Taxe européenne des GAFA : c'est pas gagné...

06 décembre 2018 à 12h40
0
Europe

L'idée d'une taxation européenne sur les géants du numérique fait son chemin. Dernière avancée en date : la France et l'Allemagne ont réussi à se mettre d'accord sur le principe. Mais il s'agit là d'un progrès bien timide...

L'idée de départ de la « Digital Services Tax » (DST) est de contraindre les acteurs majeurs de la tech, tels que Google, Apple, Facebook et Amazon (GAFA), à participer aux dépenses publiques européennes. Toutefois, cette initiative a du mal à faire l'unanimité parmi les gouvernements.

La France recule pour arriver à un compromis avec l'Allemagne


Le projet est porté par la France et Bruno Le Maire, son ministre des Finances. Après de nombreux échanges, ce dernier a fini par trouver un accord avec son homologue allemand, Olaf Scholz, sur une proposition commune. Celle-ci prévoit la mise en place d'une taxe de 3 % sur le chiffre d'affaires réalisé en Europe par les entreprises de la tech. Mais uniquement si aucun accord international n'est trouvé en 2020, dans le cadre de l'OCDE.

De plus, pour parvenir à ce compromis, la France a dû faire une nouvelle concession : la taxation ne concernerait à présent que les revenus liés à la vente de publicités en ligne. Initialement, elle devait également comprendre la vente de données, ce qui incluait davantage d'acteurs.

Une vive opposition de plusieurs pays


Et si la France et l'Allemagne ont fini par trouver un point d'entente, ils n'ont pas pour autant convaincu les autres pays européens. Plusieurs représentants ont préféré ne pas se prononcer pour l'instant, alors que Bruno Le Maire a appelé à adopter ce projet de directive avant mars 2019, en vue d'une application en 2021, en cas de statu quo sur le plan international.

D'autres états demeurent, eux, totalement réfractaires à une telle mesure, préférant se reposer entièrement sur les travaux de l'OCDE. Des pays tels que l'Irlande, la Suède ou le Danemark ont ainsi exprimé leur inquiétude quant à la mise en place d'une telle taxe, qui pourrait, selon eux, nuire aux exportations vers les États-Unis, handicaper les start-up européennes, ou encore ne profiter qu'aux nations du continent les plus peuplées.

Dans le meilleur des cas, la DST n'entrera donc en vigueur qu'en 2021, et rien n'est moins sûr. Les GAFA ont donc sans aucun doute gagné du temps. Et peut-être gagné tout court.

Source : Le Point

1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Nintendo va lancer une manette Switch inspirée de la Super Nintendo
La Russie met Google sous pression quant à l'annonce de manifestations

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top