🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Alphabet (Google) jubile avec un trimestre vraiment record ; mais comment, pourquoi ?

27 octobre 2021 à 13h33
18
Google Googleplex © Google
© Google

La maison mère de Google, Alphabet, a dévoilé mardi soir un bilan trimestriel aux données clinquantes. Sur un an, les bénéfices de l'entreprise ont fait un bond de 68,4 %.

Accrochez-vous bien, car les superlatifs vont être de la partie pour décrire les résultats financiers du troisième trimestre d'Alphabet. Le géant américain a délivré des chiffres tout bonnement impressionnants. Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires du groupe a dépassé les 65,1 milliards de dollars. En un an, les revenus d'Alphabet ont ainsi augmenté de 41 %. Voyons comment l'entreprise peut encore générer autant d'argent.

Alphabet et Google ont triplé leurs bénéfices depuis le début de la pandémie

Avant d'entrer dans le vif du sujet, permettez-nous de vous offrir gracieusement quelques données issues du bilan financier d'Alphabet. Il faut d'abord avoir conscience qu'Alphabet est au sommet de son art. Le mastodonte a en effet, sur les trois derniers mois, réalisé son meilleur trimestre en 14 ans, à tout point de vue. Car, outre le chiffre d'affaires, Alphabet a généré des bénéfices monstres. De 11,2 milliards de dollars au troisième trimestre 2020, ces derniers ont atteint 18,9 milliards de dollars au troisième semestre 2021, soit une croissance sympathique de 68,4 % des revenus nets.

Pour avoir conscience de l'accélération de la croissance des revenus du groupe Alphabet et de sa filiale Google, nous avons fait un petit saut dans le temps, en revenant un peu en arrière. Avant la pandémie, les bénéfices trimestriels de l'entreprise plafonnaient autour de 6,8 à 7 milliards de dollars, notamment aux premier et deuxième trimestres 2020. Depuis, ils n'ont fait que croître : 11,2 milliards de dollars au troisième trimestre 2020 ; 15,2 milliards au quatrième ; 17,9 milliards au premier trimestre 2021 ; 18,5 milliards au deuxième ; puis 18,9 milliards au troisième, donc. Cela signifie qu'en un peu plus d'un an et demi, Google et Alphabet ont triplé leurs bénéfices.

Voilà déjà une première explication : la pandémie. En livrant les résultats trimestriels du groupe, Sundar Pichai, l'homme à sa tête, assimile les résultats aux investissements consentis ces cinq dernières par l'entreprise, ce qui tend à minimiser un peu l'influence de la crise sanitaire sur les revenus. Mais, en indiquant que « la transformation numérique et le passage au travail hybride se poursuivent », le patron admet un changement d'époque.

La publicité, cette poule aux œufs d'or

Sur les 65,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires d'Alphabet en 2021, 53,1 milliards (soit près de 82 %) sont à attribuer aux revenus publicitaires du seul Google. Il y a un an, la publicité n'avait rapporté « que » 37,1 milliards de dollars à l'entreprise. Il paraît évident que le contexte de crise et la « numérisation » croissante des services, entreprises et organisations du monde entier ont contribué à gonfler les revenus publicitaires du groupe.

La publicité sur la plateforme de contenus YouTube a aussi, et sans surprise, bondi sur les trois derniers mois. Elle a permis à Alphabet de gagner 7,2 milliards de dollars, contre 5 milliards au troisième trimestre 2020. Sur un an, la croissance est de 44 %.

On peut aussi relever la progression très importante de Google Cloud, troisième entreprise mondiale du secteur du cloud computing derrière Amazon Web Services et Microsoft Azure. Les revenus de Google Cloud ont atteint 4,99 milliards de dollars au troisième trimestre, contre 3,4 milliards de dollars il y a un an, avec une hausse de 45 % sur la période. Le Cloud made in Google suit donc la croissance globale du reste des activités de la firme de Mountain View.

Google promet de maintenir les investissements et salue les résultats des financements récents qui ont abouti à une poussée de la recherche en intelligence artificielle, dont l'une des conséquences matérielles est la sortie du Pixel 6 et sa toute première puce conçue en interne.

