La suppression automatisée de vos données Google est inutile pour la confidentialité

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
17 octobre 2019 à 15h49
6
Google Chrome
© Ink Drop / Shutterstock.com

Depuis mai dernier, Google permet à ses utilisateurs d'automatiser la suppression de certaines données. Une mesure bienvenue, qui permet à la firme de se mettre (un peu) en conformité avec le RGPD.

Mais selon Fast Company, les délais de suppression automatique proposés par Google sont tout bonnement inutiles si vous souhaitez échapper au ciblage publicitaire.

Au-delà d'un mois, les données perdent de la valeur

Vous ne pensiez tout de même pas qu'une entreprise dégageant annuellement 116 milliards de dollars de la publicité allait céder si facilement devant les régulateurs, tout de même ?

Via sa nouvelle fonctionnalité de suppression automatisée des données, Google propose aux utilisateurs de supprimer leur historique sur les 3 ou 18 derniers mois. Or d'après les experts interrogés par Fast Company, passé le premier mois, Google a déjà extrait tout son jus de vos données, et n'a plus rien à en retirer auprès des annonceurs.

« Tout ce qui date de moins d'un mois est extrêmement profitable », confirme David Dweck, responsable de la recherche payante pour l'annonceur WPromote.


Google vous rend le contrôle sur des données poubelle

La récence est essentielle à Google pour vendre vos données aux annonceurs.

Fast Company prend l'exemple de l'immobilier pour illustrer ce propos. Mettons que vous fassiez des recherches sur des biens immobiliers. Google vous catégorisera sans doute comme un acheteur potentiel et pourra vendre ces données à des annonceurs immobiliers. Mais ce n'est pas tout. Par rebond, ces données intéresseront également des entreprises de mobilier ou de décoration, ou encore des artisans.

Les données de moins d'un mois sont donc absolument vitales dans le business model de Google. David Dweck enfonce d'ailleurs le clou concernant l'hypocrisie de la décision du géant du Web de nous « rendre » le contrôle sur ces données. « Ce n'est pas un changement fondamental, parce qu'en réalité personne n'achetait vraiment ces données ».


Pourquoi Google ne propose pas de périodes plus courtes ?

Officiellement, Google aurait mené des études qui montrent que les utilisateurs préfèrent supprimer leurs données de façon saisonnière. Comme un nettoyage de printemps, en somme. Or, nous venons de voir que se cache derrière cette décision des raisons bien plus pragmatiques pour la firme.

Le mois dernier, Amazon a d'ailleurs imité son concurrent en inaugurant une fonctionnalité similaire. Fonctionnalité permettant, elle aussi, d'automatiser la suppression de son historique tous les 3 ou 18 mois.

D'après un porte-parole de la marque, le choix de ces deux périodes est entièrement au bénéfice du client. « Grâce » à une période de trois mois, l'utilisateur peut passer en revue son activité, et les parents peuvent prendre connaissance de l'historique de requêtes Alexa de leurs enfants.

Dans tous les cas, David Dweck estime que la suppression de ses données de navigation n'a finalement que peu d'importance dans le ciblage publicitaire. « Si vous recherchez des chaussures sur Google, et que vous entrez sur un site de chaussures, vous serez désormais tracké par cette marque de chaussures, peu importe si Google a purgé ou non ces données », rapporte Fast Company. « Ce ciblage sera ensuite associé avec l'appareil que vous avez utilisé, et sera donc permanent jusqu'à ce que vous achetiez un nouveau téléphone ou ordinateur ».


Et David Dweck de conclure : « De toutes les mesures de confidentialité que j'ai pu voir chez Facebook, Google, Amazon, ou toute autre entreprise qui essaie de prouver qu'elle n'est pas si invasive que cela, cela se limite en réalité à donner l'impression qu'ils font ce qu'il faut ». Un effet de manche, en somme, destiné à ne pas ternir davantage leur image publique.

