Boeing : la capsule Starliner a atterri sans difficultés... mais n’a pas pu rejoindre l’ISS

23 décembre 2019 à 14h08
0
starliner-boeing
© Wikimédia / NASA

Après avoir passé deux jours en orbite terrestre, la capsule Starliner de Boeing s'est posée sans problème dans le désert du Nouveau-Mexique. Le vaisseau spatial n'a toutefois pas pu accomplir sa mission à cause d'un problème technique. Cet échec pourrait avoir quelques répercussions sur l'entreprise américaine.

Depuis 2011 et l'arrêt du programme Space Shuttle de la NASA, l'agence spatiale américaine dépend du Soyouz russe pour envoyer ses astronautes à bord de la Station Spatiale internationale (ISS). En confiant cette mission à des entreprises privées telles que Boeing et SpaceX, la NASA souhaite s'affranchir de la Russie pour retourner sur du « made in USA ». Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu du côté de chez Boeing...

Impossible de rejoindre l'ISS

C'était le grand jour pour la NASA et Boeing. Après quelques retards, et un test complexe réussi au mois de novembre, la capsule Starliner testait sa capacité à rejoindre et s'amarrer à l'ISS ce vendredi 20 novembre. Lancé depuis le cap Canaveral en Floride à bord d'une fusée Atlas V, le véhicule spatial ne transportait pas d'astronautes à son bord. Après un décollage réussi, il a malheureusement échoué à rejoindre la station spatiale.



En effet, l'horloge de la capsule n'a pas été réglée correctement, ce qui a entraîné une défaillance sur son propulseur qui ne s'est pas activé au bon moment : le Starliner a alors été placé dans la mauvaise orbite. Alors qu'il devait atteindre l'ISS samedi, le véhicule a finalement été contraint d'être ramené sur Terre car il n'avait pas suffisamment de carburant pour accomplir sa mission.

Bonne nouvelle toutefois pour Boeing : la capsule a tenu le choc lors de son entrée dans l'atmosphère, une phase cruciale et particulièrement musclée, avant d'atterrir sans souci.

Nouveau coup dur pour Boeing

La NASA se veut rassurante, et affirme que de nombreux éléments de la mission se sont bien passés. « Nous ne sommes pas arrivés à l'ISS, nous ne sous sommes pas amarrés, mais le vaisseau spatial a exceptionnellement bien volé. Nous avons beaucoup de données à revoir », a déclaré Jim Bridenstine, l'administrateur de la NASA. D'ailleurs, l'agence spatiale n'exclut pas la possibilité de réutiliser la capsule Starliner pour un vol habité, mais les chercheurs doivent absolument comprendre ce qui s'est passé avant d'envisager quoi que ce soit.

De son côté, SpaceX a également connu un revers avec l'explosion de sa capsule Crew Dragon en avril dernier. La firme d'Elon Musk s'est toutefois rattrapée depuis avec un nouvel essai réussi au mois de novembre. La Crew Dragon devrait être prête pour un premier vol habité dès 2020.

Malgré un succès en demi-teinte, il s'agit d'un nouveau coup dur pour Boeing. Comme le rapporte le New York Times, la somme investie par la NASA dans le projet du constructeur américain est plus élevée que celles engagées dans les contrats avec la Russie et son Soyouz. En outre, Boeing connaît de grandes difficultés dans le domaine de l'aviation civile, notamment à cause des récents crashs de deux avions de ligne 737-Max.

Source : Science Alert
Modifié le 23/12/2019 à 16h00
7
7
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top