Des femmes dirigeantes militent pour « imposer la mixité dans l'économie numérique »

05 décembre 2018 à 10h11
0
Photo SISTA femmes dirigeantes mixité
© SISTA

Un collectif de femmes dirigeantes a publié un texte dénonçant les inégalités ayant cours dans le monde des start-up et des entreprises du numérique. Elles entendent ainsi interpeller les pouvoirs publics, afin de mettre en place des mesures favorisant la mixité.

Elles sont environ une vingtaine de signataires de la tribune publiée dans Les Echos, dirigeantes ou responsables d'investissement, représentant la minorité de femmes dans cet univers. Et leur constat est sans appel sur un écosystème qu'elles qualifient de « non-mixte et sexiste ».

Des inégalités dans les financements

La preuve la plus explicite des inégalités réside dans la difficulté d'accès aux capitaux pour les femmes. En effet, dans le monde, « les dirigeantes ne captent que 2,2 % des financements des fonds d'investissement ». Et ce chiffre atteint péniblement 2,6 % en France, sur les cinq dernières années, en considérant les neufs plus gros fonds d'investissement.

D'après les auteures du texte, il s'agit non seulement d'un témoignage clair de discrimination, mais également d'une « erreur stratégique ». Car posséder une femme dans l'équipe dirigeante serait généralement synonyme de réussite, avec « des résultats plus élevés de 63 % que les entreprises n'ayant que des fondateurs ».

Imposer un pourcentage d'investissement dans les start-up dirigées par des femmes

En conséquence, le texte appelle les entrepreneurs, les financiers et les pouvoirs publics à réagir pour encourager « la mixité dans l'économie numérique ». Les femmes doivent pouvoir accéder aux plus hautes fonctions dans l'écosystème et les hommes accorder autant d'attention aux projets féminins qu'à leurs homologues masculins.

Concrètement, les signataires demandent dans un premier temps que les fonds d'investissement français accordent 10 % de leurs montants investis dans des start-up fondées par des femmes. Avant de faciliter la création d'un fonds consacré au financement d'entreprises portées par des dirigeantes, à l'instar des structures américaines The Helm ou Female Founders Fund.

La tribune du collectif SISTA est signée notamment par Stéphane Pallez, PDG de FDJ, Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi et Mangopay, ou encore Nathalie Bella, coprésidente de La Redoute et Relais Colis. Des femmes dirigeantes qui espèrent pouvoir prochainement compter de nouvelles consœurs dans leurs rangs et ne plus avoir besoin de réclamer une égalité de traitement.

7
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top