Objectifs Lune 2024 et Mars 2033 : la NASA consolide un ambitieux plan de conquête spatiale

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
04 avril 2019 à 10h25
12
Buzz Aldrin et drapeau des Etats Unis D'Amérique Lune

Après avoir clairement établi ses priorités, l'agence spatiale américaine vient de faire entendre que son calendrier prévisionnel pour un retour sur la Lune, ainsi que pour la conquête de Mars, doit avancer le plus rapidement possible afin de coïncider avec ces nouvelles échéances.

Les larges ambitions de la NASA concernant un retour sur la Lune, la conquête de Mars, ou encore l'exploration du système solaire externe, font la Une des médias ces derniers mois et nous sommes nombreux à être enthousiastes face à de telles annonces, ainsi que de voir la plus célèbre des agences spatiales réinvestir massivement son domaine.

Des astronautes sur Mars dès 2033 ?

Jim Bridenstine, l'administrateur de la NASA, vient de faire savoir cette semaine lors d'une audience devant le Congrès que la NASA compte désormais atterrir sur Mars d'ici 2033. Pour atteindre cet objectif, l'agence spatiale devra également avancer son programme lunaire avec un retour des astronautes sur notre satellite pour 2024 au plus tard, alors que l'on entendait il y a encore quelques semaines que ce projet ne serait pas réalisé avant 2026. Rappelons également que les ambitions initiales de la NASA faisaient mention d'un départ à destination de Mars d'ici 2043 !

Cette nouvelle date pour un retour d'astronautes sur la Lune aurait-elle pu être motivée par la volonté du président des États-Unis, Donald Trump ? En effet, s'il venait à briguer un deuxième mandat, 2024 marquerait alors sa dernière année à la Maison-Blanche avant de nouvelles élections. Cette nouvelle échéance parait donc hautement symbolique pour celui qui, un temps, aurait même envisagé d'attribuer un budget quasi illimité à la NASA.

La NASA a-t-elle les yeux plus gros que le ventre ?

En outre, il est légitime de se poser de nombreuses questions par rapport à cette nouvelle date annoncée par Jim Bridenstine, ancien membre du Congrès qui a été nommé il y a tout juste un an à la tête de la NASA par Donald Trump lui-même. Les récentes annonces sur les retards de développement du lanceur SLS - Space Launch System - laissent présager que cette échéance est peut-être trop optimiste. Néanmoins, en ayant recours à des sociétés privées telles que SpaceX ou ULA, les chances de voir des astronautes fouler une nouvelle fois la surface de la Lune dans les cinq années à venir s'épaississent.


Nous devrions rapidement en savoir plus sur cette nouvelle échéance puisque Jim Bridenstine devrait présenter une demande de budget mis à jour en prenant en compte ses nouveaux éléments d'ici le 15 avril 2019. Espérons que si cette nouvelle se concrétise, la NASA continuera également de travailler et d'allouer un budget suffisant sur ses multiples projets scientifiques, comme le développement du télescope spatial James Webb, ou encore la mission Europa Clipper, des projets légèrement moins médiatiques qu'un retour sur la Lune ou la conquête de la planète rouge mais qui représentent un très grand intérêt scientifique.

