Critique Kingdom : la série de zombies qui va droit à la carotide

04 avril 2020 à 15h15
8
kingdom

Avec ses zombies très convaincants et énervés, ses décors dépaysants, ses costumes de toute beauté, ses personnages charismatiques ou encore son ambiance remarquable, Kingdom est l'une des meilleures séries originales Netflix.

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :


Kingdomino

J'en ai ma claque des zombies. Je pense que c'est un genre qui a été trop exploité ces dernières années, à tel point qu'il n'a aujourd'hui presque plus rien d'intéressant à montrer ou raconter sur le petit ou le grand écran. Il y a bien entendu quelques exceptions, comme le film Un Dernier Train pour Busan par exemple (dont j'attends la suite avec une certaine méfiance, cela dit), mais, globalement, je trouve que face aux propositions actuelles on oscille entre le « moui » (la sympathique mais oubliable série Daybreak par exemple) et le carrément chiant (coucou The Walking Dead, avec qui j'ai - enfin - réussi à rompre un pénible syndrome de Stockholm de plusieurs années).

Kingdom

Et pourtant... La saison 2 de Kingdom, disponible sur Netflix depuis le 13 mars dernier (à ne pas confondre avec la très chouette série orientée vikings The Last Kingdom, également proposée sur la plateforme), est l'une des nouvelles saisons de série que j'attendais le plus en cette année 2020, et elle n'a pas déçu mon attente de plus d'un an, bien au contraire.

Série nous venant de Corée du Sud (si je recommande toujours, pour une meilleure immersion notamment, de regarder ses séries en VO, ici vous devriez spécialement faire l'effort), Kingdom se déroule quelques années après les invasions japonaises, durant la période Joseon. Nous sommes donc autour de 1600, un moment de l'Histoire où la poudre noire des fusils et des canons côtoie encore les arcs et les épées.


Dans un contexte politique déjà compliqué pour le Royaume coréen, où se mêlent clans rivaux, roi malade et conspirations, apparaît une mystérieuse maladie qui fait revenir les morts. Le prince héritier Lee Chang part alors enquêter sur ce mystérieux phénomène et, après quelques épisodes d'installation nécessaires pour introduire les personnages et la situation, vous vous en doutez : ça tourne mal. Et vite.

Corée graphique

Durant sa dizaine d'épisodes, Kingdom est un véritable festival d'action sanglante, où chaque acteur dans la peau d'un mangeur de chair donne absolument tout ce qu'il a. Rapides, impitoyables et prompts à former de véritables vagues de destruction massives, tant ils sont nombreux et affamés, les zombies de la série sont bluffants. On sent que des moyens ont été investis par la production côté figuration, maquillage et faux sang. J'ai également beaucoup apprécié les nombreuses idées des scénaristes dans leur utilisation des zombies, la véritable peur que l'on ressent pour la vie des héros quand ils sont face à eux, ou encore le fait que l'origine de la mystérieuse contamination que subit le peuple ignorant soit pour une fois connue et scénaristiquement bien employée.

En outre, et au-delà de ses nombreuses batailles mémorables, allant de la simple escarmouche fort bien chorégraphiée à de véritables affrontements épiques à grande échelle - mais toujours aisés à suivre -, le show a bien d'autres choses que du sang par litres et du massacre de qualité à proposer.


Impossible tout d'abord de ne pas saluer son incroyable mise en scène et son ambiance aussi dépaysante que rafraîchissante. Les nombreux et magnifiques paysages naturels, les décors, ou encore les costumes colorés et atypiques des personnages (pour nous autres occidentaux tout du moins, peu habitués à voir cette région et cette époque au cinéma ou à la télévision), sont une véritable ode au voyage. Au détail près des zombies, bien entendu.

La réalisation, assurée par seulement deux hommes, à savoir Kim Seong-hun (The Tunnel) et Park In-je, brille également par plusieurs moments de grâce, par ses lumières et ses plans inspirés. En un mot comme en cent : sur la forme, Kingdom, ça déchire.

Kingdom

Zombie or not zombie, that is the question

Son intrigue dramatique et politique relativement simple et cohérente est également agréable à suivre (tout a d'ailleurs été écrit par Kim Eun-hee de Signal), notamment grâce à des héros intéressants et attachants. L'évolution de ces derniers face à une épidémie toujours plus réelle, tangible et menaçante, mais aussi, et surtout, leurs quelques moments de bravoure et de sacrifice mémorables, font véritablement partie des meilleurs passages de la série. Tel un zombie, Kingdom n'hésite pas à prendre régulièrement le spectateur à la gorge, sans la moindre pitié.

« On ne voit pas le temps passer une fois la toujours plus imposante vague de zombies lancée »



Par ailleurs très bien rythmée après une courte installation politique forcément un peu lente, Kingdom alterne intelligemment les scènes d'action intenses et oppressantes avec des phases de dialogues plus posées, sans être trop longues ou inutiles. Résultat : on ne voit pas le temps passer une fois la toujours plus imposante vague de zombies lancée.


