Bilan du Tokyo Motor Show 2019 : la voiture autonome en vedette

Camille Pinet
Spécialiste automobile
28 octobre 2019 à 10h03
0
Tokyo Motor Show
Très contraints par les normes, le design des Kei cars ne manque pourtant pas d'inventivité comme le démontre ce Spacia Gear, toujours chez Suzuki // Crédit : Camille Pinet

Alors que les constructeurs européens calment le jeu sur le terrain de la voiture autonome au profit de l'électrification, les Japonais restent plus que jamais attirés par ses promesses. L'édition 2019 regorge de concepts sans conducteur mais déçoit en ce qui concerne la motorisation « zéro émission ».

Pour l'esprit européen, le calme, la fluidité et la parfaite organisation de la circulation tokyoïte prend déjà des airs de science-fiction. Malgré la densité de cette agglomération de 14 millions d'habitants, l'absence de péage urbain ou de restrictions de circulation, les embouteillages et les conflits entre usagers de la route y sont plutôt rares, chacun attendant patiemment son tour et personne n'ayant l'idée saugrenue de brûler un feu rouge ou de se garer en double file.

Tokyo Motor Show
Il s'agit à nouveau de réinterpréter l'idée de Salon roulant, transformable selon les envies des occupants : bientôt des voitures à meubler selon ses goûts ? // Crédit : Camille Pinet

Si l'on ajoute à ce ballet parfaitement réglé la fascination et l'avance de ce pays pour la robotique, on comprend aisément qu'il ne renonce pas si facilement à l'idée de la voiture autonome. Elle est partout au Salon de Tokyo et constitue même le thème principal du stand Toyota, qui ne présente aucun véhicule de série, pas même la nouvelle Yaris, qui sera pourtant bien commercialisée au Japon.

Tokyo Motor Show
Toyota présentait ce projet de véhicule autonome, sorte d'infirmerie mobile équipée pour des contrôle de santé de routine, automatisés, comme il se doit // Crédit : Camille Pinet

En lieu et place, un spectacle célébrant la mobilité du futur grâce à plusieurs prototypes aussi futuristes que conceptuels. Les seuls nouveaux modèles du premier constructeur nippon sont présentés dans une exposition annexe sans aucune mise en scène. Il s'agit de la nouvelle génération de Miraï, l'une des très rares voitures à hydrogène de série et d'un petit concept de voiturette électrique pour personnes âgées ou nouveaux permis. Sur le stand de sa filiale Daihatsu, on découvre le petit bus Minico, autonome mais habité par un robot chargé d'accueillir les passagers : tout un programme !

Tokyo Motor Show
Filiale de Toyota, Daihatsu fabrique essentiellement des Kei cars. A Tokyo il présentait ce petit concept d'utilitaire répondant aux contraintes de cette catégorie // Crédit : Camille Pinet

Tokyo Motor Show
Les concepts de voiture autonomes se ressemblent beaucoup : ce concept Toyota PMCV imagine un salon roulant très ouvert accueillant 7 personnes // Crédit : Camille Pinet

La marque de luxe du groupe, Lexus, présente bien une véritable automobile sur le Salon sous la forme du très futuriste concept LF-30. Mais là encore, pas question de réalité immédiate en série.

Tokyo Motor Show
Ce très futuriste concept Lexus LF-30 annonce l'avènement de la batterie solide, sur laquelle le groupe Toyota travaille depuis de nombreuses années // Crédit : Camille Pinet


Il met en valeur la prometteuse batterie à électrolyte solide sur laquelle le constructeur travaille activement. Rappelons que la technologie de ces accumulateurs plus robustes, qui n'utilisent pas de cobalt, est considérée comme le futur de la voiture électrique. Pour autant, Toyota ne pense pas pouvoir la proposer en série avant 2025.

Tokyo Motor Show
Sortant de sa spécialité, Daihatsu présentait aussi ce concept Wai Wai, concept de monospace issu de l'improbable rencontre entre un cétacé et un combi Volkswagen // Crédit : Camille Pinet

Tokyo Motor Show
Plusieurs exemplaires de ce concept de véhicule e-4me unipersonnel autonome étaient au cœur du spectacle organisé par Toyota sur son stand // Crédit : Camille Pinet

Le culte des Kei

Parmi les nombreuses particularités du marché japonais, figurent les fameuses Kei cars. Cette catégorie de voitures correspond à un format de citadine défini par l'Etat qui limite leur longueur et leur largeur à 3,40 m et 1,48 m et leur cylindrée à 660 cm3. Ces modèles sont sans aucun doute les plus nombreux au Salon, ce qui correspond bien à leur place sur le marché local, où ils représentent 40 % des immatriculations. Malgré leur format lilliputien et leur sécurité passive inférieure aux voitures conventionnelles, ils se livrent une concurrence féroces au chapitre style et équipement.

