Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Suivez moi sur

Mes dernières actualités

Qui cherche du travail sait à quel point le CV est un outil déterminant. Ce document évolue vers des modèles toujours plus visuels ou originaux sous peine de terminer aux oubliettes. C’est là tout l’avantage d’un CV en ligne. En plus d’être calqué sur des modèles récents, le CV en ligne garantit une bonne visibilité, et permet de montrer directement ce qui se cache en dessous des lignes. Voici une sélection des 10 meilleures plateformes pour se créer un CV en ligne.
11/04/2017 | Emploi informatique
Avec un marché du travail de plus en plus restreint et une recherche devenue plus compliquée, les sites d’offres d’emploi ont su se rendre singulier et surtout accessible, en développant des applications pour simplifier et changer la candidature.
04/04/2017 | Emploi informatique
Le plus dur c'est de s'y mettre. Pour Guilhem Bertholet, le patron d'Invox, la plus grande cause d’échec des startups, c’est le fait de ne pas se lancer >>. Alors lancez-vous, ne privez pas le monde du génie singulier qui vous habite et prenez la vague. Si malgré tout il subsiste en vous quelque puissant moteur à trouver des excuses, optez pour un peu d'aide et voyez ce que les applications peuvent faire pour vous à ce stade préliminaire...
09/03/2017 | E-business
Sur les bancs de l'université, Evan Spiegel a l'idée de lancer Snapchat. Un succès auprès du public, mais l'application reste au centre des interrogations car elle n'est toujours pas économiquement viable. Presque quatre ans plus tard, le jeune homme commence à peine à monétiser son travail. L'actualité autour de Snapchat étant particulièrement dense (avec la vente en ligne aux Etats-Unis des Spectacles, les lunettes de Snapchat mais aussi de la nouvelle fonctionnalité WhatsApp, dans la lignée de Snapchat), nous remettons en avant le portrait d'Evan Spiegel, qui retrace le parcours du fondateur. Souvent qualifié d'immature, de fils à papa ou, moins péjorativement, de Mark Zuckerberg bis, Evan Spiegel provoque la critique ou l'admiration. Le fondateur de Snapchat est rapidement devenu le symbole du modèle > tel qu'il est imaginé dans la Silicon Valley. La réussite du dirigeant ne laissera personne de marbre. En créant son service, Evan Spiegel est devenu à 24 ans l'un des jeunes milliardaires de la planète. Le cofondateur et PDG de Snapchat, une application mobile de messagerie photo/vidéo éphémère particulièrement populaire chez les jeunes de 13 à 24 ans, compte ses atouts. Forte de ses 100 millions d'utilisateurs quotidiens, l'entreprise est valorisée à 15 milliards de dollars. Cet enchaînement de beaux chiffres a toutefois un revers, la société ne génère pour le moment aucun bénéfice et publie un chiffre d'affaires plutôt faible. Quant à la fortune du jeune entrepreneur, elle atteindrait les 2,1 milliards de dollars, principalement grâce aux parts qu'il détient dans sa société (à hauteur de 13%). Le profil type de ce jeune patron ressemble de près à celui d'une personne à qui la fortune a toujours souri. Né le 4 juin 1990 de parents avocats, Evan Thomas Spiegel grandit dans l'abondance. Il vit avec ses parents et ses deux sœurs dans une maison d'une valeur de 4,6 millions de dollars située à Pacific Palisades, l'un des beaux quartiers de Los Angeles. Bon élève, il pratique plusieurs activités extrascolaires et voyage dans de nombreux pays. Evan Spiegel est aussi très dépensier, il aime les objets matériels >>, comme il le dit lui même lorsque, à 18 ans, il tente de convaincre son père de lui acheter une BMW 535i à 75 000 dollars pour remplacer sa Cadillac Escalade. Après le lycée, il entre à Stanford (l'université américaine la plus proche de la Silicon Valley) et suit des cours de design. Plutôt fêtard, il intègre une confrérie (Kapa Sigma), où il réalise deux rencontres qui vont précipiter la naissance de Snapchat. Bobby Murphy, l'homme à l'origine du code de