La NASA parie sur la capsule habitable Orion en signant un contrat avec Lockheed Martin

5
La capsule Orion en preparation pour Artemis 1
La capsule Orion en preparation pour Artemis 1 // Crédits : NASA / Radislav Sinyak

En signant un contrat cadre avec Lockheed Martin jusqu'à 2030, la NASA s'engage à commander jusqu'à 12 capsules habitées Orion. De quoi soutenir le projet lunaire Artemis, à coup de milliards de dollars.

Avec son projet Artemis, la NASA s'est donné la difficile tâche de programmer un retour des américains sur la surface de la Lune pour 2024, puis de préparer pour 2028 des missions lunaires régulières.

On a marché sur la Lune, deuxième saison

Les deux premières missions Artemis sont actuellement en préparation et feront appel au lanceur super-lourd SLS (Space Launch System) et à la capsule Orion, qui pourra embarquer entre deux et quatre astronautes après une première mission inhabitée autour de la Lune en 2021.

Pourtant, il faut déjà penser aux missions suivantes, notamment celle qui devrait accueillir un homme et une femme pour aller (re)poser un pied sur la Lune. La NASA a donc signé un gros contrat cadre avec son sous-traitant Lockheed Martin, en s'engageant à commander entre 6 et 12 capsules Orion supplémentaires d'ici 2030. Et pour bien faire, l'agence américaine a tout de suite signé pour la fabrication des trois premières pour les missions Artemis 3, 4 et 5.

Et pour quelques milliards...

Le contrat signé avec le sous-traitant est faramineux : les trois véhicules Orion commandés coûteront à eux seuls 2,7 milliards de dollars à la NASA.

Mais, comme l'explique l'agence dans son communiqué, le fait de passer des commandes par groupes de trois capsules réduit considérablement la facture, puisque Lockheed Martin va pouvoir s'organiser sur le long terme. Un second contrat identique devrait être signé en 2022, pour un tarif de 1,9 milliards. Pourquoi cette économie de 800 millions ? Parce que les capsules seront réutilisées au fur et à mesure : d'abord les ordinateurs de bord, les panneaux de commandes et les sièges, puis la capsule toute entière, à l'exception de son bouclier thermique qui restera à usage unique.

Notons également que cette commande devrait représenter une bonne nouvelle pour l'industrie spatiale européenne : le module de service de la capsule Orion, nécessaire à la survie de ses occupants, est assemblé dans les locaux d'Airbus Defense & Space, à Cologne (Allemagne).

Source : NASA.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (5)

megadub
Lockheed Martin, c’est pas eux qui avait annoncé faire une centrale à fusion qui tient dans un mouchoir de poche ?
ebottlaender
Oui aussi (enfin, le développement), mais c’est un groupe industriel super large, qui va des munitions aux missiles avions de chasse etc…
xryl
C’est un industriel de la taille de Boing. Donc oui, ils sont dans beaucoup de secteurs. Après, j’en connais un qui doit se mordre les parties en ce moment…
Fulmlmetal
enfin un rédacteur qui maitrise bien le sujet du spatial, Eric est connu, heureux de te voir ici, ça va relever le niveau de Clubic
i5i5
Ah, ils ont résolu le problème des ceintures de Van Allen ?
Voir tous les messages sur le forum