Critique Cosmos : laissez Neil deGrasse Tyson vous mettre des étoiles plein la tête

16 mars 2020 à 12h03
6
Vous avez envie de vous cultiver, d'enrichir vos connaissances scientifiques, mais vous recherchez quelque chose d'un peu plus palpitant qu'un insipide reportage mal doublé, comme il en passe à la télévision depuis des années ? J'ai ce qu'il vous faut : Cosmos : Une odyssée à travers l'univers.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Un cerveau cultivé, Sagan à tous les coups

Jusqu'à présent, cette chronique est restée dans le territoire assez classique du divertissement, pur et simple. Aujourd'hui, il est temps d'aller plus loin, à travers l'espace et le temps. Non, il n'est pas question de Doctor Who (reposez moi ce tournevis sonique, merci), mais d'une série documentaire, Cosmos : Une odyssée à travers l'univers (ou Cosmos: A Spacetime Odyssey dans la langue de Carl Sagan). Si vous ne connaissez pas ce dernier, c'est que vous êtes probablement un peu jeune (et que je suis donc un peu vieux, damn it).


Cet Américain, scientifique et astronome de son état, est également à l'origine de l'émission documentaire Cosmos: A Personal Voyage. La série qui nous intéresse aujourd'hui est d'ailleurs la suite de ce show culte des années 1980, remarqué comme assez révolutionnaire pour son époque. Cette fois-ci, c'est l'astrophysicien à glorieuse moustache Neil DeGrasse Tyson qui se charge de la narration. Dans les coulisses on retrouve également Ann Druyan, la compagne de feu-Sagan et co-créatrice de la série originale.


Univers l'infini et au-delà

Les 13 épisodes de la première saison sont l'occasion pour Tyson d'aborder de nombreux sujets. Il est ainsi question de l'infiniment grand, comme l'espace et ce qui s'y trouve, de l'infiniment petit, comme l'ADN et les éléments microscopiques, ou encore de nombreux concepts tels que la gravitation, la lumière, l'électromagnétisme ou encore l'évolution et le temps qui passe. L'astrophysicien évoque également, à de nombreuses reprises, des hommes et des femmes à l'origine de découvertes capitales au fil des décennies. Bref, il y a à boire et à manger pour les curieux.


Pour raconter tout cela, la série n'hésite pas à varier intelligemment les styles visuels. Outre des plans classiques façon documentaire, forcément incontournables, on a ainsi droit à des images de Tyson parlant dans de jolis décors naturels ou devant un fond vert en plein voyage interstellaire dans le « vaisseau spatial de l'imaginaire », mais aussi à de nombreuses séquences réalisées intégralement en images de synthèse - et qui se révèlent, par ailleurs, d'excellente facture - ou encore à des scènes façon dessin animé, dans un style fort appréciable (style notamment utilisé pour narrer les chercheurs du passé).

Prêter l'oreille à Tyson

Cette alternance permet autant de donner du rythme à la série, évitant ainsi l'ennui, que d'en mettre plein les yeux du spectateur. Cosmos est en effet un documentaire à grand spectacle assumé. Les effets spéciaux sont dignes d'un film Marvel et même la musique, qui en fait souvent des caisses, donne l'impression que des super héros peuvent débarquer à tout moment. Et ce sentiment n'est pas un hasard, puisque le compositeur n'est autre qu'Alan Silvestri, un habitué des films du MCU (dont les deux derniers Avengers, rien que ça).


Mais si la forme est assez grandiloquente, Tyson et ses équipes n'oublient pas le fond pour autant : la mission première du show reste bien de cultiver le cerveau des spectateurs. Outre évoquer des faits scientifiques et historiques variés, le présentateur approfondit réellement ses sujets et philosophe régulièrement sur des thématiques liées, à commencer par la place de la Terre et de l'humain dans cette complexité qu'est le Cosmos.

« L'équilibre de Cosmos est véritablement à saluer et rarement se cultiver aura été aussi divertissant »


La profondeur globale de la série est ainsi véritablement appréciable, sans tomber dans l'écueil d'être trop complexe à appréhender ou intellectuellement indigeste. Cosmos s'attache, en outre, à respecter au maximum le style narratif de son ancêtre, et l'équilibre du tout est véritablement à saluer : rarement se cultiver aura été aussi divertissant.


Notez pour finir que si, comme moi, ce premier voyage de 13 épisodes vous laisse sur votre faim tant vous avez passé un agréable moment, une saison 2 sera bientôt disponible. Baptisée Cosmos: Possible Worlds et initialement attendue pour le printemps dernier, elle devrait normalement débarquer en mars 2020 (un trailer est d'ailleurs disponible en bas de cette chronique).

Cette série est pour vous si :

- Vous voulez apprendre des choses tout en vous divertissant
- Vous recherchez un documentaire pas comme les autres

Cette série n'est pas pour vous si :

- Vous n'aimez pas les débauches de moyens et les effets de manche
- Hey vous n'êtes pas venu ici pour apprendre, okay ?!


Proposée par le passé sur National Geographic, Arte ou encore Netflix en France, Cosmos est malheureusement aujourd'hui indisponible en streaming. Il faudra donc se tourner vers la location numérique, l'achat de DVD/Blu-Ray ou simplement attendre son potentiel retour en ligne avec la saison 2, dont voici d'ailleurs la bande-annonce :



Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
6
Doss
Je confirme excellente série, dommage qu’elle ne soit plus sur netflix.
_Ludo
Je confirme l’excellent commentaire ci-dessus qui confirme que c’est une excellente série mêlant sciences, histoire des sciences et vulga. C’est du gros ++ à prendre en Blu-ray.
soixante
J’aurais bien aimé confirmer la confirmation de la confirmation, mais pour être honnête la mise en scène pompeuse est vite écœurante, et éclipse un peu trop facilement le reste.
Cactu2361
Le veilleur d’écrans est génial pour les plus de 20ans qui veulent revoir leurs séries préférées et les faire connaître aux plus jeunes (voir mon fils de 22ans déjà passionné de ce genres de séries).
_Ludo
Tu dis ça parce que tu es en colère. Tu confirmes ?
Kahn-San
c’est vrai que c’est du spectacle à l’américaine mais là bas il faut au moins ça pour que les gens regardent, il n’empêche que le fond est très bon !!!
Maga83
Les épisodes passent sur France 5, aléatoirement, entre 2 et 3 heure du mat. saison 1 et 2 pour les insomniaques.
Doss
Kahn-San:<br /> l’américaine mais là bas il faut au moins ça pour que les gens regardent, il n’empêche que le fond est très bon !!!<br /> Et la variété des thèmes abordé, même si les dernieres épisode était un poile trop moralisateur alors que c’est pas ce qu’on recherche quand on regard un docu sur la science.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Idée cadeau | Insta360 X3 : une caméra spectaculaire
Vous devriez faire attention à vos données collectées depuis ces caméras et sonnettes connectées
Google One déploie son VPN gratuit sur les Pixel 7 et 7 Pro
Le Bitcoin est à bout de souffle, peut-il encore revenir ? La BCE n'y croit pas
Le télescope James Webb réussit à photographier les nuages de Titan autour de Saturne
Canal+ lance une nouvelle offre avec Disney+ et le nouveau Paramount + !
L'excellent SSD externe portable Samsung T7 1 To chute de prix avant Noël
Dernières heures du Black Friday : ne passez pas à côté de ces offres VPN !
Voici les meilleures applications de l'App Store en 2022
Haut de page