Qu'est-ce que le Request To Pay, ce standard européen de paiement qui entre en vigueur aujourd'hui même ?

15 juin 2021 à 16h32
18
Request To Pay © European Payments Council
© European Payments Council

Le Request To Pay est entré en vigueur le 15 juin 2021. Il ne s'agit pas d'un nouveau moyen de paiement, mais bien d'un moyen de demander une initiation de paiement, une sorte de solution renforçant la confiance et la sécurité des opérations entre le payeur et le payé.

En vigueur depuis le mardi 15 juin, le Request To Pay (RTP), que l'on peut traduire par « requête de paiement », se présente comme une fonctionnalité de messagerie destinée à compléter le paiement instantané, qui s'est démocratisé ces dernières années. Chapeauté par le Conseil européen des paiements, ce nouveau service n'est pas un moyen ni un instrument de paiement. Il est conçu comme étant un moyen de demander une initiation de paiement, avec la prise en charge du processus de bout en bout. Expliquons cela plus en détail.

Le Request To Pay, un processus sécurisé de bout en bout

Le Conseil européen des paiements décrit le Request To Pay comme un complément au flux de paiement. Il prend en effet en charge le processus de bout en bout et se situe entre deux extrémités : entre la transaction commerciale et le paiement. Plus précisément, le service est basé sur la norme ISO 20022, et peut se présenter comme un schéma de messagerie et nouvelle solution pour demander un paiement.

De façon structurelle, le RTP vient s'insérer dans un processus de paiement qui compte désormais sept étapes :

  1. D'abord, le payeur et le payé démarrent le processus de la transaction d'un bien ou d'un service, que ce soit en physique en ligne.
  2. Ensuite, le payé livre au payeur les informations nécessaires : montant de la transaction, dates de validité et d'exécution de la demande. C'est à ce moment-là qu'il initie le Request To Pay.
  3. Le payeur est informé par le biais d'une notification. Il doit alors s'identifier auprès de sa banque.
  4. Le payeur autorise l'émission du paiement. On est ici dans la phase suivante : celle de l'acceptation ou du refus.
  5. Le commerçant obtient la confirmation d'acceptation du RTP, et le paiement peut s'engager.
  6. La banque du payeur lance un virement instantané vers la banque du payé.
  7. Et le service est fourni, l'affaire conclue.
RTP Wordline © Wordline
Le parcours d’encaissement avec les services Request-to-pay de WL Bill Pay & Match (© Wordline)

Un service qui avantage à la fois les payeurs et les payés

Commerce physique et en ligne, encaissement de facture électronique ou paiement de personne à personne, plusieurs cas d'usages ont déjà été identifiés. Qu'il s'agisse du paiement sans contact du commerçant vers le mobile du consommateur (par QR-code, Bluetooth ou NFC), de tout type d'encaissement dans la grande distribution ou de particulier à particulier, du paiement d'une facture, ou du règlement de ses impôts, on cherche souvent l'immédiateté du virement.

La solution du virement SEPA, elle, ne respecte pas, en l'état, les garanties nécessaires à satisfaire cette exigence de l'instantanéité. Le Request To Pay pourrait ainsi s'ériger en standard sur le marché global du paiement. Et les avantages du RTP sont nombreux.

Au niveau de l'expérience utilisateur, le payeur ou client pourra apprécier le dialogue direct avec le payé ou l'émetteur de factures. Les paiements pourront être instantanés, sécurisés. Ils pourront aussi être plus facilement échelonnés, avec des litiges entre payeurs et payés qui pourraient être moins courants. Mais convaincre les Français, très attachés aux modes de paiement actuels, ne sera pas une mince affaire. Les banques, à la recherche de nouvelles sources de revenus, trouveront peut-être les arguments.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
18
13
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Google enregistre des bénéfices impressionnants sur la recherche et sur YouTube
Pegasus : Macron demande des clarifications aux autorités israéliennes
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
Cyberattaque : la France est dans le viseur de hackers chinois
Vous pouvez vérifier si votre mobile a été infecté par le logiciel Pegasus, voici comment !
Intel serait en pourparlers pour racheter GlobalFoundries, deuxième plus gros fondeur au monde
Xbox : une mise à jour de l'application familiale pour mieux contrôler les dépenses des enfants
PrintNightmare : le patch ne suffit pas, il faut éditer la base de registre...
La Commission européenne repousse son projet de taxe numérique à octobre
Droits voisins : l'Autorité de la concurrence inflige une amende de 500 millions d'euros à Google
Haut de page