Des chercheurs appellent à une régulation des technologies de reconnaissance faciale

07 décembre 2018 à 13h47
Reco faciale

Le groupe AI Now, de l'université de New-York, a mis en garde contre les dangers liés aux nouvelles technologies exploitant l'intelligence artificielle, telles que la reconnaissance faciale et a appelé à davantage encadrer leurs applications.

L'institut AI Now étudie les implications sociales liées à l'intelligence artificielle. Ses deux cofondatrices, Kate Crawford et Meredith Whittaker, travaillent respectivement pour Microsoft et Google. Dans leur dernier rapport publié jeudi, elles ont décidé de tirer la sonnette d'alarme.

Les dangers d'un recours massif à la reconnaissance faciale


Dans le viseur d'AI Now, se trouvent les technologies d'intelligence artificielle, telles que la reconnaissance faciale ou les systèmes automatisés de prise de décision, employés notamment par les forces de l'ordre. Pour les auteures du rapport, certains outils se révèlent particulièrement dangereux, comme ceux affirmant pouvoir déterminer les émotions des individus à partir d'images de leur visage.

En conséquence, elles demandent aux gouvernements de lancer des audits, qui seraient réalisés par des groupes indépendants, afin d'encadrer les technologies utilisées. Cela implique donc, pour leurs développeurs, de donner accès à leurs documents internes, mais pour AI Now, il est impossible de garder entièrement le secret sur des systèmes employés si largement dans les espaces publics.

Une prise de conscience générale ?


Ces déclarations font écho aux initiatives menées par certains collègues des fondatrices d'AI Now. En effet, des salariés de Microsoft se sont élevés contre la décision de leur entreprise de vendre des technologies d'IA au gouvernement américain. Du côté de Google, un contrat avec le ministère de la Défense a été rompu, à la suite des protestations des équipes en interne.

Et les inquiétudes semblent également concerner les plus hautes sphères des géants de la tech. Brad Smith, président de Microsoft, a ainsi lui-même récemment alerté sur les risques posés par la reconnaissance faciale.

Si les potentielles dérives technologiques préoccupent les grandes entreprises high-tech, qu'en est-il des gouvernements ? Certains semblent, en tout cas, prêts à franchir toutes les limites, à l'instar de la Chine qui a récemment fait appel à un système intelligent de reconnaissance de démarche.

Source : Bloomberg

0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Renault Clio 5 hybride : tout ce que l’on sait de la future citadine au losange
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La gamme Intel
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
scroll top