Starliner réussit son vol avec test d’évacuation d’urgence

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
05 novembre 2019 à 08h33
0
CST-100 Starliner
La capsule Starliner en préparation

Le futur véhicule habité de Boeing, construit pour réaliser des allers-retours vers l'ISS pour la NASA, a réussi un essai considéré, jusqu'à présent, comme le plus important. Dans un scénario de catastrophe au sol, Starliner a allumé ses moteurs pour s'échapper en urgence et ramener les astronautes en sécurité sur la terre ferme

Il était 7h15 sur le site d'essai de White Sands lorsque les équipes de Boeing, assistées et surveillées par celles de la NASA, ont activé le système d'évacuation de la capsule CST-100 Starliner. Aucun astronaute n'était à bord aujourd'hui, mais le groupe industriel et l'agence devaient montrer qu'en cas de catastrophe au sol (échec au lancement, incendie, explosion...) la capsule pouvait emmener ses quatre occupants se poser en sécurité loin du pas de tir. L'opération consiste en un enchaînement très rapide d'une multitude de paramètres, où tout doit fonctionner parfaitement pour entraîner Starliner à plusieurs centaines de kilomètres par heure sans blesser ni tuer les astronautes avec une trop forte accélération, ou un manque de maîtrise.

CST-100 Starliner 2
Top ! Evacuation !

Secoués, en sécurité, mais...

Les premiers éléments indiquent que tout s'est bien passé... Ou presque. La capsule CST-100 s'est en effet rapidement échappée grâce à ses quatre moteurs d'évacuation (qui ne servent d'ailleurs que dans cette éventualité), et les a éteints, comme prévu, après cinq secondes de poussée. En vol libre, la capsule a alors manœuvré en utilisant ses 48 petits moteurs d'attitude, s'orientant correctement avant l'ouverture de ses parachutes.

C'est là que la seule anicroche de la journée est venue perturber l'essai : seuls deux parachutes principaux, au lieu de trois, se sont déployés correctement (il semble que le mécanisme censé tirer le dernier ne se soit pas bien comporté). Heureusement pour Boeing, Starliner a été pensé pour ramener les astronautes en sécurité au sol avec deux parachutes seulement. Du reste, aucun autre souci n'est venu perturber le reste des opérations : largage du module de service, largage du bouclier thermique, ouverture des coussins airbags, et atterrissage se sont passés comme prévu.



L'essai sur l'ISS toujours sur les rails

Boeing et la NASA indiquent que leurs équipes vont à présent analyser la montagne de données récupérées grâce à ce test. Pour la capsule, c'était le premier vol... Mais nous devrions très vite assister à la mise en oeuvre d'un autre exemplaire, puisque Starliner devrait décoller le 17 décembre pour rejoindre l'ISS, toujours sans astronautes, pour deux semaines de tests en orbite. Une date qui pourrait changer si les données liées au souci de parachute sont véritablement préoccupantes (pour l'instant, les acteurs se veulent rassurants).

Le lanceur Atlas V est en cours d'assemblage à Cape Canaveral et la capsule devrait être transportée vers le site à la mi-novembre.

Source : NASA
Modifié le 07/11/2019 à 09h18
0
1
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Coronavirus : le traçage numérique
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
ESET commercialise un antivirus dédié aux terminaux Linux
Covid-19 : Dyson (aussi) va produire des respirateurs durant la crise
scroll top