Snapchat, et Reggie Brown, qui lui donne l'idée de l'application s'associent à Spiegel. L'un des comparses cherche à effacer définitivement une photo partagée sur le Web, une tâche plus ardue qu'il n'y paraît... Snapchat, une naissance compliquée À l'origine, Snapchat, d'abord baptisé Picaboo, n'était qu'un projet scolaire pour l'un des cours de design du jeune homme. Le dernier d'une série qui, jusque là, n'avait pas atteint le succès escompté. Le concept surprend mais ne parvient pas à convaincre les élèves. D'après eux, l'application n'intéressera que ceux qui veulent s'envoyer des photos à caractère sexuel. Même si cette critique lui est régulièrement assénée, elle fait rire Evan Spiegel. Lui, préfère voir en son application un moyen de mieux contrôler son identité numérique. Pratique, en ces temps où la vie privée sur Internet et le droit à l'oubli font débat. Peu avant d'obtenir son diplôme, le jeune homme d'affaires abandonne l'université afin de se concentrer sur son projet. Les trois anciens confrères passent leur été à travailler dans la maison du père d'Evan Spiegel, désormais divorcé. Snapchat est lancé en juillet 2011 et rencontrera le succès les années suivantes. Malgré ce coup de projecteur, dès août 2011, Reggie Brown est évincé du projet. Du moins, c'est ce qu'il affirme au tribunal. À la fin de l'année 2013, il lance une action en justice qui aboutira à un accord à l'amiable dont le montant n'a pas été divulgué. Des revenus éphémères ? Durant les premières années de l'aventure Snapchat, gagner de l'argent n'est pas la priorité d'Evan Spiegel. Il préfère développer son concept et acquérir plus d'utilisateurs. Pour se financer depuis que son père ne veut plus payer pour les photos qui disparaissent >>, dit-il, le jeune homme réalise des levées de fonds importantes. L'investisseur en capital-risque Benchmark Capital investit 13,5 millions de dollars en 2013. L'opération permet de valoriser Snapchat à hauteur de 70 millions de dollars. En dépit des levées de fonds et des valorisations optimises, l'entreprise ne génère toujours aucun revenu. Nombreux seront les fonds d'investissements et entreprises à courtiser le jeune homme. Mais Evan Spiegel n'a pas peur de dire non, même quand Facebook met 3 milliards de dollars sur la table pour racheter Snapchat fin 2013. L'entrepreneur pense pouvoir faire monter encore plus la valeur de son bébé. En mars 2015, Alibaba, le e-commerçant chinois, entre au capital de Snapchat contre 200 millions de dollars. L'application mobile vaudrait désormais 15 milliards de dollars... Face à cette démesure, certains experts crient à la surévaluation. En effet, son absence de modèle économique viable pourrait bien, à terme, faire chuter la valeur de Snapchat. La bulle existe >>, reconnaît candidement le patron de Snapchat. Certains disent que sa réponse témoigne de son immaturité. Mais il reste conscient de la nécessité de rentabiliser son entreprise. Evan Spiegel s'est donc lancé, en octobre 2014, dans une démarche de monétisation de la plate-forme. Pour cela, il a choisi la publicité. Plus récemment, l'entreprise s'est également mise à vendre des filtres photos. Selon Gawker, Snapchat a généré 3 millions de dollars de revenus publicitaires entre octobre et décembre 2014. Sur l'ensemble de l'année 2014 en revanche, Snapchat a perdu un total de 128 millions de dollars. Malgré tout, l'enfant gâté du numérique semble sur la bonne voie. Désormais rodé aux critiques, l'homme va poursuivre sur sa voie en cherchant à développer sa propre création. Pour le meilleur et pour le pire. Ce portrait fait partie d'une série portant sur les dirigeants importants de la sphère numérique. Retrouvez d'autres numéros : Marissa Mayer : une femme qui a toujours eu du nez Xavier Niel : du Minitel rose à Free Mobile Patrick Drahi : l'homme à la dette de 45 milliards d'euros Michael Dell : l’homme qui valait 92 milliards Télécharger Snapchat pour Android Télécharger Snapchat pour iOS.
