WeWork jette l'éponge pour son entrée en Bourse, la limite des levées de fonds a-t-elle été atteinte ?

01 octobre 2019 à 12h15
0
wework-coeur-marais.png
WeWork Coeur Marais (Paris 3) - Common Areas (© WeWork)

Le champion du coworking, WeWork, devait signer la deuxième plus grosse introduction en Bourse de l'année. Au lieu de ça, la société américaine a renoncé, et plonge un peu plus dans une crise qui pose question.

WeWork est en train de devenir un cas d'école des effets potentiellement pervers des entreprises qui subsistent grâce aux levées de fonds. Pour vous situer le contexte, la société est un peu aux bureaux partagés ce qu'Uber est aux VTC, ou qu'Airbnb est à la location de logements en ligne. WeWork, c'est le géant du coworking, dont le principe est de mettre à disposition d'entreprises ou d'indépendants des bureaux, postes de travail et locaux. Sauf que son business model ne tient plus.

WeWork n'aura pas convaincu suffisamment d'investisseurs

« Nous avons décidé de reporter notre introduction en Bourse afin de nous concentrer sur notre cœur de métier, dont les fondamentaux restent solides », ont annoncé, fatalistes, les nouveaux patrons de la firme, Artie Minson et Sebastien Gunningham, à peine nommés le 24 septembre après la démission d'Adam Neumann, Co-fondateur de WeWork.


La société renonce donc à son IPO au Nasdaq via sa maison mère, The We Company. Une situation qui était inéluctable pour elle, tant ses difficultés sont importantes. Et si le nouveau tandem de dirigeants affirme avoir « la ferme intention que WeWork devienne une société cotée », ce n'est sûrement pas demain la veille qu'elle y parviendra. L'entreprise n'est pas parvenue à convaincre suffisamment d'investisseurs susceptibles de souscrire des titres, alors même que sa valorisation théorique était en baisse.

Softbank, l'arbre qui cache(ait) la forêt

WeWork, dont l'activité en France se résume à une quinzaine de bâtiments à Paris, a pratiqué une féroce politique d'acquisition (ou de location) de biens immobiliers pour favoriser son expansion rapide. Avec pour conséquence la perte de 2 milliards de dollars l'an dernier, pour un chiffre d'affaires de 1,82 milliard de dollars. La holding japonaise Softbank a multiplié les rallonges à coup de milliards de dollars, permettant à WeWork de lever des fonds avec une facilité déconcertante.

Sauf que lever des fonds ne suffit pas à assurer sa pérennité dans le temps. Uber commence à toucher du doigt cette situation, en affichant toujours des pertes colossales, tandis qu'Airbnb repousse son introduction en Bourse, même si le groupe affirme tous les ans vouloir y faire son entrée.

Licenciements, vente d'actifs, une cure d'austérité s'annonce

Le modèle même de ces super-entreprises avançant à marche forcée pose question. La semaine dernière, l'agence de notation SP Global avait jeté une petite bombe en affirmant, au sujet de la maison mère de We Work, que sa situation en termes de liquidités était « moins que suffisante », les rentrées d'argent ne compensant pas les investissements de ses mécènes. L'introduction en Bourse pouvait lui rapporter 3 milliards de dollars ainsi qu'une ligne de crédit de 6 milliards de dollars, grâce aux banques. Elle va devoir faire sans. Et peut-être précipiter sa chute.


WeWork pourrait, dans les semaines qui viennent, supprimer plusieurs milliers d'emplois, et se livrer à une cure d'austérité majeure. Certains de ses actifs, comme WeGrow pour le secteur éducatif ou WeLive pour la colocation, devraient être mis en vente, car éloignés du « cœur de métier de la société ». Aujourd'hui, la WeWork est présente dans 29 pays et « héberge » quelque 527 000 entreprises et indépendants.

Source : WeWork
Modifié le 01/10/2019 à 12h19
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top