La Commission européenne lance un portail open data pour la recherche scientifique

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
25 novembre 2018 à 19h03
5
Big data

La Commission européenne vient de présenter à la communauté scientifique ce vendredi sa solution cloud qui permettra de fournir un environnement fiable pour analyser, stocker et réutiliser les banques de données scientifiques : l'European Open Science Cloud.

L'European Open Science Cloud (EOSC) a pour objectif de rassembler les multiples et disparates bases de données scientifiques des États membres de l'Union européenne.

Le Big Data au service de la science

Présenté à Vienne lors d'une séance inaugurale sous la présidence autrichienne du Conseil de l'UE, ce projet fait preuve d'une grande ambition puisqu'il vise à fournir à 1,7 million de chercheurs et plus de 70 millions de professionnels des secteurs scientifiques et technologiques, mais aussi des sciences humaines et sociales, un accès open data à une gigantesque base de données.

Lors de cette conférence, Mariya Gabriel, commissaire européenne à la société numérique a déclaré que l'EOSC permettra « à des millions de chercheurs de stocker, gérer, analyser et réutiliser des larges quantités de données issues de la recherche, dans un environnement sécurisé, par-delà les technologies, les disciplines et les frontières ». Elle ajoute : « Il rendra accessible la valeur du Big Data en fournissant une capacité de calcul intensif, de classe mondiale, une connectivité à haut débit, ainsi que des services de données et logiciels de pointe pour la science, comme les algorithmes d'intelligence artificielle ».

Un projet développé en moins de trois ans

600 millions d'euros ont été débloqués pour mettre l'EOSC en place, un projet qui, selon Carlos Moedas, commissaire chargé de la recherche, de la science et de l'innovation, est devenu une réalité en moins de trois ans « grâce à l'engagement des scientifiques, de l'industrie et des États membres de l'UE ».

Les participants de cette conférence devaient également entériner la structure de gouvernance de l'EOSC et s'engager à contribuer au développement de ce portail scientifique open data. Un conseil de gouvernance sera ainsi nommé et présidé par la Commission européenne et chaque État membre pourra désigner un membre du Conseil. Le conseil de gouvernance aura pour mission d'élaborer un plan de mise en œuvre stratégique, des plans de travail annuels, ainsi qu'un cadre normatif de participation à l'EOSC.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
0
orionb1
600 millions ! ça laisse rêveur
5antaKlau5s
Merci oh toi génial clubicien de nous montrer le nouveau français :<br /> Surtout ne pas dire : un portail de données ouverte (que c’est laid le vieux français) mais bien un portail open data (que c’est merveilleux le nouveau français (l’étatsunien).<br /> Vive le nouveau français (l’étatsuniens) et à mort le vieux français :<br /> Non à nuage mais oui à cloud.<br /> Non à emmagasiner mais oui à stocker<br /> Non à Le Nuage Européen pour la Science Ouverte (NESO) mais oui à The European Open Science Cloud (EOSC)<br /> Non à megadonnées mais oui à Big Data<br /> Également vive les sigles inexpliqués. On aime ça écrire le moins possible surtout avec la si petite mémoire des ordinateurs d’aujourd’hui.<br /> Non à l’Union Européenne mais oui à UE<br /> Que Dieu bénisse tous les Américains !
zemickeyman
A part critiquer la qualité de la rédaction de l’article, tu sais faire autre chose dans la vie ? <br /> Au fait, il manque des signes de ponctuation dans ta critique.<br /> Il manque également des tirets dans ton énumération (et un point virgule à la fin de chaque item). D’ailleurs chaque item commence par une lettre en bas de casse.<br /> c’est chiant, les gens qui pinaillent sur des détails, tu ne trouve pas ?
adippe
Autant pour “Cloud” et “Stocker” cela peut porter a discussion, autant pour EOSC et EU c’est tout a fait logique, L’union européenne étant faite de pays avec différentes langues, c’est l’anglais qui est la langue commune (en plus d’être celle du commerce international).<br /> C’est bien de vouloir défendre notre langue et donc notre culture, c’est indéniable, mais il est tout aussi nécessaire que l’anglais soit mieux enseigne et surtout mieux pratique en France. Notre pauvre niveau général met de grosse barrière entre nous et le reste du monde a l’heure de la mondialisation ce qui au final dessert la France.
carinae
put … c’est exactement ce que je me suis dit !!! je ne sais pas d’ou sort l’argent mais un projet a 600 Millions c’est un sacré projet …
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

AMD fait aussi appel à Samsung pour fabriquer ses puces Polaris 30
Energies renouvelables : De Rugy vise 40% d'ici... 2030
Microsoft a encore suspendu l'October Update de Windows 10, un pilote Intel en cause
Diablo III : Eternal Collection sur Nintendo Switch à 39€ au lieu de 52€ pour le Cyber Monday
Denon lance 2 platines vinyle, dont une pouvant numériser votre collection
Affetto : l'enfant robot de vos cauchemars
⚡ -50% sur le catalogue de formation Elephorm pour le Black Friday
Klipsch : un Black Friday en faveur de la lutte contre le cancer du pancréas
Les USA encouragent le boycott des smartphones Huawei
Flex, Foldi, Duplex : LG dépose des marques (sûrement) liées à un smartphone pliable
Haut de page