Obsolescence programmée : 1 an après, toujours des ratés

le 07 mars 2016 à 14h52
0

Depuis un an, les constructeurs de téléviseurs, lave-linge, aspirateurs et autres cafetières doivent indiquer aux clients la durée de disponibilité des pièces détachées. Une mesure pas toujours appliquée.

Afin de lutter contre les mécanismes d'obsolescence programmée, la France contraint désormais certains constructeurs à faire preuve de transparence. Depuis le 1er mars 2015, la loi les oblige à indiquer à leurs clients des informations relatives à la durée de disponibilité des pièces détachées. Cet élément doit être fourni de manière « lisible et visible ».

Un an après la mise en place de cette mesure, les observateurs constatent que les règles ne sont pas correctement appliquées par l'ensemble des professionnels. Dans ce cadre, 60 Millions de consommateurs indique avoir rendu visite à 500 points de vente sur le territoire en ciblant les rayons lave-linge, aspirateurs, téléviseurs et cafetières.

Au bilan, l'organisme juge que dans 60% des magasins visités, aucune mention relative à la durée des produits ou à la disponibilité de pièces détachées n'est visible. Dans les cas où une information figure, elle s'avère parcellaire ou ne concerne qu'une partie des produits vendus. L'organisme chiffre à « 81 % d'absence totale d'information pour la plus mauvaise, 18 % pour la meilleure. Les hypermarchés, qui sont pourtant de gros vendeurs d'électroménager, jouent beaucoup moins le jeu que les chaînes spécialisées comme But ou Darty. »

0258000008119526-photo-obsolescence-programm-e.jpg

Le secteur des téléviseurs serait, selon l'organisation, particulièrement pointé du doigt avec une absence d'information dans 65% des cas. Le son de cloche est identique du côté de l'UFC-Que Choisir. Face à ces manques, l'organisation demande au gouvernement « à encadrer beaucoup plus strictement l'obligation légale pour garantir une information pertinente des consommateurs afin que la durabilité des produits devienne un élément de choix au moment de l'achat ».

A défaut, la Répression des fraudes pourrait bien entamer des enquêtes. En cas d'absence de mentions de ce type, les distributeurs de téléviseurs ou d'électroménager pourraient bien écoper d'amendes.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top