Objectif Lune : la NASA annonce un ambitieux partenariat pour ses missions lunaires

le 01 décembre 2018 à 21h04
0
Lockheed Martin Space Concept for a Commercial Lunar Lander
Le lander proposé par Lockheed Martin © NASA

La NASA retournera bien sur la Lune, dans un futur relativement proche ! L'agence spatiale américaine a dévoilé jeudi un ambitieux partenariat avec neuf entreprises privées ainsi qu'une enveloppe de 2.6 milliards de dollars afin de fabriquer des atterrisseurs et livrer du matériel sur la Lune Objectif : renvoyer des astronautes d'ici 10 ans sur notre satellite.

Dans le cadre du programme commercial CLPS - Commercial Lunar Payload Services - la NASA annonce avoir conclu un partenariat avec neuf entreprises privées américaines.

Des missions qui pourraient débuter dès 2019


On y retrouve notamment Lockheed Martin Space Systems, qui a déjà contribué à la réussite de plusieurs missions comme celle de InSight dont il est le constructeur. Les noms des huit autres entreprises sont bien moins connus du grand public : Astrobotic Technology, Deep Space Systems, Draper, Firefly Aerospace, Intuitive Machines, Masten Space Systems, Moon Express, ou encore Orbit Beyond.

Ici, pas de Space X ou de Boeing, la NASA évoque en effet « envoyer régulièrement des instruments, des expériences et d'autres petites charges utiles sur la Lune  », alors que ces deux dernières entreprises ont été choisies dans le cadre du programme Commercial Crew Development (CCDeV) pour des vols habités, ainsi que des cargaisons de fret, à destination de l'ISS.

Une enveloppe de 2.6 milliards de dollars sera allouée au CLPS dans les 10 ans à venir, une somme qui sera répartie sur les différents prestataires qui répondront aux appels d'offres. Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, a déclaré : « C'est quelque chose que nous n'avons jamais fait ». Il ajoute, pour présenter ce nouveau modèle économique : « Nous voulons que de multiples fournisseurs se concurrencent sur les coûts et les innovations ». De nombreux critères seront retenus pour choisir les meilleurs sous-traitants, notamment la faisabilité technique, le prix et le calendrier. Les missions pourraient débuter dès 2019.

Une base lunaire, tremplin pour conquérir Mars ?


Depuis la signature en 2017 de la « Space Policy Directive 1 » et la promesse de Donald Trump (qui avait déclaré « Cette fois, nous ne nous contenterons pas d'y planter un drapeau et de laisser nos empreintes », à propos de la Lune), la NASA continue de recentrer ses activités comme nous le montre la récente vidéo We Are Nasa. Cette directive ordonne en effet à l'agence spatiale d'établir une base lunaire (en orbite) qui serait utilisée comme un tremplin pour un vol habité à destination de Mars, le tout en s'appuyant sur le secteur privé.

Selon la NASA, les contrats CLPS « permettront d'importantes démonstrations technologiques qui éclaireront la mise au point de futurs atterrisseurs et d'autres systèmes d'exploration  ». Le calendrier est d'ailleurs extrêmement ambitieux puisque, outre le départ de charges utiles dès 2019, la NASA compte construire sa station orbitale lunaire d'ici 2022 et envoyer des astronautes sur une orbite lunaire plus lointaine que celle des missions Apollo. À cet effet, le chef du directorat scientifique de la Nasa, Thomas Zurbuchen a expliqué que l'une des premières charges utiles livrées sur la Lune embarquera des instruments scientifiques pour mesurer les radiations, ainsi que d'autres valeurs d'une importance cruciale pour les futurs astronautes.

Sur son site internet, la NASA présente également les neuf modèles d'atterrisseurs mis au point par ces entreprises privées. Moon Express faisait d'ailleurs partie des finalistes de la Google Lunar X Prize, qui a malheureusement fini par être annulée.

Source : NASA

Mots-clés : Nasa Espace
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Test E-Road Urbancat 350 : que vaut cette trottinette électrique à moins de 200 euros ?
Le nouveau Mozilla Firefox 67 est là, et il est bien plus rapide !
Nintendo : Animal Crossing Pocket Camp et Fire Emblem Heroes bientôt interdits en Belgique
Google stockait des mots de passe en clair depuis... 2005
La néobanque Pixpay se prépare à lancer une offre destinée aux 10-18 ans
Cryptomonnaies : la Banque de France s'intéresse de près aux stablecoins
Audi : un nouveau Q5 55 TFSI e quattro... avec 40 km d'autonomie en
Microsoft détaille ses actions pour rendre le jeu sur Xbox Live plus fair play
L'avenir du stockage : des datacenters plus verts, ultra-rapides et économes en énergie
Les USA soutiendront les directives internationales sur l'éthique de l'IA
scroll top