Tokyo Motor Show
Doté d'un dessin futuriste, ce concept de barquette de course électrique Toyota e-Racer imagine tout de même un conducteur à son volant // Crédit : Camille Pinet

Les principaux constructeurs sont Dahaitsu, Mitsubishi et Suzuki avec ses délicieux Hustler et Spacia Gear. Ce dernier est même doté de l'affichage tête haute et de la vision 360° ! Pour autant, ces modèles sont massivement dotés de mécaniques essence parfois micro hybridées, Mitsubishi étant le seul pour l'instant à s'être aventuré à proposer une Kei électrique. Il s'agit bien entendu de la fameuse i-Miev, sœur jumelle des Peugeot ion et Citroën C-Zéro bien connues chez nous.

Tokyo Motor Show
Pourtant précurseur avec l'i-Miev, sœur jumelle des Peugeot Ion et Citroën C-Zero qu'il continue à fabriquer, Mitsubishi conjugue encore l'électrique au futur avec ce concept Mi-Tech // Crédit : Camille Pinet

Tokyo Motor Show
Le sympathique Suzuki Hustler est l'une des 11 Kei Cars proposées par Suzuki au Japon. Le constructeur s'en est fait une spécialité // Crédit : Camille Pinet

Nissan, la marque japonaise de loin la plus électrophile, présente cependant un prometteur concept, le IMk, doté d'un moteur électrique. Reste que le constructeur ne diffuse aucune information sur ses caractéristiques, et son arrivée en série paraît douteuse puisque c'est Mitsubishi qui réalise aujourd'hui les « Kei » de sa gamme.

Tokyo Motor Show
L'IMK concept de Nissan imagine ce que pourrait être une Kei électrique. En l'absence d'incitations gouvernementales au Japon, le modèle économique de ce type de véhicule reste improbable // Crédit : Camille Pinet

Tokyo Motor Show
Très peu de modèles de série sur le stand Nissan, mais la marque mettait en avant son savoir-faire électrique avec notamment cette Leaf Nismo réservée à des démonstrations sur piste // Crédit : Camille Pinet

Décevantes électriques

Si les concepts et les kei-cars sont très présents au Salon, il n'était aucunement question d'une avalanche de nouveautés électriques de série comme au dernier Salon de Francfort. La seule d'entre elles est en réalité le Mazda MX-30 dont les caractéristiques décevantes en matière d'autonomie ne sont pas sans rappeler la Honda-e déjà vue à Francfort.

Tokyo Motor Show
Tout comme Honda, Suzuki est fasciné par la robotique. Il présentait avec ses concepts son robot Mitra capable de suivre son propriétaire dans la rue et de l'aider, par exemple à transporter les courses // Crédit : Camille Pinet

Avec respectivement 200 et 220 km annoncés, ces deux modèles sont très loin des dernières Renault ZOE, Peugeot 208 ou encore Volkswagen ID.3.


Pour les constructeurs japonais, l'électrique est encore réservé à des utilisations limitées, notamment en ville.

Tokyo Motor Show
Etrange véhicule que ce Yamaha MW-Vision, un trois-roues pendulaire qui n'est pas sans rappeler d'autres concepts du passé comme le Toyota i-Road de 2015 // Crédit : Camille Pinet

Tokyo Motor Show
Le sympathique concept Waku Spo Imagine un coupé transformable en petit break grâce à une structure mobile placée au niveau du coffre // Crédit : Camille Pinet

Derrière cette apparente timidité de la part d'un pays qui compte l'un des plus gros producteurs de batteries automobiles au monde, Panasonic, se cache une réalité réglementaire. Contrairement à l'Europe ou à la Chine, l'Etat japonais ne cherche pas pour l'instant à imposer ce type de motorisation. Aucune annonce n'a été faite concernant l'interdiction des thermiques comme en Europe et en Inde et il n'existe pas d'incitation financière importante à l'achat d'électriques.

Tokyo Motor Show
Le véhicule autonome fascine également chez Suzuki avec ce concept de Minibus Hanare conçu comme un « Cottage privé » // Crédit : Camille Pinet

Enfin, le réseau de recharge publique sur place reste encore relativement peu développé. En creux, on comprend combien l'avènement annoncé de la voiture électrique en Europe est avant tout une affaire de volonté politique.

Tokyo Motor Show
Tous les constructeurs japonais semblent fascinés par la robotique, comme en témoigne ce petit véhicule autonome Yamaha capable de transporter des charges sur terrain difficile // Crédit : Camille Pinet
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
Tesla : le niveau 5 d'autonomie des véhicules, le plus élevé, serait bientôt atteint, d'après Elon Musk
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft
L'administration Trump va bientôt se passer des entreprises qui utilisent des appareils Huawei
Démarchage téléphonique : le parlement donne son feu vert contre les appels abusifs... ce qu'il faut retenir
Bosch dévoile son vélo concept électrique et tout suspendu
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
Le réalisateur de God of War en faveur d'une hausse du prix des jeux sur PS5 et Xbox Series X
Far Cry 6 confirmé par Ubisoft, la présentation programmée au 12 juillet
Microsoft Flight Simulator sortira le 18 août sur PC

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top