Mac sur ARM : les principaux éditeurs sur iOS refusent l'interoperabilité

En présentant ses travaux sur sa prochaine puce développée en interne, Apple expliquait qu'il serait possible d'exécuter sur Mac des applications initialement prévues pour iOS. Toutefois, il semblerait que les principaux éditeurs refusent cette possibilité.

Ce soir, Apple tiendra sa troisième conférence de la rentrée et devrait annoncer les premiers Mac équipés de l'Apple Silicon, une puce articulée sur l'architecture ARM. Puisqu'il s'agit d'une extension des travaux précédemment menés sur les SoC de la série A sur les iPhone et les iPad, cela signifie que les applications seront donc logiquement compatibles avec macOS sur ces machines.

Des applications manquent à l'appel

Par défaut, toutes les applications pour iOS et iPadOS seront répertoriées au sein du Mac App Store. Toutefois, la firme californienne permet aux éditeurs de les dé-lister s'ils le souhaitent. Et, a priori, les développeurs ne semblent pas trop apprécier cette idée.

Selon 9to5 Mac, Google a ainsi retiré YouTube, Maps , Google Drive ou encore Gmail . Même chose chez Facebook , le réseau social ne sera pas disponible nativement sur macOS, ni WhatsApp , ni Messenger , ni Instagram . Le Mac App Store ne liste pas Snapchat , Amazon Prime ou encore Disney+ . Netflix semble toutefois encore de la partie.

Du côté des jeux, Candy Crush , Among Us , et Real Racing 3 ont également été retirés de la plateforme. Ce n'est pas le cas pour Sky: Children of the Light , Subway Surfers et Temple Run.

Pourquoi ce retrait ?

De prime abord, la possibilité de retrouver sur macOS certaines applications sur iPadOS semble être une bonne idée. Toutefois, le processus n'en est qu'à ses débuts et plusieurs questions sont d'emblée soulevées.

Par exemple, si Netflix autorise la mise en cache de certains épisodes sur smartphones et tablettes, cette option n'est pas possible au travers du navigateur sur Mac. Cette possibilité sera-t-elle offerte via l'application ? Cela devra probablement se négocier avec les ayants droits.

Par ailleurs, il est possible qu'en l'état actuel, ces applications ne soient pas totalement fonctionnelles sur macOS, ne serait-ce qu'au niveau de l'affichage. Certains éditeurs pourraient vouloir reprendre ce dernier afin d'offrir une meilleure ergonomie sur un grand écran.

Aussi, certaines de ces applications sont financées par de la publicité. Certaines publicités émanent de régies spécialisées sur le mobile. On imagine que la mise à disposition de ces applications sur Mac pourrait interférer avec la précision des métriques. Ces publicités pourraient en outre être moins performantes.

Apple pourraient partager davantage de précisions lors de la conférence qui se tiendra ce soir à 19 h.

Source : 9to5Mac

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
23
13
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Google : l'Europe va ouvrir une enquête sur sa très lucrative activité de publicité en ligne
1,2 million d'entrées dérobées sur Pôle Emploi : finalement, le hacker aurait renoncé à les mettre en vente par
Apple Private Relay n'est pas destiné à remplacer votre VPN
Qu'est-ce que le Request To Pay, ce standard européen de paiement qui entre en vigueur aujourd'hui même ?
La Ligue 1 sur Amazon sur la période 2021-2024, Canal+, vexé, jette l'éponge !
Les députés ont voté ! Les smartphones reconditionnés seront bien frappés de la redevance copie privée
Intel pourrait mettre 2 milliards de dollars sur la table pour acquérir SiFive, concepteur de puces RISC-V
Drahi investit 2,5 milliards d'euros dans le développement de la fibre au Royaume-Uni
L'armée tweete une photo dans laquelle apparait un mot de passe en clair, car affiché au mur ; la classe
L'UFC-Que Choisir s'attaque officiellement à la rémunération pour copie privée sur le reconditionné
Haut de page