La NASA et l'ESA cherchent des fonds pour rapporter des échantillons de Mars

Benoît Théry Contributeur
22 septembre 2019 à 10h00
0
Mars
© Shutterstock

Si vous avez lu notre article sur l'histoire et les projets de la NASA, vous savez déjà que l'agence américaine envisage avec l'ESA le lancement d'un rover sur Mars pour 2020. À la suite du rover Curiosity, l'appareil doit notamment collecter des échantillons.

La NASA et l'ESA réfléchissent actuellement au financement de cette opération, qui doit partir en 2026 ramener les échantillons de Mars 2020.

De 2,5 à 3 milliards de dollars

Le rover Mars 2020 doit être lancé entre le 17 juillet et le 5 août 2020. Il doit préparer l'arrivée d'une première mission habitée, rechercher des signes d'une vie microbienne, mais aussi récolter des échantillons. Plutôt que de les faire analyser sur place par des robots, les scientifiques souhaitent cette fois ramener les échantillons sur Terre. Au programme, des missions séparées du rover puisque les lancements commenceraient en 2026. Cela doit permettre des études plus fouillées, et donc, une meilleure compréhension de l'environnement martien passé et actuel.

Mais cette mission nécessite des fonds. En 2017, la NASA a dévoilé une stratégie visant à ramener un « maigre » échantillon, promettant un coût moins élevé. Mais même une mission visant à ramener un maigre échantillon représente un investissement de plusieurs milliards de dollars.


Interrogée le 10 septembre à l'occasion d'un meeting, Lori Glaze, Directrice de la division des sciences planétaires de la NASA, a déclaré qu'estimer le coût d'un retour d'échantillons martiens est « encore délicat pour le moment ». Mais selon elle, « c'est de l'ordre de 2,5 à 3 milliards de dollars. Et ce nombre est uniquement pour la partie américaine de l'opération, c'est-à-dire le lancement de l'atterrisseur. Cela n'inclut pas le rover de collecte, qui est fourni par l'ESA. L'ERO (Earth Return Orbiter) est aussi fourni par l'ESA, mais il embarque un système d'entrée dans l'atmosphère et un système de charge utile qui sont américains ».

Question de budget

Alors, où trouver ces fonds ? Avant tout, NASA et ESA comptent sur les budgets gouvernementaux. « Nous espérons que, d'ici la fin de cette année, nous serons fixés sur le budget alloué à la NASA par le Congrès, et si ce budget inclut ou non une opération de retour d'échantillons », dit Lori Glaze. Et d'ajouter : « En novembre, l'ESA a aussi sa réunion ministérielle où elle obtiendra, espérons-le, la permission d'aller de l'avant de son côté ».

Le prochain conseil de l'ESA, baptisé « Space19+ » doit effectivement se tenir les 27 et 28 novembre 2019, à Séville.


Lori Glaze précise également que la NASA est prête à accepter des partenaires commerciaux : « Il pourrait aussi y avoir des opportunités pour des participations commerciales dans divers domaines, tout comme des participations internationales supplémentaires ». Une prospection qui doit mener à la concrétisation d'une mission longtemps envisagée, mais qui n'a encore jamais abouti.

Source : Space Flight Now
3 réponses
4 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top