Le Washington Post lance une régie publicitaire pour lutter contre celles de Google et Facebook

23 septembre 2019 à 10h17
0
washington-post-couv.png
© Capture d'écran washingtonpost.com par Alexandre Boero pour Clubic

Le célèbre quotidien américain lance Zeus Prime, une nouvelle régie publicitaire destinée à marquer son indépendance vis-à-vis des régies des géants du numérique.

L'initiative du Washington Post sonnera-t-elle comme un vrai coup de tonnerre sur le marché de la publicité en ligne ? C'est tout l'objectif du média américain qui a lancé, il y a quelques jours, une régie créée en collaboration avec une société spécialisée dans les formats publicitaires sur Internet, Polar. Alors que des acteurs comme Google et Facebook détiennent à eux seuls près de 60 % du marché américain de la publicité, le quotidien propose aux annonceurs de briser leur dépendance envers eux.

Un achat d'annonces en temps réel

La régie Zeus Prime, c'est son nom, n'est évidemment pas réservée au seul Washington Post. Elle est destinée à s'ouvrir à d'autres médias ou annonceurs « petits et grands » et à s'offrir en véritable alternative à des régies comme Google AdSense ou Facebook Ads.
L'idée de Zeus Prime est de faciliter, pour les annonceurs, la création et la diffusion d'une campagne publicitaire en mettant en place un format d'annonce en un seul clic, afin de mettre en avant un produit ou une marque.


La création d'une campagne est ainsi censée se faire en une minute, et peut être lancée en une journée. Le Washington Post voit l'outil comme une « plateforme libre-service » qui permet le déploiement en temps réel et, donc, à la demande, des campagnes publicitaires. Aucun travail de conception du format, de développement ou de codage n'est nécessaire.


Zeus Prime mise sur la transparence et la confiance

Le quotidien compte évidemment sur sa réputation de média de confiance pour trancher avec celle de Google ou de Facebook, plus sulfureuse. Le Washington Post évoque ainsi une manière transparente d'acheter des annonces « dans des environnements d'information fiables et haut de gamme ».

L'éditeur a également conscience que, de plus en plus, les annonceurs sont à la recherche de cette transparence. Beaucoup ont pu se plaindre, ces dernières années, d'avoir vu leurs annonces placées à côté, avant ou après d'autres annonces pouvant être qualifiées de choquantes ou inappropriées.

« La notoriété, l'identité et la raison d'être de la marque constituent l'un des investissements les plus importants que les entreprises doivent faire aujourd'hui. Maintenant, plus que jamais, il est important que les marques aient un lien direct avec des créateurs de contenu et des éditeurs de confiance, qui garantissent la sécurité et l'alignement de la marque, tout en contribuant à une mission cruciale pour la société », écrit le journal.

Le Washington Post, propriété d'un certain Jeff Bezos, veut convaincre les annonceurs qu'en privilégiant sa régie publicitaire, ils atteindront plus facilement leur objectif de rentabilité.

Source : The Washington Post
Modifié le 23/09/2019 à 10h29
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Tesla Cybertruck : quelle est la répartition mondiale des précommandes ?
Xiaomi présente le 70mai A1, un nouveau scooter électrique à petit prix
scroll top