La France va fédérer ses start-up autour du label French Tech

0
Le gouvernement entend labelliser ses écosystèmes dédiés aux start-up via la mission French Tech. L'objectif est de les mobiliser, d'accélérer leur croissance et enfin de renforcer leur attractivité.

00F0000006873168-photo-french-tech.jpg
« La French Tech, c'est d'abord l'ambition de construire un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement international des start-up numériques françaises », telle est la vision du nouveau label présenté mercredi à la conférence Bercy MeetUp par Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique.

Consciente que les viviers entrepreneuriaux ne se nichent pas qu'à Paris, où des initiatives fortes ont été annoncées récemment telles que l'accélérateur géant de Xavier Niel ou le Numa, la ministre entend labelliser les écosystèmes régionaux afin de créer des « grands quartiers numériques » rayonnant à l'international. Pas question donc de créer de nouveaux incubateurs ou pépinières, mais plutôt de valoriser et d'accompagner les moyens existants.

Pour cela, French Tech propose trois leviers d'intervention : mobiliser les écosystèmes autour de projets fédérateurs, accélérer la croissance des start-up avec un soutien financier à hauteur de 200 millions d'euros (via Bpifrance) et promouvoir les projets à l'international - une enveloppe de 15 millions est prévue en ce sens. Les bénéfices proposés consistent aussi en un accès facilité aux offres de Bpifrance, un programme d'accès aux grands comptes et des bureaux de passages dans tous les écosystèmes labellisés, dont la Halle Freyssinet.

Une dizaine d'écosystèmes seront labellisés, s'ils présentent une taille critique et un fort dynamisme, un réseau d'acteurs publics et privés coordonnés, un portefeuille d'accélération et un environnement urbain attractif. La présence d'un « bâtiment-totem emblématique » est également demandée pour candidater.

Cette mission French Tech sera dirigée par David Monteau, ancien directeur de l'innovation à l'Inria. L'appel à candidature ouvrira dès le mois de décembre mais les premières décisions d'investissement dans les programmes d'accélération ne devraient pas intervenir avant la fin de l'année 2014.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Censure : la Chine estime avoir
Des produits hi-tech étonnants
TomTom Traffic 7.0 : alerte d'embouteillage et premiers pas vers les prévisions
Fraude : les e-marchands français plus touchés que la moyenne
AlloStreaming, DPStream et consorts : la justice ordonne le blocage
Lëkki dépoussière la Nintendo 64 à temps pour les fêtes
MasterCard s'associe à Ogone (Ingenico) sur le paiement en ligne
Etude GfK/Médiamétrie : 1 foyer sur 6 en France abonné à une offre Quadruple Play
Quechua Phone 5
iOS compte deux fois plus d'impressions publicitaires qu'Android
Haut de page