C'est confirmé : les laitues qui poussent sur l'ISS sont aussi bonnes que sur Terre

09 mars 2020 à 13h05
11
laitue NASA
© NASA

Entre les laitues, les haricots et les cookies, les astronautes de l'ISS auront bientôt de quoi se régaler. Goûtées par les astronautes depuis 2015, de nouvelles analyses ont confirmé que les laitues ayant poussé sur la station sont aussi bonnes pour l'équipage que les légumes poussant sur Terre.

L'étude parue vendredi 6 mars s'est attardée à analyser la vie microbiologique et les données nutritionnelles de ces plantes, afin de s'assurer qu'elles apporteraient aux astronautes tout ce dont ils ont besoin.


Produits Veggie

En 2014, la Station spatiale internationale s'est dotée d'un nouveau système dédié à la culture de légumes, appelé système Veggie. Pendant deux ans, de 2014 à 2016, les astronautes ont ainsi fait pousser des laitues romaines. En 2015, les astronautes avaient déjà pu récolter ce qu'ils avaient semé 33 jours auparavant. À l'époque, après de premières analyses, les trois membres de l'équipage Scott Kelly, Kjell Lindgren et Kimiya Yui avaient pu goûter le fruit - ou plutôt le légume - de leur travail.

Mais des laitues ont aussi été envoyées sur Terre pour des études complémentaires. Le texte résume : « Le but de cette étude était de déterminer les effets des conditions environnementales de l'ISS et de Veggie sur la qualité microbiologique et nutritionnelle de la laitue cultivée (à bord) et destinée à la consommation de l'équipage ». Elle ajoute : « La clé de ce travail consiste à déterminer la sécurité microbiologique des aliments cultivés sur Veggie ».

Son introduction précise notamment que « des écrans éliminent les grosses particules de l'air de la cabine avant qu'elles ne traversent la chambre de croissance des plantes. Cependant, aucun niveau de filtration n'est présent, de sorte que les plantes qui poussent dans Veggie sont exposées à des constituants microbiens ou chimiques présents dans l'environnement de l'ISS ».


Ajouter de la variété

L'étude confirme les tests réalisés dans l'espace : les laitues ayant poussé sur l'ISS ne présentent aucun danger. Elle conclut : « Grâce à des méthodes culturales et non culturales d'analyse microbienne, les tests Veggie ont démontré diverses communautés microbiennes sans pathogènes humains potentiels détectés et pourraient donc fournir un complément sûr au régime alimentaire des astronautes ».

Coté nutriments, elle insiste sur la volonté de la NASA de rechercher « des cultures candidates à fort potentiel de complémentation alimentaire, compte tenu des contraintes liées à l'alimentation spatiale actuelles ». Et sur ce point également, les pousses de l'ISS ont montré une quantité de nutriments comparable à leurs homologues terrestres.

À Newsweek, Christina Khodadad et Gioia Massa, deux des auteurs de l'étude ont déclaré : « Pour le moment, nous ne pouvons pas garantir que nous aurons un régime alimentaire répondant aux besoins de l'équipage pour des missions plus longues [...], donc une solution potentielle sera de compléter les produits préparés avec des produits frais ». Elles ajoutent : « Cette (laitue) fournira des vitamines et d'autres nutriments, des saveurs, des textures et de la variété aux produits préparés ».

