La NASA revoit son planning pour son projet de station lunaire orbitale

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
17 mars 2020 à 16h43
0
Gateway Lune
Vue d'artiste de la (très) future station Gateway. Crédits NASA

Comme l'a annoncé le directeur des missions habitées, la station Gateway n'est plus compatible avec l'agenda de l'agence, qui doit ramener des américains sur le sol lunaire en 2024.

Artemis pour le show ?

L'architecture des missions Artemis ne cesse de changer. Cela fait un an à peine que la NASA a reçu pour consigne de viser la Lune pour y faire marcher un américain et une américaine d'ici fin 2024. Pourtant l'agence, malgré une communication très active sur le projet, peine à modifier son plan de vol pour y inclure cette mission.

Et la direction a beau marteler que cette fois, les Etats-Unis retournent sur la Lune « pour y rester », elle est obligée de réduire la voilure de ses autres projets d'exploration habitée pour tenter d'y parvenir... Tandis que la mission prévue en 2024 se transforme en un « planté de drapeau » unique.


La Gateway, mais plus tard

Dernière victime de ces modifications incessantes, le projet de station en orbite autour de la Lune, baptisé « Gateway » et en préparation depuis l'administration Obama. Douglas Loverro, récent directeur des projets habités de la NASA, a annoncé qu'il n'avait d'autre choix que de réduire les risques pesant sur la date de 2024, et donc de repousser la construction de cette station en orbite à la seconde moitié de la décennie, pour des missions futures.

La station Gateway est censée être une participation internationale à dominante américaine accueillant des modules européens, japonais, canadiens et peut-être russes. Les deux premiers éléments, un module de propulsion baptisé PPE et un module d'habitat, ont été commandés à Maxar et Northrop Grumman l'année dernière.


Encore des changements

Jusqu'ici, l'architecture des missions Artemis envisageait d'envoyer en orbite les deux premiers éléments de la station Gateway, de les assembler autour de la Lune, puis d'y amarrer un module lunaire. La capsule Orion aurait alors rejoint la Gateway avec trois astronautes, dont deux feraient l'aller-retour sur la Lune dans le module lunaire avant de remonter s'amarrer à la Gateway. De cette façon, la station en orbite servirait de base intermédiaire, pouvant accueillir des missions de plusieurs mois et s'organisant comme un camp de base pour du matériel, des missions robotisées, cargo ou habitées futures.

Or, finalement, il n'en sera rien : la dernière option envisagée court-circuite la Gateway. En effet, soit une capsule Orion s'amarrera directement à un module lunaire en orbite, soit la mission sera une véritable répétition du programme Apollo. À moins que, dernière option non évoquée pour le moment par la NASA, le plan ne change encore au gré d'une nouvelle demande politique... L'objectif de poser le pied sur la Lune en 2024 est un défi si exigeant qu'une autre orientation pourrait bien s'imposer dans les années à venir...

Source : Engadget, Space News
Modifié le 17/03/2020 à 16h43
7
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coronavirus : le traçage numérique
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
scroll top