🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Aevum présente le Ravn X, un drone capable de lancer des microsatellites

04 décembre 2020 à 17h55
5
Ravn X © Aevum
Le Ravn X devrait faire son premier vol dans 18 mois, s'il obtient toutes ses certfications. Outre l'Air Force, un premier client commercial aurait déjà acheté un lancement Ravn X. Crédits Aevum

La start-up américaine Aevum vient tout juste de dévoiler son Ravn X, un lanceur spatial d’un nouveau genre. Le premier étage du Ravn X est en effet constitué d’un très large drone qui transporte sous son ventre une fusée plus conventionnelle.

Avec cette architecture unique, Aevum espère se positionner sur le marché très convoité des petits satellites.

L’improbable réussite d’Aevum

Dans le monde, il existe une bonne centaine de programmes de lanceurs spécifiquement conçus pour le marché des petits satellites, incluant les nano-satellites, microsatellites, Smallsat et autres CubeSats . Certains opérateurs, comme Virgin Orbit ou Pegasus, sont désormais bien connus, notamment pour leur capacité à lancer une petite fusée à partir d’un avion de ligne modifié.

Mais rien ne laissait penser qu’Aevum, fondée en 2016 en Alabama, réussirait à se démarquer de la concurrence. Alors que les acteurs du New Space trouvent leurs origines dans le secteur de l’aérospatiale ou la Silicon Valley, Aevum s’est développé dans… Un incubateur de projets artistiques et de divertissement !

Les choses ont cependant changé du tout au tout à l’été 2019 quand une autre start-up spécialisée dans le lancement de Smallsats, Vector, a fait faillite. Le contrat que Vector avait récemment passé avec l’US Air Force, la force aérienne américaine, a alors été transféré à la petite équipe d’Aevum. Elle a désormais les mains libres pour développer son Ravn X.

Le drone, un lanceur réutilisable original

Arborant une livrée sombre élégante, le premier étage du lanceur Ravn X est un grand drone rappelant un gros avion de chasse. Il emporte sous son ventre le reste du lanceur constitué, a priori, de deux étages à poudre et d’une charge utile.

Pour Aevum, l’avantage du drone est multiple : comme pour les avions de ligne utilisés par Virgin Orbit, il peut décoller d’une piste d’aviation existante, réduisant les contraintes logistiques. Aussi, sans considération de sécurité pour l’équipage, la mise à feu du second étage peut se faire immédiatement après son largage par le drone, offrant une meilleure optimisation de la trajectoire.

Ravn X drone Aevum © Aevum
Avec 25t en charge, le Ravn X fait la taille d'un très gros avion de chasse. Un Ravn capable d'emporter 300kg en orbite est également à l'étude. Crédits Aevum

De manière générale, l’objectif d’Aevum est d’offrir une solution complète clés en main, comprenant le service au sol, l’intégration de la charge utile et toute la logistique. Une logistique simplifiée dès lors que l’avion porteur peut fonctionner de manière autonome. Avec cette architecture, Aevum a pour objectif de pouvoir effectuer une mise en orbite en moins de trois heures après réception de la charge utile du client. Un record !

Pour l’heure, le Ravn X doit pouvoir embarquer 100 kg sur une orbite héliosynchrone de 500 km d’altitude, mais un modèle plus puissant est à l’étude. À terme, la société espère réaliser une dizaine de tirs par an, dont 85 % de lancements commerciaux et 15 % de lancements gouvernementaux.

Offrant un service premium, Aevum ne vise pas un accès low-cost à l’orbite, mais propose plutôt de se démarquer par une mise en orbite particulièrement réactive.

Source : Space News

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Wifi93
Ce que j’en pense, c’est qu’avec notre petite fusée Ariane, on fini par passer pour des rigolos de l’ère spatial. Même la Chine a réussi à envoyer un robot collecter des échantillons sur la Lune. Mais pourquoi donc le projet Hermès a t-il été passé aux oubliettes ? Cela aurait pu nous servir d’ascenseur spatial vers la station internationale en orbite, voir à réaliser d’aussi belles choses que Space’X !!!
PHerr
Le projet Hermès a été abandonné en 1992 car la fusée Ariane était trop petite pour mettre cette navette sur l’orbite de l’ISS.
genesya
Si ils industrialisent ils pourraient réussir à faire un lancement par jour, avec suffisament d’unité et de projets et la demande y’en a beaucoup.<br /> Prochain lancement Ariane dans 38 lancements SpaceX … on est mal on est mal
Niverolle
«&nbsp;Le contrat que Vector avait récemment passé avec l’US Air Force&nbsp;» ==&gt; Et évidement ils n’ont jamais pensé à en faire un version militarisé, genre ASM-135 ASAT ?
Ben_Young
Il s’agit d’une véritable innovation, de véritables avancées technologiques perturbatrices. Les militaires américains investissent déjà un milliard de dollars dans cette entreprise. Cela signifie que ce démarrage a une vision claire, une plate-forme stable et d’autres activités prévues pour l’avenir. Ariane est dépassée. Ces startups créent leur propre écosystème basé sur les petits satellites LEO Hyimpulse, ISAR Aerospace, RocketLab, Firefly, Spacex, Blue Origin et Aevum sont l’avenir de l’aérospatiale. Ariane n’a pas l’agilité, l’argent ou la vision de suivre ces entreprises.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Samsung Galaxy Z Fold 2 : personnalisez gratuitement votre smartphone pliant
Black Friday Gamer : notre sélection des meilleurs produits gaming chez Cdiscount
Le Pixel XE est-il le prochain téléphone de Google ?
Profitez du Black Friday avec ces écouteurs Jabra Elite 65t à prix cassé sur Amazon
Plus de 50% de réduction sur la carte SDXC SanDisk Extreme PRO 512 Go sur Amazon
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Mini critique Truth Seekers (S01)
Mini critique The Mandalorian (S02E01)
Mini critique Moonbase 8 (S01E01)
Les meilleures séries d'anthologie
Haut de page