groupe Yahoo s'offrait Right média, en mai, pour 680 millions (Pub : Yahoo rachète Right Media pour 680 M$). Puis dès septembre, il rachetait BlueLithium, une jeune pousse californienne qui propose aux annonceurs et aux éditeurs ses solutions basées sur l'analyse de données comportementales. Quant à AOL , c'est avec la régie mobile Third Screen Media (AOL Time Warner rachète la régie mobile "Third Screen Media")que le groupe compte à présent consolider advertising.com, son bras armé dans l'univers du marketing intéractif. Ainsi qu'avec la régie Tacoda, spécialisée dans la publicité "comportementale" et rachetée 275 millions de dollars en juillet. En novembre, le spécialiste français du m-marketing, CellCast Interactif annoncait pour sa part la cession de 100% de son capital au britannique SilverBack Media.

00FA000000526386-photo-axel-springer-aufeminin.jpg
A l'inverse des médias traditionnels, la croissance du web marketing reste donc dynamique. En témoigne les nombreuses opérations engagées par les acteurs traditionnels pour rattraper leur retard. Le 29 mai, le britannique WPP, l'un des leaders mondiaux de la publicité, rachetait la régie 24/7 Real média pour 649 millions de dollards. Idem pour l'allemand Axel Springer AG qui rachetait, fin juin et pour 215 millions d'euros, Zanox, la seconde plate-forme d'affiliation européenne (Zanox, SmartAdServer : Axel Springer incontournable dans les outils publicitaires) ainsi que le groupe AuFéminin.com dont il récupère la filiale Smart AdServer, spécialisée dans la gestion des bannières publicitaire. Le français Publicis prenait, quant à lui, le contrôle de l'américain Digitas, des web agency française et Wcube et de la 'mobile agency' PhoneValley.

Le marché de la publicité sur Internet aurait représenté quelque 33 milliards de dollars en 2007, soit 8% du marché mondiale de la publicité tous supports confondus. Plusieurs acquisitions ont ainsi été effectuées, tout au long de l'année, en particulier dans le secteur émergeant du marketing sur mobiles. Car encore marginal par rapport à la télévision, à l'ordinateur ou au cinéma avec un chiffre d'affaires d'à peine 20 millions d'euros en 2007, ce “4e écran” équipe, touche, tout de même, près de 80% de la population soit plus de 50 millions de personnes en France. (Consolidation du marché de la publicité en ligne : tous ensemble !)

L'avenir de la pub mobile

Les principaux acteurs du webmarketing sont donc, désormais, très intérressés par le m-marketing. « L'Internet mobile est un moyen extraordinaire pour les annonceurs d'atteindre leur audience. En effet, les téléphones portables permettent d'établir une interaction annonceur/consommateur quelque soit le lieu ou le moment de la journée. L'acquisition de ScreenTonic s'inscrit dans le cadre d'une stratégie à long terme visant à adapter les messages publicitaires à l'environnement du consommateur. » déclarait Steve Berkowitz, senior vice-Président de la division services, Internet grand public de Microsoft.

00FA000000448452-photo-phonevalley.jpg
L'ARCEP estime le taux de pénétration du portable, en France, à au moins 82%, avec près de 52 millions d'abonnés. D'où le récent intérêt des annonceurs pour ce "quatrième écran". Une étude CSA de juin montre que 94% d'entre eux considèrent le mobile comme un média de proximité, 75% le concidèrent comme un média de masse et 49% pensent qu'il touche un public inédit. Il n'est donc pas étonnant, non plus, de voir des géant tel que AOL Time Warner, Nokia ou encore s'intérresser à ce marché de la publicité sur mobile. Selon le cabinet de recherche ABI, elle pourrait rapporter près de 3 milliards de Dollars en 2008. Et le marché passerait, selon une étude e-marketer, de 421 millions en 2006 à plus de 11 milliards en 2011 à l'échelle globale. Mais outre des grands portails internet comme AOL, Microsoft, Yahoo ou Google, ce marché intéresse bien évidemment les opérateurs cellulaires comme Nokia, qui a récemment créé AdService, une filiale spécialisée dans la publicité mobile.

On retrouvait donc, en mai, les principaux intérressés dont Microsoft, qui rachetait le français Screentonic. Nokia qui lancait Adservice. AOL Time Warner qui rachètait Third screen média. TF1, récemment devenu la nouvelle régie mobile de Bouygues Telecom. Miyowa qui lancait un portail de jeux mobiles gratuits et financés par la pub. Les français Imagin et Netsize. Ou encore Yahoo qui propose désormais, One search, son propre moteur de recherche sur mobile et dans lequel il est possible d'intégrer des liens sponsorisés.

La Grande pomme accueille l'iPhone d'Apple

00FA000000711376-photo-webwag-iphone.jpg
Bien évidement, la sortie américaine de l'iPhone était un des symboles de cette révolution mobile. Moins de six mois après sa présentation par Steve Jobs, le smartphone d'Apple faisait ses débuts commerciaux le 29 juin. Pour ce lancement, ils étaient des milliers de technophiles à se rassembler devant les Apple Store américains dont celui de la cinquième avenue à New-York, pour s'offrir le iPhone. Succès commercial (L'iPhone est disponible : un succès assuré pour Apple ?) et médiatique (iPhone : un buzz à moindre coût pour Apple ?) pour Apple, ce lancement se fait d'ailleurs au détriment du cours de bourse de ses principaux concurrents (Nokia, Palm, RIM, HTC, Samsung, Motorola) qui dévissent parfois de près de 10%.

Le parlement légifère en faveur de la portabilité mobile

Pour les heureux possésseurs d'iPhone et nouveaux clients Orange, la portabilité mobile est du pain bénie. Ce dispositif qui entrait en vigueur lundi 21 mai, avec quelques mois de retard, permet à un usager de changer d'opérateur tout en conservant son numéro. D'après l'Arcep, seulement 837.000 numéros ont été portés en France entre 2003 et 2006. Un chiffre insuffisant pour lequel il fallait, semble-t-il, légiférer (La portabilité mobile en 10 jours, c'est pour lundi). La mise en oeuvre de ce dispositif a nécessité la modernisation des systèmes d'information avec la création d'une entité de gestion de la portabilité' (GIE EGP) géré par le groupement. Les opérateurs ont assuré pouvoir « basculer vers le nouveau dispositif sans interruption de service ». Pourtant en mai déjà, les délais légaux étaient difficilement respectés et faisaient l'objet de critiques de la part de l'UFC que choisir.

Dès mercredi, retrouvez un nouveau "rétroviseur" des mois de juillet et août.
Modifié le 20/09/2018 à 15h53
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Opera Touch : des nouveautés sur Android et iOS
Huawei : forte baisse des ventes mondiales attendue en cas de maintien de l'interdiction
Opel Corsa F électrique : les specs du modèle dévoilés avant le lancement officiel
La Commission européenne vote un ensemble de lois pour réguler les drones en Europe
COMPUTEX 2019 - ASUS : comment suivre la conférence anniversaire en direct ?
Spotify : vous pouvez désormais programmer l'extinction automatique sur Android
PC Windows 10 : 5 bonnes raisons de franchir le pas
Pour Musk, les structures spatiales O'Neil envisagées par Jeff Bezos sont vouées à l'échec
Une IA arrive à animer des personnages sur des photos ou des peintures
Revolut travaille sur des coffres collaboratifs, à défaut de proposer des comptes communs
scroll top