Silicon Sentier inaugure Numa, son centre dédié aux start-up

Par
Le 14 novembre 2013
 0
Silicon Sentier peut désormais héberger toutes ses activités dans un seul et unique bâtiment de 1 700m², situé dans le Sentier à Paris. Le lieu se veut ouvert entre chaque espace de travail.

0104000006836012-photo-numa-plan.jpg
Paris compte un nouveau centre pour les start-up. Annoncé en début d'année 2013, le lieu regroupant toutes les activités de Silicon Sentier ouvre ses portes. Le nom retenu est finalement Numa, pour évoquer l'univers numérique.
« Les objectifs n'ont pas changé, nous confie la déléguée générale, Marie Vorgan Le Barzic, pour qui l'association reste au service de l'entrepreneuriat ».

Le projet Numa s'est d'abord fixé pour mission de susciter une « émulation intellectuelle afin d'attirer des talents » mais aussi de « structurer des communautés ». Pour tenter d'y répondre, le rez-de-chaussée du bâtiment se veut ouvert vers l'extérieur et à quiconque voulant venir se poser, pour échanger et y travailler gratuitement - avec une capacité d'accueil comprise entre 40 et 120 personnes, l'endroit veut être un marchepied pour accéder au premier étage.

C'est ici que La Cantine a élu domicile. L'espace de coworking, créé en 2008, est accessible sans sélection et dans la limite de 40 places disponibles. Se décrivant à la fois « comme un lieu de travail et un projet collaboratif dédié aux nouvelles technologies », cet espace a vocation à créer des interactions entre entrepreneurs, développeurs, chercheurs, designers ou simples visiteurs. De 16 000 visiteurs en 2010, La Cantine pourrait en accueillir plus de 40 000 à l'avenir, et devenir toujours plus un tremplin vers l'entrepreneuriat.

Deux nouveaux programmes

Il faudra accéder au deuxième étage pour entrevoir les nouveautés introduites avec Numa. Sorte de zone tampon entre la découverte et la création de son entreprise, accessible au prochain niveau, cet espace propose deux programmes. « Schoolab » tout d'abord, sert à « réfléchir à de nouvelles façons de concevoir le passage des compétences théoriques » en mélangeant des étudiants issus de structures différentes.

À ses côtés, le programme « Data Shaker » met à disposition des données de grandes entreprises. En collaboration avec la SNCF, partenaire de l'association, le projet vise à faire émerger des solutions nées de l'exploitation des données. Tant des ressources externes qu'internes seront invitées à collaborer.

Au-dessus est logée la douzaine de start-up de l'accélérateur Le Camping. Créé en 2011, ce programme vise à accompagner des jeunes sociétés sur six mois. La cinquième saison, présentée la semaine prochaine, aura la primeur de tester les nouveaux locaux. Marie Vorgan Le Barzic observe « une très grande montée en niveau » ce semestre, ce qu'elle impute à la « réputation montante de l'accélérateur ». Selon elle, « les start-up sont beaucoup plus professionnelles dans leur façon d'envisager leur technologie et leur positionnement ».

01a4000006836014-photo-numa-camping.jpg

Après le Camping a été placé un espace dédié à l'événementiel, « de la conférence accueillant 200 personnes jusqu'aux workshops en petits groupes », indique l'association. Au dernier étage trône la plus petite pièce, mais celle offrant la plus belle vue, elle est vouée « au développement de la créativité et de la vision ».

Favoriser les transferts de compétences

Partenaires du projet Numa, Google, Orange et BNP Paribas n'interviendront pas pour autant dans la sélection des start-up ou dans les choix de la structure, confie la déléguée générale. « Leur contribution sera ponctuelle à l'occasion de temps forts ou bien si l'on sollicite leurs compétences », précise Marie Vorgan Le Barzic. D'ajouter que Silicon Sentier a d'ailleurs aidé à la réflexion autour de l'accélérateur d'Orange.

Y'aura-t-il des ponts entre les différentes structures dédiées aux start-up ? Probablement, à en croire la déléguée générale, même si rien n'est décidé pour l'instant. « Le sens de l'histoire c'est de favoriser les interactions et les transferts de compétences, et pas de préserver son territoire », considère-t-elle. Maintenant que Numa est lancé, plusieurs chantiers vont pouvoir commencer, explique Adrien Schmidt.

D'après lui, nommé à la tête de Silicon Sentier en février dernier, le nouveau centre dédié aux start-up veut rayonner dans le quartier - historiquement au cœur de la scène entrepreneuriale parisienne - en en étendant la capacité d'accueil via des démarches immobilières. Numa a également vocation à renforcer son personnel et ses moyens technologiques. La structure souhaite enfin développer des mécanismes de financement.


À lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Création start-up

scroll top