Qu'est-ce que le Request To Pay, ce standard européen de paiement qui entre en vigueur aujourd'hui même ?

15 juin 2021 à 16h32
18
Request To Pay © European Payments Council
© European Payments Council

Le Request To Pay est entré en vigueur le 15 juin 2021. Il ne s'agit pas d'un nouveau moyen de paiement, mais bien d'un moyen de demander une initiation de paiement, une sorte de solution renforçant la confiance et la sécurité des opérations entre le payeur et le payé.

En vigueur depuis le mardi 15 juin, le Request To Pay (RTP), que l'on peut traduire par « requête de paiement », se présente comme une fonctionnalité de messagerie destinée à compléter le paiement instantané, qui s'est démocratisé ces dernières années. Chapeauté par le Conseil européen des paiements, ce nouveau service n'est pas un moyen ni un instrument de paiement. Il est conçu comme étant un moyen de demander une initiation de paiement, avec la prise en charge du processus de bout en bout. Expliquons cela plus en détail.

Le Request To Pay, un processus sécurisé de bout en bout

Le Conseil européen des paiements décrit le Request To Pay comme un complément au flux de paiement. Il prend en effet en charge le processus de bout en bout et se situe entre deux extrémités : entre la transaction commerciale et le paiement. Plus précisément, le service est basé sur la norme ISO 20022, et peut se présenter comme un schéma de messagerie et nouvelle solution pour demander un paiement.

De façon structurelle, le RTP vient s'insérer dans un processus de paiement qui compte désormais sept étapes :

  1. D'abord, le payeur et le payé démarrent le processus de la transaction d'un bien ou d'un service, que ce soit en physique en ligne.
  2. Ensuite, le payé livre au payeur les informations nécessaires : montant de la transaction, dates de validité et d'exécution de la demande. C'est à ce moment-là qu'il initie le Request To Pay.
  3. Le payeur est informé par le biais d'une notification. Il doit alors s'identifier auprès de sa banque.
  4. Le payeur autorise l'émission du paiement. On est ici dans la phase suivante : celle de l'acceptation ou du refus.
  5. Le commerçant obtient la confirmation d'acceptation du RTP, et le paiement peut s'engager.
  6. La banque du payeur lance un virement instantané vers la banque du payé.
  7. Et le service est fourni, l'affaire conclue.
RTP Wordline © Wordline
Le parcours d’encaissement avec les services Request-to-pay de WL Bill Pay & Match (© Wordline)

Un service qui avantage à la fois les payeurs et les payés

Commerce physique et en ligne, encaissement de facture électronique ou paiement de personne à personne, plusieurs cas d'usages ont déjà été identifiés. Qu'il s'agisse du paiement sans contact du commerçant vers le mobile du consommateur (par QR-code, Bluetooth ou NFC), de tout type d'encaissement dans la grande distribution ou de particulier à particulier, du paiement d'une facture, ou du règlement de ses impôts, on cherche souvent l'immédiateté du virement.

La solution du virement SEPA, elle, ne respecte pas, en l'état, les garanties nécessaires à satisfaire cette exigence de l'instantanéité. Le Request To Pay pourrait ainsi s'ériger en standard sur le marché global du paiement. Et les avantages du RTP sont nombreux.

