Groupon refuse une offre de rachat de Google à 5,3 milliards de dollars

06 décembre 2010 à 10h55
0
00C8000003766046-photo-groupon-logo-sq-gb.jpg
Coup de génie commercial ou folie ? Toujours est-il que Groupon, un spécialiste de la distribution de coupons de réduction en ligne, aurait refusé l'offre de rachat émise par Google. Une offre de 5,3 milliards de dollars.

Selon le Chicago Breaking Business, qui a révélé l'affaire, Groupon aurait préféré rester indépendant. Cette attitude pourrait sembler arrogante à bien des égards, mais Groupon a quelques arguments. D'abord, son chiffre d'affaires annuel est estimé à 2 milliards de dollars par All Things Digital - le chiffre généralement admis étant 500 millions de dollars. Ensuite, il n'a fallu que sept mois à Groupon pour devenir rentable. Forbes estime même que c'est l'entreprise à la plus forte croissance dans l'histoire.

De quoi résister, même face à Google, qui se verrait pourtant bien accélérer avec Groupon son emprise sur le marché de la publicité localisée. D'autant que ce marché semble s'activer, avec l'investissement de 175 millions de dollars d'Amazon dans LivingSocial, un concurrent direct de Groupon. Ce dernier fait-il donc monter les enchères, ou souhaite-t-il réellement rester indépendant ? Dans ce dernier cas, les rumeurs prêtent à Groupon des envies d'entrée en Bourse...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top