Toutefois, il faudra probablement un petit temps d'adaptation à la plupart des spectateurs pour s'habituer, d'une part à ce qui pourrait passer de prime abord pour un certain « sur-jeu » de la part d'une poignée d'acteurs/personnages, d'autre part à une atmosphère cinématographique coréenne à laquelle nos yeux de spectateurs occidentaux ne sont pas forcément habitués. Mais pas de panique, rien de rédhibitoire ici, d'autant plus que cela confère à la série multiples spécificités et une âme singulière, qui participent finalement au dépaysement global.

J'ai bien conscience que plusieurs de ces particularités peuvent apparaître comme de véritables obstacles pour certains spectateurs, mais j'en suis la preuve vivante avec mon ras le bol des zombies : vous devriez tout de même essayer, tant les chances d'en ressortir soufflé et de pleinement apprécier Kingdom sont élevées.

Cette série est pour vous si :

- Vous voulez une histoire de zombies pas comme les autres
- Vous avez toujours rêvé de voyager en Corée du Sud (et dans le passé)
- Vous recherchez une série courte

Cette série n'est pas pour vous si :

- Vous n'aimez vraiment vraiment pas les zombies et/où les œuvres coréennes
- Vous êtes sensible au sang et à la violence graphique
- Vous préférez le rythme lent (et chiant, pardon hein) de The Walking Dead



Série originale Netflix oblige, les deux saisons de Kingdom y sont disponibles. À l'heure d'écrire ces lignes, une saison 3 n'a pas été annoncée, mais étant donné son succès et la fin de la saison 2, tout porte à croire que cela ne devrait pas trop tarder.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
9
Chamalol
Très déçu de la saison 2 niveau scenario. Ils vont au plus court (on dirait vraiment un rush pour finir l’histoire), alors que la fin de la saison 1 ouvrait l’intrigue.<br /> Ils ont étaient au plus facile et c’est bien dommage.
Bombing_Basta
L’histoire est complètement WTF niveau intrigue en ce qui concerne ce qui cause l’infection, c’est bien dommage…
Urleur
j’aime bien sa change et je suis d’accord que c’est beaucoup plus nerveux, marre des longueur dans les séries de zombies, sa manque d’action la plupart du temps, là…non.
MRB
Moi, je suis restée branchée en continu… et aurait bien repris un peu de rab. Cette série passe à une vitesse folle, avec des lumières, des décors et des costumes sublimes (En accord parfait avec l’article). Fan de films coréens, je ne suis par contre loin d’être une aficionados des zombies (et de loin), mais cette série a été addictive. Vivement la fin du confinement pour aller découvrir la Corée… mais sans les zombies
Kahn-San
merci pour cette proposition que je n’avais pas vu passer, je mets ça de coté <br /> … et je suis du même avis que l’auteur pour Walking Dead
lapin-tfc
« Corée graphique » bravo !
DanyBoy
Une enorme deception…<br /> j ai du mal a comprendre (Mais il en faut pour tout le monde comme on dit) et pourtant j ai adore Le Dernier Train pour Busan…<br /> D autant plus que la comparaison avec THe Walking Dead est loin d etre justifiee, je continue de suivre cette serie meme si il est vrai traine un peu en longueur mais cela permet de parler d autres aspects et pas seulement du Zombie…<br /> Ma femme et moi meme avons regarde 4 episodes et au bout d un moment cela devenait tout simplement gonflant… Des acteurs qui clairement surjoue ou joue tres mal avec des reactions tout sauf humaine, seuls points positifs: Des decors fabuleux, un autre point de vue venant d une culture totalement differente…<br /> Perso je deconseille et pourtant je lis et je regarde enormement tout ce qui touche aux zombies et post apocalypse
ODYSSEY20002000
Kingdom ça se fume littéralement. Les coréens une fois encore nous épatent et de bien belle façon. J’ai de suite adoré tout. Scénario, costumes, ambiance, acteurs, action. C’est un véritable festival auquel on a droit et on se régale. Niez toutes ces qualités serait se voiler la face volontairement et mensonger. Je me dois de rectifier le tir sur ces critiques imméritées prodiguées à tout va sur nombre de médias et à tout sujet.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Pas de format numérique pour l'E3 2020... IGN prend la relève avec le Summer of Gaming
Forfait mobile : RED relance son offre star 60 Go à 12€
Bon plan VPN : 3 offres immanquables pour ce nouveau week-end de confinement
NEO·Classics | on jette un coup d'oeil dans le rétro(gaming) !
Free Mobile et Orange prolongent leur contrat d'itinérance des données mobiles de 2 ans
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Xiaomi Redmi Note 8 : l'excellent smartphone à moins de 150€
· S | F · Cette semaine, votre chronique se dédouble avec Gemini Man
COVID-19 : D-Wave met sa puissance de calcul quantique au service de la recherche
Haut de page