Qwant, ou le retour du "Google européen"

Thomas Pontiroli
28 octobre 2015 à 15h18
0
Qwant récolte les fonds des mécontents de Google. Après Axel Springer, c'est l'Union européenne et ses subventions. L'ambition : créer une « alternative européenne crédible ».

Qwant est un moteur de recherche franco-allemand. Son pari : fournir des résultats de recherche assez satisfaisants pour se passer de Google. Mais aussi, proposer des remontées des réseaux sociaux - ce que fait peu le géant américain. Comme Duckduckgo, il s'engage à ne pas collecter et exploiter commercialement de données personnelles - un sujet sensible pour nombre d'internautes et qui suscite un vrai débat de société.

Dans le cadre de la première conférence franco-allemande sur le numérique, le 27 octobre, la BEI (Banque européenne d'investissement) a annoncé un investissement de 25 millions d'euros dans la start-up fondée en 2013. Un financement « innovant » dit l'institution, qui veut aider la jeune société à prendre son envol en Europe et, qui sait, devenir ce « Google européen » qu'appelait de ses vœux Jacques Chirac il y a 10 ans.

Le projet Quaero (« je cherche », en latin) accouchait trois ans après cette déclaration (en 2008), fort de 198 millions d'euros de fonds, dont une large part de subventions. Le projet de recherche n'a pas manqué d'innovations (traduction simultanée, reconnaissance faciale...) ni de brevets (31). Mais quand vint l'heure du bilan, cinq ans après, Quaero était « quand même un petit peu loin » de Google, selon les dires d'Oseo.

Il s'avéra en fait que Quaero était un catalyseur de R&D et n'avait pas prétendu être un Google européen.


03E8000008223506-photo-qwant.jpg


Un signal à Google ?



En dix ans, les relations entre Google et le Vieux Continent ont évolué : il y a eu une enquête pour abus de position dominante, l'idée de scinder l'entreprise en deux, sans parler de l'optimisation fiscale qui agace les États-membres. Sur un autre front, Google a aussi eu un différend avec le groupe de presse allemand Axel Springer, sur l'indexation de ses articles - il a d'ailleurs investi dans Qwant à hauteur de 20 % du capital.

Dans ce contexte, dur de ne pas voir ces investissements dans Qwant comme un symbole de la résistance européenne face à Google. Seulement, dans le viseur de l'américain, le concurrent le plus « crédible », ce serait plutôt Facebook. Depuis quelques mois, il multiplie les annonces : recherche, e-commerce, articles, vidéos... Son but : opposer à Google sa propre vision du Web, dans laquelle les données sont centrales.


À lire également :



Télécharger Qwant pour Windows.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top