Les autorités britanniques lancent une enquête sur l'investissement d'Amazon dans Deliveroo

17 octobre 2019 à 17h03
0
Deliveroo
© Deliveroo

L'entrée d'Amazon au capital de Deliveroo est-elle susceptible d'enfreindre les lois sur la concurrence au Royaume-Uni ? C'est ce que va tenter de déterminer l'autorité de régulation du pays, qui a décidé d'ouvrir une enquête concernant ce rapprochement. Et l'organisme a le pouvoir de bloquer l'opération.

En mai dernier, on apprenait qu'Amazon avait participé à l'énorme levée de fonds de 575 millions de dollars de Deliveroo, entreprise britannique spécialisée dans la livraison de repas. Pour le groupe de Jeff Bezos, il s'agissait d'un retour aux affaires dans le secteur, quelques mois après avoir fermé son propre service au Royaume-Uni.

Une menace sur la concurrence dans le secteur ?

Au moment de cette transaction, les deux parties avaient refusé de révéler le montant exact injecté par Amazon. On savait simplement qu'il constituait la majorité de la somme levée, mais les sociétés préféraient insister sur le fait qu'il ne permettait pas au leader de l'e-commerce de prendre le contrôle de Deliveroo, ne disposant pas de plus de 50 % des parts.


Cela n'a toutefois pas suffi à rassurer la Competition and Markets Authority (CMA), autorité chargée de réguler la concurrence au Royaume-Uni. En juillet dernier, l'institution avait déjà demandé aux entreprises de suspendre leur rapprochement, soupçonnant l'opération de contrevenir aux règles en vigueur dans le pays. Et afin d'en avoir le cœur net, la CMA a prononcé hier l'ouverture d'une enquête approfondie.

Vers une annulation de l'opération ?

Cette étude pourra suivre deux phases, si nécessaire. En premier lieu, l'autorité devra déterminer si l'investissement d'Amazon a bien entraîné une réduction sensible de la concurrence. Si tel est le cas, les deux entités pourront proposer des mesures afin de remédier au problème. Ensuite, la CMA se laissera jusqu'au 11 décembre pour examiner ces éventuels ajustements, avant de décider de passer, ou non, à la deuxième phase. Celle-ci, plus minutieuse, durerait plus longtemps et pourrait aboutir à l'invalidation pure et simple de la transaction.


Si Amazon n'a pas souhaité commenter l'information, Deliveroo a tenu à se montrer rassurante : « Deliveroo coopère pleinement avec la CMA. Cet investissement minoritaire contribuera à créer des emplois, aidera les restaurants à développer leur activité, améliorera le choix pour les consommateurs et renforcera la concurrence dans le secteur de la livraison alimentaire au Royaume-Uni ». Reste à savoir si l'autorité de la concurrence sera du même avis.

Source : The Guardian
Modifié le 18/10/2019 à 08h25
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Il va pleuvoir des radars tourelles, avec 1 200 installations supplémentaires d'ici 2020
Traçage numérique : Emmanuel Macron officialise l'arrivée prochaine d'une application
Porn : Macron veut
Trop chers, pas assez autonomes, les véhicules électriques n'intéressent qu'un français sur dix
Radars tourelles : on les croyait indestructibles, ils ne résistent pourtant pas à la colère de citoyens
Amazon suspend provisoirement l'activité de ses centres de distribution français
De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Le nucléaire provoque-t-il moins de morts que le solaire ou l’éolien ?
Convention citoyenne pour le climat : les propositions phares retenues, et leur avenir
Émissions de CO2 : l'Assemblée nationale vote l'augmentation du malus à 20 000 euros
scroll top