Source : Alphabet

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
18
12
nicgrover
Et les ventes de données personnelles, combien ont-elles rapportées ?
Yannick2k
«&nbsp;La publicité sur la plateforme de contenus YouTube a aussi, et sans surprise, bondi sur les trois derniers mois&nbsp;»<br /> tu m’étonnes !!! c’est devenu pire que TF1 !!!
Doss
Bref, RGPD semble avoir produit l’effet inverse.
Vanilla
@nicgrover alphabet/Google ne vend aucune donnée personnelle, ils s’en servent pour vendre de la publicité ciblée. Nuance.<br /> @doss le RGPD ne concerne pas les vendeurs de pub, mais les données que les sites Internet récoltent. Donc cela n’a rien à voir.
Vanilla
Arrête tu vas finir par donner des idées à TF1 pour qu’ils suivent le modèle YouTube… imagine ! (Toutes les 2 minutes, paf une pub de 20secondes, sans transition et sans avertissement) en plein milieu de ta série de 52 minutes, ça fait 30 spot de pub par heure.
Kraelh1
Google a surtout perdu son âme depuis des années
Vanilla
A peu près depuis 1539<br /> pad.philharmoniedeparis.fr<br /> Faust de Charles Gounod<br /> Faust de Gounod s'inspire de l'œuvre de Goethe, mais se concentre davantage sur l’histoire d’amour entre Faust et Marguerite. C'est l'un des plus grands succès de l’opéra français.<br />
pagnelli
Personne ne nous force à utiliser le moteur de recherche de Google personne ne nous force à utiliser YouTube. C’est juste que c’est plus confortable… c’est plutôt nous qui avons perdu notre âme à chercher la facilité et le confort. à méditer…
gamez
c’est quoi alphabet
Doss
Vanilla:<br /> @doss le RGPD ne concerne pas les vendeurs de pub, mais les données que les sites Internet récoltent. Donc cela n’a rien à voir.<br /> Tu sais comment fonctionne la pub et particulièrement la programatique ? Aujourd’hui tout la pub web ce base sur les données utilisateurs, il suffire de voir ce qu’il te reste comme pub lorsque tu refuse le consentement RGPD pour voir à quel point aujourd’hui la pub contextualisé a disparue au profie de la pub personnalisé. Bref c’est presque aussi efficace qu’un adblock…<br /> Et c’est pas pour rien que de nombreux site demand de payer en cas de refus RGPD car leur revenue pub chute énormément.
HAL1
De 11,2 milliards de dollars au troisième trimestre 2020, ces derniers ont atteint 18,9 milliards de dollars au troisième semestre 2021, soit une croissance sympathique de 68,4 % des revenus nets.<br /> Petite erreur, je pense, car je doute que l’année 2021 ait trois semestres !
HAL1
Doss:<br /> Et c’est pas pour rien que de nombreux site demand de payer en cas de refus RGPD car leur revenue pub chute énormément.<br /> Et c’est une excellente chose, selon moi. Les gens doivent comprendre que rien n’est gratuit, et qu’un site Web doit bien se financer d’une manière ou d’une autre.<br /> Je serais d’ailleurs très curieux de savoir, chez les sites qui font cela, combien de visiteurs acceptent de payer…
c_planet
Quand une société veut performer, elle fait appel à des experts, quand c’est un gouvernement il fait appel à des amis. On jugera la différence.
MattS32
T’inquiètes, ils ont déjà dû y penser ^^ Mais ils n’en ont légalement pas le droit (le CSA impose des limites sur la durée de pub par heure et sur le nombre de coupures pub au sein d’un même programme).
nicgrover
Ah oui effectivement la nuance est bien là… Ne pas vendre de données personnelles mais vendre de la publicité ciblée… Ciblée sur qui ? Sur des personnes… Comment connaissent-ils leurs habitudes, leurs goûts… Anal alphabête ne le dit pas…
Doss
J’ai rien contre la pub mais contre la surexploitation de la data, avant les pubs étaient généralement contextualisé en fonction de la thématique du site (comme la pub TV).<br /> Aujourd’hui c’est casiment exclusivement basé sur nos datas. Avec RGPD j’avais espoir que la pub change pour revenir sur de la pub contextuel mais apparemment ca a rien changé et sa a surtout rendu google plus puissant.
HAL1
Pour ma part, sachant que la publicité est un mal nécessaire, je préfère des annonces personnalisées. Une publicité pour des chaussures de sport pourra m’intéresser. Une autre concernant un abonnement télévision pour pouvoir regarder des matchs de football ne m’apportera rien du tout.<br /> Je n’ai pas de souci avec le fait que Facebook, Google ou d’autres entreprises sachent quelles sont mes préférences. Ce qui m’ennuie, c’est que le gouvernement de mon pays ou d’un autre le sache. Mais ça, on ne peut rien y faire avec les lois américaines ou locales, et le fait que nos données sont de plus en plus «&nbsp;ennuagées&nbsp;». Il suffit d’ailleurs de constater comment Apple se plie à chaque demande des autorités chinoises.
papy6
Je n’utilise plus le moteur de recherche google, le navigateur chrome et youtube .
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pour mieux lutter face aux plateformes streaming, Canal+ veut séparer sa section films et séries du sport
Black Friday : malgré une chute des recherches, les Français toujours aussi friands de bonnes affaires
La répression des fraudes souhaite que Wish devienne invisible
Stéphane Richard échappe à la prison, le P.-D.G. d'Orange écope d'un sursis et d'une petite amende
Le football serait le sport le plus piraté en streaming selon cette étude, voici ce qu'on sait
Free ne veut pas de la fusion TF1-M6 et met en doute la compétence des autorités françaises pour décider de sa légalité
Amazon refuse les cartes Visa britanniques à cause de frais bancaires trop élevés : demain en France ?
Rémunération des droits voisins : Google et l'AFP ont trouvé un accord
Apple lance la bêta de Business Essentials, un service destiné aux PME
Les Frenchies de Mon Petit Placement lèvent 6 millions d'euros
Haut de page