Taxation du numérique : en cas de sanctions américaines, la France promet de "riposter"

07 janvier 2020 à 12h45
0
Bruno-Le-Maire-7-janvier-2020.jpg
Capture d'écran © Twitter @Economie_Gouv

Bruno Le Maire ne ménage pas ses efforts dans sa volonté de taxer les géants du numérique. Le ministre dénonce un projet de sanctions américaines « inamical ».

Dans la série de la taxe GAFA nationale, nous vous avions laissé le mois dernier avec l'épisode des sanctions potentielles américaines à l'encontre de la France. Donald Trump et le Bureau du représentant américain au Commerce (USTR) avaient alors évoqué des droits de douane supplémentaires pouvant grimper jusqu'à 100 % sur des produits comme le champagne, des fromages, les yaourts, certains articles de luxe et les produits cosmétiques. Lundi, Bruno Le Maire a mis en garde les États-Unis : si sanctions il y a, la France ripostera.

La France reçoit le soutien de la Commission européenne

Mardi matin, le ministre français de l'Économie et des Finances rencontrait Phil Hogan, le Commissaire européen au Commerce, en fonction depuis le mois dernier. À l'issue de leur échange, le membre du gouvernement a réaffirmé que la taxe française sur le digital n'était pas discriminatoire. « Elle ne cible aucun État en particulier, aucune entreprise en particulier. Elle cible une activité, l'activité numérique ».


Bruno Le Maire est parvenu à obtenir le soutien de la Commission européenne. Sans oublier que l'Autriche et l'Italie ont déjà leur taxation nationale, et que la Grande-Bretagne et la République Tchèque y songent. Ensemble, ils estiment que le projet de sanctions américaines contre la taxe française est « inamical, inapproprié et illégitime ». Des propos forts en signe de contestation, qui viennent confirmer ceux de la veille, lorsque ce même Bruno Le Maire déclarait, sur France Inter, que la France riposterait en cas de sanctions américaines.

Bruno Le Maire invite les États-Unis à « revenir à la sagesse »

Si les USA mettent leurs menaces à exécution, le ministre de l'Économie et des Finances a indiqué qu'il porterait sans tarder le cas devant l'Organisation mondiale du Commerce (OMC). « J'appelle les États-Unis à revenir à la sagesse, à la raison et à travailler à un compromis à l'OCDE », affirme-il en évoquant avoir eu une discussion avec le secrétaire d'État américain au Trésor, Steven Mnuchin, lundi.


D'ici-là, « nous allons employer les jours qui viennent à construire un compromis à l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Je rappelle que la volonté française reste de parvenir à un accord international à l'OCDE sur la taxation du digital », a-t-il précisé ce mardi depuis Bruxelles. La France n'a en effet jamais caché sa volonté de remplacer sa taxe nationale par une taxe internationale, dès que celle-ci sera adoptée par les pays membres. Si elle l'est un jour.

Modifié le 07/01/2020 à 14h00
24
16
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
scroll top