La NASA parie sur la capsule habitable Orion en signant un contrat avec Lockheed Martin

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
01 octobre 2019 à 10h01
0
La capsule Orion en preparation pour Artemis 1
La capsule Orion en preparation pour Artemis 1 // Crédits : NASA / Radislav Sinyak

En signant un contrat cadre avec Lockheed Martin jusqu'à 2030, la NASA s'engage à commander jusqu'à 12 capsules habitées Orion. De quoi soutenir le projet lunaire Artemis, à coup de milliards de dollars.

Avec son projet Artemis, la NASA s'est donné la difficile tâche de programmer un retour des américains sur la surface de la Lune pour 2024, puis de préparer pour 2028 des missions lunaires régulières.

On a marché sur la Lune, deuxième saison

Les deux premières missions Artemis sont actuellement en préparation et feront appel au lanceur super-lourd SLS (Space Launch System) et à la capsule Orion, qui pourra embarquer entre deux et quatre astronautes après une première mission inhabitée autour de la Lune en 2021.

Pourtant, il faut déjà penser aux missions suivantes, notamment celle qui devrait accueillir un homme et une femme pour aller (re)poser un pied sur la Lune. La NASA a donc signé un gros contrat cadre avec son sous-traitant Lockheed Martin, en s'engageant à commander entre 6 et 12 capsules Orion supplémentaires d'ici 2030. Et pour bien faire, l'agence américaine a tout de suite signé pour la fabrication des trois premières pour les missions Artemis 3, 4 et 5.

Et pour quelques milliards...

Le contrat signé avec le sous-traitant est faramineux : les trois véhicules Orion commandés coûteront à eux seuls 2,7 milliards de dollars à la NASA.

Mais, comme l'explique l'agence dans son communiqué, le fait de passer des commandes par groupes de trois capsules réduit considérablement la facture, puisque Lockheed Martin va pouvoir s'organiser sur le long terme. Un second contrat identique devrait être signé en 2022, pour un tarif de 1,9 milliards. Pourquoi cette économie de 800 millions ? Parce que les capsules seront réutilisées au fur et à mesure : d'abord les ordinateurs de bord, les panneaux de commandes et les sièges, puis la capsule toute entière, à l'exception de son bouclier thermique qui restera à usage unique.

Notons également que cette commande devrait représenter une bonne nouvelle pour l'industrie spatiale européenne : le module de service de la capsule Orion, nécessaire à la survie de ses occupants, est assemblé dans les locaux d'Airbus Defense & Space, à Cologne (Allemagne).

Source : NASA.
Modifié le 01/10/2019 à 15h48
5
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top