Le veilleur d'écran[s] S02E02 📺 The Expanse : le meilleur space opera de la décennnie

11 janvier 2020 à 15h34
0
The Expanse

On peut penser ce qu'on veut de Jeff Bezos, mais sans lui et Amazon il n'y aurait probablement jamais eu de saison 4 à The Expanse et l'on aurait ainsi gâché la meilleure série de space opera de ces dernières années.

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette nouvelle chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Un Mars (et Amazon) et ça repart

En 2018 plusieurs miracles ont eu lieu coup sur coup pour les amateurs de séries : le sauvetage de Lucifer par Netflix après son annulation par Fox, le sauvetage de Brooklyn Nine-Nine par NBC après son annulation par Fox (...) et enfin le sauvetage de The Expanse par Amazon après son annulation par Syfy.

Ces annulations ne faisaient pas grand sens tant les fans étaient au rendez-vous en nombre pour les trois shows. Mais l'arrêt - heureusement avorté - de la série qui nous intéresse aujourd'hui était à mon humble avis le pire de tous tant sa saison 3 se terminait sur un cliffhanger au potentiel fou.


Mais heureusement, après avoir vu la saison 4, signée Amazon donc, je peux l'affirmer toujours plus aujourd'hui : The Expanse est la meilleure série de space opera depuis Battlestar Galactica (dont nous avons déjà longuement parlé dans une précédente chronique).

Laissez moi vous expliquer en détail pourquoi.

Une série qui en a sous la Ceinture

Basée sur les romans de James S. A. Corey, The Expanse se déroule une paire de centaines d'années dans notre futur. Le système solaire est colonisé et le pouvoir se partage entre trois factions qui oscillent dangereusement entre la guerre froide et l'affrontement ouvert : la Terre, toujours plus pauvre et faible à chaque minute qui passe, Mars, toujours plus riche et puissante à chaque minute qui passe, et enfin les colonies de la Ceinture d'astéroïdes, toujours plus révoltées et exploitées par les deux autres à chaque minute qui passe.


Ce contexte géopolitique qui varie intelligemment les échelles (à hauteur d'homme, de vaisseaux, de villes/stations, de planètes, du système solaire...) et qui se révèle tout simplement passionnant, constitue véritablement le cœur du show. Si le fil rouge très régulièrement surprenant de chacune des saisons est assez différent à chaque fois - à titre d'exemples la première tourne surtout autour d'une enquête policière sur fond de mystère, quand la dernière traite avant tout de colonisation -, cette riche intrigue de fond qui fait tout le sel de The Expanse est là en permanence.

Alors oui, la première saison qui doit installer ce gigantesque et entrelacé background - dont l'ambition ne cesse de grimper à chaque saison - souffre de quelques longueurs difficiles à éviter, mais croyez-moi, vous serez ravis d'avoir réussis à passer outre tant le scénario et ses rebondissements sont captivants.


Holden on a Feeling

Au milieu de cet affrontement où va venir s'ajouter une gigantesque “conspiration” (je n'en dirai pas plus), se démènent de nombreux personnages dans tous les camps, dont les destins et chemins vont se croiser. Impossible de tous les citer, mais il est inconcevable de ne pas au moins en mentionner quelques-uns.

Le personnage principal James Holden (Steven Strait) tout d'abord, dont l'épaisseur grossit à chaque saison et autour de qui va rapidement graviter un équipage formidable. Dont Amos (#Amos2022), incarné par un formidable Wes Chatham dont chaque réplique ou intervention est un pur délice et l'ont aujourd'hui fait passer dans la catégorie des personnages cultes.


Saluons également les performances de la charismatique Shohreh Aghdashloo qui participe indéniablement à la réussite de l'aspect politique de la série (et dont le budget costumes doit représenter la moitié du budget global), ou encore Thomas Jane dans la peau du torturé détective Miller.

Quand Syfy et Amazon Expanse sans compter

Outre sa richesse scénaristique et ses personnages bien écrits aux évolutions cohérentes, l'une des autres forces de The Expanse par rapport à d'autres séries de space opera de ces dernières années, c'est sa volonté d'être la plus réaliste possible (malgré quelques exceptions dont je ne parlerai pas plus, spoilers, tout ça). En effet, la science et la physique du show sont très clairement réfléchies et plus d'une fois la série impressionne par son intelligence et son souci du détail (effets de la gravité sur les corps, déplacement des vaisseaux, vie dans une station...etc.)


On croit ainsi au monde futur que nous vend le show, et le fait que les effets spéciaux (que l'on pourra qualifier de space porn), décors ou encore lumières soient également de très bonne facture ne fait qu'améliorer encore l'immersion. D'ailleurs, regardez plutôt en VO rien que pour les accents tranchés des personnages venus de la Ceinture qui possèdent leurs propres expressions.

« plus les saisons passent et plus The Expanse est solide à tous les niveaux »


Impossible également lorsque l'on évoque la forme de ne pas parler de l'excellente musique signée Clinton Shorter, dont il a officiellement été interdit par la convention de Genève de passer le générique d'ouverture (je crois).



C'est bien simple, plus les saisons passent et plus The Expanse est solide à tous les niveaux. Et ce, même si la S04 fait office de saison de transition et tempère légèrement son ambition pour notamment préparer le terrain à une S05 qui s'annonce encore plus épique et sans commune mesure avec ce qui a déjà été raconté dans les incomparables S02 et S03.

Qu'il s'agisse de ses épais personnages qui évitent bien le piège du manichéisme, de son rythme qui va crescendo, mais qui sait prendre le temps pour se construire proprement, de son aspect visuel soigné (la dernière saison tente d'ailleurs des choses sympathiques sur le format d'image), de son intrigue riche à nombreuses échelles, ou encore de son univers futuriste et pourtant familier tant il tient debout... non, décidément, Battlestar Galactica a trouvé sa digne descendante dans The Expanse.


Cette série est pour vous si :

- Vous recherchez ce que le genre du space opera a de meilleur à offrir
- De la science-fiction réaliste avec une touche d'éléments “autres”, ça vous parle
- Vous voulez en prendre plein les yeux, les oreilles et le cerveau

Cette série n'est pas pour vous si :

- Vous n'aimez vraiment pas le genre du space opera
- La lenteur d'installation de la première saison vous rebute trop
- Vous n'avez pas le temps pour 5 saisons minimum


Les quatre saisons de The Expanse sont disponibles sur Amazon Prime Video et la future 5ème y sera également.


Modifié le 17/01/2020 à 16h32
46
28
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
scroll top