UE : Google risque 12 milliards d'amende pour abus de position dominante sur la publicité

Alexandre Boero Contributeur
18 mars 2019 à 10h53
0
google adsense couv.png

La firme de Moutain View s'apprête à recevoir sa troisième amende XXL en moins de deux ans par la Commission européenne. Cette fois, c'est sa régie publicitaire Google AdSense qui est dans le viseur et la note devrait être salée.

Une nouvelle fois, la Commission européenne va sévir contre Google. Après avoir condamné le géant américain à régler une première amende de 2,42 milliards d'euros en 2017 pour son comparateur de prix Google Shopping, puis à effacer une seconde ardoise de 4,34 milliards d'euros pour son OS mobile Android, l'UE pourrait infliger une troisième amende en deux ans, d'environ 12 milliards d'euros cette fois. L'institution européenne reproche à la société d'avoir abusé de sa position dominante avec Google AdSense, sa régie publicitaire.

La Commission veut une amende record

C'est mercredi que la Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager devrait annoncer le montant de l'amende record infligée à Google, dont a eu vent le Financial Times. Ces potentiels 12 milliards d'euros correspondraient à environ 10 % du chiffre d'affaires annuel d'Alphabet, la société mère de Google.

L'Union européenne veut faire payer la firme de Moutain View pour sa régie publicitaire Google AdSense. L'origine de l'affaire remonte au 14 juillet 2016, date à laquelle la Commission avait accusé Google de protéger sa position dominante sur le secteur de la publicité en ligne. Elle reprochait à la société d'empêcher ses concurrents (qui pouvaient être d'autres plateformes de publicité en ligne ou bien d'autres moteurs de recherche) de faire appel à d'autres régies ou annonceurs en imposant une exclusivité de ses services, ou en imposant des limitations à la concurrence.

Google défavorisait ceux qui se passaient d'AdSense

Concrètement, les sites ou autres concurrents n'avaient pas d'autre choix que de mettre en avant les publicités de recherche de Google, sous peine de faire figurer les annonces concurrentes à des positions désavantageuses. Ces restrictions ont été assouplies depuis 2009, certes, mais la Commission européenne ne voulait pas laisser passer cela, Google détenant à l'époque 80 % du marché européen de l'intermédiation publicitaire sur les moteurs de recherche, une position monopolistique.

L'institution européenne, qui siège à Bruxelles, n'oublie cependant pas les deux autres affaires qui ont mis « à l'amende » le géant américain et vérifie si ce dernier a bien mis fin à son abus de position dominante sur Shopping et Android.

Modifié le 18/03/2019 à 12h49
3 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top