Après l'échec de son entrée en Bourse, WeWork pourrait se séparer de milliers de salariés

Bastien Contreras Contributeur
04 octobre 2019 à 15h46
0
WeWork
© Linda Parton / Shutterstock.com

WeWork peine à se sortir de la spirale infernale dans laquelle l'entreprise est plongée depuis plusieurs semaines. Alors que son introduction en Bourse a été reportée sine die, la société cherche désormais à renforcer ses liquidités, et cela passerait en particulier par le licenciement d'une grande partie de ses effectifs.

L'histoire d'une ascension phénoménale, suivie d'une chute tout aussi brutale, et loin d'être terminée.

WeWork, start-up américaine fondée en 2010 et spécialiste de la location de bureaux, a d'abord connu une croissance rapide, marquée par une extension internationale et de conséquentes levées de fonds. Pour poursuivre son développement, l'entreprise a décidé, en avril 2019, d'entrer en Bourse. C'est à partir de ce moment que les choses se sont corsées.

La descente aux enfers de WeWork

Au début de l'été dernier, quand le projet était sur le point de se concrétiser, tous les voyants étaient au vert et la start-up était valorisée à hauteur de 47 milliards de dollars. Mais en étudiant les comptes et les documents de la société, les investisseurs ont mis au jour des pertes considérables et une gestion financière opaque. Le comportement de son exubérant P.-D.G. et cofondateur, Adam Neumann, a également été plusieurs fois pointé du doigt.

Par conséquent, WeWork a d'abord envisagé de réduire sa valorisation à 20, puis à 10 milliards de dollars. Après un premier report de l'introduction boursière, le conseil d'administration de la société a poussé Adam Neumann à la démission, devenue effective le 24 septembre 2019. Et cette semaine, les nouveaux patrons de l'entreprise ont finalement décidé de suspendre le projet d'entrée en Bourse, pour se concentrer sur leur « cœur de métier ».

Des économies via des licenciements et la revente de sociétés

Pour survivre à cette mésaventure, WeWork se voit désormais contrainte de se serrer la ceinture. Comme souvent, cela passe par une réduction du personnel. Ainsi, « des milliers » d'emplois seraient menacés. L'entreprise comptant environ 12 500 collaborateurs, on peut donc s'attendre à une baisse de 10 à 25 % des effectifs.

Autre piste explorée par les nouveaux dirigeants : la revente de sociétés du groupe. En quatre ans, The We Company, maison-mère de WeWork, aurait en effet racheté 21 start-up : des concurrents, comme Naked Hub, des plateformes complémentaires, comme Meetup, ou des acquisitions plus étonnantes, comme avec Wavegarden, qui développe... des machines à vagues.

Le délestage aurait déjà démarré, puisque l'entreprise Teem, qui édite des outils de gestion d'espaces de travail, serait sur le point d'être revendue, un an après son rachat. Et WeWork chercherait également à trouver des acquéreurs pour d'autres sociétés, dont Meetup.

Source : Business Insider
Modifié le 04/10/2019 à 15h46
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs
Sonic le Film : après la polémique, le hérisson bleu dévoile son nouveau look
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Le saviez-vous ? Il n’a mis que 16 secondes pour résoudre un Rubik's Cube les yeux bandés

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top