Pourquoi le soutien aux start-up du Web français stagne en 2014

0
Les forces vives du Web français n'ont pas reçu le soutien espéré de la part des business angels lors de cette première moitié 2014. Le climat économique tendu est l'une des explications de cet attentisme.

0104000007509029-photo-business-angel.jpg
« Après un quatrième trimestre 2013 inquiétant, qui suivait un excellent troisième trimestre 2013, le rebond attendu au premier semestre 2014 n'a pas eu lieu », déplore le fonds ISAI, dans la quatrième édition de son baromètre Fibamy, étudiant les investissements des business angels dans le secteur Internet - il avait vu le jour suite au mouvement des Pigeons l'an dernier.

Les start-up du Web français ont levé un total de 8 millions d'euros auprès de business angels, de mars à juin 2014, soit quasiment autant que l'année dernière à la même époque. Cela reste supérieur aux sommes investies au premier trimestre (7 millions d'euros), et significativement plus que les montants engagés au printemps 2012 (environ 4,5 millions d'euros). D'une année à l'autre, le nombre d'opérations a reculé, passant de près de 30 en juin 2013 à une vingtaine un an après. Et même tendance au premier trimestre.

Pourtant dans le même temps, ces entreprises ont relevé leur croissance de 43%, notait l'association France Digitale auprès de ses membres en juin. « Ce dynamisme, dont bénéficie probablement l'ensemble des jeunes sociétés Internet, aurait dû entraîner une augmentation significative, de 20 à 30%, des montants levés auprès des business angels », poursuit l'auteur du Fibamy, inquiet de la baisse des tours de table.

Le baromètre note également une tendance à la concentration des opérations d'amorçage autour de ce qu'il appelle les « serial business angels », soit des entrepreneurs du Web qui ont réussi et qui souhaitent soutenir l'écosystème, à l'image par exemple du co-fondateur de PriceMinister, Olivier Mathiot.

Quatre raisons à l'attentisme

Le fonds ISAI décèle quatre raisons à ce recul des investissements d'amorçage. Il y a d'abord, « de façon évidente », le marasme de l'économie française, « appelant à une certaine prudence de la part des investisseur ». La Banque de France estime la croissance du PIB à 0,2% pour le deuxième trimestre alors que l'Insee table sur 0,3% sur la même période, et anticipe 0,7% de croissance pour l'ensemble de l'année 2014.


01E0000007509027-photo-fibamy-s1-2014.jpg


Ce climat pénalise probablement les start-up « trop dépendantes d'une consommation en berne ou d'un manque d'investissement de la part des entreprises, rendant ainsi leurs levées de fonds difficiles faute de traction », poursuit le fonds. Il identifie ensuite un scepticisme « important » des investisseurs, « malgré les Assises de l'Entrepreneuriat, la loi de Finances 2014, la French Tech et le soutien au crowdfunding ».

ISAI pense que le vote des articles 11 et 12 de la loi Hamon, instaurant un droit de regard des salariés sur les conditions de rachat de leur entreprise, peut donner « le sentiment aux investisseurs individuels d'une instabilité peu propice à la prise de risque ». La troisième raison de cette frilosité est expliquée par l'affaire des Pigeons, ayant rendu les business angels « ultra-sensibles sur les sujets fiscaux » et donc « attentistes ».

L'auteur du Fibamy n'exclut pas, en dernier lieu, la possibilité d'être passé à côté d'opérations de refinancement, au sujet desquelles les investisseurs n'auraient pas communiqué. A compter du 1er octobre 2014 et l'entrée en application des décrets encadrant le financement participatif, les opérations dites d'« equity crowdfunding » - ne pesant que 5% des levées de fonds aujourd'hui -, pourraient relancer la machine.


A lire également :



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
Découvrez en vidéo le face-à-face Drako GTE vs Tesla Model S P100D
Pour le patron d'Air France-KLM, la taxe carbone sur les billets d'avion sera contre-productive

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top