Avec leur puce Felica, Sony et NTT DoCoMo veulent faire sauter la banque

Jérôme Bouteiller
22 octobre 2003 à 00h00
0
Le Moneo français va prendre un gros coup de vieux. Fidèle à sa vision stratégique visant à vider les poches de ses clients de tous les objets potentiellement inutiles comme par exemple un porte-monnaie ou des clefs, l'opérateur japonais NTT DoCoMo annonce la constitution avec Sony d'une co-entreprise visant à produire des puces sans-contact pour téléphones mobiles.

La technologie de carte sans-contact FeliCa de Sony est déjà adoptée au Japon par 2.700 commerces de proximité et par East Japan Railway, le premier groupe ferroviaire du pays.

Associée à un téléphone cellulaire, cette technologie pourrait ainsi servir de sésame pour accéder à un réseau de transports (comme la carte Navigo dans le métro parisien), remplacer des clefs voire carrément se substituer à une carte bancaire pour réaliser tout type de paiements.

Les puces des cartes bancaires sont technologiquement proches des puces utilisées par les opérateurs cellulaires dans les téléphones mobiles mais, jusqu'à présent, pratiquement aucun industriel, en particulier en France, n'a osé défié les géants bancaires en fusionnant les deux.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
scroll top