Source : Phys.org.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
0
Zathuro
Ah ayez ! on va pourrir et exploiter les ressources minières de la lune ! Adieu la lune, tu étais si belle !
Fulmlmetal
Ne croyons pas un mot de ces effets d’annonces qui ont plus pour objectif de lancer la campagne deTrump de 2024.<br /> Depuis bush père, à mi mandat chaque président nous a annoncé le retour sur la lune et sur mars pour les 10 ans et on a rien vu venir.<br /> atteindre cet objectif de 2024 est impossible, primo parce que la SLS a du retard, beaucoup de retard et parce qu’il y en aura encore, et secondo parce que le projet LOP-G est encore )à son tout début, celui où on se réparti les taches entre partenaire.<br /> Attention à ne pas trop se reposer sur le privé, ULA est dans son nouveau programme Vulcan qui ne correspond pas au besoin lunaire et SpaceX début à peine ses tout premier essai du Starship, dévelopement qui sera surement long (on se rapelle que la FH qui a volé en 2018 devait initialement voler en 2013).<br /> Quand au voyage ver sMars, c’est encore de la fiction et ne croyez pas une seule seconde qu’on puisse le fair ene 2033 ou meme 2043. Il y a encore bien torp de gros problèmes à résoudre et d’ici là un autre président aura mis un coup de frein au projet de Trump (grosse tradition américaine qu’un président casse le projet spatial du précédent).
Fulmlmetal
tu seras surement mort depuis longtemps avant qu’on en arrive à exploiter minièrement la lune et que ce soit rentable.
Arnack59
Est ce que quelqu’un sait pourquoi on a autant de mal à y retourner sur la lune ?<br /> Alors qu’il y a 50 ans, La technologie de l’époque était surement moins bonne que celle d’aujourd’hui, et ils ont réussi. Je suis de plus en plus dubitatif quant à la véracité des faits de l’époque.
Fulmlmetal
En fait on aurait aucun mal à y retourner, le problème c’est la volonté, ça coute cher et il n’y a rien de spécial à y faire. La lune a déçu et après apollo les agences se sont plus tournées vers Mars qui étaient scientifiquement nettement plus intéressante.<br /> Le fait d’y retourner maintenant fait qu’il faut un délai pour développer les engins spatiaux nécessaire, ça prend 5 à 10 ans selon le projet. là on veut d’abord construite une mini station spatiale en orbite lunaire, la LOP-G, donc le temps de la construire au sol, de l’envoyer, d’y faire des essais, ça demandera plusieurs années. Le projet semble acté pour un partenariat internationale, comme ISS, donc ça va prendre du temps, pour des raisons d’argent. Franchement la Lune ne l’espérez pas avant 10 ans. comme tout grand projets les dates annoncées au début et les couts sont toujours ultra optimistes.<br /> L’avantage c 'est qu’on dispose d’une grande connaissance des vols spatiaux, des systemes de navigation automatique, etc donc oui les engins seront meilleurs que sur Apollo. Mais plus perfectionné veut aussi dire plus dur à mettre au point, plus cher, plus complexe.
manu0086
Comment ça autant de mal? c’est seulement car il n’y avait plus aucun “programme lune” que l’Homme n’y est pas retourné.<br /> L’intérêt est faible et les coûts monstrueux. Trump veut la lune pour son second mandat, la NASA cherche donc des raisons d’y retourner… ramasser les crottes des astronautes passés… exploitation minière…
iodir
En tout cas, les images de synthèse se sont très fortement améliorées depuis les années 60-70. Donc, pour les trucages, cette fois-ci, ça ne devrait pas se voir.
Fulmlmetal
Franchement quand on regarde le récent film sur Armstrong, on voit très clairement que la phase sur la marche lunaire est truquée et il y a des erreurs et incohérence qui la rende non réaliste. Quand on s’y connait en tout cas
takavoter
Ça fait du bien de voir que tout le monde n’est pas totalement hypnotisé par la 50ème annonce de ce genre en 20 ans… Tout ceci n’est qu’un monumental pipeau, que ce soit la lune en 2024, mars en 2033 ou même la BFR (renommée starship) qui ne volera jamais. La BFR, c’est la plus énorme absurdité de l’histoire spatiale.<br /> Mais le pire, c’est qu’après avoir gobé cette couleuvre supplémentaire, lorsque les croyants se rendront compte, d’ici quelques années, que c’est un écran de fumée, ils croiront pourtant de nouveau à la stupidité suivante de Musk, dans la foulée et sans coup férir !<br /> Musk n’est pas un génie de la com, c’est la population qui est juste d’une naïveté absolument consternante, car ses mensonges démontrés constellent la dernière décennie : il n’a JAMAIS respécté un échancier de developpement de l’histoire de spaceX. La falcon heavy qui devait remplacer la falcon9 en 2013 est un échec commercial retentissant : toujours AUCUN vol commercial a son actif…<br /> Musk n’a fait qu’une seule chose neuve concrète avec spaceX: créer une fusée dont le premier étage est réutilisable (flacon9), sans JAMAIS prouver la pertinence économique de son modèle, vu qu’il se rempli les poches avec de très nombreux contrats institutionnels payés plus du double des contrats civils. Et comme ça il peut faire du dumping sur le marché civil et faire croire qu’il est un génie. Mais il n’est un génie qu’aux yeux des ignares en affaire spatiales, et de ceux qui croient au père noël.
fabriced31
le pognon,<br /> Y a 50 ans, il y avait un credit quasi illimité pour battre les méchants russes
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Powerbeats Pro : 9h d'autonomie en écoute pour 249€, sortie prévue en mai
L’Apple Watch Series 5 aurait un écran OLED fourni par Japan Display
La technologie hybride de Toyota bientôt accessible en open-source
NVIDIA : la GTX 1650 se concrétise, lancement pressenti ce 22 avril
Volkswagen teste des e-Golf en conduite automatisée à Hambourg
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page