La France classée 12ème de l'index mondial sur l'innovation

Emmanuel Touzot
Publié le 05 septembre 2020 à 08h10
Innovation

La France se classe au 12e rang de l'index mondial sur l'innovation, qui recense environ 130 pays du monde entier ; le pays gagne quatre positions par rapport à l'année dernière.

Le GII (Global Innovation Index) est calculé chaque année par l'école de management Insead, en collaboration avec l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et l'université Cornell.

Quatre places de gagnées dans le classement

Le GII, qui salue et récompense l'innovation entreprise par 130 pays du monde, se base sur plus de 80 indicateurs, et met cette année en avant une France propice à l'innovation, qui a largement progressé par rapport au classement précédent, dans lequel elle pointait 16ème.

Selon le responsable de l'étude, cela reflète les changements entrepris dans l'Hexagone ces derniers mois.

« C'est un changement remarquable car, plus on est haut dans le classement, plus il est difficile de progresser », se félicite auprès de l'AFP Bruno Lanvin, de l'école de management Insead. Néanmoins, la France est encore loin derrière certains pays européens dans un classement dominé par la Suisse.

À noter que les États-Unis pointent au troisième rang devant le Royaume-Uni, premier pays européen du GII. L'Allemagne est neuvième, trois places devant la France donc, tandis que la Chine est 14ème.

Des conditions plus propices à l'innovation en France

Pour le responsable du projet, cette progression est due à la capacité de la France à tirer parti de certains atouts parmi lesquels la « qualité de son éducation ».

La qualité des publications scientifiques et leur nombre dans les revues scientifiques ont également permis à la France de progresser, tout comme la position de ses universités dans le classement dédié. La prise en compte de certaines grandes entreprises jugées innovantes a également été saluée. Enfin, c'est la facilité de création de start-up, comparée aux difficultés de gestion d'une entreprise au modèle plus classique, qui a permis au pays de progresser.

« Il est désormais plus facile de créer une start-up en France et de trouver des financements. Le coût de tout ce qui est lié à l'embauche et au licenciement est très élevé, que ce soit pour la puissance publique ou les entreprises », poursuit Bruno Lanvin, qui espère toutefois que la France arrivera désormais à se stabiliser dans ce classement et juge qu'il y a eu « trop de variations dans le passé », au fil des changements sociaux liés à l'innovation.

Source : La Tribune

Emmanuel Touzot
Par Emmanuel Touzot

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
TotO

12ème… Bien mais pas top.

Guraz

Attention c’est un indice qui est plus business que réel innovation.
Je vous invite à lire le rapport : https://www.wipo.int/edocs/pubdocs/en/wipo_pub_gii_2020.pdf

juju251

Il ne me semble pas que l’article ait un quelconque rapport avec les syndicats.
Merci de rester dans le sujet. :slight_smile:

jason56

"Néanmoins, la France est encore loin derrière certains pays européens dans un classement dominé par la Suisse. "

La Suisse ne fait pas partie de cette esbroufe appelée pompeusement Europe

Nmut

Tout à fait, la Suisse ne fait pas partie de le CEE (mais bien de l’Europe).
Et alors?

TotO

La Suisse fait partie de l’Europe et les suisses sont européens, que vous le vouliez où non. Et la Suisse est bien contante d’avoir son espace aérien protégé par la France hors des horaires de travail de leurs fonctionnaires…

jason56

L’Europe est un continent sur lequel se trouve la Suisse, mais en Suisse on raisonne en terme de pays, pas de continent…
De même qu’un Chinois dira Chinois et non Asiatique, un Brésilien ne dira pas sud-américain, ou un Canadien ne dira pas non plus Américain.
Vous avez reçu un lavage de cerveau qui vous tire vers le bas les gars

jason56

Mais protégé de quoi ? Nous sommes neutres.

juju251

Certes mais elle fait quand même partie de l’espace Shengen. :wink:

Nmut

Merci pour le compliment! :stuck_out_tongue:
Je ne vois pas en quoi un abus de langage est un lavage de cerveau.
L’Europe (CEE) a bien plus d’impacts sur nos vies que le « continent Europe », il est inévitable que le terme change de signification primaire (en dehors de toute signification politique, ce n’est pas la question).
On est un sur le même principe quand on dit « américain », on pense d’abord « habitant des Etats Unis » alors que le terme n’est pas la bon, c’est le contexte qui nous fait comprendre que c’est probablement un habitant de l’Amérique du Nord (deuxième signification admise), voir « des » amériques (le vrais sens du terme mais le moins utilisé).