Source : CNN
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
11
yalefeu
hé bien voilà une nouvelle source de futurs profits pour Amazon.<br /> Après l’eau de la Méditerranée vendue en bouteilles, une bonne petite salade « from ISS » et les gogos seront ravis…
cirdan
En tout cas, voilà un bel argument marketing à servir à nos enfants : mange ta salade de l’espace, tu vas te sentir pousser des ailes
Sinic
A la lecture de votre commentaire, un logo Redbull est apparu dans mon esprit x)
Hubert_Lambin
Je serais très surpris qu’ils atteignent le niveau nutritionnel des salades plantées dans un bon champ de bonne terre de chez nous (vitamines, sels minéraux etc.) Déjà que nos salades de supermarché en contiennent bien moins qu’avant. Peu en parlent, notre société actuelle ne résonne qu’en rapport lipide, glucide, protéine. On ne tiendrait pas longtemps sans tout le reste.
Catstom
Il pourront fabriquer des space cakes
Fodger
Énorme doute sur les qualités nutritives face à une salade produite en bio (je parle même pas de la permaculture)…
mcbenny
Elles ont vu le soleil les salades ?
trollkien
Je pense tout le contraire, la culture hydroponique permet un ajustement parfait en terme nutritionnel pour les cultures, sans dépense d’eau excessive, sans culture intensive qui rince les sols et la masse de produits chimiques utilisés.<br /> Je me permet cet avis déja sur le comparatif gustatif, et car je vois (et subis) la culture classique, vivant encerclé de champs de fruitiers à la culture intensive traditionnelle francaise, ou hors saison la terre exsangue est mélangée de residus des tunnels de plastique qui sont passes au rotovator (plus simple que de se faire chier a tout enlever proprement), et ou les pommiers sur des hectares ne sont que des boutures sur un tronc décharné, et deviennent en saison gigantesques a renfort d’une centaine de produits chimiques, engrais pesticides, acaricides etc en tout genre, à devoir fermer les fenetres et se barrer de chez soi pour éviter les nuages blancs toxiques plusieurs fois par semaine…<br /> Non, franchement, moi la culture hors sol je suis pour
Element_n90
On n’en cultivait pas déjà à l’époque de MIR? On on ne savait toujours pas si c’était bon ou pas ?
fg03
Je ne comprends pas pourquoi il y avait des inquiétudes. C’est tellement évident qu’il n’y avait pas de test à faire. Il n’y a aucune cellule extra terrestre dans la station ISS, ce ne sont que des cellules que l’on connait qui viennent de terre, donc si on soupçonne des mutations… ca serait deja produit depuis longtemps avec les différents voyages qu’il y a eu sans pour autant avoir fait du jardinage dans l’espace. Bref, on est pas pret de faire des decouvertes si on doit tout redémontrer… est-ce que 1+1 ca fait toujours 2 dans l’ISS ? pas sur on va vérifier.
xryl
Probablement le commentaire le plus stupide que j’ai lu. Tous les ingénieurs de la NASA sont des idiots, vu que ça fait des millénaires que l’on a fait pousser des légumes en impesanteur dans une boite de conserve à l’atmosphère souillée, filtrée approximativement, remplie de produit hydrocarbonés type silicone et autre avec de l’eau issue de recycleurs usés et de la lumière artificielle. Bref, que des conditions idéales telles que les vante José Bové, qu’est qui ne pourrait ne pas bien marcher?
omar44
dépenser des milliards pour cela ca me trou le derriere
Hubert_Lambin
trollkien:<br /> Non, franchement, moi la culture hors sol je suis pour<br /> On peut être pour la culture hydroponique lorsqu’on la compare à l’agriculture intensive, je ne dis pas, mais il est question ici de qualité nutritionnelle, et ces deux techniques sont déficitaires sur ce plan. En hors, sol, ils sont obligés de distribuer des minéraux et vitamines avec l’eau, mais ils ne prennent en compte qu’une petite partie d’entre eux. Ceux qui se nourissent de manière classique ou hors sol ont besoin de compléments alimentaires à partir d’un certain âge, c’est aberrant.<br /> Et même ceux qui mangent bio en ont besoin, la faute à ce fameux « catalogue » de variétés « modernes » dans lequel il sont en grande partie contraints de se fournir.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Mozilla demande à Apple de réinitialiser l'identifiant publicitaire des iPhone mensuellement
NVIDIA pourrait poser ses prochains GPU sur le nouveau CoWos de TSMC (on vous explique)
On sait à quoi va ressembler le prochain flagship de Motorola !
AMD RDNA 2 : vers un gain de performances de près de 50% par Watt
Kickstarter : Owlcat Games atteint les 1,5 million pour la suite de Pathfinder: Kingmaker
Coronavirus : la CNIL met les points sur les i s'agissant de la collecte de données personnelles de santé
Pourquoi les voitures électriques ne se démocratisent pas, selon le P.-D.G. de Peugeot
Offre choc Darty : pack Honor 9X black + écouteurs Sport Bluetooth V985
Des chercheurs affirment pouvoir tromper simplement la détection des deepfakes
Haut de page