La NASA lance un appel à projets pour créer le futur module lunaire de la mission Artemis

01 octobre 2019 à 17h25
3
Lune

Le gouvernement américain a imposé une feuille de route ambitieuse à la NASA, lui imposant de retourner sur la Lune d'ici 2024. Pour répondre à cette demande, l'agence spatiale a donc décidé de s'allier à des entreprises privées, qui se chargeront de la conception des atterrisseurs lunaires.

Le programme Artemis de la NASA a pour objectif de suivre les requêtes du gouvernement Trump, en envoyant un équipage sur la Lune d'ici 2024, qui devrait inclure la première femme à fouler le sol de notre satellite naturel. L'idée de la mission est également d'y établir une présence durable d'ici 2028, mais aussi de servir de base pour les futures explorations de Mars, prévues d'ici 2033.

Plus de temps à perdre

Mais de l'aveu de l'Agence spatiale américaine, développer les appareils nécessaires à ce programme pourrait prendre de six à huit ans. Alors, pour accélérer le processus, l'organisme a décidé d'avoir recours à des partenaires privés, en lançant un appel à projets auprès des entreprises américaines. Celui-ci concerne la fabrication des modules destinés à conduire l'équipage humain jusqu'à la surface de la Lune.

Les candidats ont jusqu'au 1er novembre 2019 pour envoyer leur proposition. À l'issue des délibérations, deux sociétés seront retenues : la première enverra son atterrisseur se poser sur le satellite de la Terre en 2024. La seconde accomplira le même type de mission en 2025.


La NASA a déjà une idée établie du déroulé de ces événements : l'équipage, composé d'un homme et d'une femme, prendrait d'abord place au sein de son vaisseau Orion, qui le conduirait vers sa station en orbite lunaire, Gateway. C'est à cet endroit qu'ils embarqueraient à bord de l'atterrisseur, mettant le cap sur la Lune.

La NASA prête à écouter les industriels

Si les délais peuvent paraître courts, cet appel à projets pouvait toutefois être facilement anticipé. L'agence mise donc sur une bonne préparation des entreprises. Elle avait d'ailleurs déjà fourni une liste de conditions à respecter cet été, invitant l'industrie spatiale à lui faire part de ses retours.

Et pour encourager les candidatures, la NASA a tenu compte des commentaires reçus et assoupli ses exigences. Ainsi, le nombre de documents techniques à livrer a été largement revu à la baisse et il n'est plus strictement nécessaire de proposer des atterrisseurs réutilisables. De même, si l'agence spatiale réaffirme sa préférence à un passage par la station Gateway, elle se déclare prête à étudier d'autres scénarios.


En définitive, toute piste permettant de tenir l'objectif Lune 2024 sera la bienvenue.

Source : NASA
Modifié le 01/10/2019 à 17h50
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
3
3
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Test DualSense : le gamepad PS5 tient ses promesses d'immersion
Soldes Amazon : l'enceinte Ultimate Ears Boom 3 à près de -50%
Affaire du Joy-Con Drift : la Commission Européenne sommée d'enquêter suite à 25 000 plaintes
Signal : faut-il modérer les groupes de discussion ? Les employés lancent le débat en interne
Valve poursuivie pour violation d'un brevet de manette sur lequel le Steam Controller se baserait
Soldes 2ème démarque : les Samsung Galaxy Buds Live au meilleur prix sur Amazon
AMD : la pénurie des pièces pour les consoles next-gen et PC attendue jusqu'au second semestre 2021
RTX Série 3000 : NVIDIA ne liste plus les Founders Edition en Europe (MàJ)
Vivaldi 3.6 double (littéralement) ses possibilités autour des onglets
L'enceinte intelligente Google Nest Hub à prix cassé pour les Soldes chez Darty
Haut de page