22/02/2017 | Internet
Les robots creusent-ils le chômage ou sont au contraire des moyens de créer des nouveaux emplois ? La nouvelle série de Clubic Pro s'interroge sur ce mouvement de fond. Pendant un mois, la rédaction de Clubic enquête et vous livre chaque semaine une partie de la réponse. Suite aux récentes prises de position de Bill Gates et Benoît Hamon en faveur d'une "taxe robots", nous vous proposons de découvrir (ou redécouvrir) ce dossier qui traite des questions de la robotisation et de l'emploi. Alors que l'on parle aujourd'hui de 4e révolution industrielle, l'accélération apportée par le numérique fait peur. Nombre d'emplois industriels mais aussi de services vont être profondément touchés par ce mouvement. Dès les premières révolutions industrielles, la mécanisation a entraîné la disparition d'emplois manuels peu qualifiés. La révolte des luddites entre 1811 et 1812 en Angleterre et celles des canuts de Lyon face à l'arrivée des métiers à tisser mécaniques a montré très tôt que certains métiers étaient amenés à disparaître face à la poussée des machines. Aujourd'hui, les robots sont courants sur les chaines de montage automobile. Pour des tâches de soudure ou de peinture, il serait difficile aux industriels de trouver du personnel qui accepte de tenir ces postes très durs physiquement et actuellement opérés par les robots industriels. La robotique apporte donc en ce sens des améliorations dans les conditions de travail. Dans les années 80 et 90, la première vague de robotisation s'est accompagnée d'une progression significative du PIB des pays industrialisés. Une richesse qui a permis de compenser les postes détruits dans l'industrie par des postes à plus haute valeur ajoutée, notamment des ingénieurs, des informaticiens, des roboticiens, ainsi que dans d'autres secteurs d'activité, principalement dans les services. C'est un processus de destruction créatrice qui a été formalisé dès les années 40 par l'économiste Joseph Schumpeter. Néanmoins, la transformation numérique des entreprises et la numérisation de l'économie sont en train de bousculer cette évolution progressive de nos sociétés. Ainsi, le cabinet Roland Berger Strategy Consultants, souligne qu'une entreprise du numérique comme WhatsApp, valorisée 19 milliards de dollars n'emploie en fait que 55 personnes. Du jamais vu dans l'économie telle que les hommes ont connu pendant des siècles.
20/02/2017 | Internet
La Silicon Valley est une terre qui a vu naitre les plus grandes entreprises américaines dans le secteur de la High Tech. Elle attire à présent de plus en plus d’entrepreneurs de l’Hexagone, venus profiter de la synergie et de la douceur de la Côte Ouest américaine. Ce diaporama vous présente quelques-unes des plus belles réussites françaises du moment.
30/01/2017 | Entrepreneurs
Qu’il vente, qu’il neige ou que la sécheresse vous frappe, Flock est là. Il nous offre sa traditionnelle livraison de bonne humeur et de troll à souhait.
21/01/2017 | Détente avec Flock
La semaine de Flock reprend du service... et du poil de la bête. Après avoir fêté plus que dignement la nouvelle année; l'ami remonte sur les planches pour nous livrer notre dose hebdomadaire de dessins d'actualité. Miam.
14/01/2017 | Détente avec Flock
Il y a 16 ans, certaines entreprises faisaient l’actualité. La bulle Internet est passée par là pour ne laisser que les plus solides. Retour sur les principales victimes de la « dot-bubble ».
25/12/2016 | E-business