Source : Fast Company
Modifié le 17/10/2019 à 16h14
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
5
Blues_Blanche
Je crois sue Google fait aussi des analyses de catégories comme age, sexe, revenus et sans doute beaucoup plus avec sexualité, opinions politiques, centres d’intérêts… Qu’en est il avec la suppression ?<br /> Il existe une application dont je ne trouve plus le nom (adnauseum?) qui envoie des notifications non pertinentes sur les tags de suivit et du coup rend le ciblage de l’utilisateur non valable.
notolik
Google est une société unique. Elle est parvenue à un niveau d’expertise dans la data que beaucoup envie. Moi le premier.<br /> Ils sont expert dans le data mining. A partir de beaucoup de données sur tout (et rien) ils parviennent a force de recoupement et d’outils statistiques, à dégager des données d’une plus value énorme. Qu’ils vendent ensuite aux annonceurs, mais aussi à un paquets d’autres sociétés intéressées par du SEO, du SEA, du SMO…<br /> La manière dont ils parviennent à collecter autant de donnée, et à la valoriser impose le respect… (et la révolte aussi :p)<br /> Retirez-leur leurs données brutes de base, et ils ne sont plus rien du tout.<br /> Normal qu’ils se battent et gagnent du temps (pour faire assouplir ou contourner les entraves genre RGPD). C’est vital pour eux.
Blues_Blanche
C’est certain et l’enjeu va plus loin car l’IA et les BigDatas sont l’enjeu de la prochaine évolution du business, comparable à ce que fût l’internet. Pour ça il faut des infos.
Xavier
Pourquoi toujours être négatif, même sur les choses qui vont dans le bon sens ?<br /> Voyez le côté positif : cela veut dire qu’avec seulement un mois d’abstinence, vous êtes à nouveau vierge !<br /> Et si vous ne voulez vraiment pas de stockage de vos données, il existe des alternatives aux GAFA. Donc pas la peine de pleurer…
Blues_Blanche
C’est quoi les alternatives aux Gafa ? Personnellement où que j’aille sur le net il y a les gafa. Même dans le milieu professionnel c’est passage obligé…
iMeuf
De toutes façons le RGPD c’est une grosse blague.<br /> Quand vous arrivez sur un site vous devez cliquer sur la mention “J’accepte” pour aller plus loin.<br /> Du coup vous livrez toutes vos données. La différence avec avant c’est que maintenant c’est vous qui donnez l’autorisation d’exploiter vos données.
notolik
@iMeuf<br /> Non, pas du tout je décoche tout systématiquement.<br /> @Blues Blanche<br /> Achète un NAS pour remplacer gmail,doc, drive,…<br /> Il est vrai que les petites boites peuvent difficilement se passer de G Suite. Mais si un particulier peut s’en passer avec un NAS…<br /> Pour les grosses boites, c’est plus compliqués car elle ne veulent pas réintégrer tous les services qu’elles sortent depuis 15 ans vers AWS, AZURE ou autre… Ce serait se désavouer.<br /> D’autant IaaS et PaaS ont été conçus fait pour plaire aux DSI.<br /> Mais il en existe encore des irréductibles qui pensent que faire soit même c’est mieux. (et pas qu’en gaule )<br /> Heureusement!
Blues_Blanche
J’attends les Synologie 2020 ou je vais recycler un DualCore qui viens d’être mis au rencard.<br /> Mon entreprise fait de la com sur les réseaux sociaux, utilise Waze. C’est pertinent pour atteindre les jeunes. Passage obligé. Je travail aussi avec des partenaires qui utilisent un Drive pour certains plannings…<br /> Bref le problème c’est l’ampleur des infos et surtout leur recoupement entre beaucoup de sources, ainsi que leur concervation. La RGPD n’y change pas grand chose, mais au moins le public est informé.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

L'AIE conseille moins de primes gouvernementales et plus de véhicules électriques à bas prix
🔥 200€ de moins pour la tablette Apple 11
Samsung veut faire de ses smartphones des terminaux de paiement... Une petite révolution ?
Hyundai voudrait qu'un de ses véhicules sur trois vendu en France soit électrique
Une photo du futur Meizu 16T dévoilée par un cadre de la marque
Windows Phone, le store applicatif ferme (enfin) ses portes en décembre
Football Manager 2020 : la date de sortie est connue, plusieurs nouveautés attendues
Les fonctionnalités du Pixel 4 auxquelles auront droit les Pixel 3 et 3a
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
Haut de page