Au niveau de l'expérience utilisateur, le payeur ou client pourra apprécier le dialogue direct avec le payé ou l'émetteur de factures. Les paiements pourront être instantanés, sécurisés. Ils pourront aussi être plus facilement échelonnés, avec des litiges entre payeurs et payés qui pourraient être moins courants. Mais convaincre les Français, très attachés aux modes de paiement actuels, ne sera pas une mince affaire. Les banques, à la recherche de nouvelles sources de revenus, trouveront peut-être les arguments.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
18
13
Aloyse57
C’est bon, on a compris : retour au cash pour les transactions légères et aux chèques pour les montants plus volumineux.<br /> Ça devient ridicule cette surenchère de moyens : ce qui était au départ un moyen plus simple de payer devient un cauchemar.<br /> Au moins je ne suis pas (pas encore) touché au Québec : rien de tout ça.
AlexLex14
Aloyse57:<br /> Au moins je ne suis pas (pas encore) touché au Québec : rien de tout ça.<br /> Bonjour à tous nos amis québécois
AlexLex14
C’est effectivement l’un des avantages de la solution : elle est à la fois B2B, B2C et C2C
MisterDams
Je suis pas sûr d’avoir tout compris… ou alors j’ai compris et ça arrive genre 15 ans trop tard.<br /> En soit ça permet juste d’envoyer une synthèse de la transaction pour simplifier l’initiation d’un virement instantané et éviter les erreurs ? (Pas de saisie de l’IBAN par le payeur, montant pré-rempli par la requête du payé, etc.)<br /> Ou c’est plutôt destiné à faire comme le système type e-facture utilisé en Suisse ?
AllanTK
Je ne comprends pas comment fonctionne le paiement du Request To Pay. Cela passe par Paypal, CB ou virement bancaire ?
AlexLex14
Tu as bien résumé. Et d’ailleurs les banques restent inquiètes visiblement, puisque les solutions Apple Pay et Google Pay (entre autres) sont déjà très avancées et font leur trou chez les utilisateurs. On peut alors se demander si cette solution de virement (qui permet de gérer toutes les transactions en fait et de procéder à des transactions entre des particuliers) va pouvoir faire le sien chez les consommateurs.
clockover
Les BVR en Suisse ca doit faire 30 ans que ca existe.<br /> Aujourd’hui, il y a la facture QR. La réconciliation n’est pas instantanée (j+1) ok mais on s’en fout quand on émet des factures à 30j.<br /> Edit: J’étais loin du compte depuis 1906…
mazellan
Heum , on canada on appel ca un virement interact…lol vous être en retard
Vanilla
Oui mais nous on a pas de caribous !
Kahn-San
ça peut être intéressant pour éviter les arnaques aux faux chèques de banque (genre vente d’une voiture entrez particuliers)<br /> et je suppose que ce n’est pas annulable une fois validé (contrairement aux virements entre banques qui peuvent parfois aussi être sources d’arnaques)
briceio
Surtout l’intérêt premier: c’est plus sécurisé qu’un paiement par VISA car ça nécessite une acceptation du compte cible par la banque du payeur… donc plus de traçabilité et plus de sécurité. Et pas de plafonds de VISA à la mord moi le noeud… idéale pour payer le prochain MBP à 5300 €
bennukem
Ce n’est pas précisé, mais certainement aussi un moyen de lier une facture à un paiement très facilement. Terminé qui a versé quoi pour quoi.<br /> Bref, ce que sait faire PayPal Bitcoin etc depuis des lustres.<br /> Maintenant, reste à voir les frais, mais l’idée est là.
wackyseb
7 etapes c’est 6 de trop
Patrick_Beau
Il existe déjà des solutions, comme les paiements SEPA (SEPAmail).
Patrick_Beau
La validation du paiement est instantanée et irrévocable, comme pour une carte bleue.<br /> En gros, c’est un chèque, numérique, fiable, automatiquement encaissé à J+1/J+2, mais ça c’est à toi de négocier avec ta banque…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Impression 3D : MakerBot et Ultimaker s’unissent
Google Pay pourrait vous indiquer quelle est la carte la plus intéressante à utiliser lors de vos achats
Google Chrome : cette fonctionnalité vous permettra de sécuriser vos paiements en ligne
Lastman : pour boucler sa saison 2, la série animée lance un crowdfunding
Google lève le voile sur sa modération des publicités et contenus monétisés
Énervé, Google estime avoir reçu une sanction criminelle injustifiée par l'UE
Les services Apple atteignent les 825 millions d'abonnés, un record pour la firme !
Pour votre santé mentale, vous pourrez masquer les pubs de dating ou de régime avec Google
Google-Alphabet : gros chiffre d'affaires au premier trimestre, mais des revenus publicitaires plus timides
Ce que pensent (vraiment) les salariés de Twitter du rachat par Elon Musk
Haut de page