Google affirme être prêt à s'acquitter d'une taxe sur ses revenus publicitaires en France

Alexandre Boero Contributeur
16 décembre 2018 à 11h32
0
Google Search

Pour la première fois, Google affirme être ouverte à une taxation de la France sur ses revenus. Une première victoire pour le ministre Bruno Le Maire.

Cela fait plusieurs mois que le dossier sur la taxation du chiffre d'affaires des géants du GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) est sur la table, sans que, pour autant, une mesure n'ait encore été adoptée. Mais depuis quelques jours, les choses se bousculent. Alors que les membres de l'UE ne parviennent pas à se mettre d'accord - la faute à quelques opposants ou réticents, comme l'Irlande, la Suède ou le Luxembourg - Bruno Le Maire a fait poindre la menace d'une taxe nationale sur les géants du numérique. Le ministre français de l'Économie et des Finances a visiblement été entendu, Google se disant prêt à payer la taxe que la France veut mettre en place.

Google tend vers l'ouverture, mais veut plus d'informations


À l'occasion d'une rencontre avec l'Association des journalistes économiques et financiers le 12 décembre, le directeur général de Google France Sébastien Missoffe a déclaré que le géant américain accepterait de payer « une taxe sur le chiffre d'affaires mise en place en France ou dans l'Union européenne », donnant donc un écho tout particulier aux récents propos tenus par Bruno Le Maire.

Le dirigeant a tout de même tenu à tempérer légèrement ses propos, en affirmant qu'il « ne peut pas répondre sur son montant, car la façon dont elle sera calculée n'a pas été communiquée ». Sur le dernier exercice, Google France a déclaré 325 millions d'euros de chiffre d'affaires et payé, aux finances publiques françaises, 14 millions d'euros d'impôt sur les sociétés.

Un gouffre entre ce que déclare Google en France et ce que l'entreprise gagne réellement


En réalité, les recettes de Google en France tourneraient autour de 2 milliards d'euros sur la période, comme le prétendent les estimations du Syndicat des Régies Internet (SRI). Pour justifier d'un tel écart entre la version officielle et l'officieuse, rappelons que Google facture certains services depuis d'autres pays de l'Union, comme l'Irlande, où la fiscalité est bien plus avantageuse. Et on ignore, pour l'heure, quelles recettes seront prises en compte dans la potentielle taxe française.

Le 4 décembre dernier, la France et l'Allemagne ont dessiné les contours d'un accord autour d'une taxation des géants du numérique à hauteur de 3 % de leur chiffre d'affaires sur les ventes de publicités en ligne. Mais le brouillard ne s'est pas encore dissipé, loin de là.

10 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top